FOREST Philippe, ‘Tous les enfanst sauf un’.

Sortie : 2007, Chez : .

Après la mort tragique de sa fille il y a dix ans emportée par un cancer foudroyant, Philippe Forest a écrit deux romans sur la barbarie révoltante que représente la mort d’une enfant de trois ans. Cette fois-ci il s’attaque à un essai où dans un style plutôt froid il démonte les mécanismes de la douleur et son environnement : l’hôpital, le refus de la mort dans notre monde moderne, la commercialisation de la douleur, l’anormalité du malheur, le sens d’écrire (comme une fidélité et non une thérapie). Toute entier, et pour toujours, habité par cette tragédie, il a titré son livre de la phrase extraite de Peter Pan :

Tous les enfants, sauf un, grandissent.

inscrite sur la tombe de sa fille.

Angot Christine, ‘Rendez-vous’.

Sortie : 2006, Chez : . Les confessions impudiques d’une femme amoureuse d’un homme qui ne l’est pas. Entre eux il y le livre qu’écrit Christine Angot en direct sur cette désespérance, comme une bouée lancée dans l’océan en furie de la passion à sens unique. L’écriture n’est que ce qu’elle est, pouvant déclencher l’admiration mais rien d’autre. Le style est plutôt direct, peu littéraire, mais l’excitant est de savoir écrire sur soi-même dans l’immédiateté, démonter ses névroses, transcender ses échecs amoureux. Christine y réussit plutôt de façon plaisante.