David Byrne – 2004/05/05 – Paris le Bataclan

David Byrne and the Tosca Strings

David Byrne, ex-leader-créateur-concepteur-animateur d’un groupe phare des années 80, The Talking Heads, s’est installé pour une soirée au Bataclan à la tête d’une troupe originale et rafraîchissante qui outre batteur et bassiste, met en scène un ensemble de cordes (quatre violonistes et deux violoncellistes) et un redoutable percussionniste : The Tosca Strings. Ils viennent de sortir un disque ensemble : Grown Backwards.

L’homme n’a guère changé. Seuls ses cheveux ont sévèrement blanchi mais on retrouve le même pantomime en baskets, dont les pas de danse sont aussi furieux que les riffs de guitare. La voix haut perchée est toujours mélodieuse et agile. L’ensemble est souple et intelligent. Au milieu de ses nouvelles créations, dont des musiques de film, on reconnaît sans peine quelques standards des Talking Heads (Heaven, I Zimbra, Life During Wartime, Blind, Psychokiller) qui déclenchent l’enthousiasme du petit monde intello-parisien qui se pressent auprès de l’artiste britannique ; Sophie Calle est de la partie.

Avec Talking Heads on avait un groupe éminemment urbain qui nous a ouvert sur les rythmes de la ville et de la folie. En association avec Tosca Strings il crée une fantastique rythmique sud-américaine qui transpire le soleil de Rio et la violence des favelas, c’est le carnaval à notre porte.

Harrison Jim, ‘Aventures d’un gourmand vagabond’.

Sortie : , Chez : . Les aventures culinaires burlesques de l’inénarrable auteur américain de La Route du Retour et de Dalva. Des envolées lyriques et gargantuesques sur les vraies saucisses de cochon ou la bécasse sauvage traversant le ciel du middle-west, sur l’homme politique et sa relation à la bonne chère, des correspondances épicées avec des compères français de boustifaille. Et toujours le style impérieux de cet amoureux lucide de la vie qui a commis parmi les plus belles oeuvres de ma bibliothèque.