Nouvelle Vague – 2004/06/01 – Paris le Café de la Danse

Nouvelle Vague nous revient au Café de la Danse, lieu discret pour musique élégante. Pas de grandes nouveautés depuis leur prestation au festival des Inrocks en octobre dernier, on parle d’un disque pour la rentrée. Juste le plaisir de voir se poursuivre une expérience musicale heureuse.

Camille, en pleine promo de son disque solo Le Fil, joue la star de la soirée. Se succèdent également sur scène : Mélanie, Phoebe et Marina. Le répertoire n’a pas vraiment changé, elles interprètent avec la même innocente originalité les standards de l’album sous la direction unificatrice du guitariste arrangeur Olivier Libaux : Love Will Tear Us Apart (Joy Division), Making Plans For Nigel (XTC), Just Cant Get Enough (Depeche Mode), This Is Not A Love Song (PIL), Too Drunk To Fuck (Dead Kennedys), Guns Of Brixton (The Clash), et quelques extras comme Ever Fall In Love (Buzzckoks) et Mongoloid (Devo). Un quatuor de nanas qui nous chantent des chansons de mecs avec aplomb et créativité. Au-delà du choc divin provoqué en 2004 par la découverte de ces musiques post-punk rafraîchies en bossa-nova, on attend de Nouvelle Vague qu’il nous surprenne de nouveau comme il en a les moyens. L’effet réinterprétation s’estompe doucement, l’arrangement est éphémère dans la véritable composition. Alors il nous reste le phantasme généré par ces gamines ravivant The Clash  dans nos neurones embrumés.

Mais on prendra tout de même avec beaucoup de plaisir le prochain disque où l’on devrait retrouver les bonus de la soirée gravés dans ce CD étape II.

Garcin Jérôme, ‘Théâtre Intime’.

Sortie : , Chez : . Comme nous tous l’auteur a lu Le Temps d’un Soupir de la femme de Gérad Philippe, Anne, et comme nous tous il est tombé immédiatement follement amoureux de son auteur qui a commis l’une des plus boulversante déclaration d’amour de la littérature française. Il a rencontré Anne et a épousé sa (leur) fille dix ans plus tard. Elle fait perdurer la tradition familiale du théâtre, Garcin délaye ses souffrances et éblouissements devant le statut d’actrice de sa femme. Qui aime-t-il le plus passionément d’Anne ou Anne-Marie ? On ne le sait plus. Elle sont l’une et l’autre l’émanation d’une légende qui s’estompe de la mémoire collective, et c’est le Cid qui fonde cette confession intime.