Nuit Debout

Une bande d’énergumènes occupent la place de la République à Paris et ont lancé un mouvement contestataire Nuit Debout. L’idée a été reprise dans quelques villes française et au-delà. Leur agenda est bloqué sur le mois de mars, aujourd’hui est le 61 mars dans leur calendrier. A l’affiche, entre autres : commission « convergence des luttes », suggestions « grève générale et logement pour tous », commission « Internationalisation des outils, pour une internalisation du mouvement », préparation de la journée « sexualité » avec ses commissions « sexualités et plaisir féminin », « genres et sexualité », « contraception masculine », etc.

Chaque jour, à 18h, une assemblée générale se rassemble vote « les décisions importantes du mouvement », débat et échange les points de vue « dans l’écoute de tous ». Tout ceci fleure bon l’odeur des merguez et de mai 68, mais recèle une inutilité flagrante.

Le chef de Les Républicains, M. Sarkozy qualifie ces trublions de l’ordre public de « gens qui n’ont rien dans le cerveau » et qui prétendent « donner des leçons à la démocratie française ». Les retraités niçois devant lesquels il assène ces jugements tranchés applaudissent. Contrairement à ces propose électoraux on peut imaginer que techniquement les Nuit Debout on dans le cerveau des neurones et des synapses en quantités similaires à celles d’un militant Les Républicains, mais le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne les utilisent pas à 100% de leur potentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.