Chaleur intense sur la créativité journalistique

Commetous les étés, les chaînes de télévision passent et recyclent les éternelsreportages sur les effets de chaleur sur Monsieur et Madame Michu. Il y a le format maison de retraite où l’on voit les petits vieux réunis dans une pièce climatisée avec infirmière les hydratant avec une bombe Evian. Il y a le modèle travaux publics où l’on transpire avec les ouvriers sur un chantier nous expliquant que ce n’est pas agréable de couler le béton quand il fait 40°dehors. Et enfin il y a l’inévitable baignade des enfants dans les bassins du Trocadéro. Tout ceci est aussi répétitif qu’inintéressant. Est-il besoin de détenir une carte de presse pour commettre de telles platitudes sur un rythme annuel ?

DSK, la Loi et les putes

DSK, le pervers mondain et bling-bling devrait être jugé pour proxénétisme aggravé en réunion avec une douzaine de complices, dont le célèbre proxénète belge Dodo la Saumure, dans l’affaire dite du Carlton de Lille. Ses avocats crient à l’innocence de leur client qui n’aurait enfreint aucune loi en participant à des parties fines avec ses copains. S’il est innocent la justice prononcera son acquittement et il pourra rentrer chez lui tranquillement, comme après l’affaire de la mutuelle étudiante MNEF dans laquelle il a relaxé.

Ceci dit, ses avocats ont raison : peut-être faudrait-il penser à une loi qui interdise explicitement à tout ancien ministre de la République assurant des fonctions à responsabilité dans une organisation internationale (DSK était chef du Fonds monétaire international à l’époque des faits) de partouzer avec des putes dans un hôtel à Lille ?

Non mais dans quel monde vit-on ?

Requiem pour France-Télécom

Le pédégé de France-Télécom, mis en examen pourescroquerie en bande organisée dans l’affaire Tapie-l’affairiste-repris-de-justice-aux-cheveux-teints, adresse une lettre à tous ses actionnaires pour les informer du changement de nom de leur compagnie : Orange. C’est tout une page de l’Histoire industrielle française qui se tourne, des générations de contribuables français ont financé ce groupe de télécommunications qui fut public durant très longtemps, et qui le reste à hauteur de 27% pour le moment.

Ce changement marketing s’accompagne bien entendu du charabia communicant habituel :

« Orange est en mesure de porter le nouveau souffle et le sens collectif dont le Groupe a besoin, il est porteur de modernité, de dynamisme, d’innovation, de confiance, d’orientation vers l’avenir et vers le client. Ce changement constitue enfin pour nous une opportunité de reprendre la parole et de réaffirmer notre rôle et notre mission. »

et blablabla.

Keith Haring au Musée d’art moderne de Paris

Exposition Keith Haring  au musée d’art moderne de Paris : graphiste-tagueur américain fulgurant des années 80/90, il a pris part à de nombreux combats politiques, dont celui contre le sida, maladie dont il est mort à 33 ans. Ses petits personnages ont fait le tour du monde, souvent ils se battent contre un chien qui les dévore symbolisant le capitalisme. Il a décoré d’une vaste fresque extérieure une tour de l’hôpital Necker-Enfants malades de Paris, toujours visible. Naïveté, couleurs et liberté de ton émanent des dessins si modernes de cet artiste touchant !

Tapie toujours au front

Tapie-l’affairiste-repris-de-justice-aux-cheveux-teints, mis en examen pour escroquerie en bande organisée, dont les biens sont en partie saisis par la justice dans le cadre de cette affaire, annonce qu’il reprend 100% des parts du groupe de presse en redressement judiciaire dans lequel il avait investi fin 2012 à parité avec la famille Hersant, elle-même en déconfiture. Tout ceci est proprement surréaliste. Au moins peut-on reconnaître à l’artiste Tapie le mérite de se battre comme un lion !

Cat Power – 2013/07/17 – Paris l’Olympia

Cat Power à l’Olympia, Chan Marshall de son vrai nom, folkeuse américaine tristoune à ses débuts à la fin des années 90, une voix lancinante sur des arpèges simplistes de guitare ou de piano, recyclée un peu plus pop ces dernières années. Elle a commis de beaux albums comme You Are Free ou The Greatest, emprunts de mélancolie. Elle a annulé une tournée l’an passé pour raisons « de santé » a-t-on entendu.

Ce soir elle apparaît relookée blonde, un peu déglingue, un peu joyeuse, devant une salle pas complètement remplie, qu’importe. Une guitariste et trois musiciens l’entourent, les lumières sont bleutées comme le blouson de la Miss. Ils jouent Sun, le dernier album aux sonorités plus électro, et des retours sur le passé. La voix de Cat est douce et métallique, elle semble porter toute la misère du monde sur les épaules, mais cette souffrance est créatrice.

On retient de ce concert vaporeux mais pesant, introspectif, une chanteuse un peu perdue dans son monde mais habitée par sa musique. Elle termine sur Ruin : I’ve seen gypsies who made it all the way/ And kept going, kept rolling with nowhere to go/ Nowhere to go./ What are we doing?/ We’re sitting on a ruin/ What are we doing?/ We’re sitting on a ruin… C’est un peu ça!

Setlist : The Greatest/ Cherokee/ Silent Machine/ Manhattan/ Human Being/ King Rides By/ Bully/ Angelitos Negros/ Always On My Own/ 3,6,9/ Nothin’ But Time/ I Don’t Blame You/ Metal Heart/ Shivers/ Peace & Love/ Ruin

Goldman Sachs fraude et trahit

Le deuxième feuilleton de l’été, tout aussi croustillant quecelui de Tapie-l’affairiste-repris-de-justice, concerne cette fois-ci un trader-fraudeur de la banque spéculative Goldman Sachs. Le garçon,Fabrice Tourre, accessoirement centralien de nationalité française, a consacréses neurones agiles à construire un produit financier opaque et toxique,constitué de crédits immobiliers douteux (les subprimes), pour le vendreà des gogos tout en spéculant sur la baisse du produit dans le même temps. Toutceci étant bien entendu réalisé sous l’égide de son employeur lui versant de juteuxbonus pour ces escroqueries.

Dans un grand élan de sens des responsabilités et de moralité, Goldman Sachs a lâché son employé, transigé avec la justice pour éviter le procès contre une amende de 550 millions de dollars. Histoire d’enfoncer un peu plus son trader-fraudeur la banque a même remis à la justice des emails personnels de celui-ci où il se vantait auprès de sa copine d’escroquer le gogo. Pour se donner bonne conscience dans cette veulerie caractérisée, Goldman Sachs paye les frais d’avocats de son ex-employé.

Le procès va durer troissemaines ; à suivre !

Tapie dans les affaires

L’instruction du procès de l’escroquerie en bande organisée soupçonnée dans le cadre de l’arbitrage perdu par l’Etat contre Tapie-l’affairiste-repris-de-justice, se poursuit avec éclat. Mise en examen, gardes à vue, révélations, mauvaises fois, arguties et rumeurs agitent ce feuilleton de l’été. Tapie-l’affairiste-repris-de-justice se débat comme un beau diable sur les plateaux médiatiques mais il a tout demême un peu de de mal à justifier avoir reçu 40 millions d’EUR pour préjudice moral. Il déploie une énergie impressionnante pour son âge pour défendre son cas alors que grosso mode tout le monde lui tombe dessus tant il est un coupable idéal.

Son fiston annonce monter un site web pour soutenir son papa(Thttp://www.affairetapie.com/). Pour le moment on tombe sur cette page d’accueil :

On ne peut pas dire que ce soit très convivial. On se demande si la famille de Tapie-l’affairiste-repris-de-justice ne se sentirait pas un peu acculée.

En tout cas il y a une chose, et une seule, qui paraît certaine dans cette affaire d’escroquerie c’est que Tapie-l’affairiste-repris-de-justice se teint les cheveux. On le voit bien sur les plateaux de télé qu’il occupe ces derniers temps, il n’a pas un cheveu blanc, ce qui à 70 ans n’est pas normal.

Assad et la mauvaise foi

Le régime El-Assad reprend du poil de la bête en Syrie, hélas, s’appuyant sur lesdivisions de l’opposition et le soutien affiché de la Russie et de l’Iran. Avec une mauvaise foi malicieuse le gouvernement syrien s’est félicité de voir l’armée égyptienne mener un coup d’Etat contre le régime des frères musulmans. De même qu’Assad s’était félicité de l’intervention française au Mali… Plus c’est gros plus ça passe ! La famille félonne des Assad prend un malin plaisir à mettre l’Occident devant ses contradictions sur le thème vous luttez contre le terrorisme islamique et moi je n’aurais pas le droit de faire de même dans mon pays !

Morcheeba – 2013/07/09 – Paris le Trianon

Morcheeba pour une soirée au Trianon pleine de douceur. Un prochain disque est annoncé pour la fin d’année avec un concert à l’Olympia en novembre. On est un peu en répétition aujourd’hui ; l’été arrive, l’atmosphère se détend, rien de mieux qu’un concert de Morcheeba sur la route des vacances. Les Morcheeba rencontrent un franc succès en France, le retour de Sky n’y est pas pour rien.

Alors que le groupe démarre The Sea, elle arrive montée sur d’incroyables talons aiguilles, une robe vaporeuse noire et un haut de cosmonaute métallique argenté, et puis ce désarmant sourire qui fait chavirer la salle dès qu’elle se tourne vers le public. Et enfin elle chante et déroulant cette voix si chaude et envoutante qui fait roucouler l’audience de plaisir. Elle chante et elle se déhanche, pendant que Ross tire de merveilleux solos aériens de sa guitare.

Le concert coule comme une fontaine jouvence, les vibratos torrides de Sky posés sur les instruments éthérés du groupe. Ces six anglais ont le trip-hop aussi joyeux et communicatif que les Massive Attack l’ont sombre et déprimé. Les titres s’enchaînent, présentés par les bavardages de Sky ponctués comme toujours de grands éclats de rire.

Elle chante et elle danse, s’essaye au français et à la batterie, Ross boit sa bière entre les morceaux, ils placent quelques nouveaux titres, beaucoup d’anciens et une reprise d’Arlo Guthrie (le fils de Woodie), la chaleur dans la salle atteint des niveaux tropicaux… et puis Sky revient pour le rappel intégralement revêtue maintenant en métallique-argenté, la foule défaille, encaisse Rome Wasn’t Built In A Day et repart follement amoureuse des Morcheeba.

Un show détendu, une musique optimiste portée par des musiciens enthousiastes. Une mise ne jambe d’une petite heure et demie qui annonce un retour incandescent pour novembre prochain après la sortie du dernier disque.

Setlist : The Sea/ Friction/ Otherwise/ Never an Easy Way/ ID/ Part of the Process/ Coming into Los Angeles (Arlo Guthrie cover)/ Slow Down/ Crimson/ Trigger Hippie/ Blindfold

Encore: I’ll Fall Apart/ Rome Wasn’t Built in a Day/ Face of Danger

Sarko-Zorro arrive

Sarkozy vient faire la claque dans une assemblée de l’UMP réunie d’urgence pour parer à la cessation des paiements annoncée du parti de droite suite au rejet par le conseil constitutionnel des comptes de la campagne présidentielle du même Sarkozy en 2012 qui aurait dépassé les seuils légaux. Il manque ainsi une dizaine de millions d’euros qu’un appel à la générosité publique devrait combler.

Le plus intéressant est de voir l’enthousiasme avec lequel l’ex-candidat a été accueilli par la foule des militants massés devant le siège de l’UMP, et les rangs des vassaux massés à l’intérieur. Le plus ubuesque fut de voir la Morano accrochée aux basques de son héros et déployant les derniers efforts pour être cadrée par les télévisions en compagnie de son mentor.

Chacun voit en Sarkozy le sauveur de l’opposition pour les futures élections présidentielles de 2017. Il est vrai que la bataille de polochons menée l’an passé entre les deux apprentis sorciers candidats à sa succession a montré leur irresponsabilité et leur incapacité à assumer de suprêmes fonctions, alors Sarko-Zorro envisage de revenir pour ferrailler contre la gauche et refaire don de sa personne à la République.

Le peuple n’a pas de mémoire, c’est sa principale caractéristique. En 1944 il acclamait Pétain dans les rues de Paris quelques semaines avant de révérer de Gaulle remontant les Champs-Elysées en août après la libération de la capitale. Il coulera de l’eau sous les ponts de la Seine avant 2017, il n’est pas exclu que d’ici-là le taux de chômage diminue en France, ce sera lui l’arbitre du vote.

Interdisons les tweets pour mettre les ministres au boulot !

Un nouveau ministre de l’écologie remplace son prédécesseur, viré pour déclaration intempestive sur le budget de son ministère. Delphine Batho est remplacée par Philippe Martin, l’une est aussi inconnue que l’autre. Député du Gers le garçon n’avait pas de compte Tweeter, absence qui est incompatible avec une fonction ministérielle. Ce manque a été aussitôt comblé et les gaz de schistes n’ont qu’a bien se tenir.

Il n’a pas encore commis de tweet mais sans doute s’occupe-t-il d’abord de ses dossiers. Il semble n’avoir pas bien compris l’ordre des priorités, Cécile Duflot lui donnera des cours de tweetos pour qu’il puisse réussir dans son nouveau job.

Le ridicule sanctifie

Le deuxième miracle attribué à Jean-Paul II pour le canoniser est d’un ridicule achevé. Cette fois-ci une femme costaricaine atteinte d’un anévrisme au cerveau aurait guéri 5 ans après le décès du pape alors que sa famille lui demandait par la prière d’interférer en faveur de la malade. Tout ceci pour pouvoir canoniser Popol.

Que l’on sanctifie ce pape, qu’on lui décerne la légion d’honneur ou qu’on le fasse entrer à l’académie à titre posthume, très bien, il a sans doute mérité tous ces honneurs, mais que l’on évite de nous infliger le bourrage de crâne avec le concept du miracle post-mortem !

Le monde s’espionne

Le bal des faux-culs bat son plein avec le feint étonnement des pays européens « découvrant » l’espionnage de nos ambassades par les Etats-Unis. Comme si nous ne faisions pas de même dans la mesure de nos moyens… Voilà déjà 10 ans que le programme Echelon encore dit des « grandes oreilles » et associant les pays occidentaux anglo-saxons, a été révélé. Et on feint de croire que ces antennes gigantesques photographiées au Royaume-Uni, en Nouvelle-Zélande, en Australie ou aux Etats-Unis ne seraient tournées que vers les méchants terroristes orientaux ! Restons sérieux et rêvons pour une fois que le monde politique n’essaye pas de faire prendre à ses électeurs des vessies pour des lanternes.

Les pays, même amis, s’observent, les entreprises s’espionnent et les voisins s’épient ; ainsi va la vie, pourquoi le cacher, chacun le perçoit. Le dire et l’admettre ne bouleversera pas l’ordre du Monde !

Chateaubriand François-René de, ‘Mémoires d’Outre-Tombe Tome 2’.

Sortie : 1951, Chez : Livre de Poche 1353, 54 & 55. Et 700 pages de plus pour terminer ce monument littéraire des Mémoires d’Outre-Tombe ! La plus grande part de cet ouvrage retrace l’histoire de Napoléon, donc de l’Europe, durant le règne de l’empereur. Il décrit le personnage avec un mélange d’admiration pour sa puissance, et de mépris pour son despotisme qui a mené la France au bord de l’abîme, occupée par les troupes alliées et mené à la restauration monarchique. Cette dernière ne fut pas pour déplaire à l’écrivain breton qui du coup a repris du service comme ministre puis ambassadeur. Il publie ses notes diplomatiques de l’époque analysant la situation européenne toujours façonnée par la guerre, ses lettres aux grands de l’époque, ses démêlés politiques, ses échanges avec Mme. De Staël, Mme. Récamier, etc. Le tout est nimbé de la mélancolie d’un vieil homme qui approche de la fin mais touche à la sagesse. Le style est magnifique, celui d’un immense écrivain du XIXème siècle qui devrait inspiré les écrivains d’aujourd’hui.