Toujours plus loin dans l’abrutissement des masses

Coco – Charlie Hebdo – 10/02/2016

A plusieurs reprises ces dernières semaines, des supporters de fouteballe avinés ont chanté des slogans homophobes en déployant des banderoles dans les tribunes pour appuyer leurs attaques. Une nouvelle réglementation dans ce sport autorise les arbitres à interrompre voire mettre fin aux matchs en cas de manifestations homophobes, ce qui fut fait ces derniers jours, provoquant même l’ouverture d’enquêtes judiciaires.

C’est devenu maintenant un jeu pour ces supporters décérébrés qui composent une minorité agissante s’asseyant sur l’intérêt de la majorité. Alors que les matchs soient arrêtés ou poursuivis leur importe peu du moment qu’ils peuvent exprimer leur capacité de nuisance. Il est des situations où devant une telle accumulation d’abrutissement la puissance publique est un peu impuissante à redresser les choses. Il faudrait arriver à élever le niveau socio-culturel de ces supporters pour les sortir de tels comportements. Vaste tâche… En attendant l’arrêt voire l’interdiction des matchs ne peut avoir que des effets favorables sur le niveau intellectuel de l’ensemble de la population.

Les actifs dévalorisés du fouteballe

Un feuilleton financiaro- footeux déroule ses épisodes depuis quelques semaines. Le pousseur de baballe Naymard, acheté plusieurs centaines de millions d’euros par un club parisien en 2017 (222 millions a priori), a des états d’âme et est annoncé dans un autre club. Cette somme de 222 M est versée par le club acheteur au club vendeur, c’est un investissement. Le salaire versé au joueur est une autre histoire. Il s’agit en fait d’un achat d’actif, un peu comme si une société achetait un bâtiment ou une usine, mais il s’agit d’un pousseur de baballe avec deux jambes et quelques neurones.

Comptablement les 222 millions sont inscrits au bilan du club et sont amortis sur la durée du contrat du joueur, exactement comme une machine est amortie sur sa durée de vie estimée. Si le joueur est revendu avant le terme de son contrat et que la somme convenue pour le transfert est inférieure à la valeur nette inscrite au bilan, eh bien il faudra comptabiliser une perte, ou un gain dans le cas contraire. Et même si la transaction n’est pas conclue mais que la valeur de marché du joueur est inférieure à sa valeur nette comptable le club devra déprécier son bilan et enregistrer une perte.

Le cas actuel de Naymard est caractéristique de cette situation. Le garçon souvent blessé ne joue plus beaucoup et ne semble plus intéresser grand monde au prix proposé. Son club voudrait s’en débarrasser mais sans devoir enregistrer de perte comptable. En face du coté des acheteurs, peu semblent intéressés par payer un tel prix pour un pousseur de baballe qui ne tient pas ses promesses. C’est un cas d’investissement assez classique, ce qui est plus inhabituel est qu’il porte sur un humain mais la logique comptable est la même. Ainsi va la fouteballe aujourd’hui !

GIONO Jean, ‘Colline’.

Sortie : 1929, Chez : Le Livre de Poche 590 (1962).

Le premier roman de Giono (1895-1970), dédié à la Provence montagnarde dont il est issu. C’est une histoire de rudes paysans qui vivent à quelques familles dans le hameau ‘les Bastides’ accroché à la colline, loin de tout, Manosque (la ville natale de l’auteur) est à des heures de marche. Et alors que l’un des vieux du hameau est à l’agonie, des phénomènes étranges et négatifs se produisent, dont un incendie qui faillit emporter tout ce petit monde et leur habitat, l’assèchement de la source…

Nous sommes sans doute au début du XXème siècle, époque où les croyances ancestrales se mêlent avec celles de la religion ; traditions, Bible et ignorance forment un redoutable cocktail. Après une lutte à l’arrachée contre les flammes, les hommes décident de s’attaquer à ce qu’ils croient être la source de leurs soucis !

Giono écrit la nature en Provence et ses habitants avec passion et un certain mysticisme. A la lecture de ‘Colline’ on sent l’odeur du thym sous les oliviers, on entend les cailloux rouler sur les chemins sous le pas des bergers et le chuintement de la source qui coule dans la fontaine au centre du hameau. Ses descriptions du vent qui franchit les sommets des montagnes ou des flammes qui ravagent la végétation sont d’une précision stupéfiantes et le lecteur voit littéralement ces évènements entre les lignes. Du très bel art !

Après avoir participé et survécut aux combats les plus terrifiants de la première guerre mondiale, Giono est devenu un pacifiste engagé, conviction qui lui fera prendre des positions et commettre quelques publications pro-Vichy durant la seconde guerre mondiale, certainement plus par haine de la guerre que par soutien à l’idéologie nazie.

Cet épisode regrettable ne l’empêcha pas de poursuivre la brillante carrière d’écrivain débutée avec Colline, jusqu’à sa mort en 1970.

Rattrapage des Cure

Pour ceux, dont le kroniqueur, qui n’étaient pas sur le Festival Rock en Seine hier soir, la radio publique France-Inter retransmet (sans interruption publicitaire abrutissante) le concert de The Cure. L’animatrice de service se croit obligée de faire quelques commentaires inutiles sur certaines intro mais elle n’abuse pas. La setlist est une usine à tubes…

Robert Smith, Simon Gallup, Reeves Gabrel, Roger O’Donnell et Jason Cooper forment The Cure ce soir : le groupe d’une vie !

Setlist : Plainsong/ Pictures of You/ High/ A Night Like This/ Just One Kiss/ Lovesong/ Last Dance/ Burn/ Fascination Street/ Never Enough/ Push/ In Between Days/ Just Like Heaven/ From the Edge of the Deep Green Sea/ Play for Today/ A Forest/ Primary/ Shake Dog Shake/ 39/ Disintegration

Encore : Lullaby/ The Caterpillar/ The Walk/ Friday I’m in Love/ Close to Me/ Why Can’t I Be You?/ Boys Don’t Cry

QUEFFELEC Henri, ‘Frères de la brume’.

Sortie : 1960, Chez : PRESSES POCKET 125/126.

Henri Queffelec (1910-1992), père de Yann (écrivain) et d’Anne (pianiste), a été l’auteur prolifique, d’environ 80 romans, beaucoup inspirés par la Bretagne dont il est l’enfant et la mer dont il est le prince. ‘Frères de la brume’ est l’histoire d’un patron de remorqueur de Boulogne qui vit de l’infortune de mer de bateaux en difficultés dans la Manche. Nous sommes dans les années 60′, avant les grandes marées noires qui ont ravagé les cotes de la région, et le choix de faire appel ou non à une assistance est laissé aux capitaines des navires en difficulté qui font jouer la concurrence entre les remorqueurs, et celle-ci est féroce. Depuis, la règlementation a changé et le libre arbitre laissé aux capitaines a été sérieusement réduit pour préserver.

Nous sommes dans un monde de marins, d’hommes uniquement, les femmes restent au port. Queffelec sait et aime décrire l’aspect rugueux de ces personnages d’aventures. Leurs caractères ombrageux va avec les risques qu’ils prennent et s’accordent si bien avec les ciels lourds et gris de Boulogne en hiver.

Mais c’est encore lorsqu’il écrit sur la mer qu’il est le plus habité. Qu’il s’agisse d’une mer d’huile écrasée sous la brume ou des éléments déchaînés par la tempête, ses mots touchent au cœur. On sent l’admiration et la passion du marin devant la force et la beauté de la nature liquide, et le respect qu’il porte à la mer et à ses marins.

Un très beau livre hommage à ses frères d’Océan !

Bobos et compagnie

A quoi peut donc bien servir un jus « d’eau de riz blanc et noisettes » ? Sans doute à pas grand-chose sinon à donner bonne conscience aux « bobos écolo-responsables ». Le kroniqueur n’a pas osé goûter ce breuvage bizarre dont pourtant le contenant affiche fièrement :

Délicieux
Saviez-vous que le bio pouvait être si NATURELLEMENT délicieux ?
Bienvenue dans le monde MERVEILLEUX des boissons végétales !
Rejoignez notre île biologique avec les MEILLEURES recettes que nous avons créées. Nous les préparons avec les MEILLEURS INGREDIENTS et rien d’autre pour que vous puissiez les apprécier tout en gardant BONNE CONSCIENCE.
VENEZ NOUS DECOUVRIR CHEZ ISOLA BIO : ENERGIE VERTE

Le président français et la géographie

Foolz – Charlie Hebdo

A l’occasion d’une rencontre entre les présidents russe et français, M. Macron a déclaré, entre autres, que la Russie serait européenne jusqu’à Vladivostok. On verra sur la carte ci-dessous que cette ville portuaire d’Extrême Orient est située en face de Saporo sur la Mer du Japon et est frontalière avec la Chine et la Corée du Nord :

Pourquoi donc vouloir qualifier cette ville d’européenne alors qu’elle est manifestement asiatique, par la géographie comme par la politique ? Un tel raccourci ne peut qu’effrayer les citoyens de l’Union européenne et consterner les géographes de toutes origines. De plus, cela semble a priori intéresser fort peu le président russe de voir l’Extrême Orient de son pays « rattaché » symboliquement à une Europe qu’il méprise souverainement. Cette saillie ne fait plaisir à personne sinon à son locuteur qui s’écoute parler et s’imagine passer un coup de brosse à reluire sur les rangers de son alter-ego russe, avachi dans son fauteuil sur le perron du fort de Brégançon, et qui ne lui en sera certainement pas gré, bien au contraire.

Une bonne occasion perdue de se taire !

Je sais une autre chose : c’est que la Russie est européenne, très profondément, et nous croyons dans cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok. Un grand auteur russe, DOSTOÏEVSKI, dans L’adolescent disait, et je le cite imparfaitement, de mémoire, que le Russe avait cela de particulier par rapport à l’Allemand, au Français ou autre, c’est qu’il était le plus russe quand il était le plus européen, et en quelque sorte son nationalisme était toujours plus grand que lui-même et devait embrasser le fait européen, et je crois très profondément à cela.

Déclaration de presse à l’occasion de l’entretien du Président de la République avec M. Vladimir POUTINE, Président de la Fédération de Russie

Les Etats-Unis font leurs courses

Donald Trump

Le président américain Trump fait part de sa volonté que les Etats-Unis « achètent » le Groenland au Danemark dont c’est l’un des territoires. On a d’abord cru à une blague de fin de banquet jusqu’à ce que le président confirme ce projet sur Twitter. Le Danemark a répondu que le Groenland n’était pas à vendre, du coup, fâché, le président américain a annulé une visite qu’il devait faire dans le royaume danois dans deux semaines, qualifiant la première ministre de « méchante ».

La diplomatie américaine se transforme en marché aux puces, il faut se pincer pour y croire, mais c’est la réalité du moment. Trump est habitué à faire du business alors il gouverne comme il a construit ses tours. Et puis, pourquoi ne pas essayer, après tout si le Danemark était dirigé par un de ces nouveaux élus populistes qui prospèrent un peu partout sur la planète, les Etats-Unis auraient pu éventuellement trouver un interlocuteur susceptible d’être intéressé par une cession « immobilière » du Groenland…

Cette nouvelle génération de dirigeants « sans foi ni loi » sera l’un des faits marquants du début du XXIème siècle. Ils dirigent à l’intuition avec un simplisme désarmant. Ils répètent à leurs électeurs que les élites passées se sont moqué d’eux des décennies durant et ce discours est plus que bien reçu au Café du commerce. Ils sont élus dans nombre de démocraties par des peuples « souverains », ils appliquent des programmes qu’ils ont annoncés et à ce jour il n’y a pas eu de catastrophe majeure même si la théorie économique prévoit leurs échecs. On est loin des discours visionnaires et élégants à la Obama, qui ne l’empêchaient pas d’agir de façon relativement énergique (voire la campagne d’éliminations ciblées des terroristes islamiques, le renforcement des troupes américaines en Afghanistan ou la nationalisation temporaire de certaines banques puis des producteurs automobiles américains pour les sauver de la faillite), mais qui relevaient de la bonne éducation reçue dans les universités de la Nouvelle-Angleterre. Aujourd’hui nous sommes dans un monde de pignoufs : il y a ceux « qui en ont une grosse » et les autres. Manifestement le Danemark est considéré par Washington comme relevant de la seconde catégorie.

Cela ne veut pas dire que ces nouveaux dirigeants rustres seront moins efficaces que les précédents, seul l’avenir le dira. Nous ferons le bilan dans 10 ou 15 ans. Les démocraties du XXème siècle ont plutôt eu tendance à élever le niveau culturel de leurs citoyens, celles du XXIème le font plonger. Evidemment les intellectuels et citoyens bien-pensants sont consternés devant la vulgarité de ces méthodes, c’est le triomphe des « ploucs » et le crépuscule des « bobos ». Gageons que cela n’aura qu’un temps et que l’intelligence vaincra. En attendant, on espère que le pragmatisme des ploucs permettra d’éviter le déclenchement d’une guerre nucléaire pour le rachat d’un bout de territoire !

‘Once upon a time in Hollywood’ de Quentin Tarantino’

Le dernier film de Tarentino est sur les écrans : l’histoire de la descente en pente douce à Los-Angeles d’un acteur (DiCaprio) dans les années 60’ qui voit son succès décliner et se trouve obligé d’accepter des productions de « pacotille » pour pouvoir continuer à maintenir son train de vie. Il est accompagné en permanence de sa « doublure-cascade » (Brad Pitt) qui lui tient lieu de pote de beuverie et de majordome. Plus intéressant, ses voisins de colline sont Roman Polanski (alors en pleine gloire) et sa femme Sharon Tate. Après différentes pérégrinations, Charles Manson et sa bande de hippies ensorcelés viendra semer le trouble dans le quartier mais la fin sera plus heureuse dans le film pour Sharon Tate que dans la vraie vie…

C’est du Tarentino, le final est surprenant et sanguinolant mais l’ensemble manque un peu de l’énergie et de l’humour auxquels le réalisateur nous avait habitués. Un film à voir néanmoins.

RUSSEL Bertrand, ‘Ma conception du monde’.

Sortie : 1960, Chez : idées NRF 17 (1962).

Bertrand Russel (1872-1970) fut un scientifique-philosophe britannique qui marqua la pensée du XXème siècle. Il déploya beaucoup d’énergie pour tenter de vulgariser son savoir et produisit un nombre important d’ouvrages, dont des romans. Il fut couronné du prix Nobel de littérature en 1950. Libre-penseur socialisant il prit des engagements politiques sa vie durant, dont le célèbre « Tribunal Russell » qui visait à organiser une justice contre les crimes de guerre américains au Vietnam. Il a même fait de la prison pour défendre ses idées !

Cet ouvrage est un petit livre d’entretiens dans lequel le philosophe de 90 ans expose sa vision du monde sur les grands thèmes que sont : la religion, la guerre et le pacifisme, le communisme et le capitalisme, la morale, le nationalisme, la bombe atomique, le fanatisme et la tolérance… bref, un résummé des réponses (ou des non-réponses) qu’il apporta aux grandes questions de notre temps.

C’est de la vulgarisation d’une vie de réflexion et une volonté de mettre ses idées à portée de tous. Au crépuscule de sa vie, le vieux philosophe se retourne sur ces concepts qui ont guidé sa vie et sur lesquels il travailla tant. Il y a beaucoup de simplicité et de bon sens dans ses réponses sur les questions de notre temps. L’âge de la sagesse n’a pas entammé l’intensité et l’acuité de sa vision philosophique. Les sujets sont abyssaux et Russell n’hésite pas à nous laisser dans l’incertitude sur certains d’entre eux tout en donnant les clés pour les analyser.

Festival de musique de chambre de Perros-Guirec

Le Quatuor Hermès et Geffroy Couteau (piano) enchantent le festival avec un programme Schubert et Brahms. Le quatuor ouvre le concert avec Schubert (quatuor n°13), Geffroy Couteau joue ensuite les Klavierstücke (op. 76)  de Brahms, puis ils se réunissent sur le quintette pour piano et cordes op. 34 de Brahms. Jeunesse, grâce et talent caractérisent ces musiciens venus bercer l’âme de vacanciers à la recherche d’un peu de spiritualité.

MAUGHAM, Somerset, ‘Amours singulières’.

Sortie : 1931, Chez : LE LIVRE DE POCHE 560 (1961).

Somerset Maugham (1875-1965), écrivain britannique, né et décédé en France, a commis sa vie durant nombre de nouvelles, romans et pièces de théâtre. « Amours singulières » retrace des unions amoureuses condamnées par la bonne société anglaise du début du XXème siècle, et il n’en fallait alors pas beaucoup à cette bourgeoisie guindée pour s’émouvoir.

Maugham lui-même, qui affichait son homosexualité décomplexée, a sans doute du affronter cette réprobation qu’il sait si bien peindre dans ce court recueil de nouvelles. Dans un style élégant et léger il détaille avec délectation les habitudes de cette vieille bourgeoisie britannique engoncée dans ses clubs et ses principes, bouleversée par le moindre écart avec la norme.

Alors lorsque l’épouse parfaite s’envole avec un jeune administrateur des colonies, lorsque l’actrice flamboyante retirée à Rhodes préfère sa liaison avec son chauffeur-mécanicien italien plutôt que les propositions de mariage renouvelées d’un dinosaure de la diplomatie britannique, ou le mari attentionné d’une écrivaine réputée part avec la cuisinière…, ce sont autant de pieds de nez à cette bonne et rigide société qui réjouissent Maugham et ses lecteurs.

Et, toujours dans ces nouvelles de Maugham, l’amour triomphe sur la rigidité sociétale. C’est une bonne nouvelle.

La France culottée

Avec le culot qui la caractérise, la France se permet de faire la leçon à la Chine qui traite avec une relative mollesse (par rapport à ses habitudes) les émeutes se déroulant actuellement sur son territoire de Hong Kong. Que n’aurait-on dit si Pékin s’était ingérée dans les émeutes qui ont agité la France tout au long du premier semestre 2019 !

Hong Kong – Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères (14 août 2019).

Les manifestations à Hong Kong se poursuivent dans un climat de plus en plus tendu. Cette situation fait l’objet d’un suivi très attentif de la part de la France, en lien avec ses partenaires, notamment européens. J’appelle toutes les parties, en particulier les autorités hongkongaises, à renouer le fil du dialogue afin de trouver une issue pacifique à cette crise et de mettre fin à l’escalade de la violence.

La Loi fondamentale de Hong Kong et le principe « un pays, deux systèmes » garantissent l’Etat de droit, le respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales ainsi que l’autonomie du système judiciaire, qui sont essentiels à la population et à la prospérité économique de Hong Kong.

La France est profondément attachée au respect intégral de l’ensemble de ces principes.

www.diplomatie.gouv.fr

Le territoire et les citoyens de Hong Kong, ex-colonie britannique rendue à l’Empire du Milieu en 1997, bénéficient d’un statut particulier qui leur donne plus d’autonomie que le reste des régions chinoises. Ce statut est provisoire et doit durer jusqu’en 2047 suivant l’accord de décolonisation signé entre le Royaume-Uni et la Chine. Il est probable qu’à l’issue de ce délai, le territoire de Hong Kong retournera au droit commun de la Chine. Qui sait d’ailleurs ce que sera le régime chinois en 2047 ?

Les citoyens hong-kongais craignent en tout cas que leurs libertés seront alors restreintes. C’est probable compte tenu de ce que l’on sait aujourd’hui du régime chinois. Toutefois, le pragmatisme de Pékin fait que peut-être un air de liberté au moins économique continuera de souffler sur le territoire compte tenu de son importance comme place financière, à moins que d’ici-là Shangaï ne se soit substituée à Hong Kong ? C’est sans doute la meilleure tactique à mener par la Chine : rendre Hong Kong moins indispensable pour Pékin afin de pouvoir normaliser cette région.

Hélas pour les citoyens locaux, il est peu probable que personne au sein de la communauté internationale ne parte « en guerre » pour préserver leur liberté « spéciale ». De même que l’annexion de la Crimée par Moscou n’a pas déclenché une grande émotion au-delà de quelques sanctions économiques, le retour de Hong Kong dans le droit commun chinois ne sera probablement empêché par personne, d’autant plus qu’il est prévu dans le traité de décolonisation entre Londres et Pékin.

BARRES Maurice, ‘Les Déracinés’.

Sortie : 1897, Chez : Le Livre de Poche 2148 (1967)

Maurice Barrès (1862-1923) fut un écrivain et homme politique français chantre du nationalisme à une époque où celui-ci avait un peu de profondeur. Fervent défenseur du concept de patrie française, son engagement politique le poussa dans quelques dérives intellectuelles qui n’enlevèrent rien à ses qualités d’écrivain flamboyant dont « Les Déracinés » sont une édifiante démonstration.

C’est l’histoire d’une bande d’étudiants nancéens (comme l’auteur), fascinés par leur professeur de philosophie qui leur enseigne les principes de la pensée et les fondements de la République. Après leur Bac, les voici partis à l’assaut de Paris et de la vie. Nous sommes en 1879, l’Alsace et la Moselle sont prussiennes, Napoléon III est en exil et la Troisième République est née sur les ruines de la Commune mais reste fragile.

Nos sept compères découvrent avec frénésie la politique, la révolution, l’influence, les affaires (bonnes ou louches), la presse, les salons et les bas-fonds, l’amour et les trahisons… Bref, ils plongent avec délices dans le chaos de la capitale où tout se passe. Napoléon 1er n’est jamais loin et c’est sur sa tombe que les sept ambitieux vont s’engager dans leurs folies parisiennes. Barrès mêle l’aventure de ces jeunes (où il y a certainement beaucoup de vécu) et les grandes étapes de cette fin de XIXème siècle, dont l’influence de Victor Hugo sur l’élite et le peuple de France, sa mort et ses funérailles (elles aussi nationales).

Deux d’entre eux se lancent dans l’aventure de la direction d’un journal, La Vraie République, qui se terminera plutôt mal, sur l’échafaud, pour l’un d’eux.

Le style de Barrès est d’une incroyable énergie et d’une précision d’orfèvre. Les mots valsent avec les idées, il y a de la grandeur dans ces phrases ciselées. Qu’il est bon de se replonger dans les écrivains classiques, une époque où le maniement des mots relevait d’un art digne de la construction des cathédrales : l’ensemble est monumental et les détails sont fascinants.

Confirmation : la Russie n’aime pas l’Occident

Pour ceux qui avaient encore des illusions sur ce que pense la Russie officielle de l’Occident, ils auront été éclairés par les récentes déclarations du président russe dans différents médias. Depuis une dizaine d’années que Moscou a réaffirmé sa puissance, ses représentants pointent la décadence de l’Occident qui « marie ses homosexuels », M. Poutine revient sur ces changements sociétaux qu’il désapprouve. Il déclare dans une interview au Financial Time du 27 juin que « l’idée libérale est morte » :

The ruling élites have broken away from the people [in the US as in Europe]. There is also the so-called liberal idea, which has outlived its purpose. Our Western partners have admitted that some elements of the liberal idea, such as multiculturalism, are no more tenable.

https://www.ft.com/video/a49cfa25-610e-438c-b11d-5dac19619e08

Interrogé sur cette déclaration au sommet du G20 d’Osaka le 29 juin il illustre ce qu’il a voulu dire en précisant qu’il se revendique libéral lui-même mais qu’il existerait à ce jour « cinq ou six genres de personnes… je ne comprends même pas ce que c’est » ! Il développe sa pensée en précisant qu’une minorité ne peut pas imposer sa volonté à la majorité, en tout cas ce n’est pas ainsi que cela se passe en Russie. Il élargit le sujet aux flux d’immigration qui arrivent en Europe.

Quand on détaille la politique économique russe et la façon dont elle a été privatisée après l’effondrement de l’Union soviétique, on peut avoir quelques doutes sur son aspect « libéral », mais qu’importe, tous les goûts (et les politiques) sont dans la nature et les résultats de cette politique économique feront œuvre de juge de paix le moment venu. Plus déprimant sont ce que ces déclarations racontent de l’état de la relation entre la Russie et le monde occidental, en tout cas européen : Moscou méprise profondément tout ce qui est à l’Ouest de l’Oural et, sans doute, matérialise ce mépris par des actions d’agit-prop afin de nuire à cet Occident honni qui lui, en retour, manifeste indécision et division dans l’attitude à opposer. C’est une sorte de nouvelle guerre froide dont l’issue, comme la précédente, reposera sur la capacité de la Russie à suivre économiquement l’Occident.

Malgré les envolées lyriques occidentales régulières sur l’amitié avec la Russie, l’Histoire montre que la relation a toujours été houleuse entre l’Ouest et Moscou, sous les tsars comme sous les soviétiques, les déclarations du président actuel ne sont que la continuation de cette situation : on a toujours préféré s’opposer que coopérer, à l’exception notable de la deuxième mondiale mais l’éclaircie fut de courte durée… C’est ainsi, on ne peut pas s’entendre avec tout le monde mais il faut arriver à maintenir l’affrontement dans les limites du raisonnable. Le reste est l’affaire du peuple russe qui, peut-être un jour, préfèrera que son Etat dépense un peu moins d’énergie et d’argent pour nuire à l’extérieur et un peu plus à développer son économie intérieure.

Négociations américano-talibanes

Les Etats-Unis mènent des négociations plus ou moins officielles au Qatar avec la rébellion talibane d’Afghanistan. L’objectif est de sortir l’armée américaine des terrains de combat afghans où elle tente avec assez peu de succès d’endiguer le retour des talibans au pouvoir à Kaboul, et avec eux leur cortège de pratiques religieuses d’un autre âge.

Les militaires américains sévissent sur place depuis 2001 et l’attentat terroriste du 11 septembre contre du World Trade Center. Il s’agissait alors de « casser la gueule » aux talibans qui avaient inspiré cet attentat (3 000 morts et 6 000 blessés) et qui abritaient Ben Laden, cerveau saoudien de l’opération. Le problème est qu’une fois cette tâche accomplie, l’Occident s’est mis en tête d’occidentaliser l’Afghanistan en lui indiquant le chemin de… la démocratie. C’était la théorie des néo-conservateurs américains : répandre la démocratie par l’exemple, et au besoin par la force militaire. Les forces de l’OTAN ont alors été mises à contribution et, près de 20 ans plus tard, le dossier n’a pas avancé. Les talibans sont repartis dans leurs montagnes à l’abri desquelles ils mènent leurs actions terroristes pour chasser les forces impies, le business d’opium a explosé, le gouvernement officiel ne gouverne pas grand-chose au-delà de la capitale, et encore, la plupart des forces de l’OTAN sont rentrées dans leurs pénates après avoir encouru des pertes significatives, les attentats terroristes sont légion, les contribuables occidentaux ont dépensé des dizaines de milliards d’euros dans ce pays en vain et les talibans sont aux portes du pouvoir. Seule éclaircie dans ce désastre, il semble que les attentats terroristes menés en Occident ces dernières années ne soient plus fomentés en Afghanistan mais plutôt au Proche et Moyen-Orient.

La constance avec laquelle l’Histoire se répète est parfois confondante. On se souvient qu’en 1962 la France coloniale signait avec l’Algérie des accords de paix et d’indépendance qui prévoyaient explicitement que les harkis (supplétifs locaux de l’armée française) ne feraient l’objet d’aucune mesure de discrimination après l’indépendance. Il ne fallut pas trois mois après la signature de l’accord pour qu’environ 100 000 harkis ne soient massacrés ! En 1973 les Etats-Unis négocient avec le Vietnam du Nord (communiste) un accord de paix qui prévoit le maintien de la République du Vietnam (du Sud). Il ne faudra pas trois années aux nordistes pour réunifier militairement le Vietnam et instaurer un régime communiste sur la totalité du pays.

La négociation en cours avec les talibans d’Afghanistan suivra probablement la même voie : promesses écrites de ces derniers contre engagement américain du retrait des troupes ; les premières ne seront pas réalisées une fois que ce dernier sera effectif et les talibans reprendront le pouvoir avec les méthodes qui leur sont propres afin de gouverner un pays qui, finalement, n’est sans doute pas vraiment contre.

Vouloir « casser la gueule » des talibans après les attentats américains de 2001 était somme toute compréhensible mais il aurait fallu évacuer ce pays une fois la tâche réalisée. Penser y instaurer la démocratie par les armes fut une illusion qui coûta très cher, à tout le monde. Croire aujourd’hui à des engagements talibans quels qu’ils soient serait une faute. Comme à Alger en 1962, comme à Saïgon en 1973, une fois la puissance colonisatrice ou occupante partie, les nouveaux dirigeants de ces pays « libérés » iront vers où les portent leurs sentiments, sans ne se soucier ni de leurs engagements pris ni des états d’âme de leurs anciens occupants.  Mais il faut bien que les « envahisseurs » s’en aillent un jour de façon plus ou moins honorable car ils ont encore une capacité de nuisance. Alors on négocie le départ contre un traité de papier sur lequel sans doute personne ne se fait beaucoup d’illusions. Le plus étonnant réside dans le fait que se renouvelle encore si régulièrement ce genre de situation !

Ainsi va l’Histoire et il est fort probable qu’elle ne se répète sous peu en Afghanistan.

LEBON Christine, ‘Survivance et Transmission’.

Sortie : 2019, Chez : academia – L’Harmattan.

Christine Lebon est une psychothérapeute belge qui a mené une recherche approfondie sur le statut des survivants du génocide rwandais de 1994 et leur capacité à transmettre/expliquer l’indicible aux générations suivantes. Basé sur un grand nombre d’interviews de rescapés et de leurs enfants, au Rwanda et en Belgique, dans des demeures comme sur les lieux des massacres (église de Nyamata par exemple) ce travail minutieux mené avec tact nous fait plonger au cœur de l’horreur et de l’incompréhensible.

Bien entendu, à la question « pourquoi ce génocide ? », il n’y a pas de réponse et c’est bien là toute la difficulté qu’affrontent les survivants et leurs descendants. Christine Lebon écoute et tente de qualifier cette inextricable situation dans laquelle se retrouvent les survivants qui désormais cohabitent avec les assassins sur les mêmes collines. Le mélange entre les ethnies Tutsi et Hutu aggrave encore le positionnement des uns et des autres : une survivante qui a eu un enfant avec un hutu ignore le rôle de celui-ci dans le génocide même s’il les a protégés, leur fils reste en pleine confusion, que lui dire ?

A la phrase maintes fois entendue : « les enfants ne savent rien », elle constate que les enfants sentent tout et posent des constats pleins de sens. Comment en serait-il d’ailleurs autrement alors qu’ils sont élevés dans cette atmosphère post-génocide si morbide ? La présence de la chercheuse est d’ailleurs parfois utilisée comme vecteur de la transmission de cette réalité complexe où vivent les survivants et les tueurs dans le même espace, national et villageois.

L’observateur occidental a tendance à « racialiser » son analyse : hutus contre tutsi. L’auteure tente de rationaliser cette haine entre deux parties de la population plutôt opposées par des critères dominants/dominés que par des différences ethniques même si leurs cartes d’identité mentionnaient à l’époque formellement la « race » : Hutu, Tutsi ou Twa (Pygmé) ; la lutte des classes plus que le conflit racial.

A la fin de l’ouvrage, modeste, Christine Lebon constate que « rien ne peut être affirmé sur l’avenir, pas plus d’ailleurs que sur l’origine » mais, pour le futur, sa tendance naturelle serait plutôt de suivre le questionnement agité des gamins plutôt que de s’en tenir au « silence fédérateur » pour aider à la reconstruction psychique et sociale de cette population mêlée. Le plus troublant pour le lecteur est d’en déduire que rien ne permet de penser qu’un tel génocide ne se reproduise pas, ici ou ailleurs.

C’était écrit…

Un prochain projet de loi sur la bioéthique devrait élargir, s’il est voté en l’état, la procréation médicalement assistée (PMA) au-delà de la cible actuelle ainsi décrite sur un site web de l’administration :

L’AMP s’adresse aux couples hétérosexuels (mariés, pacsés ou en concubinage) en âge de procréer et qui se trouvent dans l’une des situations suivantes :

– Le couple ou l’un des membres présente une stérilité (ou infertilité) pathologique médicalement constatée (bilan d’infertilité).

– L’un des membres du couple est porteur d’une maladie grave, susceptible d’être transmise au conjoint ou à l’enfant.

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F31462

Toutes les femmes seraient maintenant éligibles à la PMA, qu’elles soient en couple (hétéro ou homosexuelles) ou célibataires. Le régime précédent présidé par François Hollande a fait légaliser le mariage homosexuel et avait promis l’étape suivante de la PMA mais avait procrastiné, occupé par d’autres fronts de lutte. Le pouvoir actuel va réaliser la promesse du précédent, la PMA ne serait plus un traitement contre la stérilité des couples hétérosexuels mais un outil pour procréer par des voies non naturelles.

Malgré les dénégations des uns et des autres, à l’époque comme aujourd’hui, il était écrit qu’une fois le mariage homosexuel accordé la PMA suivrait et on peut prédire sans trop de risques de se tromper que la gestation pour autrui (GPA) sera l’étape suivante. La GPA pourrait « résoudre l’inégalité » qui apparaîtra après l’adoption de la PMA entre les couples homosexuels femmes et hommes. Ainsi va le changement des mœurs en Occident, le train est lancé !

Remboursement homéopathique

Une nouvelle polémique est déclenchée à la suite de l’annonce du déremboursement progressif de l’homéopathie par l’assurance santé pour manque d’efficacité de ces produits et, surtout, parce que la sécurité sociale a des dépenses supérieures aux cotisations qu’elle perçoit et qu’il est nécessaire d’essayer de réduire le déficit conséquent. Comme il faut bien commencer par quelque chose et que l’hypothèse d’une augmentation des cotisations ne serait pas vraiment très populaire, le parlement a voté en faveur d’une proposition de l’administration pour cesser de rembourser ces produits dont le service rendu est jugé peu significatif, voire inexistant, par la majorité du corps médical.

Bien entendu cela déclenche un hourvari de plaintes et lamentations en tous genres comme l’extrait de cette pétition (www.change.org) permet de le mesurer :

Les professionnels d’arrière gardent défendent surtout leur pré-carré. Ils estiment que ces nouvelles méthodes de soins, détournent les patients de la médecine conventionnelle au risque de retarder des diagnostics et des traitements nécessaires avec parfois des conséquences dramatiques « dans la prise en charge de pathologies lourdes. C’est oublier un peu vite que l’homéopathie est délivrée par leurs confrères. Quelques 5000 médecins homéopathes exercent en France.

www.change.org

Chacun y va de son cas particulier pour contester une décision prise, en principe, en faveur de l’intérêt général. On peut penser que quitte à dérembourser, peut-être vaut-il mieux commencer par l’homéopathie que par l’oncologie. L’avenir dira si le niveau de santé de la population française s’est dégradé à la suite de cette mesure. Si tel était le cas il serait toujours temps de rétablir ce remboursement et de le financer en augmentant les cotisations ou par déremboursement d’autres.

Les industriels qui fabriquent ces produits annoncent des « menaces sur l’emploi » et des fermetures d’usine. Mme. Michu se plaint de ne plus pouvoir faire financer son homéopathie par la communauté des cotisants et tout le monde se lamente sur le déficit de la sécurité sociale. Bref, comme d’habitude personne n’est content et tous auraient aimé, bien sûr, que rien ne change ou qu’en tout cas les « avantages acquis » ne puissent évoluer que dans le sens de l’augmentation et non point celui de la baisse.

Les produits d’homéopathie seront toujours disponibles en pharmacie, au besoin importés, simplement ils ne seront plus remboursés à leurs consommateurs par les cotisants. Sans doute le déremboursement marquera un petit trou d’air dans la consommation puis celle-ci repartira s’il y a véritablement un besoin. L’accès aux médicaments remboursés non-homéopathique restera inchangé.