Bryan Ferry – 2017/06/23 – Paris l’Olympia


Un concert de Bryan Ferry à l’Olympia, en passant ; pas de nouveau disque, pas d’évènement particulier à fêter, les pisses-froid le qualifieront d’alimentaire. Les admirateurs n’ont pas boudé leur plaisir d’une soirée avec l’ex-Roxy Music. Une setlist classique extraite de son volumineux catalogue. Un artiste un peu moins habité que lors de la tournée Avonmore de 2014, un chanteur à la voix plus hésitante, une audience qui a pris encore trois ans depuis la dernière tournée. Costume sombre et détendu sur chemise blanche, Ferry est entouré d’un groupe plus ou moins habituel avec le duo féminin sax et cordes d’un côté, deux choristes de l’autre, Chris Spedding à la guitare doublé d’un acolyte, bass-clavier-batterie pour finir. Tout ce petit monde est un peu usé sous le harnais des tournées et des studios mais leur professionnalisme met parfaitement en valeur les mots et la musique du Maître.

Et c’est toujours un bonheur sans limite d’entendre à nouveau les titres flamboyants de Roxy Music même avec un peu moins de la folie glamour qui caractérisant ce groupe de légende et encore une émotion irrépressible à l’écoute des classiques de Ferry en solo lorsque son trémolo fait fondre les cœurs sur Windswept : Oh, baby, do it again and again/ I can hear nothing/ Windswept is the sand/ Oh, baby, oh show me more/ I can see nothing/ Windswept is the shore/ Heatwave to nightshade/ Oh I’m feeling swept away…

Ferry réinterprète aussi ce soir le magnifique Where or When tiré de son disque de reprises bues et jazz de l’an 2000. L’homme rend hommage régulièrement à ses inspirateurs et a sorti quelques disques consacré à ceux qu’il a aimés. Ce morceau est sublime.

Il nous offre pour terminer ce concert sans rappel cette toujours sublime interprétation du Jealous Guy de Lennon avec son final en sifflement qu’il fallait oser et qui marqua l’apogée du Ferry romantique. On se pince, on se souvient, on se retrouve…

Une excellente soirée marquée par l’éternelle élégance de ce créateur de plus de 70 ans. Un sourire un peu forcé et un dernier salut la main enroulée au bout de son bras tendu bien au-dessus de la tête ; on se pince, on se souvient, on se retrouve… Un concert nostalgie !

Warmup : Judith Owen

Setlist : The Main Thing (Roxy Music song)/ Slave to Love / Ladytron (Roxy Music song)/ Out of the Blue (Roxy Music song)/ Where or When (Rodgers & Hart cover)/ Simple Twist of Fate (Bob Dylan cover)/ A Waste Land/ Windswept/ Bête Noire/ Zamba/ Stronger Through the Years (Roxy Music song)/ Like a Hurricane (Neil Young cover)/ Tara (Roxy Music song)/ Re-make / Re-model (Roxy Music song)/ In Every Dream Home a Heartache (Roxy Music song)/ If There Is Something (Roxy Music song)/ More Than This (Roxy Music song)/ Avalon (Roxy Music song)/ Love Is the Drug (Roxy Music song)/ Virginia Plain (Roxy Music song)/ Let’s Stick Together (Wilbert Harrison cover)/ Do the Strand (Roxy Music song)/ Jealous Guy (John Lennon cover)

Lire aussi :

Camp de travail

Entendu au Café du commerce par un citoyen d’Europe de l’Est :

Vous devriez mettre tous vos « fichés S » en prison ! Il fut un temps où chez nous on envoyait les gens en camp de travail pour bien moins que ça.

C’est une solution effectivement, il suffit de revenir à ce genre de régimes qui, semble-t-il, ont été rejetés par leurs peuples quand on leur a demandé leur avis.