DJIAN Philippe, ‘Marlène’.

Sortie : 2017, Chez : folio 6537

35 ans après la sortie de ’37°2 le matin’, Philippe Djian publie toujours, en utilisant un peu les mêmes recettes qui ont fait son succès, et pourquoi pas ? Toujours fasciné par les Etats-Unis le voici avec deux militaires des forces spéciales de retour des guerres du XXIème siècle au Moyen-Orient (Afghanistan, Irak…) affrontant des familles un peu déglinguées. Marlène débarque dans cet environnement où les haines et les solidarités se percutent, elle y fait difficilement son chemin, parant presque tous les coups. Bien sûr, tout ceci se termine (très) mal.

Djian tient toujours son lecteur en haleine avec un style court et tranchant consistant à dévoiler les intrigues et les personnages par bribes. On s’y perd un peu et il ne faut pas hésiter à revenir en arrière pour resituer exactement qui est qui, le temps de se familiariser avec les situations. C’est la marque de fabrique de l’auteur, ce court roman ne sera pas inoubliable dans sa bibliographie mais il se lit facilement et avec plaisir.

Le clan des siciliens d’Henri Verneuil (1969)

Le Clan des siciliens tourné en 1969 par Henri Verneuil met en scène le trio gagnant des acteurs français de l’époque : Delon, Gabin et Ventura. C’était un temps où le grand banditisme était présenté avec romantisme et noblesse au cinéma, les mafieux étaient les nouveaux poètes d’une époque révolue, les trafics de drogue, d’humains et autres étaient des activités économiques, on cherchait alors à limiter les morts. Verneuil filme ce contexte avec talent, ses acteurs se régalent dans leurs rôles et le spectateur regarde avec plaisir ce bon film, 50 ans plus tard.

Depuis, Gabin, Ventura et Verneuil sont morts, Delon vieillit salement, le grand banditisme a été remplacé par le terrorisme, beaucoup plus sanguinaire, et des gamins tirent sur leurs congénères à la Kalachnikov dans les cités de banlieue. L’actualité sur YouTube a remplacé les films, la roue tourne !