Carlos et Carles, les fuyards

Carlos Ghosn, dirigeant d’entreprise, a fui la justice japonaise qui l’avait placé sous contrôle judiciaire pour rejoindre illégalement le Liban, l’un des trois pays dont il détient le passeport, en plus de la France et du Brésil.

Carles Puigdemont, élu espagnol, a fui son pays pour se réfugier à Bruxelles, sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour sédition. Il a néanmoins été élu député européen lors des dernières élections et bénéficie ainsi d’une immunité parlementaire.

Carlos et Carles fuient la justice et s’en sortent pas trop mal. C’est semble-t-il une nouvelle confirmation de ce que disait Snoopy (ou Francis Blanche, on ne sait plus trop) : « dans la vie il vaut mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade. »

La maison de Balzac à Paris 16ème

Sur cette table Honoré de Balzac a écrit et corrigé toute la Comédie Humaine de 1840 à 1847. Il est installé dans une petite pièce modeste d’une maison de Passy (rue Raynouard) qui a l’époque était un village éloigné de Paris. Durant cette période, Balzac a loué un appartement de la maison de service d’un hôtel particulier qui a été détruit depuis. Le musée occupe cette dépendance et retrace l’atmosphère dans laquelle l’auteur a composé son œuvre majeure. Une exposition temporaire de Grandville est présentée en ce moment. Ce dessinateur-caricaturiste, proche de Balzac, a illustré certaines de ses créations. Il a surtout croqué la société que Balzac décrivait dans sa littérature. Les deux firent la paire pour nous laisser une fascinante plongée dans le mitan de ce XIXème siècle.

Cette petite table de travail sur laquelle furent écrites tant de grandes choses est émouvante. Ce musée parisien nous rappelle le parcours du grand écrivain. Il vaut le déplacement !

La République prête à céder

Après s’être opposée en octobre 2019 à l’ouverture des négociations d’entrée dans l’Union européenne de l’Albanie et de la Macédoine du Nord, seule contre ses 27 partenaires, la France s’apprête à céder, comme c’était prévisible compte tenu de son isolement sur ce dossier. Elle obtiendrait en échange une réforme du processus d’adhésion, sorte de hochet distribué à Paris pour prix de sa compromission.

Lire aussi : L’Europe continue à vouloir s’élargir malgré ses blocages

L’adhésion de ces deux pays n’est pas encore actée et lesdites négociations si elles sont ouvertes par le prochain conseil européen de mai 2020 vont prendre des années. Il n’en reste pas moins que faire adhérer l’Albanie et la Macédoine est une hérésie technique et politique pour une Union européenne déjà paralysée dans ses décisions face aux intérêts tellement divergents de ses 28 membres. Affecter les sous des contribuables européens au financement de la mise à niveau économique et politique de ces pays est souhaitable. En revanche, les intégrer immédiatement avant leur mise à niveau sera un évident facteur de difficultés et, très probablement, de rejet par leurs populations.

Le Royaume-Uni qui aura quitté l’Union le 31 janvier prochain doit se frotter les mains face à cette nouvelle étape dans l’affaiblissement de l’Europe, d’autant plus que les prochains candidats sont la Serbie, le Kosovo (un « pays » qui n’est pas reconnu par l’ONU), la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro… Essayez d’imaginer le conseil européen avec Serbie, Albanie et Kosovo autour de la table ! Vous n’y arrivez pas ? C’est normal, la dernière fois que l’on a essayé il a fallu envoyer les F16 sur Belgrade pour calmer l’ardeur des combattants…

Des électeurs australiens chauffés à blanc

Des incendies de forêt gigantesques dévastent l’Australie depuis plusieurs moins. Ils semblent hors de contrôle et le pays attend la fin de la sécheresse estivale, ou d’éventuelles pluies, pour mettre fin au désastre qui pour le moment a fait une trentaine de morts et ravagé des millions d’hectares.

Ce drame écologique et humain suscite actuellement quelques remous politiques dans l’île-continent dirigée par un gouvernement libéral minoritaire dont le premier ministre Scott Morrison est voué aux gémonies lorsqu’il visite les régions sinistrées. Alors que les élections fédérales de mai 2019 ont donné la majorité à une coalition emmenée par le parti libéral, la nomination de M. Morrison n’est survenue que par suite de la mise en minorité de son prédécesseur issu du même parti libéral et qui voulait… respecter les engagements de son pays dans les accords internationaux écologiques dits « de Paris ». Considéré comme un « gauchiste » du fait de son soutien au mariage homosexuel et aux accords précités, M. Turnbull a été évacué par les députés qui ont élu M. Morrison pour le remplacer comme chef du parti libéral et donc premier ministre. Ce dernier n’est pas un perdreau de l’année : chrétien évangélique, il est passé par différents postes gouvernementaux, plutôt tendance « manif pour tous » que « mariage pour tous », il est un défenseur de l’industrie minière australienne (une des principales ressources du continent), etc. Ses convictions de droite et son opinion climatosceptique sont affirmées et connues !

En Australie comme dans bien d’autres pays, les citoyens votent pour des dirigeants sans lire leurs programmes électoraux ni trop s’intéresser aux campagnes. Les voici donc engagés pour la durée du mandat qu’ils ont donné à leurs élus, soit trois années à compter de mai 2019. S’ils ne sont pas contents des gens qu’ils ont élus, eh bien il suffit de voter pour d’autres aux prochaines élections qui devraient intervenir au plus tard en mai 2022. Il doit bien exister une procédure pour provoquer des élections anticipées qui peut sans doute être activée sous certaines conditions. Il est probable qu’une fois les incendies éteints le débat sera chaud en Australie sur le sujet du changement climatique, il sera alors temps de s’inspirer de ses conclusions pour faire évoluer le vote si besoin.

Rapacité et démesure

Le Canard Enchaîné (2018)

L’ex-dirigeant des groupes automobiles Renault et Nissan, sous contrôle judiciaire au Japon depuis un an pour de sombres histoires de détournement de fonds au détriment de ses employeurs, non déclaration de certains revenus et autres joyeusetés du même acabit, a quitté illégalement le Japon pour fuir au Liban, l’un des trois pays dont il détient la nationalité avec le Brésil et la France. Il va sans doute devoir y rester un moment car il est désormais l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par la justice japonaise. On saura un jour si les accusations portées contre lui sont fondées ou non. Mais le plus important dans cette affaire n’est pas tant son volet illégal que son aspect légal : comment un mandataire social, fût-il un dirigeant efficace, a pu accumuler de tels revenus octroyés légalement par ses actionnaires ?

Il est en effet confirmé qu’outre sa rémunération annuelle de l’ordre de 17 millions d’euros il est bénéficiaire de retraites complémentaires, à verser jusqu’à sa mort par les groupes qu’il dirigeait, s’élevant à un total de plusieurs dizaines de millions d’euros. Ces montagnes d’argent ont été octroyées « normalement » et semblent être légales ; et c’est bien là une grande partie du problème. Avec de telles rémunérations on attise la rapacité de dirigeants-employés qui deviennent des accumulateurs compulsifs. Il n’y a rien qui puisse justifier des sommes aussi démesurées versées à un seul individu par une entreprise.

C’est l’un des travers du monde capitaliste qui devra un jour l’examiner de près car il est contre-productif. L’ex-dirigeant en fuite en est l’un des avatars, il n’est sans doute pas pire qu’un autre, il est juste l’un de ces forbans qui trustent les places de capitaines des grandes multinationales et dont la plus grande réussite consiste d’abord à faire croire à des actionnaires qu’ils sont irremplaçables.

Cerise sur le gâteau : il semble que l’appartement qu’il occupe actuellement à Beyrouth soit l’un des logements fastueux achetés par Nissan dans différentes capitales afin que son dirigeant puisse y séjourner au cours de ses voyages. N’étant plus le patron de Nissan il ne devrait théoriquement pas pouvoir résider dans cet appartement. Encore un mystère de cette affaire de peu d’intérêt.

« Leonard de Vinci – 1452-1519 » au Louvre

Artiste-novateur au génie reconnu et vénéré, Léonard de Vinci est exposé au Louvre, cinq siècles après son décès, via une rétrospective de quelques tableaux (mais le peintre n’en a produit qu’une quinzaine) et, surtout, de beaucoup de dessins ou d’esquisses détaillant les étapes du processus créatif du peintre. On y voit le galbe d’un pied ou la courbe d’une épaule reproduits à l’infini sur des dessins avant d’aboutir sur le tableau final peint par Vinci ou par ses élèves sous son inspiration.

On découvre également des visions extraites par infrarouge des dessins sur lesquels la peinture définitive a été apposées. On passe devant des livres écrits ou annotés par le Maître. A défaut de nombreux tableaux de Vinci, la Joconde n’a pas été déplacée dans les salles de cette exposition, on ressort du Louvre avec une meilleure appréhension de la complexité du travail de Vinci, mêlant un investissement continu dans les sciences, la géométrie, la compréhension de l’espace, pour déboucher sur la création artistique. Le parcours d’un homme de valeur.

Grèves, réformes et vacances

La France, et tout particulièrement sa région Ile de France, est perturbée par des grèves du secteur des transports publics. Les négociations sont difficiles et ont connu différents épisodes, le gouvernement a un projet : les syndicats ouvriers sont contre, les syndicats patronaux sont pour, mais les premiers ont une forte capacité de nuisance qu’ils mettent en œuvre depuis un mois.

Fin décembre dernier, et après trois semaines de grève et de discussions, alors qu’approchaient les fêtes de surconsommation de fin d’année, tout ce petit monde s’est donné rendez-vous pour… après les congés : le gouvernement en fixant une nouvelle session de négociations à partir du 7 janvier et les syndicats ouvriers une nouvelle manifestation le 9 janvier, une fois digérées les agapes de Noël et du réveillon.

Cet unanimisme pour rester tranquille durant les vacances est touchant ! C’est également une bonne nouvelle : un pays qui privilégie ses congés à une négociation sur ses retraites est finalement un pays qui ne va pas si mal que ça.

Le Groupe des Patriotes du Mali

La côte de la France au Mali est en hausse…

Le Groupement des Patriotes du Mali (GPM) est un groupuscule au soutien populaire pour l’instant limité mais qui souhaite que son pays renoue avec Moscou. Il est vrai que ce pays a été longtemps frère de l’Union soviétique. Dans son message, le président du GPM souhaite renouer avec Moscou :

MESSAGE DU PRESIDENT DU GROUPE DES PATRIOTES DU MALI (GPM)

Patriotes du Mali
Notre Mouvement a pour objectif principal de rétablir la coopération intensifiée entre notre pays et la fédération de Russie à l’instar de Celle qui a existé entre le Mali et l’URSS dans les dimensions de la dignité réciproque.
Le GPM a demandé à la Russie son implication dans la gestion de la crise Malienne d’abord en terme[SIC] de formation et d’équipement adéquat de nos forces armées… Le Malien, au regard de sa dignité, n’a pas besoins de troupes étrangères pour combattre à sa place mais des moyens nécessaires qui nous manquent gravement. Le GPM demande aux des mesurés [reSIC] de ne pas tenter de donner un autre contenu indigne et sauvage a son idéal
Président de Groupe des patriotes du Mali (GPM)
M. Fodé Sidibé

Sur la page Facebook du GPM on trouve aussi quelques messages sur le même thème de groupements frères comme « Yerewolo, debout sur les remparts » :

On comprend un peu mieux pourquoi le président de la République française va s’entretenir avec ses collègues africains ce 13 janvier à Pau de leur réelle volonté de voir Paris maintenir des troupes dans leurs pays…

« Sympathie pour le diable » de Guillaume de Fontenay

Ce film est basé sur l’histoire de Paul Marchand, reporter de guerre, embarqué dans la folie du siège de Sarajevo par les forces serbes de 1992 à 1995. Le scénario est basé sur son autobiographie publiée en 1997. Cette guerre européenne si récente a été terrible, cynique et meurtrière, déclenchée après l’éclatement de la Yougoslavie sur des bases ethniques et religieuses, des motifs que l’on ne croyait encore possibles en cette fin de XXème siècles qu’en Afrique…

Marchand, un journaliste au cœur tendre, amoureux de sa traductrice (serbe), a pris parti dans cette guerre pour aider les bosniaques en lutte contre la barbarie serbe. Sur la voiture dans laquelle il parcourait la ville toujours le pied au plancher pour éviter les balles, il avait écrit « Don’t waste your bullets, I am immortal ». Il a pris des risques personnels considérables pour une cause qu’il estimait bonne, avant d’être atteint au bras par un snipper qui mit fin à sa carrière de journaliste.

Le film nous retrace une personnalité flamboyante et attachante impliquée dans un conflit qui la dépasse, ou quand la vraie vie s’avère souvent bien pire que la générosité débridée d’un individu. Le générique de fin nous apprend qu’il est décédé en 2019 (de mort volontaire, ce que précise Wikipédia) et que son amoureuse serbe qui a conseillé le film vit toujours à Sarajevo.


Ceux qui ne sont pas morts… par l’écrivain Stanley Péan publié le 24/06/2009

Bon, ma Laura dort dans mon lit et David vient de quitter l’appart. C’est le moment de ramasser mes idées, d’essayer d’être plus clair et plus digne de Paul que j’ai l’impression de l’avoir été, en début de soirée à L’été de tout le monde, l’émission de Joanne Prince sur la Première Chaîne de Radio-Canada. Car Paul est mort et vive Paul !

Je vais essayer d’écrire sur Paul M. Marchand, malgré les téléphones et les courriels d’amis à juste titre éplorés. Paul, dont je n’imaginais pas que la mort m’affecterait à ce point, peut-être parce que je n’avais pas imaginé qu’il puisse un jour mourir. Après tout, n’avait-il pas écrit sur le véhicule non-blindé à bord duquel il sillonnait les rues de Sarajevo assiégée cette formule tellement emblématique du personnage : « Don’t waste your bullets: I’m immortal.» Il ne l’était manifestement pas, immortel, ainsi qu’un sniper avait décidé de le lui faire savoir. Rapatrié d’urgence pour être hospitalisé, Paul avait-il retenu la leçon ? Sans aucun doute, dans sa chair meurtrie. Mais peut-être cette leçon ne l’avait-elle rendue que plus amer et plus téméraire.

J’ai connu Paul M. Marchand au Salon du livre de l’Outaouais en 1997. Oh, comprenez-moi bien : avant ça, je savais qui il était. Comme tout le monde, je l’avais entendu au Radiojournal de Radio-Canada, en direct de Beyrouth pendant huit ans de guerre du Liban, puis de la Bosnie pendant un couple d’années. Paul M. Marchand, le téméraire, celui qui n’avait jamais froid aux yeux, celui qui s’aventurait là où nul journaliste n’osait le faire — par couardise ou par « respect » des limites de la couverture des assurances. Le baveux. Le provocateur. La tête brûlée. Je le connaissais de réputation. Mais il avait fallu ce vendredi soir de mars 1997 pour que nous nous apprivoisions, au son du blues qui jouait à des heures indues et généreusement imbibées de la nuit dans ma chambre d’hôtel. Alors que tous les copains assemblés là autour de la bouteille de whisky déliraient ferme, Paul, stoïque, sobre, me demandait simplement s’il pouvait m’emprunter ma cire à chaussure liquide.

Je l’ai aimé tout de suite. Pas pour la cire liquide, on s’entend. Pour sa franchise frisant l’insolence. Pour son intransigeance dans la vie personnelle comme dans la vie professionnelle, cette haute exigence qu’il imposait à ses amis et à lui-même en tout finalement. Pour les prises de tête et les fous rires, pour les filles qu’on se disputait amicalement et sans le moindre sérieux. Pour cette compassion et cette capacité insoupçonnée d’écoute, qu’il prenait plaisir à dissimuler sous son dehors bourru et macho, sa carapace, son imprenable forteresse de solitude (en apparence, du moins). Je crois bien que cette affection était réciproque, au grand dam de ces faux francs-tireurs qui s’imaginaient peut-être qu’il suffisait de partager un repas, un cigare et un scotch avec lui pour s’autoproclamer de sa trempe. Paul n’avait rien de faux. C’était un vrai, jusqu’au bout des ongles. Et cette vérité a fini par en lasser plus d’un dans ce Québec mou, avec lequel il entretenait une relation d’amour-haine.

Je me souviens de Paul, chapitrant gentiment Jacques Godbout en direct à la radio pour avoir cité une chronique de Nathalie Petrowski durant une intervention : « Depuis que je suis dans ce foutu pays, on ne cesse de me répéter que vous êtes un cinéaste, un romancier, un intellectuel de grande envergure et c’est ça, votre référence, Nathalie Petrowski, une poubelle, une sorcière ! »

Je me souviens de Paul, me houspillant gentiment pour avoir été trop poli dans mon papier dans Ici sur celui qu’il appelait « l’enfant de chienne de Thierry Séchan » qui avait eu le culot un soir de parader dans Montréal avec au cou une médaille offerte par Karadzic ou encore se moquant gentiment de mon éloge funèbre d’Anne Hébert dans La Presse : « C’est quoi, cette déclaration d’amour cucul à cette vieille écrivaine morte, Péan ? »

Je me souviens de Paul au Salon du livre de Québec, balançant à une Denise Bombardier juchée sur le piédestal qu’elle était en train de s’ériger elle-même en se comparant (sans rire) à Simone de Beauvoir : « Vous ? Une nouvelle Simone de Beauvoir ! Mais je rêve. Votre problème, Mme Bombardier, c’est que vous êtes incapable de prendre la critique et que ce que la critique a à vous dire, c’est que vos livres, c’est de la merde ! »

Je me souviens de l’émission de télé que nous avions développée ensemble, quelques potes et moi, autour de la figure de Paul M. Marchand, une sorte de Cinq fois cinq en plus décapant, en plus satirique, en plus fantaisiste et surréaliste, où l’on aurait montré Paul circulant en Jaguar à travers Montréal, répondant aux questions les plus saugrenues de son public par des reportages fouillés sur des sujets parfois fictifs.

Je me souviens de Paul, fustigeant l’équipe d’une émission de radio matinale à Québec qui présentait un reportage sur la guerre des motards. « Une guerre ? Quelle guerre ? Quelques brutes bedonnantes gavées de bières se tirent dessus, font exploser quelques voitures piégées et vous faites dans votre froc en pensant sincèrement être plongés dans une guerre ! »

J’ai tellement de souvenirs de Paul, l’amateur des Rolling Stones comme eux jamais satisfait, l’homme du refus de la demi-mesure, l’extrémiste, le merveilleux emmerdeur qui toujours nous mettait au défi d’aller plus loin, de nous remettre davantage en question. Paul, reconverti en romancier sulfureux, faisant montre en littérature de la même intransigeance qui le rendait à la fois attachant pour certains et rebutant pour d’autres. Tiens, sa mort soudaine m’informe qu’il l’avait fait paraître, ce troisième roman chez Grasset, qui m’était carrément passé sous le nez sans que je m’en aperçoive : Le paradis d’en face. Pas lu, celui-là. Mais j’avais beaucoup aimé les deux précédents, Ceux qui vont mourir… et J’abandonne aux chiens l’exploit de nous juger, que j’avais par ailleurs commentés çà et là.

J’ai souvenir aussi de son dernier passage à Montréal (à ma connaissance), il y a un an et demi environ. Il était venu à la maison, souper en tête à tête avec moi, partager un plat de fettucine al mare et une bouteille de blanc sec, un verre de scotch et un cigare, et bien des anecdotes et réflexions sur nos parcours respectifs depuis son départ du Québec, sur notre manière d’apprivoiser la paternité, les ruptures et l’éternelle insatisfaction que nous inspiraient nos vies sentimentales d’ados attardés. C’est la dernière fois que je l’ai vu. Je ne savais pas que c’était la dernière fois que je le verrais.

Je me fais sentencieux, alors que le personnage l’était si peu, tout entier livré à ses passions, à ses emportements. Mieux vaut me taire, alors. On aura compris la valeur de l’homme qui nous a quittés la semaine dernière. Il me manquera, le vieux Paul, sacrement ! Il manquera à tous ceux et celles qui avaient su voir au-delà de l’armure, l’être véritablement humain en lui.

Allez, Paul, pars en paix, mon vieux. Ceux qui ne sont pas encore morts te saluent. Avec respect. Avec honneur.

MURAKAMI Haruki, ‘Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil’.

Sortie : 1992, Chez : Belfond, 2002 (traduction française).

Hajine raconte ses conquêtes féminines depuis son enfance jusqu’au quarantenaire qu’il est devenu aujourd’hui à Tokyo. Deux d’entre elles vont réapparaître après trente années d’absence et bouleverser l’ordinaire de sa vie de père de famille. Leur retour est nimbé de mystère et de tragique. Finalement Shimamoto-san disparaîtra de nouveau et poussera Hajine à retourner à sa famille, peut-être…

L’auteur (né en 1949) a publié nombre de romans à succès et s’exprime ici à travers le personnage de Hajime sur la mélancolie du temps qui passe, l’amour parfait inatteignable et autres sujets éternels. Son style romantique mêle le Japon moderne des cités gigantesques aux montagnes désertes et enneigées telles que les imaginent ceux qui n’y sont jamais allé. Un roman qui se lit vite.

Les vœux

Traditionnellement le président de la République présente ses veux à la télévision le 31 décembre à 20h. Tout aussi traditionnellement à partir du matin de ce dernier jour de l’année, la presse tente d’anticiper ce que le président va dire à 20h. Chacun y va de son analyse de comptoir, de sa prévision de Mme. Soleil. Cela fait du temps d’antenne inutile, évitant de fatiguer les neurones de Mme. Michu et des journalistes.

Le mieux, pour ceux qui sont intéressés par ce discours des vœux (généralement insipide et sans saveur), serait tout simplement d’attendre 20h pour le découvrir. Les plateaux télévisés pourraient ainsi se consacrer à des sujets plus intéressants

Rappelons tout de même que la corporation des titulaires de cartes de presse bénéficie d’une niche fiscale sous forme d’un abattement forfaitaire sur leurs revenus imposables pour « frais d’emploi ». Ces subventions financées par les contribuables devraient, à tout le moins, générer un comportement responsable des journaux et journalistes qui en sont les bénéficiaires. Ils sont ainsi reconnus un peu comme service public, qualification qui pourrait être un gage de qualité et non de beaufitude.

David Bowie

Le patronat est en vacances

La France est très perturbée par la grève des transports publics qui s’opposent au projet de réforme des retraites du gouvernement. Les syndicats ouvriers sont contre, les syndicats patronaux sont pour. Les premiers luttent, les seconds sont aux abonnés absents. Jusque-là rien de bien neuf dans le paysage social français.

On ne peut pas dire que le patronat en fasse trop pour défendre ses positions et soutenir le gouvernement. Ce silence est étonnant : manque de courage ou absence de conviction ?

Archive

SWAIN Jon, ‘River of time – Mémoires de la guerre du Vietnam et du Cambodge’.

Sortie : 1995/2019, Chez : Random House 1995, Editions des Equateurs 2019.

C’est un nouveau récit de reporter de guerre sur les conflits du Vietnam et du Cambodge. Celui-ci n’apporte rien de bien nouveau sinon que son auteur avait choisi de retourner à Phnom Penh en 1975 pour assister à la prise de la ville (et du pays) par les Khmers rouges, à ses risques et périls. Comme d’autres, il s’est alors réfugié à l’ambassade de France avant d’en être évacué vers la Thaïlande.

De Lucien Bodard à Michael Herr, beaucoup a déjà été dit, écrit et filmé sur ces guerres sordides et les traces mortifères qu’elles ont laissées au coeur des peuples impérialistes qui les ont menées et perdues.

Comme beaucoup d’autres Jon Swain a été fasciné par cette région et… par les guerres qui y sévissaient. Cette vie dans les années 70-75 où il sautait d’un hélicoptère à un halftrack pour suivre les combats avant de goûter le repos du guerrier dans les bras d’une congaï ou au bout d’une pipe d’opium, lui a manqué le reste de son existence. Une histoire d’amour avec une franco-vietnamienne qu’il n’a pas pu éviter de briser, vient pimenter le tout. Ce récit est intéressant.

Massive Attack

CHEMAM Mélissa, ‘En dehors de la zone de confort, de Massive Attack à Bansky’.

Sortie : 2016, Chez : Edition Anne Carrière.

Mélissa Chemam, journaliste, a plongé dans l’histoire de Bristol et de ses artistes pour nous raconter l’extraordinaire explosion musicale et culturelle qui transcende cette ville située à 250 km à l’ouest de Londres. Cité portuaire au passé esclavagiste honteux, peuplée d’une forte communauté antillaise et africaine, elle a connu un passé rebelle et continue à se révolter de temps à autres. Depuis le mouvement d’émancipation des populations noires dans les années 60′, elle est à l’origine d’une formidable explosion culturelle basée sur ce joyeux mixage humain. Mélissa nous emmène au long de ce brillant parcours bristolien en suivant l’histoire du groupe Massive Attack et du graffeur Banksy, deux des plus belles réussites artistiques de la ville.

Un groupe de potes, Robert Del Naja (3D, d’ascendance italienne), Grant Marchall (Daddy G, originaire de la Barbade aux Antilles), Adrian Thaws (Tricky) et Andrew Vowles (Mushroom) traînent chez les disquaires et dans les bars de la ville plutôt qu’à l’école, bricolent des sound systems, vivotent en faisant les DJs dans des soirées arrosées et, surtout, laissent leur imagination les porter. Ils ont été fascinés par l’énergie débridée du mouvement punk, qui s’éteint en ce début de la décennie 80′, et qu’ils mélangent avec l’amour du reggae et du dub que leur ont insufflé leurs amis jamaïcains. Ils ne sont pas musiciens, 3D est graffeur-peintre et couvre les murs de Bristol de ses œuvre (embarqué parfois par la police pour ses dessins qui choquent la bourgeoisie locale). Ils montent le collectif The Wild Bunch (L’Equipée Sauvage) qui se transformera en Massive Attack (attaque massive d’avant-garde) à la fin des années 80′. Leur premier album s’intitule Bleu Lines sort en 1991 et sonne comme un coup de tonnerre dans l’univers musical européen.

L’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher, les guerres au Moyen-Orient, forgent l’engagement politique du groupe qu’il ne cessera d’afficher. Robert Del Naja se sent particulièrement concerné par l’histoire et la responsabilité britanniques dans cette région, leurs shows diffusent nombre de messages sur ce conflit et l’activisme néfaste des Etats-Unis qui a pris la suite de celui de Londres.

Ils collaborent avec toute une bande bristolienne qui gravite les uns autour des autres et qui invente de Trip-Hop, sorte de fusion entre le psychédélisme (le trip) et le hip-hop (le rap naissant) qui fait fureur à l’époque. Leur musique est mélancolique et urbaine, leurs paroles mystérieuses (majoritairement écrites par 3D) et minimalismes. Ils aspirent toutes les inspirations qu’ils trouvent pour inventer le « bristol sound ». Massive Attack est un collectif à géométrie variable qui se transforme progressivement de sound system en véritable groupe avec des instrumentistes et des voix variées et renouvelées. Ses prestations scéniques deviennent progressivement un spectacle époustouflant, sombre et total.

Pointilliste à l’extrême 3D met un temps infini à transformer ses idées en sons et images. Il recherche toujours le travail collectif et affronte quelques déceptions au hasard des pérégrinations de ses acolytes. Au moins Horace Andy, chanteur reggae jamaïcain légendaire, est embarqué sur tous les disques et toutes les tournées, les autres vont et viennent mais le son est toujours celui de Massive Attack dont Robert Del Naja est le sorcier. Le groupe produit également des clips vidéo musicaux très originaux et novateurs, ainsi que de nombreuses musiques de films et séries.

Les artistes orbitant autour de Bristol sont légion. Portishead (du nom d’une ville toute proche) marque aussi son empreinte dans le paysage. Les musiciens s’échangent et s’influencent. Les producteurs aussi. Tricky (le mauvais garçon de la bande) qui participe aux deux premiers disques avant de partir vivre sa vie musicale en solo. Martina Topley-Bird (ex-épouse de Tricky), revenue en force et en beauté sur l’album Heligoland et la tournée qui s’en suit. Neneh Cherry née à Stockholm et rapidement installée à Londres, après avoir collaboré avec les Slits croise la route des Massive Attack dont elle épouse le premier producteur et pour laquelle 3D signe quelques titres. Il y en bien d’autres tant ce groupe inspire à tous l’envie de travailler avec lui.

Autre enfant de Bristol, Banksy n’est jamais bien loin non plus. Admirateur de Robert lorsque celui-ci n’était que grapheur de rue, il est resté très proche du collectif et a mené sa barque depuis. Son ironie un peu désespérée et son engagement politique l’ont toujours fait voguer dans l’univers des Massive…

C’est un beau livre, pour initiés ou ceux qui veulent le devenir, sur ce groupe et la fantastique histoire d’une bande d’adolescents multiculturels qui ne connaissaient rien à la musique mais dont la curiosité et la créativité leur ont permis de synthétiser le son de notre époque : nostalgique, urbain et politique. Depuis vingt ans ils sont les têtes chercheuses de ce Trip-hop qui est l’âme de Bristol.

Garbage

L’ego de l’opposant ivoirien

Guillaume Soro est homme politique ivoirien, passé alternativement des ors du pouvoir aux affres de la rébellion armée et de l’exil. Lorsqu’il est dans l’opposition, il est régulièrement impliqué dans des tentatives de coups d’état contre le pouvoir en place à Abidjan. Il a été l’objet de plusieurs tentatives d’assassinat qui furent vaines jusqu’ici.

Aux dernières nouvelles il était plutôt coté opposition et réfugié à Paris et s’était mis en tête de revenir à Abidjan pour se présenter aux élections présidentielles prévues pour octobre 2020. Mal lui en pris car un mandat d’arrêt international a été lancé contre lui par la justice ivoirienne pour « tentative d’atteinte à l’autorité de l’Etat ». Ses comparses locaux ont déjà été arrêtés et M. Soro qui était dans l’avion entre Paris et Abidjan ce 23 décembre a fait faire demi-tour à son aéroplane (a priori un vol privé) par peur d’être arrêté dès son arrivée.

De retour à Paris il déclare :

« Je suis et reste candidat à la présidence de la République. Je vais organiser la résistance comme le général de Gaulle l’a fait depuis Londres… je suis quand même surpris : le président français s’est rendu en Côte d’Ivoire, y a fêté son anniversaire mais il n’a pas eu la capacité de dire à ses hôtes qu’il était important de respecter la démocratie en Afrique. J’espérais qu’un président comme lui ait davantage de courage et de maturité pour le faire. »

Sans vergogne, le garçon se compare à MonGénéral, sans la moindre décence il critique le président du pays où il est réfugié. Avec un tel énergumène, la Côte d’Ivoire n’est pas encore sortie d’affaires.

Ségolène Royal martyre de la République

Kiro, Le Canard Enchaîné (18/11/2018)

Une investigation journalistique met en doute l’engagement réel de Ségolène Royal, 66 ans, dans son poste d’ambassadrice des Pôles artique et antartique. La querelle en soi n’a guère d’intérêt, l’intéressée se défend comme elle peut et devrait pouvoir prouver la réalité de son travail si effectivement un travail est effectué.

Non, la vraie question est plutôt de comprendre pourquoi différents gouvernements, de droite comme de gauche, veulent absolument « recaser » Ségolène. En 2013, sa désignation comme administratrice-vice-présidente et porte-parole de la Banque publique d’investissement (BPI) avait déjà déclenché une franche poilade. Manifestement peu intéressée par le poste, elle l’avait quitté au bout d’un an pour se reclasser comme ministre de l’écologie. Début 2017, elle échoue à se faire nommer administratrice du Programme de développement des nations-unies (PNUD). On la dit partante pour rempiler comme ministre de l’écologie après la victoire Macron en 2017, mais le maroquin lui passe sous le nez. Lot de consolation : elle devient ambassadrice des pôles, poste bénévole, pour lequel elle est en train d’expliquer ce qu’elle fait.

Plus amusant est la façon dont elle se défend. Son compte Twitter déborde de messages outragés du genre :

« Pourquoi maintenant ? Ça dérange que je sois en tête des sondages ?! Ça dérange que je mène des combats contre le #glyphosate ?!! »

https://twitter.com/RoyalSegolene

Mais où a-t-elle vu qu’elle serait « en tête des sondages » ? Des sondages de quoi d’ailleurs ? Il se murmure qu’elle se verrait bien candidate de la gauche réunifiée pour les élections présidentielles de 2022. Si l’on ne sait pas bien quel est son emploi du temps d’ambassadrice bénévole, il y a au moins une activité pour laquelle elle n’aura pas à prouver son engagement : celle de la diffusion de tweets insignifiants, voire extrêmement désagréables à l’encontre du gouvernement actuel, son employeur.

Florilège :

Comme bien d’autres, Ségolène Royal a fait son temps. Elle a passé les 66 ans en septembre dernier, soit deux ans de plus que le futur « âge d’équilibre » contre lequel elle se bat. Dans un genre plutôt iconoclaste, elle n’a pas vraiment démérité. Une fois à la retraite, la République l’oubliera rapidement et c’est aussi bien ainsi. Mais qui pourra bien convaincre Ségolène de faire valoir ses droits la retraite ? Dans le régime actuel, passé 67 ans l’employeur peut mettre à la retraite d’office ses salariés.