Toujours plus bas

Charlie Hebdo (23/12/2020)

Jérôme Béglé, journaliste à l’hebdomadaire Le Point, passant une grosse partie de son temps sur les plateaux télévisés des chaînes appartenant à l’influenceur de l’ombre, homme d’affaires, Vincent Bolloré, chroniqueur « bon client » de la bande du Café du commerce de Pascal Praud, a comparé sur son plateau la ferveur des citoyens britanniques suivant les obsèques de leur reine Elisabeth II aux « obsèques de Johnny ». Sans le vouloir, ni sans doute le savoir, ce journaliste de circonstance, a illustré jusqu’à l’absurde ce qui différencie la noblesse de la vulgarité.

Qu’une telle comparaison ait pu germer dans son esprit en dit long sur le niveau de ses analyses et l’intérêt de ses articles.

Mobilité, blablabla…

On ne parle plus de « question migratoire entre la France et l’Algérie » mais de « mobilité et circulation » (président Macron, discours à Alger les 25/08/2022).

Le journalisme et les statistiques

En ces temps de crise énergétique où l’accès au gaz est rendu plus onéreux du fait de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, les plateaux télévisés suivent le niveau de remplissage des stocks de gaz français : 80%, 90%, 95%… semblant être satisfaits lorsqu’on approche les 100%. La crainte est de ne pas disposer d’assez de gaz pour les entreprises et les particuliers durant le prochain l’hiver. Très bien, mais personne ne pose la question de savoir combien de mois de consommation permettraient des stocks remplis à 100% ? Si la réponse est deux mois de consommation, par exemple, cela signifie que même remplis à 100% les stocks ne permettent pas de passer l’hiver.

Il est étonnant que des journalistes toujours prêts à lancer des sujets de polémique oiseuses ne posent pas cette question pourtant clé, préférant se focaliser sur un taux de remplissage qui n’a de sens que si on le complète par les informations de consommation. C’est l’éternel lien entre les flux et les stocks, concept qui semble un peu complexe pour les écoles de journalisme.

Rappelons cependant que les titulaires de carte de presse comprennent bien le fonctionnement de la niche fiscale dont ils bénéficient, sans trop de justifications évidentes, sous la forme d’un « abattement pour frais d’emploi » de 7 650 EUR/an. Le coût total de cette niche fiscale n’est pas documenté de façon transparente. Ce qui est certain est que si on la supprimait et qu’on en affectait le produit à la reconstitution des stocks de gaz on atteindrait plus vite les 100%. A moins que l’on ne subventionne les écoles de journalisme pour financer un cours d’économie sur les flux et les stocks ?

Rapatriement de français des camps de Syrie

Charlie Hebdo (06/02/2019)

La France semble avoir évolué dans sa stratégie du retour « au cas par cas » des citoyens français ayant rejoint le groupe terroriste religieux Etat islamique (EI) dans son combat en Syrie contre le pouvoir en place. Vaincu par une coalition internationale, l’EI a dû abandonner les territoires qu’il administrait en Irak et en Syrie. Ses combattants, quand ils ont survécu, sont plus ou moins enfermés dans des camps assez peu sécurisés, tenus le plus souvent par des mouvements kurdes dans le nord de la Syrie et objets de révoltes et d’évasions de prisonniers assez régulièrement. Les Kurdes ont quant à eux aussi d’autres problèmes à régler. Subissant les attaques de l’armée syrienne et les bombardements de l’armée turque on peut comprendre qu’ils n’accordent pas la plus extrême attention au sort de prisonniers religieux qu’ils ont combattus avec la coalition internationale. Ils demandent depuis maintenant plusieurs années aux pays dont sont originaires les prisonniers non-syriens de reprendre leurs ressortissants, et les enfants, parfois orphelins, que ceux-ci ont enfantés.

La plupart des pays européens l’ont fait. Seule la France restait un peu à l’écart en ne rapatriant, « au cas par cas », que les enfants de nationalité française résident dans ces camps. La polémique était sans fin, les organisations « droit de l’hommiste » prônant le retour de tous les français arguant que les enfants ne sont pas responsables des actes de leurs parents et que ces derniers seraient mieux surveillés en France que s’ils restaient en Syrie ; et la population française qui défendait majoritairement le thème : « ils ont voulu aller faire la guerre en Syrie, eh bien qu’ils y restent ! »

Lire aussi : Que faire avec les djihadistes français survivants ?

Début juillet, les autorités françaises ont annoncé le rapatriement de 16 femmes « djihadistes » et de 35 enfants français. Les mères ont été remises dans les mains de la justice et les enfants orientés vers les services de l’aide à l’enfance. Parmi les femmes figure Emilie König, une bretonne du Morbihan, assez connue pour avoir figuré dans nombre de vidéos de propagande de l’EI, caractéristique de ces français que rien ne rattachaient ni de près ni de loin à la Syrie ou à l’Islam, qui sont partis combattre en Orient et, le plus souvent, commettre des exactions plutôt sordides au nom d’un Dieu dont ils devaient même ignorer l’existence quelques années plus tôt. Elle va rendre des comptes à la justice française.

Lire aussi : Que faire des terroristes islamiques nationaux

Le cas de ces français à la dérive en Orient est juste inextricable et il n’y a que de mauvaises solutions pour le prendre en compte. Le gouvernement français semble avoir changé de stratégie. Dans un cas comme dans l’autre ces citoyens français et les enfants qu’ils ont continué à engendrer sur place, le plus souvent avec des « maris » de circonstance, combattants morts ou disparus, resteront de potentiels dangers. On ne peut pas exclure que certains d’entre eux fassent amende honorable et veuillent réellement réintégrer la communauté nationale, mais il reste assez probable qu’une autre partie d’entre eux (minoritaire ?) continuera son combat après être passée dans les mains de la justice française. Ceux-là doivent d’ailleurs se réjouir de ce rapatriement qui leur offre des perspectives d’avenir et la clémence d’une justice démocratique délivrée par un système qu’ils combattent à mort…

Afghanistan : les Talibans déroulent leur programme religieux

On a appris récemment la résidence à Kaboul du chef égyptien de l’organisation religieuse terroriste Al Qaida lorsque celui-ci a été tué par un drone américain début août, neutralisation qui a été revendiquée par le président américain. Il semble que le dirigeant islamiste ait été atteint par un tir de missile non explosif, pour éviter les dommages collatéraux, alors qu’il était sur son balcon. Il s’agit vraiment d’une opération « chirurgicale » au sens littéral du terme qui a sans doute nécessité des appuis au sol, collaborateurs locaux ou soldats américains ?

Après avoir hébergé Ben Laden qui a fomenté les attentats de World trade center de New-York en 2001, l’Afghanistan avait donc renoué ses liens avec l’organisation terroriste en contradiction des accords de Doha signés en 2020 avec les Etats-Unis sur l’évacuation des troupes étrangères du pays et qui prévoyaient que l’Afghanistan renonce à abriter le terrorisme sur son territoire :

The Islamic Emirate of Afghanistan which is not recognized by the United States as a state and is known as the Taliban will not allow any of its members, other individuals or groups, including al-Qa’ida, to use the soil of Afghanistan to threaten the security of the United States and its allies.

The Islamic Emirate of Afghanistan which is not recognized by the United States as a state and is known as the Taliban will send a clear message that those who pose a threat to the security of the United States and its allies have no place in Afghanistan, and will instruct members of the Islamic Emirate of Afghanistan which is not recognized by the United States as a state and is known as the Taliban not to cooperate with groups or individuals threatening the security of the United States and its allies.

Agreement for Bringing Peace to Afghanistan (between the Islamic Emirate of Afghanistan which is not recognized by the United States as a state and is known as the Taliban and the United States of America)

Dans le même temps et depuis la fin de l’évacuation des forces étrangères de Kaboul en août 2021 les autorités afghanes ont pris des mesures visant à remettre les femmes sous tutelle (retrait des écoles des filles de plus de 12 ans, imposition de la burqa grillagée pour les femmes dans la rue, limitation de déplacement des femmes seules), à instaurer une police religieuse chargée de faire respecter la « morale », promotion de la vertu et prévention du vice, bref, à rétablir la loi religieuse en Afghanistan.

Qui pouvait douter que le pouvoir taliban suivrait une telle pente après son retour aux commandes ? Seuls les naïfs ont cru que l’Afghanistan reviendrait sur la voie de l’occidentalisation. Les masques tombent et il n’en est rien. Les accords de Doha n’ont permis que l’évacuation des troupes étrangères du pays sans que les Talibans n’attaquent les soldats en train de se retirer. Rien de plus.

Le pays revient maintenant à ses croyances et ses convictions sans doute partagées par la majorité de sa population. Bien sûr, une petite frange de ses habitants qui ont humé le fumet de la liberté et de l’égalité hommes-femmes lorsque le pays était occupé par des forces occidentales, va devoir en rabattre sur ses ambitions et s’aligner sur la majorité qui n’est sans doute pas mécontente du pouvoir taliban. C’est jugé comme regrettable vu d’Europe, mais sans doute bénéfique vu du monde musulman oriental ! Pour le moment ce dernier a gagné la bataille.

Comment attraper le gogo

Juin / Charlie Hebdo (22/07/2022)

On ne dit plus « économies d’énergie » mais « sobriété énergétique ».

Maintenant que la Russie a repris son rôle favori de perturbateur de l’Occident tout en continuant à fournir l’Europe de l’Ouest en gaz et pétrole, les dirigeants des pays acheteurs rivalisent d’expressions tempérées pour ne pas affoler le gogo. Le consommateur-électeur occidental est particulièrement chatouilleux sur le sujet de son confort et il s’agit surtout de ne pas le brusquer. On utilise donc les termes appropriés pour cacher la vérité à Mme. Michu : l’énergie fossile va disparaître un jour et, plus on se rapprochera de l’échéance plus cette énergie sera rare et donc chère.

Poussés par la rareté et le conflit russo-ukrainien les produits pétroliers connaissent déjà une hausse sensible de leurs cours dont se réjouissent les pays producteurs, la Russie la première. Pour le moment on transfère sur le contribuable le coût que le consommateur ne veut (ou ne peut) pas payer atténuant ainsi l’impact de l’effet prix sur la réduction de la consommation des produits pétroliers amenés à se raréfier.

L’Etat est soumis à des « injonctions contradictoires » : réduire la consommation des produits pétroliers pour des raisons écologiques et de rareté de la ressource d’une part, ne pas trop mécontenter ses électeurs possesseurs de véhicules thermiques ou de chaudières à fuel ou à gaz. Pour le moment, il a arbitré en faveur du deuxième facteur de l’équation et remplacé le terme « économie » par celui de « sobriété », plus neutre et moins effrayant.

L’hystérie médiatique

Félix / Charlie Hebdo (17/06/2022)

Le résultat des élections législatives de juin dernier a donné une majorité de 250 députés au parti présidentielle qui reste la première force de l’assemblée nationale sans pour autant disposer d’une majorité absolue lui permettant de faire passer les lois de façon quasiment assurée à 100%. Les commentateurs de tous bords n’arrêtent pas de parler de situation « inédite ». On se demande bien ce qui justifie le choix de ce qualificatif tant la situation d’un parti présidentiel rencontrant des difficultés face à l’assemblée nationale ? Le général de Gaulle en 1958, M. Mitterrand en 1988 mais aussi nombre de pouvoirs bénéficiant de majorités dîtes « absolues » ont dû batailler contre leurs députés pour faire passer des textes. La plus emblématique fut la majorité socialiste du président Hollande qui s’est progressivement effritée avec l’émergence des « frondeurs » qui ont bloqué nombres de projets présidentiels. La situation politique d’aujourd’hui n’est donc pas inédite mais va nécessiter que le pouvoir négocie sa politique avec le parlement, ce n’est pas une hérésie, juste un changement d’habitudes !

Les mêmes commentateurs à la recherche de grands mots parlaient déjà de réélection « historique » du président Macron en avril qui aurait été le seul président depuis de Gaulle à être « réélu hors période de cohabitation ». Il est certain que si on élimine tous sont qui ont été réélus dans le passé le cas de Macron est « inédit ». La vérité est que sur huit présidents de la cinquième République, l’un est mort, un autre ne s’est pas représenté pour un second mandat, quatre ont été réélus et, donc, deux n’ont pas été réélus. Qualifier la réélection d’un président de la Vème République « d’historique » est inapproprié et relève du racolage médiatique.

Des ministres, des élus et du sexe

Félix / Charlie Hebdo (16/06/2022)

Les accusations de crimes ou délits sexuels pleuvent sur hommes et femmes politiques. Certaines paraissent quelque peu improbables, ainsi pour Damien Abad, transfuge du parti Les Républicains (LR) vers le parti présidentiel, ex-président du groupe LR de l’assemblée nationale sous la précédente législature, actuel ministre des handicapés, lui-même handicapé physique avec des avant-bras nécrosés et la démarche très sérieusement boiteuse et perturbée. Il est accusé de viol par plusieurs femmes.

La définition juridique du viol est :

Le viol désigne tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, ou tout acte bucco-génital, commis avec violence, contrainte, menace ou surprise.

https://violences-sexuelles.info/definition-legale-du-viol/

Quand on voit la lourdeur du handicap physique dont souffre M. Abad on a tout de même du mal à l’imaginer pratiquer un viol sur une femme : il n’a plus de mains, quasiment plus d’avant-bras et ses jambes ou son bassin ne sont a priori plus en très bon état de fonctionnement. Si viol il y eut, ce n’est sans doute pas par la force qu’il s’est imposé, peut-être par l’emprise ? La justice enquête sur le sujet et se prononcera ultérieurement. En attendant, sa position de ministre est sérieusement discutée tant les féministes de tous bords ont déjà pris fait et cause contre lui. Il n’est pas sûr qu’il puisse la conserver.

Une autre ministre, une femme cette fois-ci, est également mise en cause : Chrysoula Zacharopoulou, sous-ministre chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux est accusée de viol par certaines de ses patientes, elle est gynécologue. On n’a pas de détails à ce stade sur le mode opératoire de ces viols supposés.

Plus comique cette fois-ci, une rumeur vient d’être lancée concernant des comportements inappropriés avec les femmes qu’aurait une des leaders de la France insoumise (LFI, extrême gauche), Éric Coquerel, récemment élu président de la commission des finances de l’assemblée nationale. Cette rumeur a été lancée dans les médias par Rokhaya Diallo, journaliste, papesse de l’indigénisme, du décolonialisme, du féminisme et autres déconstructions diverses. Il n’y aurait pas de plaintes de victimes à ce stade, seulement des soupçons diffusés par les médias. Rokhaya Diallo qui accuse Éric Coquerel d’agression sexuelle c’est un peu l’hôpital qui se moque de la charité tant les idéologies féministes défendues par ces deux personnages sont similaires et excessives.

Les accusations de dérives sexuelles sont en train de remplacer Les accusations de dérives sexuelles sont en train de remplacer progressivement pour les hommes et femmes politiques français celles de malversations financières qui fleurissaient il y a quelques années. Dans un cas comme dans l’autre il doit y avoir un doux mélange de vérités, de calomnies et de rumeur. Il serait sans doute préférable que tout ce petit monde travaille aux affaires de la République pour lesquelles ils sont payés par les contribuables, plutôt que de s’écharper sur des questions sexuelles. La justice, quand elle est saisie, y retrouve généralement ses petits mais à son rythme. Laissons-là travailler !

Manuel Valls : la déroute

Manuel Valls (59 ans) détenant une double nationalité franco-espagnole, parti en Espagne en 2018 après avoir démissionné de l’Assemblé nationale française, revenu en France en 2021 après avoir démissionné du conseil municipal de Barcelone, a fait sa réapparition sur les plateaux de télévision parisiens pour y donner ses analyses sur la politique française.

Lire aussi : Manuel Valls touche le fond
~~~~~~~~

Soutien du président Macron pour sa réélection en 2022, il obtient une investiture du parti LREM pour se présenter à l’élection législative comme député des Français de l’étranger. Il vient de perdre cette élection et manque la qualification au second tour. Il ne sera donc pas député de cette législature. Toujours un peu colérique, il a pris acte de cette défaite sur son compte Twitter qu’il a immédiatement clôturé.

Ses allers-retours de chaque côté des Pyrénées, les démissions répétitives de ses différents mandats franco-espagnols, ses apparitions sans grand intérêt sur les chaînes d’information en continu ont dérouté les électeurs français qui ont décidé de tourner la page. L’égo de l’impétrant ne lui a pas permis de percevoir les messages pourtant clairs qui lui avaient été adressés. Il choisit de se confronter à l’élection dont le résultat fut explicite.

Le mieux pour lui serait maintenant qu’il se retire effectivement de la vie politique en espérant que son indécision entre la vie politique espagnole ou française ne nuise pas trop à la trace de l’action politique qui fut la sienne en France et pour laquelle il n’a pas démérité.

Lire aussi : Manuel Valls ne veut pas choisir entre la France et l’Espagne
~~~~~~~~

Irrésistible lapsus présidentiel aux Etats-Unis d’Amérique

Alors qu’il devisait sur l’Ukraine devant les caméras ce 18 mai, l’ancien président Bush (fiston) a condamné :

La décision d’un homme, totalement injustifiée, d’envahir brutalement l’Irak…

Avant de se reprendre, « je veux dire l’Ukraine ». C’est évidemment hilarant s’agissant du président américain qui a effectivement ordonné en 2003 l’invasion de l’Irak à titre « préventif », sur la base de fausses justifications montées par ses services, décision dont l’Occident paye encore les conséquences, sans parler de dizaines de milliers de morts et blessés que cette guerre a provoqué. Ce lapsus présidentiel devrait être un cas d’école pour la psychologie et semble indiquer que M. Bush réalise au fond de lui combien cette guerre a été nuisible au monde.

Rappelons que l’exemple de cette guerre « préventive » menée sans aucun mandat de l’ONU, est régulièrement citée par la Russie et les nombreux pays non-occidentaux qui la soutiennent pour expliquer que l’invasion de l’Ukraine menée depuis le 24 février par Moscou n’est qu’une variante de celle de 2003.

Des contrefeux bienvenus

Alors que le monde politicomédiatique français consacre sa belle intelligence à plus de 100% aux violences du match de fouteballe de samedi dernier, deux évènements importants viennent un peu dissiper leur concentration exclusive sur le foute, il s’agit du procès en violences conjugales opposant deux vedettes d’Hollywood (Johnny Depp et Amber Heard) et du jubilé des 70 ans de règne de la Reine Elisabeth II de Grande Bretagne. Les experts en ballon sont remplacés par des spécialistes en cancan.

Et pendant ce temps on ne parle pas des vrais problèmes comme l’incapacité de la France à gérer ses finances publiques.

Le sens des priorités

Les incidents constatés lors d’un match de fouteballe au Stade de France samedi dernier sont en train d’occuper la toute première place des grands titres de la presse et des sujets de polémiques. Tout ce qui faisait encore l’actualité la semaine dernière a été balayé : les élections législatives françaises, la guerre en Ukraine, la transition écologique, la dette qui va peser sur plusieurs générations de nos enfants,… tout ceci n’existe plus, seule subsiste « la honte de la France devant le monde » pour n’avoir pas su rétablir l’ordre dans le chaos d’une finale de fouteballe que bien imprudemment la France avait proposé d’organiser pour remplacer au pied levé la ville russe de Saint-Pétersbourg qui pâtissait des sanctions internationale suite à la guerre en Ukraine.

Le Sénat français va entendre les responsables politiques, une commission d’enquête parlementaire formelle est envisagée, bref, le monde s’arrête de tourner pour se pencher sur des bagarres qui ont opposé des supporters avinés à des policiers débordés. Que la France soit championne du monde de la dépense publique ou incapable d’équilibrer ses dépenses et ses recettes depuis près de cinquante ans n’est pas une « honte » mais qu’une bande de décérébrés forcent des entrées du stade et dépouillent des fans brailleurs, alors la France s’arrête et se consacre à ce non-sujet dans un nombrilisme ravageur.

L’information sur le déroulement exact de cette soirée commence à filtrer. On a sans doute assisté à un cocktail poivré mêlant des organisations fouteballistiques mafieuses qui ont émis, ou laissé émettre, des faux tickets d’entrée en masse, de fans avinés qui n’avaient pas de billets mais projetaient de forcer l’entrée pour voir leur match, de voyous profitant de la situation pour piller tout ce qu’ils peuvent, de forces de police débordées par les évènements, de grèves dans les transports en commun délibérément organisées ce jour de finale pour maximiser la perturbation et de l’influence délétère d’un sport abrutissant qui n’en est pas à ses premières dérives. D’ailleurs, le lendemain soir d’autres émeutes se déroulaient à Saint-Etienne où des supporters de fouteballe déçus de la contreperformance de leur équipe ont semé le chaos à l’intérieur et à l’extérieur du stade. Au-delà du Stade de France, des « fan-zones » avaient été mises en place samedi où était retransmis le match sur de grands écrans. Elles n’ont pas donné lieu à des incidents particuliers mais ont été laissées dans un état de dévastation avancé après avoir été occupées quelques heures par des milliers de fans mal élevés. Ce n’est pas grave, les contribuables payent pour le nettoyage…

Tout ceci est l’image d’un pays décadent et d’un sport abrutissant. Oui la France est désormais en difficulté pour assurer le déroulement paisible de compétition de fouteballe. Oui le fouteballe déconnecte les neurones de ses amateurs. Le problème est assez simple à régler, il suffit de ne plus organiser de telles compétitions en France ce qui laissera aux dirigeants un peu plus de temps pour se consacrer à la résolution des vrais problèmes de la nation qui mettent notre avenir en péril : la dette du pays et la mauvaise gestion de ses finances publiques !

Oui on peut raisonnablement s’inquiéter de voir la France organiser la coupe du monde de rugby en 2023 et les jeux olympiques en 2024 qui vont être des sources de dépenses publiques inutiles, d’octrois d’exonérations fiscales iniques aux organisateurs et de troubles importants dans la vie quotidienne des citoyens. Mais la seule question qui vaille reste de savoir qui prend ces décisions, et par quels processus, de dilapider l’argent public dans l’organisation de ces compétitions ? Il faut pouvoir les bloquer à l’avenir si de telles idées germaient encore dans l’imagination débridée des dirigeants français pour accroître sans fin la dépense publique.

Le chaos du fouteballe

La finale d’une compétition européenne de fouteballe s’est déroulée hier soir à Paris au Stade de France dans un chaos avivé par des supporters avinées dont certains d’entre se sont trouvés tout désappointés de constater que leurs billets étaient des faux. Comme nous sommes dans le peuple du fouteballe les impétrants sont passés à l’attaque, tenté de franchir les grilles, de forcer les portes tout en agressant les forces de l’ordre un peu dépassées semble-t-il. Il y a des blessés, des interpellations, du gaz lacrymogène poivré a volé… bref, le chaos.

Comme nous sommes en France, les partis politiques se sont immédiatement emparés de ce non-sujet pour critiquer l’Etat (au lieu des supporters) et expliquer ce qu’il fallait faire. Mais personne ne pose la seule question vaille : qui a eu l’idée saugrenue de proposer Paris pour remplacer Saint-Pétersbourg, empêchée pour cause de sanctions internationales, comme lieu d’organisation de cette finale de foute ? Cela ne présentait strictement aucun intérêt pour la France sinon une croissance éphémère de ventes de bière et de vodka dans quelques bistrots du coin. En revanche il n’y avait que des coups à prendre et des dégradations à subir (et donc à rembourser).

Comme nous sommes en Seine-Saint-Denis, quelques centaines des loulous du quartier sont venus essayer de se faufiler dans le stade et, au passage, de pick-pocker les foules en détresse. Bien entendu ils ont largement diffusé leurs exploits sur les réseaux dits « sociaux ». Le tableau fut complet.

Bonne nouvelle tout de même dans ce chaos, les fédérations sportives et nombre de pays européens estiment désormais la France incapable d’organiser la coupe du monde de rugby de 2023 et les jeux olympiques de 2024. Ils ont raison mais il est sans doute trop tard pour que la France se retire de l’organisation de ces deux compétitions de musculeux qu’elle a voulu organiser sur son territoire en 2023 et en 2024 alors qu’elle n’en a pas les moyens.

Il faudra un jour demander des comptes aux responsables politiques français qui dilapident ainsi l’argent de leurs contribuables sans parler des exonérations fiscales qui sont octroyées à des fédérations sportives ou olympiques mafieuses qui sont généralement installées dans des paradis fiscaux suisses.

Lire aussi : La République se compromet avec les forbans du sport & L’escroquerie fouteballistique se poursuit !
~~~~~~~~

Saint Bolloré et ses apôtres veillent sur leurs téléspectateurs

Félix / Charlie Hebdo (20/01/2021)

Les médias détenus par l’homme d’affaires breton Vincent Bolloré diffusent la bonne parole le dimanche. On connaît les convictions catholiques traditionnalistes du patron, alors elles sont déclinées le dimanche sur l’antenne. « En quête d’esprit » d’Aymeric Pourbaix le matin pour aborder « l’actualité d’un point de vue spirituel et philosophique », « Face à Rioufol » le soir. Véronique Jacquier, commentatrice pieuse et conservatrice, fait le lien entre les deux programmes auxquels elle participe.

Yvan Rioufol est chroniqueur au Figaro et sur CNEWS, plutôt anti-gouvernement actuel sans que l’on sache vraiment quelle offre politique emporterait son agrément, plus que sceptique sur les politiques sanitaires et climatiques appliquées ou envisagées, se plaignant régulièrement de la « dictature sanitaire » dans laquelle le fait vivre le pouvoir français. Il recevait ce soir Laurent Toubiana, chercheur épidémiologiste qui s’est rendu célèbre par des positions anti-establishment lors de l’épidémie de Covid, et Christian Gerondeau (84 ans), que les anciens connaissent comme le Délégué à la sécurité routière dans les années 1970, et qui consacre sa retraite à développer des thèses climato-sceptiques.

Lire aussi : Le Café du commerce sur CNews
~~~~~~~~

Rioufol et Jacquier ont du mal à cacher leur jubilation en écoutant ces invités dont ils partagent les convictions. De la religion le matin à l’actualité post-scientifique le soir, la chaîne Bolloré surfe sur le dogme. C’est une orientation qui rencontre de plus en plus de téléspectateurs et de militants. CNEWS en est l’un des piliers.

Le groupe Bolloré a récemment annoncé la vente de tout son business de logistique et de transport en Afrique, ce qui devrait lui rapporter quelques milliards d’euros. Vincent Bolloré (70 ans) que l’on qualifiait de « Mozart du cash-flow » à l’époque où il a construit son groupe risque d’investir ce nouveau trésor dans d’autres médias pour saturer le paysage audiovisuel de ses idées. Espérons que les médias plus orientés sur le journalisme que la croyance survivront pour pouvoir continuer à opposer la contradiction.

La déconvenue des traîtres à droite

Lorsqu’Éric Zemmour, polémiste de plateaux télévisés, annonça sa candidature à l’élection présidentielle en novembre 2021 il remporta un franc succès dans les sondages, montant jusqu’à 15% des intentions de vote, à tel point que nombre d’élus aux convictions molles ont quitté les partis Les Républicains (LR) et Rassemblement National (RN) pour rejoindre Reconquête !, le parti créé par Zemmour pour soutenir sa conquête.

Guillaume Peltier (vice-président LR), Gilbert Collard (74 ans, avocat médiatique), Jérôme Rivière (chef des eurodéputés RN), Philippe de Villiers (73 ans, retraité de la droite décomplexée), Christine Boutin (78 ans, ancienne ministre conservatrice et bigote), Patrick Buisson (73 ans, ancien conseiller conservateur du président Sarkozy, impliqué dans différentes affaires financières et qui enregistrait secrètement ses conversations avec le président) et surtout, Marion Maréchal ex-Le Pen, petite fille du parrain Jean-Marie Le Pen, qui a trahi sa cousine Marine Le Pen, candidate du partie RN.

Tout ce petit monde devait croire en la victoire de son poulain polémiste de plateaux télévisés, espérer quelques postes en échange d’un soutien de dernière heure. Las, il a terminé avec un score peu glorieux de 7% au premier tour ce qui l’a empêché bien entendu de s’aligner pour le second. Ses afficionados de circonstance ont dû se mordre les doigts de leur félonie et doivent se promettre d’y réfléchir à deux fois avant une nouvelle trahison, car il va bien falloir qu’ils se recasent (sauf pour les plus âgés) : rester chez le perdant ou refranchir le Rubicon pour retrouver leurs anciens camarades ?

Lire aussi : Le bal des traîtres en surchauffe
~~~~~~~~

Changer de camp, en politique comme en privé, est toujours un risque à prendre et on ne gagne pas à tous les coups. Le moins dangereux est sans doute de rester fidèle à ses idées en essayant de convaincre ses amis plutôt que de fuir dans le camp d’à côté à la moindre alerte sondagière !

Afghanistan : le groupe Etat islamique n’aime pas les Talibans

Des attentats continuent à se produire régulièrement en Afghanistan désormais gouverné par les religieux musulmans Talibans de tendance sunnite et qui se heurtent au groupe Etat Islamique (EI), lui aussi de tendance sunnite mais en plus extrémiste. Des attentats sanglants plus ou moins revendiqués par l’EI ont lieu avec régularité, visant plus particulièrement les écoles de la communauté afghane hazara de tendance chiite. Encore hier des bombes ont été jetées contre des gamins sortant de l’école dans un quartier hazara de Kaboul. Massacrer des enfants chiites pour troubler le pouvoir sunnite semble être le but de terrorisme de l’EI en Afghanistan.

Lire aussi : https://rehve.fr/2021/10/terrorisme-intra-religieux-en-afghanistan/
~~~~~~~~

Cerise sur le gâteau, le Pakistan frontalier qui avait jusqu’ici toujours soutenu les Talibans semble maintenant se retourner contre eux car l’Afghanistan abrite d’autres groupes terroristes religieux qui s’en prennent au Pakistan qui a construit une clôture de 2 000 km pour protéger son territoire.

Pas sûr que l’Afghanistan n’évolue rapidement vers une démocratie apaisée et un développement économique vigoureux à court terme…

Les médias toujours à leur limite d’incompétence

Alors que le deuxième tour des élections présidentielles françaises doit se dérouler ce dimanche 24 avril, le traditionnel débat télévisé entre les deux candidats finalistes Marine Le Pen et le président actuel, Emmanuel Macron, est programmé demain mercredi. Les médias frétillent d’impatience et affichent une fébrilité sans borne face à cet affrontement de circonstance qu’ils chérissent car potentiellement porteur de petites phrases assassines, d’approximations à relever, voire de crises de nerfs des débatteurs, bref, d’une bonne audience garantie et donc d’un prix de la minute de publicité à la hausse pour cette soirée de duel.

Du coup, ces médias se consacrent depuis quelques jours quasi exclusivement à déblatérer sur les aspects mineurs de la préparation du débat de mercredi : l’espacement entre les candidats, la température, qui commencera et qui clôturera, comment et où se préparent les belligérants, etc. Et tous ces mêmes médias de se référer aux débats similaires des élections précédentes en ressortant des placards les journalistes qui opéraient à l’époque.

Plutôt que délayer sur des sujets annexes de peu d’importance, il serait plus utile pour leurs auditeurs et téléspectateurs qu’ils investissent dans l’analyse des programmes proposés qui vont régir la vie des Français pour les cinq années à venir. Mais cela nécessiterait qu’ils lisent et analysent lesdits programmes ce qu’ils n’ont manifestement ni l’envie ni le temps de le faire, préférant consacrer leurs talents à l’écume des choses.

Rappelons que la corporation des titulaires de cartes de presse bénéficie d’une niche fiscale sous forme d’un abattement forfaitaire sur leurs revenus imposables pour « frais d’emploi ». Ces subventions financées par les contribuables devraient, à tout le moins, générer un comportement responsable des journaux et journalistes qui en sont les bénéficiaires. Ils sont ainsi reconnus un peu comme service public, qualification qui devrait être un gage de qualité et non de beaufitude alors qu’aujourd’hui le mélange entre divertissement et information est de plus pratiqué.

On pourrait supprimer cette niche fiscale imméritée et en réorienter le produit au financement de l’amélioration de la qualité de la formation dans les écoles de journalisme. Ce serait juste et annonciateur d’un meilleur niveau de compréhension de la politique par Mme. Michu qui pratiquerait ainsi son droit de vote de façon plus éclairé.

L’Eglise orthodoxe russe dans la guerre

La religion est aussi un point de divergence entre la Russie et l’Ukraine, deux pays majoritairement orthodoxes. L’organisation de l’église orthodoxe est particulièrement complexe et il faut être un spécialiste pour s’y retrouver dans l’organigramme et comprendre la sémantique propre à cette religion : l’autocéphalie, le primat, le métropolite, le tomos, etc. On comprend malgré tout qu’il s’agit d’une religion chrétienne au sein de laquelle le port de la barbe est signe de pouvoir.

En 2018, à l’issue d’un processus un peu mystérieux pour les néophytes l’Eglise orthodoxe d’Ukraine devient la 15ème église autocéphale orthodoxe, c’est-à-dire indépendante de l’église de Moscou, sans que l’on sache vraiment ce que cela change pour les croyants sinon leur procurer un sentiment d’indépendance vis-à-vis du patriarcat la Russie. C’est le patriarche de Constantinople, le grand chef de tous les orthodoxes, qui a accordé ce nouveau statut.

Le chef de l’église orthodoxe russe, le patriarche Kirill, est plutôt proche du Kremlin ce qui ne manque pas de sel quand on sait que le président russe est un ancien officier du KGB de l’ère soviétique, période où la religion était considérée comme une idéologie « opium du peuple » incompatible avec le dogme marxiste… Aujourd’hui Monsieur Kirill apporte sa caution religieuse la guerre de la Russie contre l’Ukraine, contre « les forces du mal ». Il voit dans cette offensive la possibilité de rétablir « l’unité spirituelle » des Russes et des Ukrainiens qui seraient « un seul peuple ».

Lire aussi : Lire aussi : https://rehve.fr/2022/02/le-president-russe-et-lhistoire/
~~~~~~~~

Une église engagée dans une guerre c’est un peu le retour au Moyen-Age, comme d’ailleurs cet affrontement entre la Russie et l’Ukraine. Nous en sommes là !

Perruques et rumeurs

Une rumeur persistante mais non encore certifiée voudrait que Brigitte Macron et Rachida Dati portent des perruques. Au vu des photos disponibles, c’est une hypothèse que l’on ne peut pas exclure. Une seule certitude, à leurs âges, leurs couleurs ne sont pas naturelles, pas plus que la tenue de leurs cheveux. A tout le moins, si ce ne sont pas des perruques, elles doivent passer au moins une heure tous les matins avec un coiffeur pour afficher une telle raideur.

Si elles portent des perruques, est-ce à dire qu’elles ont rasé leurs vrais cheveux pour porter ce succédané de chevelure ? Cela relève du même processus que celui de la chirurgie esthétique, en moins définitif bien sûr : se mutiler pour des questions de paraître. Et lorsque le paraître à ce point privilégié, c’est souvent pour masquer l’insuffisance de l’être.

L’élection en cours confirmera peut-être cette rumeur du déni de réalité qui frapperait également les deux femmes.