Garbage – 2016/11/05 – Paris Salle Pleyel

Garbage - Strange Little Birds
Garbage – Strange Little Birds

Garbage à la salle Pleyel, le groupe garage-grunge alternatif rue du Faubourg Saint-Honoré, un instant improbable ! Désormais dédiée à la variété et au rock pour concentrer le classique à la Philharmonie de Paris, la salle Pleyel a été reformatée avec une petite fosse au pied de la scène et des sièges et boiseries sombres pour le reste. Alors maintenant les classicos se tapent de monter Porte de Pantin quand les rockers se la coulent douce au centre de Paris en plein XVIIème arrondissement. Ou quand la musique joue de la mixité sociale !

Le show retrace la carrière du groupe avec une setlist dédiée à tous ses hits et quelques intrusions dans leur dernier disque Strange Little Birds, le tout derrière une vaste tenture rose-mauve où des panthères vues de haut (le symbole du dernier disque) tournent autour du nom GARGAGE. Le groupe a un peu vieilli, plutôt moins que nous d’ailleurs. Mais leur rock est toujours tendu comme un arc alors ne boudons pas notre plaisir d’écouter Shirley en cheveux roses rapper Shut your Mouth à deux pas de la Place de l’Etoile.

Elle est habillée d’un poncho-robe noir à fanfreluches porté sur un pantalon blanc à rayures noires verticales (ou l’inverse), coiffée d’un chignon-désordre avant de libérer sa chevelure lorsque la musique s’échauffera. Une large partie du devant de la scène reste libre pour laisser Shirley la parcourir nerveusement en larges cercles concentriques comme une lionne en cage.
Les deux guitares lourdes et grasses font vibrer la salle lors des reprises quand Shirley leur laisse le devant de la scène. A grands moulinets de bras et d’effets de manches, les deux guitaristes, aussi bon instrumentaux qu’ingénieurs-son, font parler la poudre avec un faux air de vrais durs.

Tout ce show est un peu moins souple et sexy que dans les années 90’ mais il s’agit toujours de vrai-bon rock américain de studio agrémenté du romantisme écossais live de leur chanteuse qui joue de sa voix et de son minois pour achever de séduire un public de fidèles qui n’en demande pas tant. Ce groupe uni depuis vingt-cinq ans, continue à sortir des disques et à faire des tournées. Il a la sincérité des vrais rockers rivée au cœur et avance comme un commando des SEALS soudé face à l’adversité. Le résultat musical est un vrai bonheur : une voix brillante, une personnalité iconique, une musique tellement énergique et un groupe diablement efficace, bref, du Rock pur et beau .

Entendre Shirley déployer sa voix vocodée sur Paranoid et fond de guitares grinçantes reste un grand moment : I think I’m paranoid and complicated/ I think I’m paranoid, manipulated/ Bend me break me/ Anyway you need me/ All I want is you/ Bend me break me/ Breaking down is easy/ All I want is you.

Setlist : Subhuman/ I Think I’m Paranoid/ Stupid Girl/ Automatic Systematic Habit/ Blood for Poppies/ The Trick Is to Keep/ Breathing/ Sex Is Not the Enemy/ Blackout/ Magnetized/ Special/ Shut Your Mouth/ Even Though Our Love Is Doomed/ Why Do You Love Me/ Night Drive Loneliness/ Bleed Like Me/ Cherry Lips (Go Baby Go!)/ Vow/ Only Happy When It Rains/ Push It

Encore : Sometimes/ Empty/ #1 Crush

Warmup : Mensh (duo féminin guitaristes-chanteuses)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.