Kennedy Douglas, ‘La poursuite du bonheur’.

Sortie : , Chez : . Saga dans New York des années 50, amour et « black lists », rêve américain et dérapages conservateurs, grandeur et décadence de l’Amérique libératrice post deuxième guerre mondiale. Moins de souffle que les grands écrivains américains à la Harrison, mais un bon roman de vacances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.