On a les dirigeants que l’on mérite

CH_20160615_Trump

Le parti républicain des Etats-Unis d’Amérique a élu comme candidat aux élections présidentielles de novembre 2017 un affairiste fort en gueule et plutôt faiblard en capacité d’analyse. Une espèce de fils bâtard de Laurent Wauquiez et Marine Le Pen. Il se rend populaire en déclamant des slogans provocateurs du style : les mexicains qui immigrent aux Etats-Unis sont des voleurs et des violeurs ou, en parlant de son concurrent McCain, soldat durant la guerre du Vietnam où il fut prisonnier et torturé : j’aime les gens qui n’ont pas été capturés, ou en parlant de la tuerie religieuse islamique du Bataclan : j’ai toujours une arme sur moi, j’aurai ouvert le feu, etc. etc. Trump s’était également rendu célèbre avant d’être candidat en mettant en cause la nationalité américaine d’Obama, poussant celui-ci à publier son acte de naissance issu par l’Etat d’Hawaï, bien américain.

Le garçon émeut même certains cadors du parti républicain qui s’effraient à l’idée que ce candidat puisse entrer à la Maison Blanche et appellent à voter pour la candidate du parti démocrate. On se souvient du refus de Mitterrand opposé à Chirac son premier ministre qui lui proposait Léotard comme ministre de la défense : pas question, il pourrait déclencher une guerre nucléaire sans s’en apercevoir ! C’est un peu la même chose avec Trump sauf que comme président il aurait beaucoup plus de pouvoirs qu’un simple ministre de la défense français…

Il est sans doute un peu tard côté républicain pour se rendre compte de la valeur de son candidat. Si celui-ci ne fait pas l’affaire il ne fallait pas l’élire. Depuis 8 années de présidence Obama, le parti républicain a brillé en déclarations simplistes et provocatrices, s’opposant systématiquement à toute mesure du président, prônant un libéralisme si ultra qu’il en ferait passer le programme de la droite française pour le petit livre rouge, etc. Tout ce populisme a germé dans les esprits de l’Amérique profonde qui a élu Trump aux primaires américaines de la droite. C’est ainsi, et il va bien falloir faire avec ! On peut gager que si l’impétrant se retrouvait effectivement président des Etats-Unis il mettrait un peu d’eau dans son vin et que les responsabilités du pouvoir le rendraient plus réfléchi. De plus, il ne serait pas seul, le président doit composer avec un Parlement qui peut, éventuellement,, freiner ses ardeurs. Et puis, si les citoyens ne sont pas contents du résultat de leur vote de novembre 2017, il leur suffira de voter différemment aux élections suivantes en 2021.

Trump aux Etats-Unis, c’est un peu le triomphe de la bêtise sur la réflexion mais qu’on le veuille ou non, le monde occidental se droitise fortement et a tendance à élire des candidats dont le discours, véhiculé par des messages Twitter de 140 signes, est  centré très essentiellement sur l’immigration et l’étranger présentés comme mère de tous nos soucis. On retrouve des situations similaires en France, en Europe de l’Est et même au Royaume-Uni qui a décidé sa sortie de l’Union européenne. Il va falloir vivre ces expériences politiques d’un genre nouveau.

Il n’est pas sûr que ces pouvoirs déjà élus (Pologne, Hongrie…) ou à venir (France…) mettent en péril la démocratie. Les électeurs de ces pays veulent tenter l’expérience des Trump, des Wauqiez et autres, ou vivent déjà les pouvoirs de Orban et consorts ; eh bien comme il n’y a guère de solutions démocratiques pour s’opposer à ces mouvements puissants, ils verront bien ce que cela donnera et pourront toujours changer d’avis aux prochaines élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.