Et allons-y pour les référendum

 

Nicolas_SarkozySarkozy dévoile progressivement son programme électoral de candidat à la présidence de la République à l’occasion des meetings qu’il anime dans sa campagne à la présidence de… l’UMP :

« Il y a une idée centrale dans mon projet, c’est redonner la parole au peuple français par le référendum ».

L’évolution vers la démocratie participative est, hélas, un courant à la mode à l’heure où les candidats officialisent leurs candidatures sur Facebook et où les élus s’expriment sur Twitter.

L’outil du référendum n’est pas simple à utiliser et il est peu probable que la classe politique du moment fasse preuve de toute la subtilité nécessaire pour poser intelligemment les questions qui méritent d’être soumises aux électeurs.

Rappelons en passant que la réforme constitutionnelle menée sous le quinquennat précédent visant à instaurer le référendum d’initiative populaire, a été votée mais jamais suivie des décrets d’application nécessaires à sa mise en œuvre. Il n’a donc jamais été possible au peuple de déclencher un référendum à son initiative…

Lesdits décrets sont en cours de vote au parlement. En théorie, sous peu, une pétition signée par un dixième des électeurs (4,5 millions de personnes) pourrait imposer l’organisation d’un référendum. 4,5 millions de personnes… pas facile à réunir !

Le FigMag et la famille

Poussé au crime par son environnement, le chroniqueur éploré mais curieux a acheté le Figaro ce week-end dernier. Contre 4,80 EUR il reçut 5 kg de papier dont :

  • Le quotidien papier
  • Le Figaro TV
  • Le Figaro Madame
  • Un encart publicitaire Galeries Lafayette double-format
  • Le Figaro Magazine

Sans parler d’innombrables encarts petit modèle qui tombe des journaux comme les feuilles des marronniers parisiens en automne. La majorité des centaines de pages de ces 5 kg de papier est d’ailleurs dédiée à la publicité.

Dans son éditorial, le patron du Figaro Magazine, Guillaume Roquette expose sa théorie sur la politique anti-famille de la majorité actuelle, avec la subtilité propre au style de cet organe de presse. L’attaque est frontale contre l’annonce de la baisse des prestations sociales en faveur des familles, et plus exactement les mesures financières en faveur de la natalité qui consistent à faire subventionner les citoyens-parents par les citoyens-contribuables, les deux catégories ne se recouvrant pas forcément. Le projet prévoit la réduction de la prime versée pour le deuxième enfant et les suivants de 923,08 à 308,00 EUR. Elle resterait à 923,08 EUR pour le premier marmot. S’ajouteraient quelques mesures d’économie comme le décalage de 14 à 16 ans de la majoration des allocations familiales, la réduction de l’aide à la garde d’enfants à domicile, et autres. Il s’agit du projet de loi sur le financement de la sécurité sociale, il n’est pas encore voté par le parlement. Continuer la lecture de « Le FigMag et la famille »

Le FigMag et l’euro

Le même FigMag publie une interview de Philippe Villin, ex-patron du Figaro et intitulé « Mme. Merkel, sortez de l’euro ! ». Passons sur les habituels jugements à l’emporte-pièce sur le parfait ratage de la politique économique, sur la fonction publique qui ruine le pays, tout ça n’est pas faux mais manque tellement de mesure que c’en est inutile.

Venons-en au fond de l’analyse qui estime que nous ne pouvons pas vivre avec l’euro rhénan qui a succédé au franc fort et joue le rôle d’aspirateur de richesses au profit de nos voisins de l’Est [l’Allemagne, autant être clair NDLR]. Villin constate que la France n’arrive pas à maîtriser ses dépenses publiques ce qu’elle ne peut plus cacher sous le tapis en dévaluant sa monnaie nationale. Citant l’exemple de l’industrie automobile, il insiste sur l’incompétence industrielle française qui n’a pas su prendre le virage de la qualité et n’arrive plus à exporter ses gammes moyennes alors que, du fait de l’euro fort, les consommateurs français peuvent acheter de la deutsche qualitat… Continuer la lecture de « Le FigMag et l’euro »

Le Brutus de l’UMP se rabiboche avec le patron

Laurent Wauquiez, le Brutus de l’UMP qui après avoir critiqué Sarkozy des mois durant n’a pas résisté à l’appel de la bonne soupe lorsque l’impétrant a décidé de revenir sur les plateaux télévision, Laurent Wauquiez donc, a paradé à la Manif pour Tous dimanche dernier. Pour le moment il est contre le mariage homosexuel mais il est capable de se déguiser en drag-queen à la prochaine gay pride si cela pouvait arranger ses intérêts.

Sarkozy doit se méfier : Brutus a tué le père sans coup férir. Ce jeune coq est capable de pire !