Duc de Castries, ‘Louis XVIII’.

Sortie : 1983, Chez : Editions de Crémille.

L’histoire d’une ambition, celle du frère de Louis XVI qui endurera les affres de la révolution française de 1789, l’empire de Napoléon et son cortège de guerres et de massacres, les tentatives d’attentat contre sa personne et celles de sa famille, et 20 années d’exil dans des conditions parfois rocambolesques, avant d’arriver à réaliser son rêve et devenir roi de France de 1814 à 1824.

Comte de Provence il se crut toujours mieux à même de régner que Louis XVI et n’eut de cesse sa vie durant que d’accéder au pouvoir suprême, au besoin en complotant contre son frère. Comme le Bourbon qu’il était, solidement assis sur ses privilèges, il ne vit pas venir la révolution. Alors que Louis XVI fuyait Paris avant d’être rattrapé, il eut plus de chance et commença son exil en 1791 à Coblence. Avec d’autres nobles il fuit la guillotine de Robespierre puis s’auto-octroya le titre de Régent alors que Louis XVI fut emprisonné, puis exécuté. Il chercha des années durant à fédérer l’aide des monarques européens pour revenir en force sur le territoire national afin d’y restaurer la monarchie des Bourbons.

Il lui fallut attendre la défaite de l’expérience impériale menée par Napoléon l’inconséquent pour, enfin, réaliser en 1814 son objectif de toujours et s’installer sur le trône de France. La folie guerrière et mégalomaniaque de l’empereur ont fait considérer l’intronisation de Louis XVIII comme un moindre mal, par le peuple comme par les alliés européens vainqueurs de la France.

Insatiable, Napoléon revint le temps des 100 jours avant d’être définitivement réduit à Waterloo et exilé à Sainte-Hélène. Louis XVIII et sa cour reprirent donc le chemin de l’exil le temps que l’affaire se règle, encore dans les flots de sang propres à l’action napoléonienne.

Après toute cette furie, une fois sur le trône Louis XVIII eut à cœur de rétablir la paix en France et de mener des relations apaisées avec les autres puissances européennes qui occupèrent le pays quelques années après Waterloo.

La monarchie, toujours de droit divin, était néanmoins devenue plus ou moins constitutionnelle et le roi eut à compromettre avec un parlement. Le pouvoir absolu n’était plus qu’un lointain souvenir. Louis XVIII sut s’adapter à ce nouvel environnement et louvoyer au milieu des complots, de la gauche, de la droite, de la presse, des envieux, des nobles quémandeurs, des exilés vengeurs, des napoléoniens déçus, de la guerre d’Espagne pour sauver un Bourbon, bref, il gouverna le pays sans doute pas plus mal qu’un autre et le prépara à la République qui n’allait plus tarder à revenir d’actualité. A sa mort en 1824, il laissa le pays à son frère dans un bien meilleur état que Napoléon le fit à son successeur ce qui est déjà un résultat notable. L’Histoire populaire a gardé le souvenir de l’Empereur et un peu oublié celui de Louis XVIII, c’est dommage mais la mémoire des peuples retient plus souvent le nombre des morts et des conquêtes au cours d’un règne que les résultats d’une saine administration. C’est ainsi !

Le Duc de Castries (René de La Croix de Castries, 1908-1986) auteur de cet ouvrage fut membre de l’Académie française et historien. Son style est agréable et suranné, son appartenance à une grande famille de France ne l’empêche pas de prendre parti sur les évènements relatés, il le fait avec mesure et analyse, c’est l’essentiel.

Festival de Musique de chambre de Perros-Guirec


Sonates de Beethoven, Schumann et Franck par le duo Sayaka SHOJI au violon et Ilya RASHKOVSKIY au piano ; c’est beau comme le coucher de soleil sur la baie de Trestraou sur laquelle donne la salle concert de Perros-Guirec. Ces jeunes musiciens développent une technicité et un talent remarquables, fruit sans doute d’années de travail. L’un comme l’autre ont commencé leur instrument à un âge où leurs congénères jouent aux billes et à la poupée. Le résultat est impressionnant. Le programme est des plus classiques, il est interprété avec bonheur.

ARASSE Daniel, ‘Histoires de peinture’.

Sortie : 2004, Chez : folio essais 469.

Ce livre est un recueil des scripts d’une vingtaine d’émissions diffusées en 2003 sur France-Culture dans lesquelles Daniel Arasse, historien d’art, a développé sa vision de la peinture. Spécialiste amoureux des peintres italiens de la renaissance, il analyse en 25 chapitres les techniques utilisées par les artistes de cette époque et les illustre par les photos de 45 œuvres reproduites au milieu de l’ouvrage.

Arasse revient sur l’apparition de la perspective, les rapports entre la peinture et la nature, l’inspiration divine et la religiosité contenue dans certaines toiles, le maniérisme, Leonard de Vinci, Vermeer, l’anachronisme, le détail invisible dans les peintures, la diffusion populaire de l’art, la restauration des œuvres, et, finalement, le lien de cette époque avec l’art contemporain.

Ces chapitres se déroulent comme des leçons inaugurales, c’est un élégant torrent d’érudition et de passion qui nous fait vivre les œuvres décrites et comprendre la technique et son évolution à travers le temps.

TESSON Sylvain, ‘Berezina’.

Sortie : 2015, Chez : éditions Guérin

Sylvain Tesson, raider professionnel, écrivain occasionnel, nous emmène cette fois-ci dans un remake de la retraite de Russie de l’Empereur Napoléon 1er. Russophile et admirateur de l’empereur, il va faire un Moscou-Paris (les Invalides) avec deux side-cars et une bande de potes, le tout en plein hiver, comme il se doit. Le drapeau de la Grande Armée est planté sur l’une des nacelles et le bicorne de l’empereur remplace le casque à l’étape.

C’est l’occasion de retracer l’épopée dramatique de la Grande Armée défaite par l’hiver et les soldats russe de Koutouzov : des centaines de milliers de morts des deux côtés pour en revenir à la situation frontalière de départ et au renversement des alliances, finalement la Russie s’alliera à l’Anglais pour faire tomber Napoléon définitivement.

Tesson profite de chaque étape de ses side-cars pour revenir sur la fuite dantesque des officiers et soldats de Napoléon, melting-pot de nombreuses nationalités. Il s’agit du froid glacial, de pillages, de massacres, de déroute, mais surtout d’énergie vitale pour essayer de sauver sa peau et de rallier la France.

200 ans plus tard le péril est moindre, il s’agit plutôt d’éviter les camions sur les routes enneigées que d’échapper aux raids de Koutouzov. Notre joyeuse bande de raiders franco-russe ingurgite des quantités de vodka gargantuesque (« cristalline comme l’eau de Savoie ») et se réchauffe à l’évocation de la fuite éperdue de Napoléon. La petite bande voue une admiration sans borne à l’empereur, les russes car il leur a permis de le battre, Tesson car il est un symbole de l’aventure tragique et inutile. En nos temps d’individualisme forcené il rend hommage au sens du sacrifice de ces hommes, enthousiastes à l’idée de mourir « … pour une idée abstraite supérieure à nous-mêmes, pour un intérêt collectif et -pire- pour l’amour d’un chef ».

Et puis il vénère l’âme russe, « une capacité à laisser partout des ruines, puis à les arroser par des torrents de larmes », bref, une défaite militaire au cœur de la grande Russie est le cadre idéal pour un récit de Tesson, conquérant de l’inutile.

Le final se passe aux Invalides où la petite bande gare ses side-cars après 4 000 km de route, rejointe par quelques amis. Sous la statut de son héros, Tesson clos son ouvrage :

« Qui était Napoléon ? Un rêveur éveillé qui avait cru que la vie ne suffisait pas. Qu’était l’Histoire ? Un rêve effacé, d’aucune utilité pour notre présent trop petit. »

puis rentre prendre une douche. Un livre sympathique pour mieux connaître un auteur orignal.

L’atelier des lumières


Une ancienne fonderie du XIème arrondissement parisien a été reconvertie en galerie d’exposition techno. Ouverte dernièrement elle présente trois animations colorées et mouvantes où des projecteurs diffusent une féérie visuelle sur les murs gigantesques de cette friche industrielle reconvertie dans la culture 2.0.

L’une d’entre elle est dédiée à Gustav Klimt et les artistes de l’art nouveau viennois. Le mixage de ces peintures avec la technologie moderne de projection autorise une vulgarisation aisée de cet art. Une deuxième animation « Hundertwasser » est le fruit de l’engagement écologique d’un artiste autrichien, architecte écologiste, c’est un festival de couleurs et de formes baroques magnifiquement mis scène par ces projections. La troisième est une création algorithmique : on se promène dans une espèce de galaxie en noir et blanc fruit de l’intelligence artificielle. Les plus âgés penseront que la main de l’Homme a encore la primauté sur l’art numérique.

Palais impérial de Compiègne


Le Château de Compiègne a accueilli tout ce que le pays a compté de têtes couronnées depuis Charles V et son achèvement en 1380. D’abord médiéval, il fut transformé par Louis XV puis son successeur Louis XVI puis les empereurs français. La République a mis bon ordre à toute cette royale gabegie, un peu clinquante sur les bords, et transformé ce palais en musée afin que les citoyens puissent se recueillir devant les cendres de la mégalomanie impériale. On y croise de nombreux touristes britanniques, sans doute à la recherche de ce qu’il ne faut pas faire pour maintenir une monarchie en état de marche.

Le visiteur déambule dans les appartements de Napoléon 1er et de Joséphine qui firent remettre en état le château après les dommages de la révolution de 1789. Napoléon III poursuivit la tradition et tout un petit monde lié au pouvoir impérial s’y réunit régulièrement, les diplomates mêlés aux scientifiques, les princes avec les artistes, pour chasser, deviser, écouter des concerts, assister à des pièces de théâtre, bref la vie de cette haute société qui fit progresser l’Histoire des hommes, souvent avec pertes et fracas.

Partie intégrante de cet édifice est le musée nationale de la Voiture dans lequel s’entasse une collection de véhicules hippomobiles du XVIIIème siècle jusqu’à l’apparition des premières automobiles motorisées dont l’on voit la Citroën à chenilles qui participa à l’expédition Citroën en Centre-Afrique dans les années 20 (la « Croisière Noire »), de Colomb- Béchar à Tananarive.

Seu Jorge – 2018/07/08 – Paris la Philharmonie


Seu Jorge avait composé la bande originale du film de Wes Anderson The Life Aquatic with Steve Zissou sorti en 2004 et qui est une parodie de la vie du Commandant Cousteau. « Composé » est un bien grand mot puisqu’en fait il lui avait été demandé de réinterpréter les classiques de David Bowie qu’il avait donc réécrits en portugais et joués à la sauce samba. Seu et sa guitare jouent d’ailleurs leur rôle dans le film. Cette BO était restée célèbre, particulièrement dans le milieu des fans de l’artiste britannique. Il n’y avait jamais vraiment eu de tournée consacrée à cette musique aussi, après la disparition de Bowie, Seu Jorge décida cette tournée hommage.

Il est accompagné ce soir de l’orchestre de l’Ile de France dans la grande salle de la Philharmonie et interprète les morceaux de légende de Bowie : Changes, Five Years, Rock ‘n’ Roll Suicide, Ziggy Stardust, Life on Mars (qu’il dédie à Bowie et à son père décédé quelques jours plus tard) et tant d’autres. C’est émouvant et original, Seu Jorge est un artiste brésilien d’exception qui mêle son talent à celui de Bowie, créateur de légende ; la musique est un langage presque universel, ces deux-là le démontre brillamment.

Alors que les musiciens se retirent, la sono diffuse un tonitruant Lets Dance !

Etienne Daho « Blitztour » – 2018/07/03 – Paris la Philharmonie


Etienne Daho joue à la Philharmonie de Paris, dans le cadre de cet excellent festival Days Off, devant un parterre de quinqua-sexa à la recherche désespérée de leur jeunesse passée. Daho y joue son dernier album et nombre de morceaux de son catalogue de pop mélancolique, déclenchant l’enthousiasme du public devant ces réminiscences d’un temps désormais révolu. Jeune homme un peu attardé à la sincérité désarmante il continue à développer un rock français émouvant et un regard un peu tristoune sur le temps qui passe et les amours déçus.

Ah, n’oublions pas, la première partie s’appelle Tristesse Contemporaine !

Setlist : Les Filles du canyon/ Le grand sommeil/ Le Jardin/ Sortir ce soir/ Poppy Gene Tierney/ Comme un boomerang/ Réévolution/ L’invitation/ Week-end à Rome/ Les Flocons de l’été/ Des attractions désastre/ Tombé pour la France/ Le Premier Jour (du reste de ta vie)/ Epaule Tattoo/ Bleu comme toi/ Ouverture

Encore : Après le blitz/ Summertime

BINET Laurent, ‘La septième fonction du langage’.

Sortie : 2015, Chez : Grasset.

L’itinéraire déjanté d’un commissaire de police dans le milieu intello-marxisant parisien des années 80. Roland Barthes est mort renversé par une camionnette et un crime est soupçonné. L’enquête mènera notre Sherlock Holmes des cours de Michel Foucault à Vincennes, aux réunions des Brigades Rouges à Bologne, des bars gays aux ors de l’Elysée, des fumeurs de crack aux espions de l’Est. Ce qui ressemble à un complot serait mené pour s’assurer l’exclusivité de la connaissance de la septième fonction du langage, permettant à son détenteur la domination du monde.

L’auteur plonge avec ironie dans le microcosme de la sémiologie et de la philosophie, où Deleuze, Eco, Derrida, Althusser, Sarthe se croisent et s’affrontent, avec des mots que d’autres interprètent avec des bombes. Philippe Sollers et son épouse bulgare psychanalyste Julia Kristeva sont les héros malfaisants de cette histoire burlesque qui se termine en apothéose.

La caricature de ce monde intellectuel est sans doute un peu excessive, elle est en tout cas franchement désopilante. L’auteur malin tient ses lecteurs en haleine avec ce polar où les malfrats sont des penseurs du Collège de France.

David Byrne « American Utopia » – 2018/07/03 – Paris la Philharmonie


David Byrne et ses onze musiciens nous offre un remake du célèbre Stop Making Sense, le célèbre film de Jonathan Demme sur un concert des Talking Heads de 1983 à Hollywood. La mise en scène du concert de l’époque, fruit de l’inventivité de David Byrne et du groupe, avait suffi à faire de ce film, l’un des plus beaux sur un show de rock.

Trente-cinq années plus tard, Byrne à la crinière blanchie mais à l’imagination toujours aussi flamboyante, remonte un spectacle tourné autour de sa musique, celle des Talking Heads mais aussi extraite de ses nombreux disques solos. C’est un concert 2.0 orienté sur la mobilité des musiciens. La scène de la Philharmonie est dépouillée, un immense carré bordé sur ses trois côtés de rideaux style stores à fanfreluches desquels émergent les acteurs-musiciens. Il n’y a rien d’autre, ni fil, ni ampli. Tous les musiciens portent leurs instruments en bandoulière, y compris percussions et clavier, ils sont habillés de costumes gris, style équipage d’un vaisseau Star-Trek, emmenés par le génial David Byrne.

La musique est le centre de tout, toujours nerveuse, saccadée, intelligente. Les musiciens ont tous l’âge d’être les enfants de David qu’ils entourent avec enthousiasme et efficacité, mention spéciale pour une guitariste d’exception qui clos le show avec un incroyable solo sur The Great Curve. Ce serait une bonne idée de refaire un film sur cette chorégraphie musicale d’exception.

Setlist : Here/ Lazy/ I Zimbra (Talking Heads song/ Slippery People (Talking Heads song)/ I Should Watch TV (David Byrne & St. Vincent cover)/ Dog’s Mind/ Everybody’s Coming to My House/ This Must Be the Place (Naive Melody) (Talking Heads song)/ Once in a Lifetime (Talking Heads song)/ Doing the Right Thing/ Toe Jam (Brighton Port Authority cover)/ Born Under Punches (The Heat Goes On) (Talking Heads song)/ I Dance Like This/ Bullet/ Every Day Is a Miracle/ Like Humans Do/ Blind (Talking Heads song)/ Burning Down the House (Talking Heads song)

Encore : Dancing Together (David Byrne & Fatboy Slim cover)/ The Great Curve (Talking Heads song)

Encore 2 : Hell You Talmbout (Janelle Monáe cover) (with Laura Mvula)

Warmup : Laura Mvula

Une visite au Pergamonmuseum de Berlin

 


Le célèbre musée et ses collections de monuments antiques est en travaux de rénovation : le grand autel de Pergam n’est pas visible mais la porte de d’Ishtar l’est, heureusement. Et l’on replonge aux temps de Nabuchodonosor 6 siècles avant Jésus-Christ, un temps où cette région orientale, entre Irak et Syrie, n’étaient pas encore ravagée par la religion. On se souvient que le groupe Etat islamique a mis un soin tout particulier à détruire les monuments préislamiques dans les zones qu’ils ont occupés car pour eux l’art n’existait pas avant l’invention de l’islam et ces tas de pierres ne sont que les objets d’une adoration malsaine, donc à détruire.

Les puissances colonisatrices de ces régions ont entrepris des recherches archéologiques importantes à partir du XVIIIème siècle et ramené dans leurs musées nombre de ces trésors de l’Humanité qu’il faudra bien un jour rendre à leurs pays d’origine. La monumentale porte d’Ishtar a été reconstituée à partir de fragments trouvés lors des fouilles. Au moins elle est restée à l’abri et s’offre aux yeux des visiteurs.

Massive Attack – 2018/06/29 – Berlin la Zitadelle de Spandau


Un beau et classique concert de Massive Attack à la Zitadelle Spandau de Berlin, sans Martina Topley Bird mais avec le renfort des Youg Fathers désormais habitués à assurer le warm-up et quelques morceaux avec leurs hôtes. Le show est en plein air sur un terrain plutôt plat avec des allemands qui font une moyenne d’1m90, la vue n’est pas excellente mais heureusement les teutons partent se ravitailler en bière régulièrement laissant le champ un peu plus libre.

Le visuel est un peu renouvelé sur le vaste écran led de fond de scène : un peu moins de messages politiques, un peu plus d’effets lumineux qui n’atténuent pas le côté sombre de cette musique obsessionnelle rythmée par le voix de ses trois chanteurs dont les deux fondateurs parlent plus qu’ils ne chantent avec un traitement sépulcrale de leur organe. Il fait froid sur Berlin à la nuit tombée, nous sommes à deux pas de l’emplacement de l’ex-prison de Spandau où furent enfermés les dignitaires nazis et où Rudolh Hess vécu seul les 20 dernières années de sa vie avant de se pendre à un câble électrique en 1987 (version officielle), les Massive Attack dévident leur musique glaçante sur une assistance tétanisée par la beauté noire de cette musique venue d’un autre monde.

Setlist : Hymn of the Big Wheel (with Horace Andy)/ Risingson/ United Snakes/ Ritual Spirit (with Azekel)/ Girl I Love You (with Horace Andy)/ Eurochild/ Future Proof/ Voodoo in My Blood (with Young Fathers)/ Way up here (with Young Fathers)/ Angel (with Horace Andy)/ Inertia Creeps/ Safe From Harm (with Deborah Miller)

Encore : Take It There/ Unfinished Sympathy (with Deborah Miller)/ Splitting the Atom (with Horace Andy)

SHIFFTER Frédéric, ‘Journées perdues’.

Sortie : 2017, Chez : Séguier.

L’auteur est professeur de philosophie, né et vivant à Biarritz. Cet ouvrage est son journal de nonchalance de janvier 2015 à décembre 2016. Il ne travaille plus, a priori en congé de maladie longue durée il obtient au milieu du livre sa réforme définitive de l’enseignement et s’en réjouit. Soulagé de cette charge professionnelle qui avait l’air de le traumatiser sans vraiment l’occuper, il papillonne depuis entre dîners en ville, interventions philosophiques grand-public sur France Culture, signatures de livres, siestes coquines ou séances de surf doux. Et il devise sur cette inactivité qu’il promeut avec ferveur.

Grand admirateur de Cioran, il peine à égaler son modèle qu’il cite abondamment. Un peu narcissique, un peu auto-satisfait, Shiffter a rédigé un livre inutile mais léger, ponctué de petites phrases de son cru plutôt bien tournées :

« La nostalgie est aussi la conscience d’un futur sans avenir. »

« Si Dieu existait il nous épargnerait le fanatisme, ce scepticisme mal vécu. »

« On commence à se sentir vieux quand on a l’impression de tracter un corbillard chargé des années défuntes de son enfance et sa jeunesse. »

Tout ceci est un peu facile, comme la vie de l’auteur au pays basque.

Anna Calvi – 2018/06/15 – Paris la Gaîté Lyrique


Anna Calvi annonce un prochain disque pour le 31 août et commet quelques déclarations sur sa promotion de la bisexualité. Elle joue ce sort à la Gaîté Lyrique, sympathique salle parisienne à dimension humaine. Elle est précédée de Jane Added et de Rouge Mary. La première est une artiste intelligente que l’on croise régulièrement sur la scène parisienne avec sa basse et ses compositions. Elle mixe ce soir quelques morceaux qu’elle aime. Le second est habillé en femme et chante sur ses mixes. Dans la salle des couples lesbiens s’embrassent à pleine bouche, le chroniqueur se demande soudain s’il ne s’est pas trompé de salle…

Puis arrive Anna Calvi, brillant de mille feux, sans doute libérée par cette atmosphère. L’intimité de la salle avec une avancée de la scène jusqu’au milieu de la fosse la rapproche de ses fans. Elle y joue à genoux front contre front de certains d’entre eux, avec un regard de panthère elle caresse les cheveux des uns, se couche sur le dos pour interpréter des solos dantesques. Mais au-delà de ce show, elle reste une artiste hors par, alliant une voix d’opéra, le jeux de guitare de Jimi Hendrix et un talent sans compter.
Sur son site web (http://annacalvi.com/) elle déclare au sujet de la sortie de son disque « Hunting » :

I’m hunting for something – I want experiences, I want agency, I want sexual freedom, I want intimacy, I want to feel strong, I want to feel protected and I want to find something beautiful in all the mess.

I want to go beyond gensder. I don’t want to have to chose between the male and female in me.

I’m fighting against feeling an outsider and trying to find a place that feels like home.

I believe that gender is a spectrum. I believe that if we were allowed to be somewhere in the middle, not pushed to the extremes of performed masculinity and femininity, we would all be more free. I want to explore how to be something other than just what I’ve been assigned to be. I want to explore a more subversive sexuality, which goes further than what is expected of a woman in our patriarchal heteronormative society. I want to repeat the words “girl boy, woman man », over and over, to find the limits of these words, against vastness of human experience.

I believe in the female protagonist, who isn’t simply responding to a man’s story. I go out into the world and see it as mine – I want something from it, rather than just being a passive product of it. I’m hungry for experiences. Sometimes things seem clear, and other times I feel lost. I feel strong and yet vulnerable; I wear my body and my art as an armour, but I also know that to be true to myself is to be open to being hurt.
The intent of this record is to be primal and beautiful, vulnerable and strong, to be the hunter and the hunted.

– Anna

Schubert par Radu Lupu


Le patriarche Radu Lupu, barbe blanche et costume noir, s’avance d’un pas hésitant vers son piano au centre de la Philharmonie de Paris ce soir. Le pianiste roumain va jouer Schubert et nous accompagner avec douceur pour une plongée dans cette musique méditative et profonde. Il effleure les touches et délivre son immense talent mis au service d’une musique d’exception. Radu Lupu devant son piano noir ressemble à Victor-Hugo écrivant sur son écritoire dans son île de Guernesey : des artistes d’exception dédiés à leur art infini !

Zao Wou-Ki L’espace est silence au Musée d’art moderne


Zao-Wou-Ki (1920-2013) est exposé au Musée d’art moderne de Paris. Peintre chinois il quitte son pays en 1948 pour venir s’installer à Paris où il obtiendra la nationalité française et poursuivra son œuvre. Inspiré, notamment, par la musique de Varese, la poésie de Michaud, ses tableaux sont abstraits, sur des toiles de grandes dimensions. Pas facile d’y trouver du sens ; Varèse, Michaud, Zao-Wou-Ki, on est vraiment dans le très abstrait…

Jeff Beck – 2018/06/09 – Paris l’Olympia


Jeff Beck (73 ans), guitariste britannique de légende donne un concert à Paris. Il remplaça Eric Clapton au sein des Yardbrids en 1965 avant de mener une brillante carrière solo ponctuée de multiples collaborations, notamment avec Bowie sur la dernière tournée de Ziggy Stardust. On l’annonça chez les Rolling Stones et les Pink Floyd, mais il garda son indépendance et poursuivi sa route et son influence sur le rock du XXème siècle. Soliste inspiré il fut un bricoleur de génie à une époque où la technique sonique était loin d’être ce qu’elle devint avec l’apport de l’électronique. Il donne ce soir la pleine mesure de son talent que le temps n’a point effacé, entouré d’un groupe sympathique dont deux femmes à la basse et au violoncelle et un chanteur faisant des apparitions ponctuelle.

L’homme est guitariste alors il s’agit d’un concert de guitariste qui n’a pas tout à fait le souffle d’une vraie création, mais l’homme a participé à une époque musicale tellement brillante et inspiré tant de ses créateurs que sa simple présence, et sa virtuosité, nous replonge dans un temps que nous avons tant aimé.

Bryan Ferry – 2018/06/02 – Paris Palais des Congrès


Joli concert de Bryan Ferry à l’Olympia ce soir, centré sur du Roxy Music et les premiers albums solo de l’artiste, pas de trace par contre de Avonmore ou autre Olympia, qu’importe, on eut aussi s’en passer tant est doux et bon d’entendre de nouveau, encore et encore, Out of the blue, l’enchaînement Wasteland/Windswept ou Bryan siffloter sur le final de Jealous guy !

Toujours élégant et un peu distant, Ferry nous régale de sa voix brumeuse sur les classiques de notre vie musicale. Quel bonheur ! Laissez agir, il n’en reste que de l’émerveillement.

Setlist : The Main Thing (Roxy Music song)/ Don’t Stop the Dance/ Ladytron (Roxy Music song)/ Out of the Blue (Roxy Music song)/ Oh Yeah (Roxy Music song)/ A Wasteland/ Windswept/ Bête Noire/ Zamba/ Stronger Through the Years (Roxy Music song)/ Slave to Love/ Bitter Sweet/ Mamouna/ Re-Make/Re-Model (Roxy Music song)/ Do the Strand (Roxy Music song)/ In Every Dream Home a Heartache/ If There Is Something (Roxy Music song)/ More Than This (Roxy Music song)/ Avalon (Roxy Music song)/ Love Is the Drug (Roxy Music song)/ Virginia Plain (Roxy Music song)

Encore : Let’s Stick Together (Wilbert Harrison cover)/ Jealous Guy (John Lennon cover)/ Editions of You

d’ORMESSON Jean, ‘Guide des égarés’.

Sortie : 2016, Chez : NRF GALLIMARD.

Au crépuscule de sa vie Jean d’Ormesson aligne quelques pensées dans ce court opuscule sur les grands thèmes de la vie : la disparition, la science, l’espace, l’air, l’eau… la vérité, l’amour, Dieu. C’est léger et inutile comme un livre de Jean d’Ormesson, élégant et éphémère comme son auteur disparu récemment.

Face aux mystères de l’univers et à la complexité de l’Homme, d’Ormesson fait preuve d’humilité et d’optimisme. Il ne cache pas son émerveillement devant la nature et les sentiments humains, mais, comme nous tous il s’interroge sans fin sur le sens de tout ceci.

XUAN THUAN Trinh, ‘Une nuit’.

Sortie : 2017, Chez : L’ICONOCLASTE

Astrologue d’origine vietnamienne, l’auteur évoque dans ces pages ses réflexions sur la nuit et l’univers alors qu’il est isolé dans un observatoire perché sur un volcan du pacifique. Le livre est illustré de photos sublimes de l’espace, festival de couleurs, de formes et d’infini. Le texte est parsemé de citations littéraires sur la nuit, l’univers et ses mystères qui ont tant et tant inspiré l’Homme.

Trinh Xuan Thuan nous invite à partager son émerveillement et son questionnement face à ce monde globalement inconnu. Il y mêle un peu de vulgarisation scientifique, un peu de philosophie, un peu de littérature et beaucoup de bon sens qui structure la pensée d’un homme face à l’incroyable munificence de l’univers.