ELLIS Bret Easton, ‘White’.

Sortie : 2019, Chez : Random House / Robert Laffont 10-18 n°5542

Bret Easton Ellis livre ici un journal sous forme de rapides chroniques de sa vie d’écrivain branché entre Los-Angeles et New-York, salons littéraires et mondanités cinématographiques, milieu artistique et amours gays, tweets et romans…, de la fin des années 1980′ à nos jours.

C’est évidemment très américain et fourmille de références qui échappent aux lecteurs non initiés. On y parle beaucoup cinéma et séries télévisées durant la première moitié où Ellis, enfant de L.A., affiche son intérêt pour le VIIème art et ses intervenants. Issu de la « génération X », il jette ensuite un regard sur son époque et ses travers tout en participant lui même aux polémiques arrosées et un peu stériles qui agitent le microcosme dans lequel il vit. Sa vision des réactions horrifiées de ses amis démocrates, y compris son petit ami millénial, après l’élection du Président Trump est plutôt drôle et pleine de bon sens : « nous » (collectivement) l’avons élu alors faisons avec, cela ne durera qu’un temps, et évitons les réactions hystériques et apocalyptiques qui ne servent plus à rien maintenant qu’il est installé à la Maison Blanche, d’autant plus que son adversaire de 2017, Hillary Clinton, n’était quand même pas particulièrement enthousiasmante, ni dans son programme ni dans sa personne.

Au-delà du coté commérage de ces chroniques, on en apprend aussi un peu sur le processus créatif d’Ellis qui revient sur l’écriture de certains de ses romans et l’inspiration qui est la sienne. On comprend mieux ses fréquentations, ses communautés, ses passions, et cela éclaire sur son environnement qui inspire ses romans et les fantasmes qui les peuplent.

Une dictature plutôt plébiscitée par la majorité de ses citoyens

Le Canard Enchaîné 20/01/2021

La Russie expulse quelques diplomates européens (de Suède, Pologne et Allemagne) accusés d’avoir participé à une manifestation de soutien à l’opposant Navalny. Les pays européens s’émeuvent et expliquent que leurs représentants ne « participaient » pas à la manifestation mais y « assistaient » à titre d’information.

Alexeï Navalny est un avocat opposant au président Vladimir Poutine, ex-officier du KGB recyclé dans la politique, élu et réélu président depuis 2000, y compris un intermède comme premier ministre afin de contourner la lettre de la constitution russe limitant le nombre de mandats successifs autorisés. Il affiche un cynisme assumé et surfe sur la décadence de l’Occident. C’est lui qui lors de l’invasion de la Crimée par l’armée russe expliquait qu’il ne pouvait pas « empêcher des citoyens russes d’aller passer leurs vacances en Crimée » pour justifier la présence de ses soldats dont certains furent faits prisonniers par les forces ukrainiennes. Sous sa présidence la Russie a initié les meurtres de nombre d’opposants russes réfugiés à l’étranger, y compris avec des armes chimiques avec chaque fois le même déni sur l’implication de son pays dans ces assassinats.

La dernière tentative en date a été menée en Russie en août 2020, justement contre Navalny, empoisonné au Novitchok un agent chimique innervant très puissant développé à l’époque par l’URSS et dont la production fut poursuivie par la Russie. Pour des raisons mystérieuses la Russie a accepté l’évacuation de Navalny, dans le coma, en Allemagne pour y être soigné. Une fois rétabli, il a repris l’avion en janvier 2021 pour la Russie où il a été arrêté dès son arrivé puis condamné à trois années de prison pour n’avoir pas respecté les termes du contrôle judiciaire auquel il était soumis… durant son séjour en Allemagne. Il était supposé se présenter régulièrement au commissariat de police de son quartier à Moscou à la suite de l’une des multiples condamnations dont il a été l’objet. Lors d’une récente conférence de presse, le président Poutine a affirmé que les services russes n’étaient pour rien dans l’empoisonnement de Navalny, la meilleure preuve en étant que s’ils l’avaient été « l’affaire aurait été menée à son terme », accusant au passage son opposant favori dont il ne prononce jamais le nom d’être manipulé par les services secrets américains.

Il est désormais avéré que Moscou a utilisé son soft power de façon intense pour influencer les élections présidentielles américaine et française de 2017 via la diffusion de désinformation sur les réseaux dits « sociaux ». On se souvient que Vladimir Poutine avait reçu officiellement Marine Le Pen au Kremlin en mars 2017. L’élection de dirigeants nationalistes, voire populistes, dans les pays occidentaux sert les intérêts de Moscou qui, de son côté, a réactivé le panslavisme de sa population. On a notamment assisté en France au retournement complet de nombre d’élus de la droite conservatrice qui sont devenus pro-russes après des décennies de discours antisoviétique. Cerise sur le gâteau, le président américain Trump a constamment soutenu la Russie durant son mandat (2017-2021) allant même jusqu’à désavouer ses propres services de renseignements lors d’une fameuse conférence de presse avec le président russe qui, comme à son habitude, cachait sa satisfaction derrière son masque glaçant d’apparatchik du KGB. C’est ainsi que Moscou a atteint avec brio ses objectifs de soft power.

Bref, la Russie est le digne successeur de l’URSS en ce qu’elle cherche à nuire à un occident qu’elle juge aujourd’hui décadent et à la dérive. Elle le fait avec ses méthodes et un succès certain, sachant toucher les points faibles des démocraties. Celles-ci réagissent avec des effets de manche plutôt naïfs et peu efficaces. Le président Poutine est élu et réélu depuis 20 ans. Certes il a laminé toute opposition et continue à le faire mais les sondages plus ou moins libres réalisés dans le pays montrent que le peuple russe soutient globalement son président. Il vote en lui donnant de confortables majorités à chaque élection présidentielle et, même si l’on considère qu’il y a sans doute un peu de fraude, ces majorités sont difficilement contestables et sont en tout cas bien plus larges que celles constatées dans les pays occidentaux.

Cela semble mystérieux aux pays occidentaux qui continuent à vouloir appliquer les principes démocratiques qui régissent encore leurs systèmes politiques. Les russes apparaissent bien plus malins dans leur tactique pour faire tomber l’occident qu’ils ne l’étaient du temps de l’URSS. Ils activent leur hard power sur différents terrains de combat (Ukraine, Syrie, Caucase, notamment) là où il est peu probable que l’Occident viennent guerroyer, et ils déclenchent avec succès leur soft power directement contre les démocraties occidentales pour leur nuire ; ils rejettent systématiquement toute critique ne se gênant pas pour nier les évidences du moment que cela sert leurs intérêts. Le pays est évidemment peu encombré par les associations de défense des droits de l’homme ou pro-démocratiques, et lorsqu’un opposant comme Navalny émerge, il est mis à l’ombre, voire pire…

L’URSS a perdu la guerre froide à la fin des années 1980, elle est en train de prendre sa revanche et l’on dirait que la grande majorité du peuple russe s’en réjouit.

Publié le
Catégorisé comme Russie

Trop MDR[1]

Une jolie histoire boursière se déroule en ce moment aux Etats-Unis d’Amérique : des traders-fraudeurs hébergés par des hedge funds de rencontre s’amusaient à spéculer à la baisse sur des valeurs sentimentalement importantes pour l’Amérique profonde, dont Gamestop (chaîne de magasins de jeux vidéo), des particuliers ont mené une action concertée pour acheter cette valeur dont le cours en bourse est remonté poussant les traders-fraudeurs dans de sérieuses pertes financières au point d’inquiéter les autorités boursières à l’idée que des hedge funds puissent trébucher, voire tomber, puisqu’ils ont dû racheter en catastrophe les titres qu’ils avaient vendus à terme pour limiter leurs pertes.

Comme on le sait, le boursicotage est un jeu à somme nulle : ce que perdent les traders-fraudeurs a été gagné par les particuliers. Dans le cas d’espèce, les particuliers en question voulaient en plus lutter contre cette mauvaise habitude des traders-fraudeurs jouant la perte des entreprises contre lesquelles ils spéculent. Ce procédé est légal et présenté par les hedge funds comme du darwinisme boursier permettant d’éliminer les plus faibles… On se souvient que lors de la crise financière de 2008, les autorités boursières allemandes avaient suspendu provisoirement cette possibilité de spéculation « à la baisse ». Il est donc possible d’y mettre fin si on le décide.

Le problème est aussi que « l’action concertée » est officiellement interdite en bourse. Tout le monde la pratique bien entendu, et d’abord les hedge funds mais ils le font plus discrètement que les particuliers de Gamestop qui la revendiquent comme moyen de lutte partisane. On ne sait pas encore comment se terminera cette jolie histoire outre les pertes financières déjà déboursées par certains fonds spéculatifs sur le sort desquels on ne versera pas beaucoup de larmes. Les particuliers ont enfreint la Loi et risquent de devoir en payer la conséquence pour avoir manipulé le marché. Ils ont en tout cas montré que quelques individus organisés peuvent aussi affronter et vaincre la spéculation. C’est la leçon intéressante de cette jolie histoire.

Lire aussi : « The Big Short » d’Adam McKay (2015) – Keep on rockin’ in the free world (rehve.fr)


[1] Mort de rire

Publié le
Catégorisé comme Economie

FRISON-ROCHE Roger, ‘La grande crevasse’.

Sortie : 1948, Chez : B. Arthaud / J’ai lu n°951.

Frison-Roche (1906-1999), guide de haute montagne, écrivain-voyageur-explorateur, a bercé notre jeunesse avec ses récits de courses en montagne et dans le Sahara. Né à Paris, issu d’une famille savoyarde, il rejoint Chamonix, une fois adulte, où il fera ses classes comme porteur avant d’intégrer la prestigieuse Compagnie des guides de Chamonix dans les années 1930′. Il résidera également en Algérie durant la Iième guerre mondiale d’où il participera à des raids à travers le Sahara. Plus tard il mènera également des explorations dans le grand nord américain et en Laponie. Sur tous ces voyages il écrira romans et récits, et animera des conférences.

« La grande crevasse » raconte la vie des montagnards de la vallée de Chamonix au début du XXème siècle. Des hommes taiseux, durs à la souffrance, vivants en communion avec une nature sévère mais grandiose. L’un d’eux, Zian, est guide l’été, paysan le reste du temps. Il va rencontrer et guider en montagne une parisienne éprise d’absolu et de grands espaces, Brigitte. Elle va être servie et… séduite. Mais le mariage verra s’affronter les cultures opposées de Paris et de la montagne. Eloignés un moment, c’est alors qu’ils doivent se retrouver que Zian, parti se ressourcer dans une course solitaire en montagne, tombera dans une crevasse et expirera dans les bras de ses camarades guides partis à sa recherche.

Au-delà de l’amourette prétexte, et plutôt charmante entre Brigitte et Zian, le récit de Frison-Roche est une histoire sur la montagne que le style de l’auteur décrit avec passion dans toute sa puissance et sa beauté. Il arrive à en transcrire la majesté et expose la nécessaire humilité que l’homme doit afficher face à elle, sous peine d’y perdre la vie.

Des médias désarçonnés

Charlie Hebdo (23/12/2020)

Depuis plusieurs jours, les médias bavards annonçaient comme certaine l’annonce prochaine d’un nouveau confinement compte tenu de la recrudescence de l’épidémie de coronavirus en France, comme d’ailleurs en Europe. Les plateaux télévisés faisaient défiler des journalistes en retraite et des médecins inoccupés qui anticipaient cette décision « inévitable », nombre d’entre eux ne se gênant d’ailleurs pas pour la critiquer sévèrement.

Hier soir, le premier ministre n’a pas annoncé le retour du confinement mais « seulement » un renforcement des mesures en cours basées essentiellement sur un couvre-feu national à 18h. Alors ce matin, les plateaux médiatiques, dépités, commentent pourquoi l’Etat a renoncé à prendre une décision que les journalistes disaient, faussement, qu’il allait prendre. Et nous voici repartis dans des analyses stériles, des débats oiseux et des polémiques sans fin sur une « non-décision ». Le mieux aurait été d’attendre que les annonces soient faites par ceux qui décident avant de les commenter, cela aurait pu permettre de consacrer le temps perdu à critiquer une décision « non-prise », à l’analyse et à l’intelligence de la situation réelle.

Rappelons que la corporation des titulaires de cartes de presse bénéficie d’une niche fiscale sous forme d’un abattement forfaitaire sur leurs revenus imposables pour « frais d’emploi ». Ces subventions financées par les contribuables devraient, à tout le moins, générer un comportement responsable des journaux et journalistes qui en sont les bénéficiaires. Ils sont ainsi reconnus un peu comme service public, qualification qui devrait être un gage de qualité et non de beaufitude.

Une solution serait peut-être de résilier cette niche fiscale imméritée et d’en allouer le produit à la recherche pour un vaccin contre le coronavirus actuel. Ce serait sans doute ainsi une bien meilleure utilisation des fonds publics.

PSICHARI Ernest, ‘Le Voyage du Centurion’.

Sortie : 1922, Chez : Editions Louis Conard / Le Livre de Poche Chrétien.

Petit fils d’Ernest Renan, mort pour la France sur le front de Belgique, Ernest Psichari (1883-1914) est un homme de son temps qui a suivi le cheminement intellectuel de nombre de ses contemporains. Etudiant en philosophie à la Sorbonne, il suit les cours de Bergson au Collège de France, il est inspiré par Charles Péguy puis par Charles Maurras et Maurice Barrès, publie des études philosophiques, attente plusieurs fois à ses jours, se rapproche de la droite nationaliste et s’engage finalement dans les troupes coloniales après avoir renoncé à son idéal antimilitariste.

Ce récit, largement autobiographique, relate sa conversion au catholicisme durant ses séjours d’officier au Sahara. A la tête de sa harka de soldats maures au début du Xxème siècle, Maxence représente et affirme l’autorité française dans l’immensité des sables, au besoin les armes à la main lorsqu’il faut soumettre les rebelles. Lors de ses long moments de solitude, sous la voute étoilée du ciel sans fin du désert, il médite sur le pouvoir des occidentaux, sur les peuplades soumises, sur leur religion musulmane et, petit à petit, il mène un dialogue intérieur avec Dieu et son fils Jésus, au cœur du silence saharien :

Le silence est un peu de ciel qui descend vers l’homme. Il vient des grands espaces interstellaires, des parages sans remous de la lune froide. Il vient de derrière les espaces, de par-delà les temps, – d’avant que furent les mondes et de là où les mondes ne sont plus. Que le silence est beau !

Toujours plus loin dans le désert et toujours plus haut vers le mysticisme, entre adoration de Dieu et pitié de lui-même, Maxence va enfin rejoindre l’objet de ses dévotions et de son espérance : « Mais quoi ! Seigneur, est-ce donc si simple de vous aimer ? »

Ce court récit est fascinant par la ferveur de ce soldat de Dieu et de la France qui tangente l’absolu au milieu du Sahara, ce désert qui à force d’inspirer tant de mysticisme aux hommes qui le foulent les rapproche de leurs Dieux.

Un grand moment de solitude

Un zapping des chaînes de télévision depuis le début de la semaine a un peu démoralisé le téléspectateur…

Tout d’abord le chanteur Francis Lalanne est venu expliquer ce 26 janvier à l’animateur Cyril Hanouna tout le bien qu’il pense de l’hydroxychloroquine et accuser le président de la République « d’avoir du sang sur les mains ». Il appelle à la destitution de celui-ci dans un long article publié dans France-Soir numérique et qu’il est venu commenter :

Cet article qui fait plusieurs dizaines de pages est ponctué de saillies révoltées, voire révolutionnaires. La référence au « J’accuse » de Zola dans l’affaire Dreyfus est quasi-explicite, excusez du peu ! Le texte est truffé de références au texte de la Constitution, sans doute son signataire a-t-il obtenu le renfort de spécialistes car on ne le savait pas constitutionnaliste.

Florilège :

La République est donc frappée de caducité ; annulée par l’exercice totalitaire du pouvoir que pratique aujourd’hui l’Exécutif.
L’Exécutif qui supprime tous les droits fondamentaux et s’approprie tous les pouvoirs, met par voie de conséquence le peuple français en situation d’oppression.La Puissance Publique s’emparant du « Bien Public », il s’agit bien d’un coup d’État du gouvernement contre la Nation. Les citoyennes et citoyens de France subissent ainsi l’oppression de leurs représentants.

Il est également du droit et du devoir de la représentation nationale de déclencher le protocole de destitution du président de la République au terme de l’article 3 de notre Constitution ainsi que de l’article 68.
De même, et si de besoin, il est du devoir de l’armée française pour assurer la « sûreté » du peuple français (article 2), de procéder à la mise à pied des auteurs du coup d’État – c’est-à-dire de l’actuel gouvernement ; et ce, afin de rétablir le droit républicain.

Etc., etc.

Lire le texte complet sur : L’Appel de Francis Lalanne

Le débat télévisé entre Lalanne, chanteur populaire en retraite, habillé d’un long manteau de cuir, cheveux très long et lunettes foncées, avec Hanouna, héraut de l’abrutissement télévisuel, fut très productif… Le chanteur y a notamment expliqué qu’il refuse de porter un masque car c’est un nid de microbes dont il ne veut pas se couvrir le nez.

Second point de rendez-vous : Nadine Morano invitée sur le plateau CNews de Pascal Praud le 27 janvier. Elle y assène ses certitudes de Café du Commerce avec sa morgue habituelle et critique la terre entière, mais surtout les dirigeants français, pour la gestion déplorable de la crise sanitaire. On est assez proche du niveau zéro absolu dans le débat politique. Mme. Morano est député européen pour Les Républicains mais semble plus présente sur les plateaux télévisés parisiens que dans les hémicycles du parlement européen.

Francis Lalanne et Nadine Morano illustrent tristement le déclassement français auto-satisfait. Plus encore que les retards techniques annoncés dans les projets de vaccins anti-covid par l’Institut Pasteur et par le groupe Sanofi, le niveau d’abrutissement généré par ces tristes personnages et la place qui leur est donnée dans les médias désespère un peu sur l’avenir du pays qui est aujourd’hui franchement engagé sur la pente de la décadence. On a les dirigeants et les influenceurs que l’on mérite !

Produire des vaccins est un processus complexe

Le Canard Enchaîné (06/01/2021)

Comme il n’était pas impossible que cela arrive, les premiers industriels en charge de produire les vaccins vont avoir quelques retards dans les livraisons annoncées. On ne connaît pas bien les vraies raisons mais des à-coups dans la production sont évidemment inévitables compte tenu des quantités à fournir et du faible nombre de producteurs approuvés à ce jour. C’est sans doute la première fois qu’un produit, qui plus est pharmaceutique, doit être fabriqué pour les 7 milliards d’humains qui forment la population mondiale. Cela ne va évidemment pas se faire sans difficultés et nous ne sommes pas au bout de nos peines.

Les émois de plateaux télévisés ou de comptes Twitter ne seront que de peu d’effet sur la résolution de ces difficultés de production. Il va falloir construire de nouvelles usines, booster les actuelles, disposer de matière première, tout ça pour 7 milliards de consommateurs. Ce n’est pas simple, il faut de la technicité et de la compétence, deux qualités qui font vraiment défaut sur les plateaux médiatiques. Alors laissons les professionnels agir.

Il va y avoir de plus une bataille commerciale car les producteurs vont devoir répartir la misère entre tous les pays, au moins dans les prochains mois. On a déjà vu les nations se battre comme des chiffonniers pour de simple masques début 2020. Il risque d’y avoir du sang sur les murs pour les vaccins. Il n’est pas sûr que le Sénégal soit servi avant les Etats-Unis d’Amérique…

Lire aussi : Restons calmes – Keep on rockin’ in the free world (rehve.fr)

La politique du « quoi qu’il en coûte » va bien devoir s’arrêter un jour

Le sous-ministre chargé des comptes publics (Olivier Dussopt) a annoncé il y a quelques jours que la politique du « quoi qu’il en coûte » devrait prendre fin au cours de l’année 2021. Il reçoit aussitôt un déluge de critiques d’élus et de commentateurs de tous bords.

Cette politique permet de financer l’ensemble des dépenses, en hausse sensible, générées par la pandémie alors que le pays est en très fort ralentissement économique du fait même de cette pandémie. Ce financement est assuré par la France en s’endettant alors qu’elle créé beaucoup moins de richesse que d’habitude. S’endetter quand l’économie est en berne est typiquement le genre de situation qui, par nature, a ses limites. Le dire, surtout de la part d’un dirigeant chargé des comptes publics, est une évidence.

Une autre évidence qu’il va bien falloir mettre sur la table est celle de l’augmentation des impôts qui va immanquablement arriver pour rembourser ces dettes en forte hausse. Car les français vont bien devoir payer un jour, si ce n’est pas via l’impôt, ce sera par l’inflation ou par des bulles financières, et ce sera probablement avec un peu des trois. Car la France, comme a son habitude, est le pays occidental qui dépense le plus d’argent public par citoyen face à cette pandémie, argent dont il va bien falloir commencer à envisager de réduire le robinet et, un jour, qu’il va bien falloir rembourser.

Le « désir mimétique » des français pour le vaccin

Une intéressante chronique de Philippe Bernard dans le journal Le Monde ressort le concept du désir mimétique élaboré par l’anthropologue René Girard. Alors qu’il y a encore moins d’un mois les français affichaient une majorité d’opinion refusant de se faire vacciner contre le coronavirus tout en critiquant, bien entendu, le gouvernement dont la politique vaccinale était trop mesurée, soutenus par les polémistes de tous bords, appartenant au corps des soignants comme à celui des chroniqueurs mondains…

L’opinion de Mme. Michu semble se retourner et l’on voit maintenant une majorité de citoyens désirant se faire vacciner tout en continuant de critiquer, bien entendu, le gouvernement dont la politique vaccinale ne permet pas de vacciner 65 millions de personnes en une semaine. Les polémistes tournent également leur veste avec le même enthousiasme. Personne n’avait envisagé un changement d’opinion aussi rapide et certains s’accrochent aux branches pour justifier leurs nouvelles positions. Comme disait Edgar Faure : « ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent. » Mais au moins tout le monde est bien d’accord sur un point : les dirigeants que nous avons élus sont incapables et incompétents.

Le « désir mimétique » explique que les français se mettent à désirer le vaccin à partir du moment où ils s’aperçoivent que tous les pays avoisinants se précipitent dessus. Ils ne supportent pas ne pas en bénéficier comme les autres. C’est le niveau d’une cour d’école de première année de maternelle mais c’est ainsi. Le plus consternant dans l’affaire est le suivisme des polémistes de plateaux médiatiques prêts à tout raconter, et son contraire, pour suivre le sens du vent soufflé par les électeurs, oubliant la raison et la science.

L’article relate une histoire qui fait actuellement fureur sur les réseaux dits « sociaux », celle d’un Anglais, un Allemand un Américain et un Français, tous rétifs au vaccin. Finalement, l’Anglais se fera vacciner pour se comporter en gentleman, l’Allemand parce qu’il en recevra l’ordre, l’Américain parce que son voisin l’a été. Le Français continue, lui, à s’opposer jusqu’à ce qu’on lui dise qu’il n’a pas droit au vaccin, alors il hurle contre cette injustice et obtenir le vaccin. On en est là.

Lire aussi : Une nouvelle polémique franchouillarde – Keep on rockin’ in the free world (rehve.fr)

HEBRARD Frédérique, ‘Le Château des Oliviers’.

Moitié roman de gare, moitié récit du terroir, « Le Château des Oliviers » a servi de base au scénario d’une série télévisée à succès dans les années 1990′. Son auteur, Frédérique Hébrard, née en région occitane, aime la Provence et le fait savoir. Le seul problème réside dans l’accumulation de faits improbables dans un roman un peu poussif, dégoulinant de bons sentiments.

VOLTAIRE, ‘Candide’.

Voltaire au Panthéon (Paris)

En ces temps troublés du XXIème siècle où des pans entiers de la pensée sont abandonnés aux idéologies, aux minorités, aux religions, à l’obscurantisme… relire « Candide » de Voltaire relève de l’hygiène de l’esprit.

Les pérégrinations de Candide, Pangloss, Mlle. Cunégonde et leurs amis à travers la planète sont un régal à lire. Plein d’ironie et de réalisme, Voltaire règle ses comptes avec Leibnitz qui, par les mots de Pangloss, pense que « les choses ne peuvent être autrement » et que tout est bien dans le meilleur des monde. Candide découvre qu’il en est malheureusement tout autrement et que les hommes se font la guerre, que les femmes sont violées, que la terre tremble, les villes flambent, que les religions divisent…

Mais l’Eldorado existe aussi, un monde de pureté et de paix, et parfois la providence nous fait retrouver ceux et celles que l’on croyait perdus et que malgré l’avidité et le nombrilisme des hommes il arrive que l’amour et la paix l’emportent pour peu que l’on « cultive son jardin », et que travailler « sans raisonner » permet de construire le Jardin d’Eden .

LOTI Pierre, ‘Pêcheur d’Islande’.

Sortie : 1886, Chez : Calmann-Levy / Le Livre de Poche n°2271.

Pierre Loti (1850-1923) a été marin et navigué sur toutes les mers du monde. « Pêcheur d’Islande » raconte la rude vie des pêcheurs de Paimpol partant chaque année pour plusieurs mois sur les bancs de poissons autour de l’Islande, laissant dans leurs petits villages bretons femmes et enfants, fiancées et parents. Chaque année quelques bateaux ne reviennent jamais et les noms des marins ainsi disparus sont inscrits sur les plaques de marbre affichées dans les petites chapelles de granit qui peuplent le long des côtes.

Nous sommes à la fin du XIXème siècle et la navigation est périlleuse dans les parages du grand Nord. La France est de plus engagée dans des combats en Indochine et la Royale recrute ses marins en Bretagne. Yann et Sylvestre vont tous deux ne pas revenir l’un d’Islande, ni l’autre du Vietnam, laissant Gaud, récemment mariée au premier et cousine du second, éplorée.

Ce petit roman retrace la vie austère de ces bretons taiseux et durs à la souffrance. Il décrit avec délicatesse l’enchantement des paysages de ces côtes sauvages et la rude vie à bord des bateaux de l’époque où la pêche harassante était entièrement manuelle, entre tempêtes déchaînées ou grands calmes, brouillards sans fin propices à laisser divaguer les âmes vers les villages où ils ont laissé leurs amours et leurs soucis. Désespérée, Gaud va rejoindre le peuple des veuves de marins qui trottinent, toutes vêtues de noir, sur les sentiers de douaniers qui longent cette mer nourricière si cruelle.

C’était la vie de Bretons aimantés par la mer, condition de leur survie mais aussi, souvent, de leur désespoir.

En se promenant dans Paimpol, le visiteur peut découvrir aujourd’hui une petite notice historique expliquant que ce roman a sans doute été inspiré à Loti par une paimpolaise dont il a été amoureux…

Plus de joujou pour le président

Certains réseaux dits « sociaux » ont supprimé purement et simplement les comptes personnels de Donald Trump à la suite de son appel à « marcher sur le Capitol », compris par ses fans comme « envahir le Capitole », qu’ils ont donc pris d’assaut ce 7 janvier provoquant cinq morts. C’est le cas notamment de Twitter et de Facebook, très utilisés par le président pour gouverner le pays durant son mandat qui se terminera ce 20 janvier.

Les défenseurs de la « liberté d’expression », même ceux qui sont opposés à ce président, s’émeuvent que la décision d’une entreprise privée puisse ainsi influencer sur le débat public. En réalité la liberté d’expression du président Trump n’est en rien bafouée. Il peut faire autant de conférences de presse qu’il le souhaite et la presse accréditée rendra compte de ses propos. Il peut communiquer via le site internet de la Maison-Blanche (The White House) et, s’il a vraiment besoin de continuer à utiliser un moyen de communication de type Twitter, n’importe quel gamin un peu geek peut lui créer un réseau avec trois serveurs, deux logiciels libres et une bonne liaison par fibre dans un grenier et il n’aura plus à passer sous les fourches caudines d’un réseau ou d’un hébergeur, et personne donc pour le censurer !

Au-delà de ce psychodrame de peu d’intérêt, le monde est en train de découvrir la puissance de ces fameux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Microsoft et Amazon, et sans doute quelques autres). Grâce à leur phénoménale capacité d’innovation ces entreprises ont surfé sur l’économie libérale qui leur a permis de grossir et d’atteindre une situation de monopole. La théorie économique explique doctement qu’une entreprise qui atteint une taille de monopole ne joue plus avec les règles de la concurrence, écrase son secteur et perd ainsi sa capacité à innover. C’est la raison pour laquelle cette même théorie prévoit également des règles anti-trust pour rétablir le bon fonctionnement de la concurrence. L’exemple le plus marquant de cette politique fut le démantèlement du monopole des télécommunications d’AT&T (American Telephone & Telegraph) aux Etats-Unis dans les années 1970’.

En réalité, la censure que peuvent exercer les GAFAM et assimilés sur les réseaux dits « sociaux » qu’il contrôlent n’est qu’une toute petite partie émergée de l’iceberg et finalement de peu d’importance lorsqu’on voit le niveau « de caniveau » des messages qui y circulent. C’est un peu comme fermer le Café du Commerce du coin de la rue, la pensée survivra et s’en portera sans doute mieux. Limiter la diffusion de messages sur Twitter ce n’est pas nuire à la liberté d’expression, c’est au contraire rétablir l’exigence d’intelligence !

En revanche la capacité technologique des GAFAM à tracer nos vies numériques et en stocker tous les évènements est bien plus effrayante. L’économie libérale ferait sans doute bien de sérieusement réfléchir à l’opportunité de démanteler ces mastodontes du numérique, d’une part d’un point de vue sociétal, mais aussi afin de rétablir les conditions d’une saine concurrence présentée comme le Graal par la pensée économique capitaliste.

Retournements de veste en série après l’assaut contre le Capitole à Washington

L’invasion du Capitole de Washington par une bande furieux ce 6 janvier aura fait finalement cinq morts. Trois sont décédés à l’extérieur d’attaques cardiaques et autres pathologies ; dans l’enceinte même du bâtiment, un policier est mort de ses blessures le lendemain après avoir été frappé à coups d’extincteurs, une manifestante a été atteinte par un tir de la police. L’un des agresseurs portait un T-shirt siglé « Camp Auschwitz – Works brings freedom » autour d’une tête de mort, un autre était affublé de cornes de bisons et d’une peau de bête, certains couraient avec un drapeau confédéré au vent, une partie de la foule avait élevé une potence et appelait à « pendre » le vice-président qui avait « trahi » son chef en acceptant de valider la victoire de son successeur… Pendant ce temps, les parlementaires, le vice-président et le personnel avaient été évacués dans les parkings pour les mettre à l’abri.

C’est maintenant l’heure des retournements de veste en série. Un certain nombre de conseillers et de ministres du président Trump démissionnent huit jours avant son départ définitif de la Maison-Blanche arguant qu’il avait incité les manifestants, venus le soutenir physiquement, à envahir le Capitole. Ces démissionnaires de la dernière heure ne sont guère crédibles après avoir cautionné quatre années durant les actes de leur président. Tout ce petit monde a sans doute eu rétrospectivement peur que l’assaut du Capitole se soit terminé bien plus mal compte tenu de la passion américaine pour les armes et les tueries de masse réalisées régulièrement dans ce pays par des furieux encore plus furieux que la moyenne. La police a retrouvé quelques explosifs dans les véhicules de manifestants.

On a sans doute évité le pire pour cette fois mais ça n’est peut-être que partie remise. Il est à craindre qu’il n’existe parmi l’extrême droite quelques furieux-furieux capables de commettre un meurtre de masse dans l’enceinte d’une institution comme le Capitole. 15 000 hommes armés de la Garde nationale sont actuellement déployés dans la capitale afin de protéger la cérémonie d’investiture du nouveau président le 20 janvier prochain, et dans le même temps les réseaux dits « sociaux » fréquentés par les furieux fourmillent d’appels à manifestation dans différentes villes le 20 janvier.

Tout le monde tombe maintenant à bras raccourcis sur le président Trump après ce qu’il s’est passé au Capitole. En réalité les primo-coupables sont les furieux et ils sont activement recherchés. Certains ont déjà été arrêtés ce qui a été grandement facilité par leur propension à s’autofilmer avec leurs téléphones mobiles, à visages découverts, et à diffuser leurs exploits plus ou moins en direct sur les réseaux dits « sociaux ». Trump est bien sûr leur guide « spirituel » et il n’a cessé d’attiser leur colère. Le journal New York Times a analysé ses 11 500 tweets diffusés durant les trois premières années de sa présidence sur son compte personnel. Cela fait une moyenne de 10 tweets par jour qu’a priori il rédige le matin et le soir lorsqu’il est seul chez lui et donc non influencé par ses conseillers. Ces messages racontent donc la vraie pensée du président et son moyen de gouverner. Il y a des insultes et des fautes de grammaire, des contre-vérités et de la démagogie, mais aussi des décisions politiques (il a viré un certain nombre de ses ministres via ce réseau), bref, tout ce qu’il faut pour motiver la bande de furieux du Capitole dont on va encore entendre parler, même après le départ de leur héros de la présidence.

Les électeurs américains ont élu le président Trump en 2016 et il a gouverné à sa façon durant quatre ans. 74 millions lui ont renouvelé leur confiance en 2020 ce qui ne fut pas assez pour assurer sa réélection. Les Etats-Unis d’Amérique doivent maintenant se dépatouiller de cette situation et des furieux qu’elle a engendrés. Le problème Trump semble presque derrière nous mais il faut désormais gérer ses enfants. Pas sûr que la politique de la main tendue annoncée par le nouveau président ne soit efficace. On ne sait d’ailleurs pas bien quoi lui suggérer pour rétablir ce pays dans les clous d’une cohabitation apaisée entre ses citoyens. A moins que l’ensemble de l’occident ne bascule dans le trumpiste ce qui n’est pas totalement à exclure. Ce serait la fin de la démocratie telle que nous l’entendons aujourd’hui. On a les dirigeants que l’on mérite !