Air France en chute libre

Un comité d’entreprise où était annoncé un énième plan de restructuration de la compagnie aérienne Air France est envahi par du personnel en colère qui houspillent deux dirigeants qu’il faut évacuer protégés par la police et des syndicalistes loyaux. Les deux cadres terminent leur échappée avec leurs vêtements en lambeaux. Ces actions sont illégales et la justice passera.

Bien entendu l’opposition fait les choux gras de cette affaire et en profite pour déclencher un conflit verbal franchouillard à défaut de pouvoir être intelligente et force de proposition pour une société que tous les pouvoirs ont laissé s’enfoncer.

La vérité est que cette compagnie est à bout de souffle depuis des décennies et que personne n’est arrivé à la réformer pour l’adapter à son environnement mondialisé concurrentiel. D’un statut public à un statut privé avec participation de l’Etat, seule ou associée à d’autres compagnies, dirigées par des patrons nommés par la gauche, par la droite ou élus par un conseil d’administration, naviguant sous un gouvernement conservateur ou socialiste, Air France a toujours un train de retard et une faillite d’avance.

Le contribuable français a dû mettre la main à la poche plus d’une fois pour voler au secours de cette compagnie au bord du dépôt de bilan. Ne fut-ce la générosité des contribuables français, Air France aurait dû fermer ou être vendue à la concurrence depuis longtemps. Le doute s’instaure de savoir si cette société commerciale est réformable ou pas dans son cadre actuel. Peut-être sa vente à une autre compagnie serait la seule solution pour mettre un coup de pied dans cette fourmilière d’intérêts croisés et malsains, de baronnies, de corporatismes, de mauvaise gestion, d’interventions étatiques inappropriées ou de concurrence mal affrontée. Malgré tout ses avions nous ont fait voyager, mais à quel coût pour les contribuables. Il apparaît que l’on arrive au bout du voyage.

Le maintien d’un « pavillon français » dans le transport aérien n’est plus vraiment indispensable. L’essentiel est qu’un service de transport aérien soit offert au départ et à destination de l’hexagone. Des compagnies étrangères feront aussi bien le job. Elles le font d’ailleurs déjà en partie. Air France c’est un peu comme la SNCM, la faire tourner rond est à peu près impossible alors il est des cas où il vaut mieux tirer le rideau et passer à autre chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.