Délinquance et chantage

Lavrilleux, le garçon qui était directeur de quelque chose à l’UMP et sous-chef d’autre chose dans la campagne électorale de Sarkozy, a avoué il y a deux ou trois mois avoir fait passer une dizaine de millions d’euros de fausses factures de communication de la campagne sur la caisse de l’UMP pour éviter de dépasser la limite légale des dépenses de campagne. Bien, la veille de ses aveux pitoyables, sur un plateau de télévision bien entendu, il avait été élu député européen (on envoie vraiment les meilleurs à Bruxelles…). Une information judiciaire est ouverte dans cette affaire. Il semble qu’une procédure d’exclusion de l’UMP soit en cours contre lui, c’est bien le moins, et cela énerve le garçon qui se répand en menaces, toujours dans la presse, en affirmant dans Le Parisien : « Pour le moment je me tais. Mais si on m’exclut de ce parti auquel j’appartiens depuis vingt-cinq ans, alors je reprendrai ma liberté de parole et je parlerai ». Continuer la lecture de « Délinquance et chantage »

Loi sur le logement

Etonnant : le Loi sur le logement initiée par la ministre écologiste Duflot (dite Loi Alur), à peine votée est actuellement détricotée, par le même pouvoir qui l’a mise en place, après le départ de cette ministre du gouvernement. Effectivement cela ne fait pas très professionnel. Pourquoi l’avoir laissé faire s’il fallait aussitôt défaire ? Ca ressemble au bouclier fiscal renforcé au début du quinquennat Sarkozy puis défait avant son départ en 2012. Du travail d’amateur et beaucoup de temps perdu.

Les archéos

Un nouveau gouvernement en France affiche sa politique économique sociale-libérale pour sortir le pays de sa croissance zéro. Evidemment cela perturbe le militant socialiste et nombre d’élus de ce parti. La droite aussi est troublée car elle ne peut plus critiquer la méthode alors elle avance des arguments de café de commerce : on va économiser 100 milliards et non 50 comme les socialistes (alors qu’on ne sait déjà pas bien où on va trouver les 50), il n’y a pas de résultats, etc.

La vérité c’est qu’en principe sur le programme économique avancé la République aurait dû trouver une coalition gauche-droite pour la mettre en œuvre, mais nous sommes en France et les archaïsmes et intérêts de basse politique prédominent sur l’intérêt général. Alors les uns essayent de mettre en place ce que les autres s’évertuent à saboter. Continuer la lecture de « Les archéos »

Des idéologies d’un autre âge

Il y a d’anciens militaires français qui se battent avec les rebelles ukrainiens pro-russes contre l’armée officielle ukrainienne.
Il y a des gamins français de banlieue qui font la guerre dite sainte aux cotés des extrémistes musulmans au Moyen-Orient.
Mais quel désespoir ou quel lavage de cerveau peut-il bien pousser tous ces gens à se battre pour ces idéologies d’un autre âge ?

Juppé-le-raide

Juppé-le-raide-comme-un-passe-lacets, informe ses concitoyens qu’il se présentera aux élections primaires pour les présidentielles. Ce garçon est vieux, repris de justice pour délinquance financière et il ne fait pas rêver l’électrice. Mais dans le champ de ruines qu’est la droite, il surnage comme un homme intelligent, moins ambitieux que les plus jeunes, avec de l’expérience politique (pas en économie hélas, il n’a jamais mis les pieds dans une entreprise), alors il fait plutôt bonne figure.

Cet évènement est de peu d’importance à ce stade, par contre, il démontre à nouveau par l’absurde l’erreur politique majeure commise par la présidence Chirac de passer d’un septennat au quinquennat. Nous le voyons, nous sommes à 2 ans et demi du prochain scrutin présidentiel et déjà la politicaille n’est préoccupé que par cette échéance, et cela va aller en s’aggravant… Pendant ce temps, elle ne s’occupe pas du reste.

Psychodrame franchouillard

Psychodrame franchouillard un peu pathétique, bataille de coqs dans une basse-cour, le gouvernement est démissionné par son chef après moins de six mois d’existence pour cause de rébellion de certains de ses membres, les ayatollahs de la dépense publique. Le pays n’avait vraiment pas besoin d’un tel épisode qui va tout bloquer durant quelques semaines.
Conflit d’égos surdimensionnés : le chef pense qu’il faut lancer le pays dans une gestion de ses finances publiques qui va progressivement (et très lentement) faire baisser le déficit légèrement, puis, ultérieurement celui de la dette et des produits financiers payés à nos créanciers ; certains de ses collaborateurs pensent que le risque de déflation dans lequel s’enfoncent la France et l’Europe mérite que l’on continue à dépenser plus d’argent public que nous n’en gagnons pour relancer l’économie. Continuer la lecture de « Psychodrame franchouillard »