Le monde s’espionne

Le bal des faux-culs bat son plein avec le feint étonnement des pays européens « découvrant » l’espionnage de nos ambassades par les Etats-Unis. Comme si nous ne faisions pas de même dans la mesure de nos moyens… Voilà déjà 10 ans que le programme Echelon encore dit des « grandes oreilles » et associant les pays occidentaux anglo-saxons, a été révélé. Et on feint de croire que ces antennes gigantesques photographiées au Royaume-Uni, en Nouvelle-Zélande, en Australie ou aux Etats-Unis ne seraient tournées que vers les méchants terroristes orientaux ! Restons sérieux et rêvons pour une fois que le monde politique n’essaye pas de faire prendre à ses électeurs des vessies pour des lanternes.

Les pays, même amis, s’observent, les entreprises s’espionnent et les voisins s’épient ; ainsi va la vie, pourquoi le cacher, chacun le perçoit. Le dire et l’admettre ne bouleversera pas l’ordre du Monde !

Chateaubriand François-René de, ‘Mémoires d’Outre-Tombe Tome 2’.

Sortie : 1951, Chez : Livre de Poche 1353, 54 & 55. Et 700 pages de plus pour terminer ce monument littéraire des Mémoires d’Outre-Tombe ! La plus grande part de cet ouvrage retrace l’histoire de Napoléon, donc de l’Europe, durant le règne de l’empereur. Il décrit le personnage avec un mélange d’admiration pour sa puissance, et de mépris pour son despotisme qui a mené la France au bord de l’abîme, occupée par les troupes alliées et mené à la restauration monarchique. Cette dernière ne fut pas pour déplaire à l’écrivain breton qui du coup a repris du service comme ministre puis ambassadeur. Il publie ses notes diplomatiques de l’époque analysant la situation européenne toujours façonnée par la guerre, ses lettres aux grands de l’époque, ses démêlés politiques, ses échanges avec Mme. De Staël, Mme. Récamier, etc. Le tout est nimbé de la mélancolie d’un vieil homme qui approche de la fin mais touche à la sagesse. Le style est magnifique, celui d’un immense écrivain du XIXème siècle qui devrait inspiré les écrivains d’aujourd’hui.