Les Borgia, ça ne vous rappelle rien ?

Borgia_Musee-Maillol_201409Exposition Les Borgia et leur temps au musée Maillol. Famille tentaculaire de papes au XV et XVIème siècles, pouvoirs, crimes, influences et papauté furent leur quotidien, mais aussi l’art de la renaissance que Lucrèce a soutenu. C’est en partie la débauche des Borgia qui a fait éclore la réforme de Martin Luther qui prônait rigueur et retour à la lettre de la Bible. Evidemment les catholiques vont affronter les protestants et faire couler des rivières de sang et de barbarie, chacun défendant son Dieu. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ?

Moonwalk One

Moonwalk One, un sympathique documentaire sorti en 1970 sur l’aventure américaine de la conquête de la lune, plein d’images d’archives de la Nasa encore jamais dévoilé. Quelle époque ! Quelle odyssée !

Génocides, ghettos et autres joyeusetés du siècle…

 

Double expositions au Memorial de la Shoah sur les ghettos juifs durant la deuxième guerre mondiale et le génocide rwandais de 1994. A l’heure où l’Europe voit revenir au premier plan des partis extrémistes et nationalistes, ces rappels historiques ne font pas de mal. Mitterrand disait : « le nationalisme c’est la guerre » lors des guerres de Balkans des années 90’s. A méditer !

Une conversation animée avec Noam Chomsky


Michel Gondry, vidéaste-musicien, original et engagé, rendu célèbre notamment par des clips pour Daho, Bjork, The Rolling Stones, et d’autres… rencontre Noam Chomsky, linguiste-philosophe américain tendance anarchiste. Il en résulte un film d’animation d’une heure et demie qui illustre leur conversation complexe sur l’acquisition du langage, la grammaire générative et autre révolution cognitive. On ne comprend pas tout mais on écoute fasciné ce grand penseur à la voix monocorde. A 86 ans il en a vu de toutes les couleurs et même pris des positions politiques parfois jugées anti-américaines. Définitivement rationaliste il répète à plusieurs reprises que cendres nous revendrons aux cendres, que la vie n’a pas de sens, mais il le répète avec une bonhommie désarmante.

Le film est disponible sur www.michelgondry.com.

Exposition Robert Mapplethorpe au Grand Palais

Des photos de corps et de nus, de noirs et de blancs, en noir et blanc, un peu lassant. Pas évident de voir en Mapplethorpe le si grand artiste que signale la documentation de l’exposition, un bon photographe certainement, et surtout l’ami de cœur de Patti Smith dans les années Chelsea Hotel des 70’s new-yorkaises, période sur laquelle Patti a écrit un si émouvant journal : Just Kids. Un temps si fructueux et libéré, qui a semé la mort dans les rangs de ceux qui l’ont vécu mais aussi une formidable créativité dont Mapplethorpe fut l’un des hérauts.

Cinéma : Ida

Un très beau film polonais, intimiste, où une jeune nonne orpheline, à la veille de prononcer ses vœux dans les années 60, part retrouver une tante et plonger dans passé familial et national trouble : antisémitisme, stalinisme, catholicisme ; bref, des idéologies qui se percutent dans la Pologne de l’après-guerre mais qui ne dérouteront pas notre héroïne de son chemin tracé vers le Dieu catholique.

Le loup de la décadence

Le Loup de Wall Street, le dernier film de Martin Scorsese sur la folie qui a envahit le secteur de la Finance dans les années 80 : un monde de clinquant, de vulgarité, de drogue et de fric coulant à flot, emportant toute raison, toute intelligence. Un monde qui fut tristement annonciateur de la crise financière de 2008 qui a mis le monde occidental à genoux, mais personne n’a pu ou n’a voulu anticiper la catastrophe, préférant continuer à se servir une soupe qui allait tourner très amère !

Serge Poliakoff – Le rêve des formes

Exposition « Serge Poliakoff – Le rêve des formes » au musée d’art moderne de Paris, un régal de couleurs et de formes par cet artiste abstrait. Citoyen russe, arrivé en famille en France au début du XXème siècle pour fuir la révolution bolchévique, il vit de ses prestations de guitariste dans les bars russo-tsiganes qui accueillent cette population de russes « blancs », avant de se lancer dans la peinture. Il réalisera des œuvres mystérieuses et colorées qui vous plongent dans des abimes de méditation. Yves Saint-Laurent dessinera une collection de robes inspirées de Poliakoff.

Cavanna est mort

Cavanna

Merde… !!! Encore un triste départ, encore un combattant qui nous quitte. Cavanna nous a fait marrer durant des décennies avec son anarchisme trash qui finalement véhiculait beaucoup de bon sens et de tendresse. Depuis ces dernières années il chroniquait dans Charlie Hebdo l’évolution démoniaque de sa maladie de Parkinson, sans oublier quelques commentaires grinçants sur cette vieillesse-naufrage. Il avait créé Hara-Kiri avec le Professeur Choron et contribué à lancer parmi les dessinateurs satyriques parmi les plus percutants. Ils ont secoué la société ronronnante. Il a écrit aussi de nombreux livres, qu’il nous reste à lire maintenant.

Adieu l’artiste !

Stewart par Polansky

Un documentaire sur le champion de Formule 1 Jackie Stewart produit par Roman Polanski et tourné à l’occasion du Grand Prix de Monaco 1971 ; l’époque des seigneurs de la course automobile ! On partage les 3 jours du grand prix avec Jackie et sa femme Helen. On croise sur la piste Ronnie Peterson, Graham Hill, Pedro Rodriguez, Jo Siffert, Jean-Pierre Beltoise, Emerson Fittipaldi, François Cevert, Ken Tyrrell ; mais aussi Nina Rindt, la femme de Jochen décédé l’année précédente… car on se tuait beaucoup sur les pistes à l’époque, hélas.

Le film se termine 40 ans plus tard sur un dialogue entre Polanski et Stewart, amis depuis toujours. Dialogue touchant où le champion nous révèle sa dyslexie découverte très tard et de son quasi analphabétisme lorsqu’il démarra la course automobile, un état savamment caché par celui qui fut l’un des premiers à professionnaliser son statut de champion automobile.

Du pain béni pour ceux qui ont aimé les circuits de cette époque.

« Le dernier des injustes » de Claude Lanzmann

Le dernier des injustes, où Claude Lanzmann utilise des matériels qu’il avait accumulés lors du tournage de Shoah. Un film de presque quatre heures centré sur une interview de Benjamin Murmelstein réalisée en 1975. Il administra avant la guerre le bureau d’émigration des juifs de Vienne, dont il était également le rabbin, puis il fut doyen des juifs du camp de concentration « modèle » de Theresienstadt jusqu’à la libération. A ce titre il travailla avec Eichmann dans des conditions qu’il explique. Petit personnage trapu et vif, il explique, justifie, démonte, son action de l’époque qui fut très controversée après la guerre, sans passer sous silence que s’il pensait d’abord à la communauté juive du camp, il pensait aussi à son sort, sans masquer le fait que sa position de doyen impliquait également des enjeux de pouvoirs et que les juifs des camps étaient « des martyrs mais pas tous des saints ».

Au passage il démonte la théorie d’Hannah Arendt sur la banalité du mal qui considérait Eichmann comme un simple bureaucrate du système nazi. Il qualifie ce raisonnement de « risible » et qualifie Eichmann de « démon corrompu ».

Lanzmann fait pencher la balance en sa faveur, et à tout le moins pousse les spectateurs à la réflexion devant l’incroyable complexité de ces situations où le système nazi cherchait à s’appuyer sur la communauté juive pour l’administration des ghettos, poussant ainsi la perversité à son apogée en impliquant les victimes dans l’administration de la solution finale.

Les catacombes de Paris


Visite des Catacombes de Paris : les ossements de 6 millions de parisiens entassés dans d’anciennes carrières qui mitent les sous-sols de la ville. C’est impressionnant et un peu morbide. C’est en tout cas un must sur tous les guides touristiques vu le nombre d’étrangers prêts à faire la queue des heures pour y accéder.

Hiroshima mon amour d’Alain Resnais

Hiroshima mon Amour, film classique de 1959 ressort sur les écrans. Avec Alain Resnais (réalisation), Marguerite Duras (scénario et dialogues) et la ville d’Hiroshima (cadre du film) : évidemment ce n’est pas la franche rigolade ! Il s’agit d’amour, de guerre, et donc de mort. Si on ajoute le phrasé saccadé-surfait d’Emmanuelle Riva, on a un film moderne à l’époque, mais un film légendaire quand même.

Exposition « La spoliation des juifs – une politique d’Etat 1940-1944 »

 


Exposition au Memorial de la Shoah sur le processus de spoliation des juifs de France de 1940 avec l’occupation allemande jusqu’à la libération en 1944. Sont exposés les textes définissant la qualité de « juif » et ceux légalisant la saisie de leurs biens, tous signés par le pouvoir français de l’époque. On y découvre le détail des procédures : recensement des hommes et de leurs biens, mise sous administration provisoire des biens détenus directement ou indirectement par des juifs, saisies, ventes aux enchères à des « bons français », versement des produits des ventes à la Caisse des dépôts et consignation pour 90% et le solde sur le compte de fonctionnement du Commissariat général aux questions juives, etc. La plupart des saisies portent sur de petites entreprises, des boutiques individuelles. On y lit des lettres de chefs de famille ruinés et spoliés adressées aux autorités françaises demandant une indulgence qui ne sera pas accordée. Et d’autres lettres d’administrateurs volontaires qui proposent leurs services pour la gestion des biens juifs… Tout ceci est quelque peu terrifiant !

« Oh Boy » de Jan Ole Gerster


Un petit film intimiste, Oh Boy, qui pourrai être français mais qui est allemand, ou 24 heures à Berlin dans la vie d’un post-adolescent, génération bof, à qui pas grand-chose ne réussit ces derniers mois. Etudiant raté, amoureux dans le doute, en conflit avec son père qui le finance, etc. Touchant !

Hannah Arendt de Margarethe von Trotta

 

Hannah Arendt, le film de Margarethe von Trotta sur la philosophe allemande et la polémique déclenchée par son célèbre reportage Eichmann à Jérusalem écrit à l’occasion du procès du responsable nazi retrouvé par Israël en Argentine, enlevé, jugé puis pendu dans ce pays pour sa participation active à la destruction des juifs d’Europe. La controverse fut déclenchée par la théorie d’Arendt sur « la banalité du mal » et son compte-rendu de la participation plus ou moins consciente, plus ou moins active, de certains judenrates (comités juifs) évoquée lors du procès.

Sa théorie fut de dire que l’un des aspects les plus terrifiants de la barbarie nazie réside dans le fait qu’elle a été exercée par des hommes normaux, de bureaucrates, auxquels le régime avait ôté toute capacité de penser, et donc de différencier le bien et le mal. Le film de cette réalisatrice allemande est tout sauf hollywoodien, Dieu merci, mais évidemment d’un format insuffisant pour rendre compte de l’analyse de cette philosophe qui a théorisé le mal tout au long de sa vie et traité de la Shoah sous son aspect philosophique, sans affect mais avec détermination. Le mieux est encore de lire « Eichmann à Jérusalem, rapport sur la banalité du mal ».

Le Passé d’Asghar Farhadi

 


Un film du réalisateur iranien Asghar Farhadi, sombre face-à-face familial en huis-clos, pas une note de musique sauf sur la dernière image, que des cris, des larmes ou des chuchotements pour accompagner de pesants secrets qui ne seront jamais complètement dévoilés. Prix d’interprétation féminine à Cannes 2013 pour l’actrice Bérénice Bejo. Comme il se doit pour un film intimiste, limite art-et-essai, il n’y a personne dans la salle.

Quadrophonia des Who

 


Après le récent concert Quadrophonia des Who (ou plutôt de ce qu’il en reste) à Paris, voici le film de 1979 Quadrophonia qui ressort sur les écrans illustrant les luttes des bandes de jeunes refusant la société de leurs parents, entre Mods et Rockers, au Royaume-Uni dans les années 60. On y croise Sting peroxydé au milieu de la dérive du héros plus préoccupé par ses costumes, son scooter et ses amphétamines, que de satisfaire les ambitions de ses parents ou de son employeur ! Le film est vif et un peu désespéré. Il annonce Transpotting en 1996, encore plus noir et où les Punks ont remplacé les Mods. Le Monde s’est fait des révoltes de la jeunesse dont la plupart se sont terminées avec la compromission des révoltés !