Incompétence, insignifiance et nombrilisme

CH_20151021_Taubira-1

Impayable : une partie de notre classe politique et médiatique brille encore par son incompétence, son insignifiance et un nombrilisme qui force l’admiration. Une fausse information diffusée par la ministre de la justice sur une radio algérienne a laissé croire que le principe de déchéance de la nationalité pour fait de terrorisme pour les binationaux, qui existe déjà dans le code civil pour les français ayant acquis la nationalité, ne serait finalement pas inclus dans la constitution. Le texte final qui sera présenté au vote du congrès n’était pas encore connu mais immédiatement les porte-flingues de l’opposition ont envahi les ondes pour tomber à bras raccourcis sur cette nouvelle reculade du pouvoir de la gauche-laxiste, attisés par les journalistes se réjouissant de cette montée de tension politicarde permettant d’animer les conflits sur leurs plateaux désertés à cette veille de Noël.

Tweet_Wauquiez_20151222_Nationalite

Finalement le texte approuvé aujourd’hui par le conseil des ministres intègre cette constitutionnalisation de la déchéance de nationalité pour les binationaux. Il n’est pas sûr qu’elle sera votée mais l’option en a été retenue par le pouvoir en place.

Les portes-flingues précités ont donc commenté un texte qu’il n’avait pas lu puisqu’il n’avait pas été encore finalisé. Ils avaient le choix entre travailler sur le programme de gouvernement pour 2017 puisqu’ils ambitionnent de revenir au pouvoir, ou faire de l’agit-prop et de la désinformation, ils ont évidemment opté pour cette seconde option et déclenché un concours de tweets abêtissant et d’imbécilités médiatiques attisant les réactions geignardes de Mme. MIchu au Café du commerce.

Cette affaire est un désastre en ce qu’elle démontre l’immobilisme de la classe politique : rien ne bouge, rien ne change et le seul débat consiste à enfoncer celui d’en face. A l’issue de cet incident, du programme de l’opposition on ne sait rien de plus, de sa capacité à jouer aux billes dans la cour d’école on reçoit une confirmation forte.

Sur le fond il n’y a rien de bien grave : la déchéance de la nationalité existe déjà dans le code civil depuis des décennies et est appliqué régulièrement pour une dizaine d’individus chaque année :

Article 25 du Code Civil

Créé par Loi 1803-03-08 promulguée le 18 mars 1803

Créé par Loi n°93-933 du 22 juillet 1993 – art. 29 JORF 23 juillet 1993 en vigueur le 1er mars 1994

L’individu qui a acquis la qualité de français peut, par décret pris après avis conforme du Conseil d’Etat, être déchu de la nationalité française :

  1. S’il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ;
  2. S’il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit prévu et réprimé par le chapitre II du titre III du livre IV du code pénal ;
  3. S’il est condamné pour s’être soustrait aux obligations résultant pour lui du code du service national ;
  4. S’il s’est livré au profit d’un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de français et préjudiciables aux intérêts de la France ;
  5. S’il a été condamné en France ou à l’étranger pour un acte qualifié de crime par la loi française et ayant entraîné une condamnation à une peine d’au moins cinq années d’emprisonnement.

L’étendre aux binationaux et intégrer le tout dans la constitution permettrait simplement de le rendre plus durable car plus difficile à modifier qu’une simple loi. Comme personne n’a vraiment l’intention d’en demander la suppression ou l’affaiblissement, sauf quelques écologistes de circonstance, lui laisser son statut de simple loi ne changerait pas grand-chose.

Un conseil pour les élus et les journalistes : il est préférable de lire un texte avant de le commenter. En principe cette évidence est censée être enseignée dans les écoles de la République et celles de journalisme. Sans doute les Ciotti, Wauqiez et autres Woerth ont séché les cours lorsque ce sujet était au programme… En attendant de rattraper leur retard en ce domaine, ils attaquent la ministre de la justice Christiane Taubira, cela ne peut pas faire de mal.

Tweet_Woerth_20151223_NationalitéCe qu’il faudrait constitutionaliser c’est une interdiction à appliquer aux élus de perdre leur temps à asséner des slogans sur Tweeter. Ces personnes sont rémunérées par les contribuables pour gérer la France et réfléchir à son futur. On attend d’eux qu’ils analysent des faits, préparent des programmes, pensent l’éducation de notre jeunesse, statuent sur les options de puissance de la Nation… pas qu’ils bêtifient en 140 signes. Eric Woerth s’est particulièrement distingué dans cette polémique de bas étage : nous le faisons donc entrer dans la rubrique de Tweets crétins de notre site !

Les Tweets

Les Tweets CrétinsLes Tweets MalinsLes Tweets Copains
La MoranoXavier TimbeauJulia
La BalkanyTerra NovaChris
La BoutinJacques Sapir
La Dati
Wauquiez le cornecul
Eric Woerth
Henri Guaino le colérique

En conclusion et pour ajouter au désopilant de cette affaire, on rappellera que lors de son « discours de Grenoble » en 2010 le président Sarkozy avait proposé d’étendre la déchéance de nationalité aux personnes naturalisées depuis moins de 10 ans et condamnées pour crime sur dépositaires de l’autorité publique. Cette proposition qui ne portait pas sur la constitution mais uniquement sur le code civile avait finalement été abandonnée devant son rejet par les alliés centristes du pouvoir conservateur de l’époque. Il n’est donc pas impossible que la droite, désormais retournée dans l’opposition, qui a rêvé de cette mesure quand elle était au pouvoir, ne soit obligée de la voter sur une proposition d’un pouvoir de gauche… La suite des évènements sur ce sujet risque d’être croquignolesque, à moins que l’intelligence ne prenne le dessus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.