Salter James, ‘Une vie à brûler’.

Sortie : , Chez : . Le parcours d’un pilote de l’US Air Force en Corée, devenu romancier et scénariste, amoureux inconditionnel de la France. Il se souvient du jour de son premier lâcher en avion : « … j’avance la manette des gaz. Je ressens en cet instant -je m’en souviendrai toujours- le frisson de l’irréalisable. Récitant pour moi seul, exubérant, immortel, je sens l’appareil quitter le sol, par dessus les fermes et les champs de foin, faisant le bruit d’une énorme mouche bourdonnante. Je suis hors de portée, au-delà de la barre, nerveux mais sans effroi, ne sachant rien, certain de tout…, je tends un bras extatique dehors, l’exaltation, la divinité, enfin ! ». Il y a de belles et justes descriptions du sentiment de voler, ces retours au « port » au crépuscule quand tout est calme et que les premières lumières commencent à clignoter au sol, une profonde plénitude et l’impression fragile de dominer le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.