Travail et libéralisme

La loi « travail » est votée en force via l’article 49.3 de la constitution à l’assemblé nationale. Bien évidemment personne n’est content et tout le monde râle. Péripéties ordinaires de la vie politique française !

Plus intéressant, la France se droitise, comme le reste de l’Europe semble-t-il, s’apprête sans doute à mettre en place un pouvoir de droite dont les principaux candidats annoncent clairement leurs intentions de mettre fin aux « 35 heures », de revoir de fonds en comble  le code du travail, de passer l’âge de la retraite à 65 ans, de supprimer l’impôt de solidarité sur la fortune et de baisser la dépense publique de 100 à 150 milliards d’euros en cinq ans. Dans le même temps les sondages estiment que 70% des français sont opposés à cette loi « travail » qui n’est qu’un très modeste avant-goût de ce qui se prépare avec la politique libérale annoncée par l’opposition conservatrice.

Comme toujours, peu de gens comprennent exactement ce que représente une baisse des dépenses publiques de 150 milliards. Chacun s’imagine que cela touchera son voisin…

La tâche risque d’être rude pour le prochain pouvoir qui annonce une politique libérale qu’il n’a jamais réussi à mettre en œuvre lorsqu’il était aux commandes. Il faudra déployer des trésors de pédagogie et de fermeté pour appliquer ces mesures qui méritent d’être tentées pour la seule raison qu’elles ne l’ont jamais été. Il va nous falloir des surhommes au pouvoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.