Total in love with Morcheeba

Comme à son habitude, Skye, la chanteuse de Morcheeba, a retourné le Trianon ce soir par son sourire, sa grâce, son charme et son chant sublime. Leur nouveau disque s’appelle Blaze Away.

Setlist : Never Undo/ Friction/ Neveran Easy Way/ Otherwise/ The Sea/ Part of the Process/ Blaze Away/ TriggerHippie/ Blood Like Lemonade/ Slow Down/ Summertime (George Gershwin cover)/ Paris sur Mer/ Let’s Dance (David Bowie cover)/ Blindfold/ Let Me See

Encore : Sweet L.A./ Rome Wasn’t Built in a Day

Le crépuscule des bobos, l’envol des ploucs !

Dans un bel ensemble les démocraties votent les unes après les autres pour des pouvoirs qui reviennent sur les grandes directions économiques et sociétales suivies depuis l’après-guerre. La mondialisation est condamnée et le retour sur les frontières nationales est prôné, la liberté de circulation des individus est progressivement entravée, la fermeté et l’autorité sont annoncées comme remède à la délinquance. Ces évolutions politiques significatives fleurent, un peu, les relents d’extrême droite des années 30’ mais sans arriver à trop effrayer. On a quand même du mal à y déceler une idéologie, il s’agit tout au plus de recettes de cuisine basées sur le principe : « c’est pas ma faute, c’est celle de l’étranger » !

Aux Etats-Unis d’Amérique Donald Trump est devenu président, au Royaume-Uni les britanniques s’activent pour quitter l’Union européenne, les pouvoirs dans les pays d’Europe de l’est encaissent les subventions communautaires et contestent tout ce qui vient de Bruxelles, en Allemagne et en Autriche l’extrême droite (la vraie) se rapproche des commandes, la France risque de les rattraper dès qu’elle aura remplacé la dirigeante incompétente de son Rassemblement national, en Italie c’est un improbable attelage entre l’extrême droite et un parti « populiste » qui a pris les commandes. Si l’on regarde un plus loin, les Philippines sont présidées par un excité qui pousse les citoyens à se faire justice eux-mêmes, le Brésil vient d’élire un nostalgique de la dictature militaire d’antan, l’Inde est gouvernée par un parti nationaliste, la Chine, la Thaïlande, c’est un peu la même histoire, le Moyen-Orient c’est la guerre sans fin…

Le développement explosif des inégalités dans les pays libéraux et démocratiques, l’émergence du terrorisme religieux à travers la planète, l’abrutissement général des masses par le fouteballe, la téléréalité, la publicité, les réseaux et les aïe-phones…, tous ces phénomènes ont convergé pour rendre les électeurs des démocraties de plus en plus hermétiques aux discours des élites qui les dirigent depuis des décennies, bien éduquées, formées dans les grandes écoles ou universités, rodées à la bienséance des petits fours de conférences internationales ; de Michel Rocard à Barack Obama, de Pierre Mendè-France à Angela Merkel, une génération de dirigeants policés est mise sur le côté et remplacée par une bande de forbans, grandes gueules aux teints rougeauds, élus sur des programmes de café du commerce.

La théorie économique prévoit leur échec, mais la théorie s’est beaucoup trompée dans l’Histoire récente. Le rétablissement ou le renforcement de la peine de mort n’a jamais enrayé la violence dans les pays concernés, mais qui sait ce dont sera fait l’avenir ? Le retour vers la religiosité d’Etat n’a fait qu’asservir les peuples dans le passé, peut-être va-t-elle maintenant les libérer ?

C’est le retour des ploucs au pouvoir et la défaite des bobos. Les premiers voulaient les clés de la maison, les seconds leur ont données, voilà au moins un mérite de la démocratie, la volonté des peuples est écoutée. Maintenant voyons les à l’œuvre et faisons le bilan des opérations dans dix ans. Les plus optimistes pensent que les forbans ne mettront pas en cause les institutions démocratiques même s’ils prennent quelques libertés avec leurs principes. Le mouvement devrait être réversible mais les bobos ont échoués à se faire réélire, alors souhaitons bonne chance aux ploucs.

Les armes chimiques syriennes

Suite à un revirement sorti du chapeau mais bienvenu, les alliés syro-russes proposent de mettre les armements chimiques de la Syrie sous contrôle international. L’occident dit « ouf », range ses missiles pour le moment et reporte à plus tard son implication dans ce nid de serpents qu’est l’agitation politique syrienne. Le régime syrien sauve sa tête et peut poursuivre sa répression avec des armes conventionnelles. Est-ce satisfaisant ? Certes pas. Est-ce un règlement définitif du problème ? Non, sans aucun doute. Est-ce mieux avec cet engagement que sans ? Oui, définitivement. C’est ce qu’on appelle un compromis diplomatique, chacun y a mis un peu de sien.

Le régime de la famille Assad qui a trempé dans tous les complots terroristes internationaux depuis les années 60, y compris sans doute dans l’assassinat de l’ambassadeur de France au Liban Louis Delamare en 1981 n’aura pas encore de comptes à rendre, mais disons que ce clan félon aura maintenant un peu plus conscience de la précarité des choses.

Fidèle à ses habitudes, la presse mondaine française plutôt que d’analyser les conséquences politiques et militaires de ce mouvement ne cherche qu’à identifier qui de la Russie ou des Etats-Unis est sorti vainqueur de cette confrontation, et, question accessoire, si François Hollande est seul ou non sur la scène internationale… Questions qui peuvent être considérées comme intéressantes mais ne sont en tout été de cause que secondaires.

Ce qui est sûr c’est que ce régime est plutôt malin et d’un redoutable cynisme. Il sait lâcher quand il le faut, même le peu qu’il faut…

Nadine Morano toujours plus bas

On a un vrai problème avec la Morano qui continue à diffuser ses réflexions abrutissantes en 140 signes sur Tweeter, du genre ci-dessous :

Comment réussir à censurer ce déballage logorrhéique d’une ancienne ministre de la République ? La faire taire serait une œuvre de salut publique. Quand on pense qu’elle risque de redevenir ministre si une majorité de droite est réélue au Parlement en 2017, cela fait frémir.

Impérialisme et mondialisation

Dans les Origines du totalitarisme publié au début des années 1950, Hannah Arendt introduit le chapitre L’impérialisme par ce qui suit :

En réalité, les impérialistes souhaitaient une expansion du pouvoir politique sans que soit institué un corps politique. L’expansion impérialiste avait été déclenchée par une curieuse forme de crise économique, la surproduction de capitaux et l’apparition d’argent « superflu » résultant d’une épargne excessive qui ne parvenait plus à trouver d’investissement productif  à l’intérieur des frontières nationales. Pour la première fois, ce ne fut pas l’investissement du pouvoir qui prépara la voie à l’investissement de l’argent, mais l’exportation du pouvoir qui suivit docilement le chemin de l’argent exporté, puisque des investissements incontrôlables réalisés dans des pays lointains menaçaient de transformer en joueurs de larges couches de la société, de changer l’économie capitaliste tout entière de système de production qu’elle était e système de spéculation financière, et de substituer aux profits tirés de la production des profits tirés des commissions. La décennie précédant l’ère impérialiste, c’est-à-dire les années 1870, connut une augmentation inouïe d’escroqueries, de scandales financiers et de spéculation sur le marché des valeurs.

Vous remplacez impérialisme par mondialisation et vous avez un parfait résumé de la crise financière de ce début de XXIème siècle.

Tapie dans les affaires

L’instruction du procès de l’escroquerie en bande organisée soupçonnée dans le cadre de l’arbitrage perdu par l’Etat contre Tapie-l’affairiste-repris-de-justice, se poursuit avec éclat. Mise en examen, gardes à vue, révélations, mauvaises fois, arguties et rumeurs agitent ce feuilleton de l’été. Tapie-l’affairiste-repris-de-justice se débat comme un beau diable sur les plateaux médiatiques mais il a tout demême un peu de de mal à justifier avoir reçu 40 millions d’EUR pour préjudice moral. Il déploie une énergie impressionnante pour son âge pour défendre son cas alors que grosso mode tout le monde lui tombe dessus tant il est un coupable idéal.

Son fiston annonce monter un site web pour soutenir son papa(Thttp://www.affairetapie.com/). Pour le moment on tombe sur cette page d’accueil :

On ne peut pas dire que ce soit très convivial. On se demande si la famille de Tapie-l’affairiste-repris-de-justice ne se sentirait pas un peu acculée.

En tout cas il y a une chose, et une seule, qui paraît certaine dans cette affaire d’escroquerie c’est que Tapie-l’affairiste-repris-de-justice se teint les cheveux. On le voit bien sur les plateaux de télé qu’il occupe ces derniers temps, il n’a pas un cheveu blanc, ce qui à 70 ans n’est pas normal.