La Morano… encore

 

CH_20120111_Morano

La Morano a encore commis une déclaration tonitruante à la radio :

« Nous sommes un pays judéo-chrétien. Le général de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères… J’ai envie que la France reste la France et je n’ai pas envie que la France devienne musulmane. »

Elle agace même ses amis de Les Républicains qui envisagent de la déchoir de son investiture aux élections régionales dans l’est. Sans doute les dirigeants de Les Républicains ont estimé qu’il y avait plus de voix à prendre chez les centristes dont ils visent les suffrages en réfrénant la Morano, qu’à gagner coté droite conservatrice en la gardant sur le bateau. Ils ont surtout compris que cette femme aux capacités politiques limitées leur causait plus d’ennuis qu’autre chose et ils en profitent pour la faire passer à la trappe. Elle s’en remettra, la France également.

En fait ces réactions épidermiques sont assez ridicules et de fort peu d’intérêt politique. Elles illustrent la panique du monde politique et médiatique lorsqu’il s’agit d’expliquer la réalité aux citoyens. La phrase gaullienne citée par la Morano sur les plateaux télé était adaptée à l’entre deux-guerres quand la France était effectivement un pays de religion majoritairement catholique et à la couleur de peau plutôt blanche.

Depuis il y a eu la décolonisation, la guerre d’Algérie, les accords avec les ex-pays colonisés pour faciliter la reconnaissance de nationalité aux ex-citoyens colonisés, l’enrôlement des « tirailleurs sénégalais » dans les armées alliées durant la deuxième guerre mondiale, des ministres africains (de l’Union française) dans le gouvernement français, des députés et sénateurs africains au parlement français, la départementalisation des possessions d’outre-mer, le regroupement familial, les usines Renault à faire tourner dans les années 50’, les métiers dont les français qui s’enrichissaient ne voulaient plus et qu’il fallait bien assurer durant les trente glorieuses, bref, la France s’est ouverte et mélangée. Le blanc n’est plus la couleur de peau unique dans l’hexagone et les églises catholiques ont tendance à être désertées par les citoyens qui préfèrent la lecture de L’Equipe à celle de la bible.

C’est ainsi et le mélange ne s’est pas produit par hasard, il a été le fruit d’une politique menée de façon permanente par la droite comme la gauche et jamais vraiment inversée. On peut en déplorer le résultat mais il va être difficile de revenir en arrière. Ce qui a été fait est fait et il faut gérer la situation, ce qu’essayent de réaliser tant bien que mal les pouvoirs successifs. D’autre pays ont eu des politiques beaucoup plus restrictives. Chacun se fera son idée sur ce qui est préférable.

Il est possible de revoir le Code de la nationalité française et la politique d’immigration, il suffit de le décider et de faire voter la loi en conséquence par une majorité au parlement. Mais débattons au préalable et faisons valoir l’intelligence plutôt que les slogans assénés sur Tweeter. Expliquons la situation ethnique et religieuse française et son évolution récente de façon apaisée et subtile plutôt que de faire mousser la Morano avec des mesures disciplinaires dont elle s’empresse de faire son miel sur son compte Tweeter. Qu’on en juge :

Tweet_Nadine_Morano_20150930_Race-blanche

La Morano se jette à l’eau

LCE_Morano_20150826

Arghhhhhhh ! La Morano annonce sa candidature aux élections primaires de Les Républicains pour élire un candidat/candidate à l’élection présidentielle de 2017. Voilà qui promet des débats tout en finesse comme à son habitude et lors de ce tweet d’hier :

Tweet_Nadine_Morano_20150903_Immigration

L’incroyable foi qu’elle a en elle mérite le respect. Sa combativité est également un modèle du genre. Ces deux qualités sont malgré tout insuffisantes pour gouverner la France.

La Morano veut le pouvoir !

LCE_Morano_20150826Impayable : Nadine Morano, la poissonnière de Les Républicains, affiche son projet de se présenter à l’élection primaire de son parti pour désigner le candidat pour les présidentielles de 2017 dans Le Parisien du 23/08/2015. Evidemment cela déclenche l’hilarité générale mais ses concurrents connaissent l’incroyable pugnacité de la Morano dont l’énergie sans faille et la haute idée qu’elle se fait d’elle-même la rendent capable de tout, y compris de dévorer son idole Sarkozy.

Faisons confiance à ses concurrents de droite pour la pousser dans l’escalier afin de l’empêcher de se présenter mais le culot hors norme de la donzelle force le respect.

Tweet_Nadine_Morano_20150824

Rachida en pleine forme pour ses vacances

Tweet_Rachida-Dati_20150701
Rachida est une ancienne ministre de la justice française. On a du mal à se l’imaginer quand on voit le niveau de ses messages ci-dessus. Une obsession de détestation contre Manuel Valls, une passion démesurée pour Nicolas Sarkozy, un cocktail amour-haine qui semble avoir dévasté totalement sa capacité de réflexion. Elle va devoir en parler à son psy.

Sarkozy s’envole

Nicolas_SarkozyRigolo : Stéphane Courbit, affairiste impliqué dans l’affaire Bettencourt (il a fait investir Mamy Bettencourt dans un business de paris en ligne avant de lui rembourser son investissement de 150 millions d’euros…) a financé trois voyages de Sarkozy en avion privé après sa défaite aux élections présidentielles françaises de 2012. Le plus hilarant dans cette affaire est que la compagnie privée utilisée est impliquée dans une affaire de trafic de drogue et que la société de Courbit est accusée d’abus de bien social pour ses largesses en faveur de l’ex-président.

La position officielle de Courbit est qu’il envisageait à l’époque de monter un fonds d’investissement dont Sarkozy aurait été président non exécutif. Ces trois voyages en avion privé auraient permis, non seulement à l’ex de délivrer ses fameuses conférences rémunérées, mais aussi à prendre des contacts pour la mise en place du fonds… qui a finalement été abandonné. Courbit se raccroche aux branches, que la Justice passe !

Le mieux à l’avenir pour Sarkozy est qu’il utilise des compagnies aériennes régulières et paye son billet comme un grand garçon. Il n’en mourra pas et pourra déduire ces dépenses de ses revenus. Après un voyage en première classe il recevra sans aucun doute un accueil V.I.P dans les aéroports dû à son statut d’ex, le tout étant à peu près aussi confortable et pratique qu’en jet privé, et bien moins sujet à caution.

L’UMP est vraiment impayable !

UMP-logoVraiment impayable : le chef des Jeunes Populaires, le machin réunissant les jeunes de ce parti, est un citoyen camerounais en situation irréguliére. Et le plus désopilant c’est qu’il appartient au courant dit de la Droite Forte, animé par les deux têtes-à-claques de plateaux-télévisés Guillaume Pelletier et Geoffroy Didier. Rappelons au passage que ce dernier bénéficiait d’un salaire de 8 500 EUR mensuels (bruts) versé par une UMP en faillite dans la même série que Rachida Dati qui émargeait avec des notes de téléphone 10 000 EUR par an.

L’UMP qui n’économise pas ses envolées lyriques contre l’immigration se retrouve à employer un sans-papier comme une vulgaire entreprise de travaux publics. Cela n’a guère d’importance et n’est pas très grave, mais la simple représentation de Laurent Brutus-Wauquiez découvrant qu’il emploie un sans-papier nous fait nous rouler par terre d’hilarité, et par les temps qui courent il ne faut pas s’en priver.

Non au laxisme de l’UMP en faveur des régularisations massives d’immigrés en situation illégale 🙂 !

Le Front national se rapproche du pouvoir en France

Il s’en est fallu de peu que le parlement français ne compte un troisième député d’extrême-droite. La candidate du Front national a remporté 48,70% des suffrages exprimés dans le Doubs contre 51,43% à son adversaire socialiste qui garde ainsi le siège que le calamiteux Moscovici avait abandonné au milieu de son mandat, oubliant son engagement pris devant les électeurs, pour aller faire le beau dans les allées du pouvoir européen à Bruxelles, allées où la France aurait pu envoyer 20 candidats autres, tous aussi compétents que feu l’ex-ministre des finances, et, en tout cas, moins contestés par les autres pays membres.

Consigne de vote ou pas de la part des partis éliminés au premier tour, dont l’UMP, les électeurs n’en ont fait qu’à leur tête, et, très logiquement, fait  encore progresser l’extrême droite en France.

L’UMP avait donné comme instruction de ne voter ni pour le socialiste, ni pour la frontiste, mais, las, ses supporters ont globalement suivi les messages subliminaux de la majorité des dirigeants de ce parti, menée par Brutus-Wauquiez qui avant de tuer le père, va réussir à renforcer le Front national en France. C’est probablement notre destin !

A quoi peut donc servir une conférence de Nicolas Sarkozy ?

Nicolas_SarkozyUne polémique franchouillarde apparaît à l’UMP où le président du parti, Nicolas Sarkozy, continue à parcourir la planète pour y asséner des conférences rémunérées, dans des pays arabes de préférence. Il semble que ces absences perturbent le bon fonctionnement du parti. Peut-être, en tout cas cela ne se voit pas de l’extérieur. On ne connaît pas les sujets sur lesquels s’exprime le grand homme dans ces conférences, sans doute des sujets qu’il maîtrise.

La vraie question est de savoir à quoi peut bien servir une conférence rémunérée de Sarkozy ? Il n’y a pas de réponse évidente, mais il y a des clients prêts à rémunérer le garçon pour qu’il s’exprime sur les sujets sur lesquels il est compétent. Alors il en profite.

Ni-Ni

UMP-logoL’UMP publie son communiqué dans lequel le parti conservateur demande à ses électeurs de voter blanc ou de s’abstenir. Il semble que cette décision ait été prise à l’arraché après un débat serré avec ceux qui souhaitait soutenir le candidat socialiste plutôt que risquer de voir arriver un nouveau député d’extrême droite au parlement et qui ont finalement perdu. Cela n’est guère important puisque les électeurs feront selon leurs idées. Sans doute une bonne partie des électeurs de l’UMP est déjà largement convaincue des mérites des théories du Front national et votera dimanche prochain pour son candidat. Le scrutin sera serré.

Mardi 03 février 2015 | Elections législatives

Déclaration adoptée par le bureau politique

Les électeurs de la 4ème circonscription du Doubs ont choisi le candidat socialiste et celui du Front National pour le 2ème tour de l’élection législative partielle. La très faible participation n’autorise pas le candidat de l’UMP à se maintenir. 

 Le Bureau Politique de l’UMP rappelle :

–          que le Front National doit être combattu avec la plus grande fermeté. Les idées de ce parti, sa volonté de monter les Français les uns contre les autres, l’absence de scrupules de ses dirigeants qui ont permis l’élection de François Hollande rendent impossible toute forme de complaisance pour aujourd’hui comme pour demain ;

–          que la présidence de François Hollande a conduit la France dans une impasse économique, sociale et politique aux effets catastrophiques.

 En conséquence, confirmant sa position constante, l’UMP appelle tous ceux qui se reconnaissent dans ses valeurs à exprimer leur double opposition en votant blanc ou en s’abstenant.

La responsabilité de l’UMP est désormais d’apporter des réponses fortes au profond malaise qu’expriment les Français comme d’autres en Europe en portant tant de suffrages sur les extrêmes. L’UMP doit repenser, de fond en comble, son projet pour l’adapter à la gravité de la situation, sa façon de faire de la politique, ainsi que le processus de sélection de ses candidats. 

Le Congrès fondateur du nouveau parti apportera toutes ces réponses au printemps.

Bataille fondatrice à l’UMP

UMP_Organisation_201412Les deux porte-flingues du nouveau président de l’UMP posent un vrai sujet de fond lors de leur prise de fonction : la répartition des bureaux. Le Canard Enchaîné raconte comment la vice-présidente a sorti le secrétaire générale de son bureau pour s’y installer et pourquoi il a fallu mesurer la taille des pièces pour s’assurer qu’elles étaient de la même taille. Et puis comment la négociation a été durement menée pour que la photo de la vice-présidente soit légèrement plus haute sur l’organigramme que cette du secrétaire général.

Ces basiques étant posés, l’équipe va maintenant pouvoir réfléchir à des idées nouvelles pour séduire l’électeur, ce qui risque d’être une autre paire de manches quand on sait que la plus grande réforme jamais enfantée par la vice-présidente est d’être passée du chignon aux cheveux au vent…

Accessoirement ils vont aussi devoir s’attaquer au redressement des finances du parti avant, peut-être, d’avoir à gérer la caisse de la République. Les unes comme l’autre sont dans un bien triste état du fait de responsables qui ont érigé en principe de fonctionnement le fait de dépenser plus qu’on ne gagne.

Ah, on oubliait le Raffarin dans le coin à gauche, sèchement rejeté par les sénateurs qui ne voulait pas de lui à la présidence du sénat, soutien officiel à la candidature de Juppé pour la prochaine élection présidentielle, et dont on se demande un peu ce qu’il fait là !

Bref, cet organigramme est un peu explosif et il faudra du doigté à son président pour faire marcher tout ce beau monde dans la même direction.

 

 

Le loustic paye

Nicolas_Sarkozy

A peine élu chef de l’UMP, Sarkozy rembourse au parti les 360 000 EUR d’amende à laquelle il avait été soumis pour dépassement de ses comptes de la campagne des élections présidentielles en 2012. A l’époque le dépassement identifié était que quelques centaines de milliers d’euros… on a appris depuis qu’un système de fausses factures avaient fait monter le dépassement à 18 ou 20 millions d’euros. Ce n’est plus tout à fait la même échelle. Une enquête judiciaire est en cours contre le parti faussaire.

Sarkozy avait été condamné à titre personnel mais il avait fait payer l’amende par le parti. Lorsque l’affaire a été dévoilée elle a entraîné un peu d’émotions. Le voilà donc qui a remboursé, a priori sur sa cassette personnelle, l’amende à laquelle il avait été condamné. C’est bien. Il eut été encore mieux qu’il règle directement sa condamnation plutôt que d’attendre d’être pris la main dans le sac.

Le loustic s’agite

Nicolas_SarkozySarkozy s’est fait élire chefaillon de l’UMP, parti conservateur à la dérive, submergé par les fausses factures et les querelles d’hommes. Rendons-lui grâce de son inépuisable énergie pour avoir mené ce nouveau combat électoral, épuisant et décérébrant. Il a fait campagne chez les militants de toute la France, acquis à sa cause et à son absence de programme.

Il va devoir maintenant éliminer politiquement ses concurrents à l’élection présidentielle pour être sûr de vaincre en 2017. Il va devoir remettre ce parti en ordre de marche après qu’il fut consciencieusement saboté par un gang de forbans qui l’ont mis à sac, à feu et à sang. Il lui faudra encore se battre, faire des meetings dans des coins de province, serrer des paluches sur des marchés, faire le beau sur des plateaux télévision, essayer de paraître intelligent en expliquant un programme encore à bâtir à des électeurs concentrés sur leurs soucis quotidiens et bien éloignés des questions d’intérêt général. Il lui faudra supporter la cohorte des quémandeurs, Wauquiez-Brutus, Coppé-l’affairiste et tous les traîtres annoncés qui n’auront qu’une idée en tête : tuer symboliquement le calife et prendre sa place.

Et il voudra mener une nouvelle campagne présidentielle avec son cortège de bassesses, de débats usants faits d’agressivité, de mauvaise foi et d’absence de pensée. Il va devoir tourner sa veste au fur et à mesure des meetings afin de racoler de l’électeur dans tous les caniveaux de la République. Il lui faudra aussi se colleter une presse  de bas étage toujours à la recherche des petits détails pour éviter de devoir travailler sur les sujets de fonds, etc. etc.

Quelle vertigineuse ambition pour mettre la main sur un pouvoir suprême seul susceptible a priori de calmer l’égo surdimensionné du loustic.

Sarkozy sur Facebook

Nicolas_SarkozyN’y tenant plus, Sarkozy décide de sa candidature à la présidence de l’UMP, parti conservateur à la dérive, et l’annonce sur Facebook, c’est plus chic et plus geek qu’à la télévision.
Sur le fond, rien de bien nouveau, l’ancien président commence par expliquer :

« J’ai pu prendre le recul indispensable pour analyser le déroulement de mon mandat, en tirer les leçons, revenir sur ce que fut notre histoire commune, mesurer la vanité de certains sentiments, écarter tout esprit de revanche ou d’affrontement. »

Le changement de sa personne est, comme toujours, son principal argument de campagne. Il devient de plus en plus difficile à faire admettre puisqu’après chacune de ses élections on s’aperçoit qu’il n’a pas changé, mais devant le vide sidéral de responsables politiques à la hauteur de la tâche, l’énergie de ce petit bonhomme ambitieux lui donne des chances de revenir au premier plan malgré sa (très) mauvaise éducation.

Délinquance et chantage

Lavrilleux, le garçon qui était directeur de quelque chose à l’UMP et sous-chef d’autre chose dans la campagne électorale de Sarkozy, a avoué il y a deux ou trois mois avoir fait passer une dizaine de millions d’euros de fausses factures de communication de la campagne sur la caisse de l’UMP pour éviter de dépasser la limite légale des dépenses de campagne. Bien, la veille de ses aveux pitoyables, sur un plateau de télévision bien entendu, il avait été élu député européen (on envoie vraiment les meilleurs à Bruxelles…). Une information judiciaire est ouverte dans cette affaire. Il semble qu’une procédure d’exclusion de l’UMP soit en cours contre lui, c’est bien le moins, et cela énerve le garçon qui se répand en menaces, toujours dans la presse, en affirmant dans Le Parisien : « Pour le moment je me tais. Mais si on m’exclut de ce parti auquel j’appartiens depuis vingt-cinq ans, alors je reprendrai ma liberté de parole et je parlerai ». Continuer la lecture de « Délinquance et chantage »

Les mauvaises décisions d’un Chirac benêt

On ne dira jamais assez tout le mal généré durablement par la réforme constitutionnelle du quinquennat voulue par le régime Chirac en 2000. Ce ne fut qu’un des innombrables retournements de veste de l’impétrant, mais ce fut certainement le plus nuisible. Manipulé à l’époque par Giscard dit d’Estaing qui a poussé à cette réforme, sans doute juste pour nuire à Chirac son ennemi de toujours, quasiment sans pouvoir puisqu’en période de cohabitation socialiste (suite à sa désastreuse décision de dissoudre l’assemblée nationale) avec Jospin premier ministre qui était en faveur du quinquennat, le président de la République voyait le moment où cette réforme pouvait lui être imposée par le parlement ; plutôt que de se battre contre le quinquennat comme il l’avait fait depuis des décennies, il cède et organise un référendum histoire d’en tirer le bénéfice. Approuvé à 73% des électeurs, Chirac empoche la gloriole de cet éphémère succès électoral et transforme la République en plateau télé où l’élection présidentielle devient l’émission préférée de télé-réalité qui ne s’arrête jamais, sauf peut-être durant les 12 mois qui suivent immédiatement l’élection. Ce fut une mauvaise action !

Fausses factures de l’UMP

Désopilant : après les fausses factures payées par l’UMP pour financer on ne sait trop quoi, le dépôt de bilan de Bygmalion, la société faux-facturière, les informations judiciaires en cours sur ce système délictueux, la démission forcée de Coppé qui ne se sentait responsable de rien ; voici maintenant les élus mauvais payeurs de leurs cotisations au parti, et qui s’en vantent.

La trésorerie de l’entreprise UMP est fortement déficitaire et l’on s’aperçoit que nombre d’élus ne payent plus leurs cotisations. Comme toujours la Dati, ex-garde des sceaux à champagne, est en première ligne, non seulement elle présentait des notes de téléphone de 10 000 EUR par an pour remboursement par le parti, mais elle se justifiait de ne pas payer ses cotisations, explique un de ses proches, car elle n’était pas associée à la vie de sa fédération. On trouve aussi Guaino-le-colérique, Lellouche et d’autres. Tout ce petit monde, pro comme anti-Copé, explique que n’étant pas content de la direction, ou du montant de la cotisation, ou de l’âge du capitaine, eh bien il arrête de payer.

Irresponsabilité et sentiment d’impunité érigés en mode de fonctionnement par ces élus de droite, comme toujours ; tout est permis, le contribuable finance lourdement les partis politiques via leurs impôts, les adhérents via leur adhésion et les prélèvements exceptionnels comme le récent Sarkoton, mais les élus s’assoient sur les statuts du parti qu’ils ont en principe approuvés, et ne payent pas leur dû ! Ils s’en attribuent le droit, point, circulez il n’y a rien à voir.

L’UMP au secours des chrétiens d’Orient

Les trois dirigeants provisoires de l’UMP (Juppé, Fillon et Raffarin) commettent une lettre ouverte au président de la République dans laquelle ils appellent au soutien des chrétiens d’Orient. Ils demandent : le retour à une diplomatie singulière, non alignée, mais entraînante… le soutien aux frappes américaines… une politique collective de fourniture d’armes aux combattants kurdes… rappelant majestueusement que …la France elle-même a le devoir de faire entendre sa voix… avant de conclure d’un cinglant : Au risque du déshonneur.

Cette supplique est racoleuse et inutile mais un parti politique se devait de s’exprimer sur le sujet. Ces trois beaux esprits auraient néanmoins pu faire preuve d’un peu plus n’analyse de la situation et d’intelligence des propositions. A leur décharge, ils passent beaucoup de temps à faire le syndic de faillite l’UMP (voire à réfléchir à un programme de gouvernement) et il doit donc leur en rester assez peu pour la réflexion. Soyons indulgents pour cette fois-ci !

Guaino le colérique

Il est bien Guaino, le colérique de l’UMP. Alors que le raide-comme-passe-lacet de Bordeaux appelait en juillet à ne pas vilipender la justice suite aux déclarations enflammées anti-juges de Sarko-l’agité, le colérique a répondu : « J’avoue que je commence à être un peu fatigué des leçons de M. Juppé, je le connais depuis trente ans… Je croyais que les épreuves de la vie avaient enfin débarrassé Alain Juppé de cette épouvantable arrogance, de cet épouvantable mépris dont il accable depuis toujours tous ceux qui sont en désaccord avec lui », sympathique allusion à la condamnation pénale du raide-comme-passe-lacet dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

Quelques jours plus tard Guaino-le-grognon-colérique a ajouté sur son petit camarade de bac à sable « Son bilan politique est nul… Lorsqu’il était à Matignon, il a mis en trois mois toute la France dans la rue… Le septennat s’est arrêté net. Qui dit mieux ? »

Quelle cacophonie ! Si les entreprises étaient gérées comme les partis politiques il n’y en aurait plus une seule debout mais l’irresponsabilité de notre système politique, et surtout de nos dirigeants, permet à des incompétents de rester en haut de l’échelle, ou à des contestataires de continuer à manger la soupe dans laquelle ils crachent. On a les dirigeants que l’on mérite !