Religion : la victoire des extrémistes

Encore des égorgements d’otages par des fanatique religieux au Moyen-Orient, encore des images de terreur diffusées par l’Orient vers l’Occident sous couvert de mission divine, mais cette fois-ci les égorgeurs passent à visage découvert sur YouTube et on y identifie des citoyens français, en l’occurrence un gamin normand, et bien normand, qui découpe en deux, au couteau, un otage syrien !

Les religieux qui cherchent à prendre le pouvoir en Iraq et en Syrie, voire ailleurs, n’ont pas encore gagné militairement mais ils ont sans doute emporté une victoire sur les âmes des mécréants occidentaux qu’ils veulent abattre. Ils ont réussi à convaincre des citoyens, français et britanniques notamment, d’abandonner le confort de leur vie occidentale pour venir combattre pour Dieu en égorgeant ses soi-disant ennemis. Une telle conversion est juste incompréhensible pour les gens normalement constitués. Elle est le fait de la religion qui seule peut défaire à ce point la raison.

La justice internationale va se saisir de ces crimes et poursuivre les coupables qui clament ne rêver que du martyr, ce qui rend un peu limitée l’effet de la menace de sanctions humaines. Ben Laden disait : « nous aimons la mort comme vous aimez la vie ! » Le combat contre ces religieux avec des moyens démocratiques va être compliqué.

Le calife et son califat

Des djihadistes irakiens en révolte contre le pouvoir irakien proclament le califat et s’érigent en Etat islamique avec pour objectif d’abattre les frontières impies bien au-delà des simples territoires iraquiens déjà reconquis. Bref, on n’a pas fini d’entendre parler de ces nouveaux illuminés qui s’illustrent déjà par leur cruauté vis-à-vis de leurs prisonniers. Et le calfat a un calife : le sieur Al-Bagdhdadi.

Religion

Le pape et ses cardinaux décident finalement de ne pas tourner leur aube et de continuer à refuser la communion aux divorcés, aux homosexuels et quelques autres corporations. Les spécialistes en vaticanoligie ont poussé dehors les consultants en guerre asymétrique pour quelques jours, le temps d’expliquer que le pape François 1er était un pape progressiste qui n’avait simplement pas été suivi par ses cardinaux, spécialement ceux des pays émergents (que l’on appelait anciennement pays du tiers monde) qui ne veulent définitivement pas donner la communion aux homosexuels. C’est ainsi ! Les vaticanologues précisent toutefois que le Vatican n’étant pas une démocratie, François 1er pouvait néanmoins décider seul de donner cette communion contre l’avis de son synode.
En termes de marché, il aurait tort, car sa clientèle cible se trouve justement dans ces pays émergents à la natalité débordante et la religiosité aussi aigüe que celle des occidentaux pour leurs aïe-fones. Ce segment de marché est l’avenir de la religion catholique alors pourquoi aller contre les convictions des consommateurs qui y résident ?
François 1er c’est sûr va y réfléchir avant de prendre une décision qui risque de nuire à la croissance de son activité.

« Nous aimons la mort comme vous aimez la vie ! »

Les barbus irakiens égorgent et décapitent un journaliste américain en filmant et diffusant l’exécution sur YouTube. En parallèle ils continuent à massacrer ou chasser tout être humain non musulman-sunnite des territoires qu’ils ont conquis. C’est la Saint-Barthélemy dans le désert, retour à un autre âge sous l’égide de Dieu. Souvenons-nous de Ben Laden qui disait : « nous aimons la mort comme vous aimez la vie ! »

Avec beaucoup de retard, l’islam sunnite applique une barbarie qui hélas a marqué toutes les religions dans leur histoire. Les catholiques ne sont pas les derniers à avoir empalé, torturé, martyrisé les opposants à l’idéologie de Rome, simplement c’était il y a des siècles et on pensait que la raison l’avait désormais emporté sur la religion. Ce n’est hélas pas le cas comme le confirment les évènements actuels !

Les subtilités du pape

Le pape François 1er prospecte de nouveaux marchés en Asie (en Corée du Sud en l’occurrence) et tout le monde tombe en pamoison devant cette stratégie divine. Il fait le job, voilà tout. La fiche du poste depuis Saint-Pierre est de répandre la foi catholique en diffusant son message. Eh bien il fait ce pour quoi il a été mandaté.

Comme nous sommes revenus à d’ancestrales guerres de religion au Moyen-Orient, le pape en a profité pour écrire à l’ONU en demandant « de tout faire… [pour que cessent les violences contre les chrétiens constituant]… une offense à Dieu et à l’humanité ». Qu’en termes divins ces choses sont bien dîtes. En l’occurrence « tout faire » consiste à envoyer des F16 bombarder des barbus.

Certains de ses évêques (de France) vont encore plus loin en justifiant l’utilisation de la force :

« Le voyage tout récent de la délégation de l’Eglise catholique en France vient de mesurer à quel point la population irakienne, dans ses diverses composantes, crie au secours. Entendrons-nous leur appel ? Nous saluons les récentes prises de parole des dirigeants de notre pays. Mais elles doivent se concrétiser davantage. C’est au niveau des Nations Unies que doit au plus vite s’organiser la plus ferme et la plus rapide des réactions, avant qu’il ne soit trop tard.

Les catholiques de France sont mobilisés dans la prière et l’action. Nos frères chrétiens sont chez eux en Orient ! La communauté internationale est indigne d’elle-même si elle ne protège pas toutes les minorités de la planète. »

Des illusions au Moyen-Orient

Rappelons les grands axes de la géopolitique au Moyen-Orient :

  • Les musulmans sunnites pensent que le successeur légitime du prophète Mahomet (mort en 632) est Abou Bakr qui deviendra effectivement calife
  • Les musulmans chiites pensent que le successeur légitime du prophète Mahomet est Ali, son gendre et fils spirituel
  • Les chrétiens pensent que Jésus est leur prophète
  • Les juifs pensent que Jésus n’est pas leur prophète et attendent toujours leur messie
  • Les yézidistes croient en un Dieu qui façonna le monde comme une grosse perle blanche qu’il brisa et dont les éclats formèrent le ciel, la terre et la mer
  • Les zoroastriens considèrent que leur Dieu n’a pas besoin d’adoration, pas besoin d’intermédiaires
  • Tous croient à la vie éternelle au paradis où chacun rejoindra son Dieu, les uns mangent du cochon et pas les autres, etc.

Depuis 2 000 ans ces principes ont entraîné des millions de morts sur la planète, et l’on continue aujourd’hui à se battre pour ces illusions ! C’est pathétique.

La religion au XXI ème siècle

Les barbus de l’Etat Islamique en Irak et au Levant appliquent les commandements de leur foi dans les territoires qu’ils ont conquis en Irak : tout humain qui n’est pas musulman sunnite est prié de se convertir immédiatement sous peine d’être exécuté sur place. Alors des masses de chrétiens (et sans doute de musulmans chiites) sont en train de fuir la nord du pays pour aller se réfugier au Kurdistan, en principe plus protecteurs et moins extrémistes…

Un dignitaire iraquien chiite appelle à prendre les armes contre les sunnites, des évêques chrétiens s’émeuvent à travers la planète et en France, Christine Boutin inondent la tweeto-sphère de ses messages stupides. Bref, la religion continue à décliner sous nos yeux sa régression profonde et les armes parlent au nom de Dieu en Orient.

Oublions un peu Moïse

Malgré les bombardements destructeurs d’Israël sur la bande de Gaza, le Hamas continue d’envoyer ses bombinettes à réaction sur le voisin. Elles sont le plus souvent inoffensives mais énervent copieusement Israël qui doit se dire « tout ça pour ça ! ». Le Hamas s’offre même le luxe de rompre un cessez-le-feu accepté par son ennemi car ses revendications ne seraient pas prises en compte.

Même si Tel-Aviv rasait Gaza comme en 1945 les alliés rasèrent Dresde, il y aurait toujours un petit Hamas qui sortirait de derrière les cailloux avec son drapeau noir, ne serait-ce que parce que nous avons 5 ou 6 millions de palestiniens exilés dans le Proche-Orient suite à la première guerre israélo-arabe de 1948 ! Réfugiés apatrides ils refusent généralement d’accepter la nationalité de leurs pays hôtes, quand on leur la propose, pour entretenir le rêve sans doute illusoire du retour au pays.

Israël se drape derrière son droit biblique à investir cette terre, les palestiniens rappellent leur antériorité sur celle-ci dont ils ont été chassés, et chacun en appelle à Moïse ou Allah pour justifier l’injustifiable. Les deux camps continuent pour le moment à s’exprimer à coup de missile. Cela dure depuis 60 ans, laisse le Proche-Orient à feu et à sang et commence à sérieusement fatiguer le reste de la planète.

Il faudra un jour reprendre les discussions et laisser Moïse/Allah de côté pour parlementer entre humains avec des raisonnements terriens au lieu d’envolées divines.

Dieu et la Raison

La religion est synonyme de toutes les arriérations humaines, le déclencheur de toutes les régressions de la pensée, l’origine des plus grands cataclysmes de notre Humanité. Nous en avons la confirmation hélas tous les jours. Au Proche-Orient des barbus s’affrontent à des intégriste à papillotes et se balancent des missiles sur la tête qui tombent au passage sur des écoles, et tout ça parce que Moïse, ou Jésus, ou Jehova, ou on ne sait plus qui a arrêté la mer rouge et multiplié les pains en marchant sur l’eau. Les uns font appel à 2000 ans d’Histoire pour justifier leur présence sur cette terre, les autres s’en sont fait expulser en 1948 et s’en plaignent, tous dégainent leurs armes pour s’imposer et tous y échouent depuis des décennies. C’est ainsi. On a vu ça des deux côtés du Rhin pendant deux siècles. On a besoin de raison et d’intelligence alors qu’il n’y a conviction et déraison.

Un illuminé turc veut proscrire le rire des filles au motif qu’il attise la sexualité des hommes. Des extrémistes pakistanais massacrent le personnel médical qui vaccine les enfants contre la polio, car le vaccin est un produit de l’occident décadent. Des barbus de l’Etat Islamique au Levant chassent les chrétiens du nord de l’Irak, etc. La liste des régressions est sans fin.

Pour lutter contre l’intégrisme religieux il faut de l’éducation et du développement. A quelques exceptions cela fonctionne bien : l’arriération religieuse recule devant la croissance économique. C’est ainsi que nos sociétés européennes sont progressivement passées de la Bible au Code civil, et grand bien leur en fut. L’immaculée conception n’est pas compatible avec Descartes.

Le retour des guerres de religion

Alors que les affrontements idéologiques ont à peu près disparu avec la chute du mur de Berlin, alors que les guerres de conquête sont réduites à quasi-néant après la ridicule indépendance du Kosovo, il nous reste les guerres de religion qui, elles, n’abandonnent rien à la cruauté et la sauvagerie, fidèles à l’arriération qui les caractérise !

Des extrémistes religieux continuent à se battre pour Dieu et à agiter le Moyen-Orient de leurs revendications célestes. Ils restent à ce jour les vrais déclencheurs de guerres chaudes. Les attentats et les enlèvements se succèdent au Pakistan, en Somalie, en Afghanistan, en Irak, au Nigeria, au Mali (voire même en Europe de temps à autre)… Des combattants pour Dieu partout veulent imposer leur loi par la violence puisqu’a priori la méthode douce ne donne pas de résultats en ligne avec leurs objectifs. Et aujourd’hui ils réalisent le miracle de pousser le pouvoir irakien dans les bras des Etats-Unis. Des sunnites attaquent des chiites (ce pourrait être l’inverse d’ailleurs), le dictateur ayant remplacé Saddam Hussein perd pieds, l’armée officielle déserte ou pactise avec l’ennemi du moment et avec armes et bagages, Bagdad se sent assiégée. Alors dans la panique, le dictateur local appelle au secours et demande des frappes aériennes américaines pour enrayer l’avancée des barbus vers la capitale. On croit rêver !

La guerre de religion, un drame de l’ignorance, éduquons les masses et elles oublieront Dieu. Comment éduquer les masses, beaucoup s’y sont cassé les dents ?

Un espoir

Le ministre algérien des affaires religieuses annonce son projet de rouvrir les synagogues dans son pays, fermées depuis la guerre civile déclenchant l’ire des barbus toujours virulents en Algérie. Ce n’est pas encore fait mais voilà un petit rayon de soleil sur l’horizon plutôt sombre de l’entente entre juifs et arabes.

La communauté juive en Algérie ne doit être bien nombreuse. Enrico Macias avait eu plusieurs projets de revenir chanter à Oran, toujours avortés.

Indicible…

Nous parlions il y a peu de l’arriération des guerres de religion. Les évènements récents ne viennent hélas que confirmer ce qualificatif : trois adolescents israéliens ont été enlevés et tués, a priori par des combattants palestiniens ; en représailles un enfant palestinien a été enlevé et brûlé vif, a priori par des colons israéliens. Depuis les ripostes des armées israélienne et palestinienne vont bon train…

Il n’y a pas grand-chose à ajouter, au nom de leurs Dieux des cinglés massacrent des gamins, c’est le retour au moyen-âge.

A se taper la tête contre les murs !

La secte Boko Haram qui sévit au Nigéria s’illustre encore de façon sordide en enlevant plus de 200 gamines dans une école. Boko Haram signifierait « l’éducation occidentale est un péché » ! Ce groupe veut bien entendu établir la charia au Nigéria et ailleurs, et pour bien marquer cette stratégie, massacre, pille et enlève à tout va. Comble de l’absurde on voit aujourd’hui une vidéo où le chef de ce clan, plutôt hilare, parade en treillis militaire et bonnet de laine devant un véhicule blindé, une kalachnikov en bandoulière, assénant qu’il est contre l’éducation occidentale, et que « j’ai pris les filles et je les vendrai, il existe un marché pour vendre les filles ». Il mixe dans sa liste des mécréants Abraham Lincoln et François Hollande, et appelle à la guerre contre tous les chrétiens.

C’est à se taper la tête contre les murs mais c’est la réalité. Il trouvera certainement des acheteurs pour ses filles occidentales, un peu par concupiscence et beaucoup par croyance pour les éloigner de l’éducation occidentale et ainsi les rapprocher de Dieu.

Il y a des gens qui croient à tout ce galimatias psycho-religieux et il y en a d’autres, sans doute les mêmes d’ailleurs, qui sont prêts à acheter ces gamines. Comme souvent on croit que l’on touche ici au summum de l’intolérable, et comme souvent la croyance sans la raison pousse vraiment à la folie la plus inepte.

Traditions religieuses et escroqueries intellectuelles

Deux papes décédés vont être déclarés « Saint » par le Vatican. Rappelons que pour prétendre à ce qualificatif il faut avoir accompli au moins deux miracles reconnus par l’Eglise.

Jean-Paul II

  1. Il a guéri une religieuse française atteinte d’une maladie dégénérative,
  2. Puis il a fait disparaître en 2011 l’anévrisme incurable dont souffrait une Costaricienne le jour de sa béatification (alors qu’il est mort depuis 2005).

Jean XXIII

  1. Eh bien pour lui l’Eglise fait une exception et il n’a qu’un seul miracle à son palmarès : une religieuse guérie d’un cancer de l’estomac en 1966.

On aurait peut-être pu aussi faire de Jean-Paul II un saint mono-miracle plutôt que de lui attribuer la guérison d’un anévrisme costaricien alors qu’il était déjà dans la tombe. Ces deux garçons ont sûrement été de bons papes, ils ont fait leur boulot, leur patron et leurs clients doivent être contents de leurs services. Leur canonisation est dans l’ordre des choses et prévue dans le règlement intérieur de l’Eglise, très bien. Ne pourrait-on pas moderniser un peu la procédure et pourvoir les élever au rang de Saint sans devoir en passer par le décompte un peu ridicule de leurs miracles ?

In extrémis

Deux gamins de 15 ans envolés pour rejoindre les combats en Syrie sont rattrapés par leurs parents en Turquie et ramenés en France où ils sont mis en examen par un juge. Un de leurs avocats explique que ce voyage était à but humanitaire et que les gamins partaient là-bas pour aider, pas pour se battre.

C’est possible mais, dans le contexte actuel, un juge peut raisonnablement envisager que ces lascars soient partis vers la Syrie pour participer au jihad. On ne peut pas complètement l’exclure. Cela s’est déjà été fait avant ce cas et se fera encore après. La justice passera.

Commerce d’otages au Nigeria

Un curé français retenu en otage au Nigeria, sans doute par la secte des Boko Haram, qui prône l’application de la charia dans tout le pays mais ne néglige pas de remplir ses caisses en se livrant au commerce (ou au massacre) des otages, a été libéré le 1er janvier.

Alors que la presse l’interroge sur sa détention qui ne s’est pas trop mal passé comparée à d’autres, il explique que « ces gens n’ont de compassion pour personne, ils travaillent pour eux ». Heureusement que c’est un prêtre qui le dit, d’autant plus que le garçon a l’air d’avoir le cœur sur la main et semble épris de bonté catholique à l’égard de son prochain.

Il est bon de dire quelques vérités sur ce sujet. Il serait également opportun que nos Etats disent la réalité en ce qui concerne le paiement des rançons car ne nous y trompons pas, il y a certainement de l’argent qui est versé à ces despérados qui n’ont de compassion pour personne ! Les dirigeants français jouent sur les mots et affirment que la France ne paye pas de rançon. Certes, l’Etat n’a sans doute pas signé un chèque prélevé sur le Trésor Public, mais les entreprises, comme Areva pour les ex-otages du Niger, voire certains Etats « amis », comme le Qatar pour les infirmières bulgares de Lybie, ou le Cameroun dans le cas de notre bon curé, ont versé de l’argent. Comment imaginer autrement que les otages fussent libérés. Si les ravisseurs n’ont pas été payés avec de l’argent ils l’ont été avec des armes ou toutes autres marchandises susceptibles de satisfaire leur rapacité.

Pourquoi ne pas le dire que ces gens font du commerce d’humains ? Ce serait les faire apparaître tels qu’ils sont : des businessmen bien éloignés de toute considération religieuse ou morale. Qui sait, peut-être certains de leurs fans trouveraient à y redire ? La raison officielle pour justifier ce silence coupable est de ne pas favoriser ce business en affichant que la France paye pour récupérer ses otages. Restons sérieux, les gens impliqués dans ce trafic savent bien qui paye et qui ne paye pas, alors quitte à payer, faisons le savoir : combien, à qui, par quels canaux ! Soyons transparents autant que ces despérados sont manipulateurs.