Le risque du tourisme à l’étranger

Comme lors de chaque catastrophe, humaine ou naturelle, planétaire ou localisée, des touristes français se retrouvent bloqués à l’étranger, parfois très loin, avec la volonté de retrouver la mère-patrie au plus vite. Comme à chaque catastrophe, la République, bonne-mère, déploie tous les efforts nécessaires pour ramener ses enfants sur le sol national, généralement aux frais des contribuables. Comme à chaque catastrophe, la plupart des rapatriements se passent bien et sont réalisés rapidement avec la bonne volonté de tous les acteurs impliqués. Mais comme à chaque catastrophe, un certain nombre de touristes sont difficiles à exfiltrer rapidement pour différentes raisons.

C’est le cas avec cette épidémie de coronavirus pour certains pays, notamment aux Philippines en confinement où il n’y a plus de lignes aériennes entre les multitudes d’iles de l’archipel et la capitale. Les touristes sont un peu laissés à eux-mêmes pour trouver une solution avec l’aide en ligne des ambassades et consulats français. Bien sûr, certains d’entre eux se révoltent et ne comprennent pas pourquoi la République n’est pas capable de leur envoyer un avion spécial toutes affaires cessantes pour les cueillir là où ils sont, bien sûr gratuitement… Et de déverser leur rancœur sur les réseaux dits sociaux auxquels ils ont toujours accès, surtout quand ils ont dû payer à leurs frais un billet d’avion retour.

Selon le ministère français des affaires étrangères il y avait 130 000 nationaux dans cette situation (y compris des voyageurs d’affaires) au début de l’épidémie. Il n’en resterait plus que 10 000 à ce jour en attente d’une solution que les autorités françaises s’efforcent de mettre en œuvre. L’épicentre de la pandémie étant désormais européen, les touristes bloqués aux Philippines ou ailleurs sont parfois stigmatisés par les populations locales.

Gageons que tout ceci va se résoudre progressivement mais l’irresponsabilité de certains français est, comme souvent, plutôt confondante. Aller passer des vacances à l’étranger c’est prendre un risque, celui de se retrouver dans un environnement social, économique, politique qui est différent de celui de son pays d’origine. Quand tout va bien, on profite de cet exotisme que l’on est venu chercher, mais quand un grain de sable grippe la belle machine du tourisme au long cours on se rend compte assez rapidement que l’on est plus « chez soi ». Prendre l’avion pour passer quinze jours de vacances aux Philippines c’est encourir divers risques, celui de la faillite de la compagnie aérienne qui vous y transporte et disparaît avant de vous en avoir ramené, celui d’une éruption volcanique, d’un coup d’Etat, d’une guerre ou… d’une pandémie planétaire comme aujourd’hui. Quel que soit le cas, il est plus difficile et plus onéreux de ramener un touriste français en perdition aux Philippines que dans le Cantal. Nous en sommes là aujourd’hui.

« C’est l’ambassade de France qui est maintenant chargée de nous trouver une solution de retour avec Qatar Airways et un vol via Doha. Aucune idée des dates possibles et des prix. Nous sommes donc en attente, sans plus de précisions, et avons été obligés de prolonger, à nos frais, l’hôtel et les dépenses quotidiennes, sans parler du billet à venir… » (Une touriste en Birmanie)

« Au fond ma situation est loin d’être grave…. Mais on peut se demander si c’est normal que l’on puisse laisser des ressortissants français seuls comme ça et qu’on leur assène que le rapatriement n’est pas de leur ressort, sans explication et sans solution bis. » (Un étudiant en Allemagne)

Journal Le Monde du 25/03/2020

La mondialisation « heureuse » dans laquelle nous baignions ces dernières années nous a fait oublier ces quelques évidences et, il est vrai que les risques pris étaient marginaux, mais l’intensité de ceux-ci est probablement en train de croître. Le transport aérien va sans doute être l’un des plus atteints par la crise actuelle et, au sortir de celle-ci, il n’est pas sûr que l’activité aérienne soit rétablie « comme avant ». Peut-être qu’il coûtera désormais plus cher de se transporter à l’autre bout du monde, favorisant ainsi les vacances… dans le Cantal, moins risquées s’il faut revenir chez soi en cas de problème. A priori on attrape autant le coronavirus à Aurillac qu’à Cebu mais peut-être est-on mieux potentiellement mieux soigné dans le Cantal qu’aux Philippines, surtout quand on est français. Il faut juste y penser avant de s’embarquer à Roissy.

Quelques chiffres sur les dépenses de santé

En ces temps de crise sanitaire où les experts de plateaux télévisés assènent des sentences définitives et non documentées (« la casse de l’hôpital public », « une gestion de comptables » et bla-bla-bla et bla-bla-bla), il n’est pas inutile de rappeler quelques faits chiffrés publics disponibles à quiconque sur les sites web de l’administration et du parlement.

Le budget de la sécurité sociale fait l’objet d’une loi votée chaque année par les élus de la République. La Loi de financement de la sécurité sociale 2020 (PLFSS) rappelle les montants qui sont en jeu :

Compte tenu des circonstances il est probable que les chiffres votés pour l’année 2020 devront être actualisés mais ils s’élèvent pour le moment à 533 milliards d’euros de dépenses, dont 224 milliards pour la maladie (y compris les hôpitaux). Chaque année depuis 2018 les recettes sont inférieures aux dépenses dégageant donc un déficit. Pour donner un ordre de grandeur, la dette publique française est d’environ 2 400 milliards pour le moment.

En résumé, la République collecte et dépense 500 milliards d’euros chaque année pour ses prestations sociales, dont 220 pour le volet maladie. Cela représente 21% du produit intérieur brut du pays et 117% du budget de l’Etat, et cela augmente chaque année en valeur absolue. Alors ces sommes sont peut-être mal dépensées, insuffisantes, mais elles sont tout de même assez considérables. Il serait judicieux que nos experts de plateaux télévisés les mentionnent de temps à autre pour que leurs auditeurs se rendent compte de ce dont on parle. A tout le moins il serait intéressant de demander à ceux qui se plaignent et réclament « plus de moyens » quels sont exactement les besoins et une fois que l’on s’est mis d’accord sur les « dépenses », passer aux « recettes » nécessaires pour arbitrer ce qui est possible et ce qui ne l’est pas.

Augmenter ces sommes est envisageable, on peut passer les dépenses sociales de 21% du PIB à 25 ou 30 ou 40%, il suffit de voter cette évolution, en dépenses comme en recettes

Allez, encore deux petits croquis pour la route qui permettront à nos stars de plateaux télévisés qui n’ont pas le temps ni les neurones pour lire les 94 articles de la Loi n° 2019-1446 du 24 décembre 2019 de financement de la sécurité sociale pour 2020 :

“Rest in peace” referendum

On se souvient de l’initiative de parlementaires français qui avaient demandé l’organisation d’un référendum d’initiative populaire (RIP) pour se prononcer sur le projet de privatiser la concession sur 70 ans d’Aéroports de Paris (ADP). Cette procédure constitutionnelle nécessite qu’au moins 1/10 des électeurs inscrits sur les listes électorales se prononcent en faveur de ce référendum. Le nombre à recueillir était de 4 717 396 électeurs favorables sur une durée de neuf mois. Le Conseil constitutionnel en a décompté 1 093 030 entre le 13/06/2019 et le 12/03/2020 et a donc constaté que :

La proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris n’a pas obtenu le soutien d’au moins un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales.

Décision n° 2019-1-8 RIP du 26 mars 2020

Evidemment, le décrochage boursier actuel rendait de toutes façons cette privatisation techniquement impossible mais force est de constater que le projet n’a pas trouvé les 4,7 millions de personnes disposées à faire un clic sur internet pour s’y opposer.

Le sujet reviendra bien un jour ou l’autre sur la table. En attendant, la ressource pour les finances publiques qui était attendue de cette opération devra être remplacée par une autre, à moins que l’on arrive à réduire des dépenses par ailleurs pour compenser.

Une vieille idée : faire payer l’Allemagne !

En compagnie des pays mal gérés du sud de l’Europe, la France (en déficit de ses finances publiques depuis 1974) relance sa vieille idée de mutualiser la dette européenne, espérant profiter de la crise sanitaire en cours pour faire plier les pays du nord, et en particulier l’Allemagne. En fait il s’agit de faire emprunter l’Union européenne en tant que personne morale, sachant que les éventuels prêteurs savent que derrière cet emprunteur multinational il y a des propriétaires que sont les Etats avec des bons et des mauvais mais, l’un dans l’autre, les prêteurs espèrent que les dérives des uns seront compensées par les vertus des autres. C’est un peu comme l’assurance automobile, les bons conducteurs payent pour les accidents provoqués par les mauvais, c’est le principe de la mutualisation. Dans le cas d’une dette européenne, les mauvais élèves bénéficieraient d’un taux d’intérêt et d’un accès à la ressource moyennés, c’est-à-dire meilleurs que ce qu’ils obtiendraient seuls. A l’inverse, les bons élèves paieraient plus chers…

On imagine toutefois la difficulté d’une dette communautaire : comment détermine-t-on le montant à emprunter, l’affectation des sous encaissés, les parts respectives de chaque Etat dans le pool d’emprunteurs, le mode de remboursement ? Que se passe-t-il si un Etat quitte l’Union avant l’échéance ou y rentre, etc. Bref, nous sommes sans doute encore (très) loin de présenter la maturité et la solidarité suffisantes pour mettre en œuvre une dette mutualisée.

D’ailleurs l’Allemagne et les Pays-Bas viennent déjà de dire (sèchement) non ! L’inquiétude des pays mal gérés réside sans doute aussi dans l’accès aux marchés : compte tenu de l’ampleur des sommes dont on parle, qui se chiffrent en centaines de milliards d’euros, trouveront-ils assez de prêteurs pour répondre à la somme de leurs besoins nationaux ?

Lire aussi : « Mutualiser la dette », la nouvelle illusion !

Non, décidément, le mieux qu’aurait pu faire la République française eut été de rétablir l’équilibre de ses finances publiques avant la crise pour pouvoir affronter celle-ci dans de meilleures conditions sans avoir à devoir « faire la manche » auprès des pays nord-européens ! Cela n’a pas été fait et nous allons sans doute en payer les conséquences.

Les plus anciens se souviendront que « faire payer l’Allemagne » on a déjà essayé avec le Traité de Versailles signé en 1919 à l’issue de la Ière guerre mondiale. Conclusion, elle n’a pas payé et elle a de nouveau franchi le Rhin vers l’Ouest en 1939… Il convient donc de manier ce concept avec prudence et intelligence.

L’immigration agricole

C’est le printemps, les récoltes de fruits et légumes s’annoncent pour les jours à venir et l’habituel flux de travailleurs agricoles immigrés se tarit du fait de la fermeture plus ou moins hermétique des frontières nationales. Alors le principal syndicat agricole français fait appel aux bonnes volontés pour aller cueillir les fruits et légumes dans les champs. Il manquerait 200 000 travailleurs dans les champs :

Voici un effet plutôt inattendu de la fermeture des frontières. Et l’on découvre les travaux que les citoyens français ne veulent plus ou ne savent plus faire, et pour lesquels la République fait appel à l’étranger. C’est un bon exemple du sujet de la « démondialisation » qui devrait venir sur la table à l’issue de la crise. Si l’on veut résoudre cette dépendance à l’étranger pour notre agriculture il faudra juste trouver 200 mille personnes chaque année pour les 3 mois de récolte printanière. Pour cela il faudra peut-être augmenter les salaires versés ce qui accroîtra le prix du kilo de carottes payé par Mme. Michu au marché ; ou alors réquisitionner des travailleurs. Ce débat sera mené demain et promet nombre de polémiques franchouillardes, d’autant plus qu’il ne sera qu’un des sujets au milieu de bien d’autres similaires.

Ça va saigner

Au-delà des mesures sanitaires qui sont prise en France et dans le monde pour essayer de limiter les effets mortifères de l’épidémie actuelle de coronavirus, les Etats annoncent des plans de relance à coups de plusieurs centaines de milliards pour soutenir leurs économies durant cette période qui devrait être en principe provisoire. Il faut éviter les faillites en cascade d’entreprises de toutes tailles afin qu’elles aient la capacité de reprendre leurs activités lorsque l’épidémie touchera à sa fin. En France ce serait 33% de l’économie qui serait actuellement à l’arrêt. La République française annonce un premier plan de 300 milliards d’euros pour soutenir les entreprises et le chômage partiel ainsi qu’éventuellement des nationalisations si le besoin s’en fait sentir, la Banque centrale européenne prévoit une injection de liquidités de 750 milliards pour la zone euros, y compris du rachat de dettes publiques, les Etats-Unis annoncent 2 000 milliards de soutien, etc. Ce sont des méthodes « coup de massue » qui n’avaient pas été employées lors de la crise de 1929 mais qui avaient mise en œuvre après la crise des traders-fraudeurs de 2008. Espérons qu’elles seront efficaces également pour cette crise sanitaire d’un nouveau genre.

Ce que ne disent pas les dirigeants à Mme. Michu c’est que c’est elle qui va payer toutes ces dépenses in fine. En cela l’après crise devrait être particulièrement intéressante lorsqu’il faudra passer à la caisse. Bien évidemment les corporations qui auront pris des risques pour lutter contre l’épidémie réclameront des sous en dédommagement, le corps médical sera au premier plan, mais pas seulement. Les forces de sécurité notamment devraient aussi être en première ligne pour les revendications financières. A ce stade le pouvoir ne remplit que la colonne des dépenses, celle des recettes est laissée sous le tapis mais il faudra bien l’aborder à un moment ou à un autre. Les méthodes habituelles seront mises en œuvre : création monétaire puis que Banque centrale et Union européenne acceptent d’ouvrir les vannes, création qui ne déclenche toujours pas d’inflation ce que les économistes n’arrivent pas vraiment à expliquer, augmentation des impôts (voire rétablissement de l’impôt sur les grandes fortunes – ISF), baisse des dépenses de certains budget jugés dispensables (faut-il vraiment dépenser des milliards pour organiser des jeux olympiques à Paris en 2024 ?), etc. Mais ce qui est sûr c’est que ce sont bien les citoyens et les entreprises qui vont payer l’addition ce qui risque de déclencher des réactions violentes en France où la moindre réforme entraîne généralement manifestations et émeutes.

Evidemment, les pays mal gérés comme la France ou la Grèce, en déficit de leurs finances publiques depuis des décennies, n’ont pas su mettre des sous de côté lors des cycles économiques positifs. C’est la fable de la cigale et la fourmi. Il est sans doute peu probable que les générations actuelles verront un jour la République devenir la fourmi…

Ambitions et réalités

En ces temps d’accidents climatiques et d’intronisation d’une nouvelle commission de l’Union européenne (UE), ladite commission a publié le 11 décembre 2019 un texte de 28 pages (plus 5 d’annexes) intitulé « Le Pacte vert pour l’Europe ». En matière écologique la commission n’a qu’un pouvoir de proposition aux Etats membres et au parlement européen qui décideront ce qu’ils veulent retenir de cette longue litanie de bons sentiments, mais ils risquent très fortement d’y tailler à la hache en fonction de leurs intérêts nationaux propres et de la profondeur de leurs poches.

Le texte qui reste à un niveau très général est plutôt consensuel. Mis à part quelques idéologues extrémistes et peu réalistes, qui pourrait ne pas être d’accord avec les propositions qu’il contient ? Les mots-valises emportent l’agrément assez facilement dès l’introduction :

Cette nouvelle stratégie de croissance vise à transformer l’UE en une société juste et prospère, dotée d’une économie moderne, efficace dans l’utilisation des ressources et compétitive, caractérisée par l’absence d’émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050 et dans laquelle la croissance économique sera dissociée de l’utilisation des ressources. 

Cette stratégie vise aussi à protéger, préserver et consolider le patrimoine naturel de l’UE, ainsi qu’à protéger la santé et le bien-être des citoyens des risques et incidences liés à l’environnement. Dans le même temps, cette transition doit être juste et inclusive.

« Le Pacte vert pour l’Europe », document réf. COM(2019) 640 final

La vraie vie sera sans doute toute autre lorsque cette communication devra être transformée en mesures effectives à décider et appliquer par 27 Etats membres. Chacun tentera de défendre ses intérêts particuliers en oubliant l’objectif général. Chacun devra composer avec les considérations de ses électeurs. Les Etats déjà avancés en matière de neutralité climatique n’auront plus les mêmes objectifs que les mauvais élèves. Les Etats pauvres voudront faire payer les riches et les riches ne voudront pas financer les Etats peu rigoureux comme la France ou la Roumanie, etc. etc…

La vraie question est sans doute essentiellement comportementale : comment faire changer le mode de vie de populations plus préoccupées de leurs taux de cholestérol et de leurs modèles d’aïephones que de l’avenir climatique qu’ils laisseront à leurs enfants. Comment faire que les bobos aillent passer leurs vacances dans le Cantal plutôt qu’à Phucket, que les gamins utilisent un peu moins les réseaux de l’Internet[1] et leurs accessoires connectés, que les citoyens mangent moins de viande… Il faudra produire et consommer différemment (pour ne pas dire moins produire et moins consommer), remettre en cause les fondements de l’économie libérale qui a considérablement amélioré la condition humaine ces deux derniers siècles. C’est une révolution pacifique qu’il faudrait mener, mais par où et par qui commencer ?


[1] Les fermes de serveurs des GAFAM et leurs affidés consomment tellement d’énergie qu’elles sont délocalisées dans les zones froides voire polaires pour atténuer les coûts de refroidissement. Bien entendu les coûts du réchauffement qu’elles provoquent ne sont facturés à personne…

Les scientifiques ont beau sauter sur leurs chaises comme des cabris en criant : « c’est la fin du monde, on va tous mourir ! » c’est la grandeur de nos démocraties de ne pas savoir imposer des comportements à ses citoyens ; pour les changer il faut convaincre et il faut faire adopter des lois par des parlements élus démocratiquement. C’est ce qu’on appelle la liberté si chère à notre univers occidental. Evidement nous allons peut-être mourir de cette liberté si la planète grille avant que nous ne réagissions suffisamment mais la clé n’est pas que chez les gouvernements ou l’Union européenne ou les organisations multilatérales, elle est surtout dans les mains des citoyens qui doivent consentir à aller dans le sens de ce qu’indiquent le bon sens et… la commission européenne. Pour commencer, ils devraient lire les 28 pages du « Pacte vert » mais combien le feront bien que cette lecture ne prenne pas plus de temps qu’une mi-temps de fouteballe à la télévision (moment que M. Michu préfère généralement consacrer à l’évacuation de son trop plein de bière pendant que Mme. Recharge les pizzas industrielles « 4 fromages ») ?

La France, à la tête des pays indisciplinés et mal gérés, est un bon exemple des difficultés de la démarche. On se souvient de l’écotaxe qui avait été votée, fait très rare, à l’unanimité du parlement national, toutes couleurs politiques confondues, mais qui avait du être retirée en catastrophe en 2013 suite aux émeutes et sabotages déclenchés par une bande de furieux prêts à mettre le pays à feu et à sang pour ne pas la payer. Plus récemment, c’est l’augmentation des taxes sur le carburant diesel qui a déclenché les émeutes et blocages violents menés par des délinquants qui perturbent le pays depuis plus d’un an, et bien que là aussi le pouvoir ait renoncé à cette hausse de taxe.

En fait, seul le coût peut avoir un effet pédagogique sur les producteurs et les consommateurs : si le coût du démantèlement des centrales nucléaires était facturé aux consommateurs ils allumeraient leurs radiateurs avec plus de parcimonie, si les coûts écologiques étaient inclus dans la facturation du transport aérien les bobos achèteraient un peu moins de kiwis importés de Nouvelle-Zélande et consommeraient un peu plus de pommes normandes, etc. Le capitalisme a toujours fait montre d’une remarquable plasticité pour s’adapter aux changements de son environnement, il le fera de nouveau face au défi climatique s’il y a intérêt. Mais il faut savoir introduire ces coûts de façon maligne, sans doute les compenser par des baisses d’autres impôts et taxes par ailleurs pour que la charge globale reste la même mais le principe « pollueur-payeur » signifie bien que le pollueur… payera plus et donc, ne sera pas content. Mais répartir de nouveaux coûts sur des critères écologiques cela veut dire jouer avec les règles de la concurrence, démanteler certains secteurs économiques et certaines activités humaines, en promouvoir de nouveaux. C’est difficile, il y a des intérêts, des enjeux, des pressions. Pour le moment personne n’y a vraiment réussi et les citoyens ne sont pas véritablement demandeurs au-delà des slogans de circonstance. Au contraire, ils ont élu des dirigeants climatosceptiques aux Etats-Unis, en Australie, au Brésil… Peut-être l’aggravation de la situation écologique aboutira à la prise de conscience citoyenne à laquelle les pouvoirs actuels échouent ?

Les dirigeants élus dans nos démocraties doivent composer avec tous ces éléments contradictoires et surfer sur les humeurs de Mme. Michu. On voit en France ces derniers mois que cela n’est pas aisé alors que très peu de changements ont pour l’instant été instaurés en faveur du climat , mais tout de même un peu. L’inertie des comportements et l’égoïsme des citoyens ne poussent pas vraiment à l’optimisme ; la difficulté pour aboutir à une entente planétaire opérationnelle, ne l’est guère plus. Les plus pessimistes (voir les cabris ci-dessus) perdent déjà tout espoir, les masses attendent la sortie du prochain modèle d’aïephone, certains hurluberlus ne peuvent pas s’empêcher de penser qu’à la fin des fins, au bord de l’abîme, il y aura bien des réactions salutaires et que le monde survivra, même avec 2 ou 3° de plus ! L’avenir le dira. En attendant, que chacun prenne ses responsabilités, agisse là où il le peut et cherche à entraîner son voisin vers un comportement plus vertueux, ce sera déjà ça de pris.

Télécharger le texte de la Commission européenne : Le Pacte vert pour l’Europe, Annexe

Ce que dit la communication

La croissance doit être « durable et inclusive », bien sûr. Les mesures à prendre doivent être « audacieuses et complètes », évidemment, etc.

S’en suivent d’intéressants développements sur la nécessaire transformation des économies des Etats membres pour atteindre la « neutralité climatique » en 2050 avec une réduction des gaz à effets de serre en 2030 de 55% par rapport au niveau de 1990 en instaurant une taxation des émissions de carbone dans l’Union et, éventuellement, une taxation des produits à l’entrée dans l’Union si les pays tiers ne consentent pas les mêmes efforts. Il faudra transformer l’économie « linéaire » de l’industrie actuelle, qui représente 20% des émissions de gaz à effet de serre de l’Union, en une économie « circulaire » qui est censée limiter le gaspillage des ressources et l’impact environnemental. Il est recommandé d’améliorer l’information des consommateurs afin qu’ils optent pour des produits durables et d’utiliser les technologies numériques pour atteindre les objectifs du pacte vert.

Les bâtiments représentant 40% de la consommation d’énergie en Europe, le pacte recommande l’engagement d’une « vague de rénovation » des bâtiments publics et privés. De même, la transition vers une « mobilité durable et intelligente », notamment en incluant dans les prix du transport les coûts environnementaux. Il est question de concevoir un système alimentaire « juste, sain et respectueux de l’environnement » de « la ferme à la table » avec notamment une baisse de l’utilisation des produits chimiques dans l’agriculture et le lancement de l’économie circulaire générant moins d’impacts environnementaux. Il faudra « préserver et rétablir les écosystèmes et la biodiversité », développer une « ambition zéro pollution pour un environnement exempt de substances toxiques », cela va sans dire.

Le maître mot est la « durabilité » qui devra être intégrée dans toutes les politiques de l’UE en promouvant la finance et l’investissement verts et en assurant une transition juste. Et là apparaît la première évaluation financière de la commission qui estime à 260 milliards les investissements annuels qu’il convient de lancer pour atteindre les objectifs climatiques de l’horizon 2030, l’ampleur de ces sommes nécessitant la mobilisation des secteurs privés et publics. La commission recommande que les budgets nationaux soient « verdis » avec une fiscalité adaptée. La recherche doit également être fortement impliquée pour identifier « des solutions durables » et une « innovation de rupture ». L’éducation également sera un point d’entrée clé pour la réussite du pacte vert.

L’UE se veut le « chef de file » mondial pour encourager les pays tiers à adopter des mesures similaires afin que ce « pacte vert » devienne mondial, condition indispensable à sa réussite. L’Union mettrait en place une « diplomatie du pacte vert » en appuyant les accords multilatéraux comme l’Accord de Paris aussi bien que les accords bilatéraux, particulièrement avec les pays voisins. L’idée des marchés internationaux du carbone est relancée[1]. Enfin, la commission souhaite lancer un « pacte européen pour le climat » pour mobiliser les citoyens en faveur du climat.


[1] Après les résultats plutôt mitigés des premières expériences qui ont plus brillé par les fraudes colossales qu’elles ont engendrées, plutôt que leur impact sur la décarbonation…


L’abrutissement des masses par la publicité s’aggrave

Une soirée au cinéma permet de constater que les annonces pour les films à venir sont désormais entrecoupées de publicités commerciales. Cette pratique invasive nouvelle est destinée à forcer le spectateur à ingérer de la publicité commerciale s’il veut regarder jusqu’au bout le programme de ses prochaines séances. A priori la majorité des citoyens n’est pas passionnée par la publicité ; durant les matchs de fouteballe suivis à la télévision depuis son salon M. Michu profite des pauses publicitaires pour aller s’ouvrir une bière ou évacuer les précédentes aux toilettes, s’évitant ainsi le spectacle abrutissant de messages de pub répétés jusqu’à la nausée pour envahir les neurones des gogos et déclencher leurs décisions d’achat au supermarché du coin ou chez leurs concessionnaires automobiles. Avec ce saucissonnage des annonces des prochains films qui seront à l’affiche, les commerçants espèrent ainsi forcer les consommateurs à visionner leurs messages.

Les téléspectateurs exaspérés par la pub, peu nombreux finalement, cherchent à adapter leurs consommations de télévisions et de radios en se limitant aux chaînes le moins possibles envahies par les commerçants. Ce sont essentiellement les chaînes du service public, et encore, celles-ci font-elles malgré tout l’autopromotion de leurs propres programmes et n’échappent pas aux émissions sponsorisées qui permettent de refourguer par la fenêtre les commerçants qui ont été évacués des ondes par la porte.

L’apparition forcée de pop-ups sur son écran de terminal dès que l’on navigue sur un site internet « gratuit » relève du même écœurant gavage. Désormais l’internaute a acquis le réflexe pavlovien de fermer tous ces pop-ups avant de pouvoir commencer réellement sa navigation. L’invasion est plus légère sur les sites payants. Normal puisque sur Internet : « la marchandise est l’internaute lui-même » dont les données de navigation sont stockées et revendues.               

Les progrès de l’intelligence artificielle permettent malheureusement d’encore mieux cibler le pilonnage publicitaire des neurones du consommateur. Celui-ci se voit proposer des produits commerciaux choisis en rapport avec les clics qu’il a fait les jours précédents sur des sites vendant des produits similaires. Le chroniqueur a déjà constaté que lorsqu’il écoutait une radio publique sur l’application Radio-France de son téléphone mobile et coupait le son pour s’épargner la voix gnangnan de la nunuche promouvant une autre émission, la publicité abrutissante reprenait exactement au moment où il l’avait coupé deux minutes avant…

On est en plein dans la légendaire phrase d’un ex-pédégé de TF1 (Patrick Le Lay) qui expliquait doctement que l’art du business de la télévision était de vendre du « temps de cerveau disponible des téléspectateurs » aux annonceurs. Cet illustre personnage avait dirigé cette chaîne après sa privatisation et en avait fait une réussite commerciale et un désastre culturel. On est aussi au cœur du système marchand qui nous gouverne : pour produire il faut bien vendre, et pour vendre il faut bien promouvoir quitte à abrutir le consommateur et à provoquer ses non-besoins. Ce système a de bons côtés, il en a aussi de très mauvais desquels il devient de plus en plus difficile de se prémunir. C’est là sa supériorité sur tous les autres !

Esther Duflot face à l’abrutissement des masses

Dans une série de conférences données à New-York à l’invitation de l’ambassade de France, Esther Duflot a rappelé que la confiance des citoyens est deux fois plus importante pour les météorologistes que pour les économistes… Prix Nobel d’économie 2019 avec deux équipiers dont son mari pour leurs travaux sur la réduction de la pauvreté dans le monde, elle mentionne que les économistes sont très mauvais pour la prévision (merci du rappel) mais que leurs données et analyses peuvent tout de même aider à comprendre le présent. Transmis à Mme. Michu !

Des expatriés dépités au Royaume-Uni

Depuis hier le Royaume-Uni a récupéré sa souveraineté pour gérer l’immigration sur son territoire, y compris celle de citoyens de l’Union européenne dont elle ne fait plus partie. Un régime transitoire a été mis en place pour ces citoyens de l’Union présents depuis au moins 5 ans sur le territoire britannique. Ils doivent se faire enregistrer pour la délivrance d’un titre de séjour les autorisant à rester sur place, au moins pour quelques années. La réciprocité a également été acquise pour les britanniques résidant dans les 27 pays membres de l’Union.

Certains de ces expatriés s’émeuvent d’un tel régime, les français n’étant pas les derniers à se plaindre, comme d’habitude. Et les journalistes présents sur place recueillent des « c’est honteux », « c’est un scandale », etc.

La mondialisation a fait oublier un peu trop rapidement aux citoyens du monde que « chez les autres » ce n’est pas encore exactement pareil que « chez soi ». Il y a ce que l’on appelle en matière d’investissement le « risque politique » : un citoyen d’un pays A installé dans un pays B est soumis à la Loi de son pays d’accueil qui peut être différente ou évoluer différemment de la Loi du pays A. C’est le b-a-ba de tout investissement à l’étranger. La libre circulation et d’installation des personnes qui a cours au sein de l’Union européenne ne l’a pas à l’extérieur où les lois nationales s’appliquent.

L’expatrié français installé à Londres va devoir désormais obtenir un titre de séjour qui peut bien entendu lui être refusé. Il semble d’ailleurs que c’est justement l’immigration débridée des citoyens de l’Union dans leur pays qui a causé le vote en faveur du brexit. Il n’est donc pas étonnant que la Grande-Bretagne reprenne le contrôle de son immigration. C’est le retour à la période d’avant la libre circulation des personnes qui n’est pleine et entière que depuis finalement pas si longtemps que ça, et qui souffre d’ailleurs toujours d’exceptions significatives. Les gens ont la mémoire sélective…

Cela étant dit, il est peu probable que le Royaume-Uni expulse sauvagement et rapidement ses immigrés originaires de l’Union. Cela devrait se passer de façon ordonnée et progressive, mais les non britanniques devront obtenir à l’avenir un titre de séjour et de travail pour s’installer et travailler en Grande-Bretagne, c’est ainsi que cela peut se passer quand on élit domicile à l’extérieur de son pays d’origine. A ne pas oublier !

Carlos et sa malle

Coco – Charlie-Hebdo (01/2020)

Carlos Ghosn, 65 ans, ex-pédégé de constructeurs automobiles, recherché par la justice japonaise pour délinquance financière, réfugié au Liban dont il détient la nationalité en plus de celles de la France et du Brésil, a fait organiser une conférence de presse à Beyrouth pour expliquer pourquoi il a fui Tokyo où il était sous contrôle judiciaire. Il a défendu sa position devant un parterre de journalistes triés sur le volet. Il n’est pas sûr que la justice japonaise ait apprécié le show auto-justificateur…

Plus intéressant, il a saisi l’occasion pour taper sur tout le monde et, notamment, accuser ses successeurs d’incompétence en insistant sur oh combien les groupes Renault-Nissan-Mitsubishi se portaient bien lorsqu’il les dirigeait et oh combien ils sont en perte de vitesse depuis qu’il n’est plus aux commandes. Il a prédit que l’alliance Renault-Nissan serait en sursis.

Il serait sans doute plus judicieux qu’il se préoccupe maintenant de son propre sort plutôt que de tirer des plans sur la comète sur l’avenir des entreprises qu’il dirigeait et qui l’accusent de détournement de fonds. Il serait plus responsable de ne pas clamer ces sornettes, devant des journalistes avides de cancans, qui immanquablement agitent les cours de bourse et sont d’une vulgarité à la hauteur du personnage, comme si l’avenir de ces entreprises ne reposait que sur Super-Carlos, deus ex-machina de l’industrie automobile ! Les centaines de milliers d’employés de ces groupes, toujours au travail, apprécieront…

La conférence de presse a été organisée par l’inénarrable Anne Méaux, 65 ans, dont le site web affiche fièrement sur sa page de garde :

« Image 7 s’est lancé en 1988 sur des présupposés qui se sont révélés étonnamment modernes. Nous avons parié sur la liberté, l’indépendance, l’absence de hiérarchie, l’intelligence collective et nous disons non aux silos. […] Plus le monde se complexifie, plus on a besoin « d’honnêtes hommes », qui, par leur culture, leur compréhension de la société et de ses transformations, vont aider les chefs d’entreprise à remettre les choses dans leur contexte et à hiérarchiser les problèmes. »

https://www.image7.fr/

La radio de service public en grève depuis près de deux mois

Charlie-Hebdo

Une autre grève se déroule en France depuis des semaines et qui ne concerne pas le projet de réforme des retraites mais un simple plan de restructuration incluant une réorganisation du groupe de radios publiques, une baisse des dépenses de 60 millions d’euros (sur un budget total dans les ~600 millions) et une baisse de 300 personnes (sur un effectif total de ~4 500). Des négociations sont en cours entre syndicats et direction mais chacun campe sur ses positions. La grève se traduit par la non-diffusion de nombre d’émission remplacées par des playlists.

Le groupe Radio-France est financé par une redevance payée par les citoyens avec leurs impôts locaux. Il n’est pas prévu à ce stade de rembourser une partie de cette taxe aux contribuables. Comme toutes les entreprises, Radio-France doit se restructurer pour s’adapter. Comme toutes les entreprises publiques, Radio-France doit faire des efforts de productivité pour une utilisation optimisée de l’argent des contribuables.

Evidement, comme bien d’autres services publics, il y a certainement matière à réduire la voilure. Radio-France maintient deux orchestres symphoniques, est-ce la vocation d’une radio publique de produire de la musique classique ou ne doit-elle pas se limiter à diffuser celle qui existe par ailleurs ? Si la réponse est « oui » à la première question, a-t-on besoin de deux orchestres pour ce faire ? Et il y a sûrement bien d’autres domaines d’activités du groupe Radio-France où l’on peut se poser des questions similaires. Si la réponse est que tout est nécessaire, à ce moment il fait financer et se retourner vers les contribuables soit on est capable de réduire la voilure soit il faut augmenter ses impôts ou aller prendre l’argent d’un autre poste pour le transférer sur le budget de Radio-France. Les radios publiques sont déjà envahies de publicités commerciales ou institutionnelles abrutissantes pour compenser la baisse des ressources publiques.

Les syndicats rabâchent les mêmes illusions :

On défend un financement correct du service public de radio qui puisse nous permettre de continuer à faire des productions de qualité.

https://mediateur.radiofrance.fr/chaines/franceinfo/entretien-avec-une-organisation-syndicale-representative-de-radio-france/

Evidement tout irait mieux si l’on pouvait traire indéfiniment le contribuable, mais ce n’est pas le cas et celui-ci se révolte. Tout le monde réclame des sous : les hôpitaux, les forces de sécurité, les étudiants, les paysans… Mais le contribuable est aussi un citoyen qui bénéficie de la redistribution de la République. La France reste embourbée dans cette contradiction qui fait s’opposer le citoyen-bénéficiaire au citoyen-contribuable.

En attendant, la grève ne gêne que les auditeurs, généralement âgés ou tendant à le devenir, elle risque de durer encore un moment…

Rapacité et démesure

Kiro / Le Canard Enchaîné (08/01/2020)

L’ex-dirigeant des groupes automobiles Renault et Nissan, sous contrôle judiciaire au Japon depuis un an pour de sombres histoires de détournement de fonds au détriment de ses employeurs, non déclaration de certains revenus et autres joyeusetés du même acabit, a quitté illégalement le Japon pour fuir au Liban, l’un des trois pays dont il détient la nationalité avec le Brésil et la France. Il va sans doute devoir y rester un moment car il est désormais l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par la justice japonaise. On saura un jour si les accusations portées contre lui sont fondées ou non. Mais le plus important dans cette affaire n’est pas tant son volet illégal que son aspect légal : comment un mandataire social, fût-il un dirigeant efficace, a pu accumuler de tels revenus octroyés légalement par ses actionnaires ?

Il est en effet confirmé qu’outre sa rémunération annuelle de l’ordre de 17 millions d’euros il est bénéficiaire de retraites complémentaires, à verser jusqu’à sa mort par les groupes qu’il dirigeait, s’élevant à un total de plusieurs dizaines de millions d’euros. Ces montagnes d’argent ont été octroyées « normalement » et semblent être légales ; et c’est bien là une grande partie du problème. Avec de telles rémunérations on attise la rapacité de dirigeants-employés qui deviennent des accumulateurs compulsifs. Il n’y a rien qui puisse justifier des sommes aussi démesurées versées à un seul individu par une entreprise.

C’est l’un des travers du monde capitaliste qui devra un jour l’examiner de près car il est contre-productif. L’ex-dirigeant en fuite en est l’un des avatars, il n’est sans doute pas pire qu’un autre, il est juste l’un de ces forbans qui trustent les places de capitaines des grandes multinationales et dont la plus grande réussite consiste d’abord à faire croire à des actionnaires qu’ils sont irremplaçables.

Cerise sur le gâteau : il semble que l’appartement qu’il occupe actuellement à Beyrouth soit l’un des logements fastueux achetés par Nissan dans différentes capitales afin que son dirigeant puisse y séjourner au cours de ses voyages. N’étant plus le patron de Nissan il ne devrait théoriquement pas pouvoir résider dans cet appartement. Encore un mystère de cette affaire de peu d’intérêt.

Grèves, réformes et vacances

La France, et tout particulièrement sa région Ile de France, est perturbée par des grèves du secteur des transports publics. Les négociations sont difficiles et ont connu différents épisodes, le gouvernement a un projet : les syndicats ouvriers sont contre, les syndicats patronaux sont pour, mais les premiers ont une forte capacité de nuisance qu’ils mettent en œuvre depuis un mois.

Fin décembre dernier, et après trois semaines de grève et de discussions, alors qu’approchaient les fêtes de surconsommation de fin d’année, tout ce petit monde s’est donné rendez-vous pour… après les congés : le gouvernement en fixant une nouvelle session de négociations à partir du 7 janvier et les syndicats ouvriers une nouvelle manifestation le 9 janvier, une fois digérées les agapes de Noël et du réveillon.

Cet unanimisme pour rester tranquille durant les vacances est touchant ! C’est également une bonne nouvelle : un pays qui privilégie ses congés à une négociation sur ses retraites est finalement un pays qui ne va pas si mal que ça.

Le patronat est en vacances

La France est très perturbée par la grève des transports publics qui s’opposent au projet de réforme des retraites du gouvernement. Les syndicats ouvriers sont contre, les syndicats patronaux sont pour. Les premiers luttent, les seconds sont aux abonnés absents. Jusque-là rien de bien neuf dans le paysage social français.

On ne peut pas dire que le patronat en fasse trop pour défendre ses positions et soutenir le gouvernement. Ce silence est étonnant : manque de courage ou absence de conviction ?

Une bonne nouvelle pour l’Afrique

En réunion à Abidjan, les présidents ivoirien et français annoncent que le franc CFA va être remplacé en Afrique de l’Ouest par une nouvelle monnaie, l’ECO dont la gestion sera sensiblement réformée. Il n’y aura plus d’administrateur français dans les instances de la Banque centrale de Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et celle-ci n’aura plus à déposer une partie de ses réserves auprès du Trésor français. Cependant, il semble que le cours fixe entre l’Euro et l’Eco serait maintenu et que la France continuerait à garantir la convertibilité de l’Eco. Ces deux derniers points, s’ils étaient confirmés, limitent sérieusement l’ampleur de la réforme.

Il serait souhaitable de couper définitivement le cordon monétaire entre la France et ses anciennes colonies. Si l’on se contente de changer le nom de la devise mais de continuer à attendre que la France garantisse son cours et sa convertibilité, on ne va pas bien loin dans ce sens. Espérons que ne n’est qu’une première étape vers un changement plus radical donnant la responsabilité monétaire pleine et entière aux Etats africains.

Grève ou vacances ?

Kiro – Le Canard Enchaïné

Les transports publics sont en grève depuis dix jours et transforment Paris en vaste capharnaüm à cause d’un projet de réforme des retraites en France. Ceux qui doivent se déplacer pour travailler font ce qu’ils peuvent. Les partenaires sociaux (hors représentants patronaux) et le gouvernement s’affrontent sur les termes de cette réforme, chacun expliquant sur les plateaux télévisés que l’autre est responsable de la pétaudière. Et voici que s’annoncent les vacances de Noël et la perspective que ces grèves gênent les citoyens dans le déroulement de leurs congés. C’est une possibilité, effectivement. Même le premier ministre implore les syndicats pour qu’ils marquent une trêve dans leur action pour ne pas perturber les congés des citoyens.

Cette soudaine inquiétude est intéressante en ce qu’elle marque une priorité : il apparaît plus grave de perturber les vacances des français plutôt que leur travail.

Coupons la moustache de la CGT

Les syndicats ouvriers ont réussi à mobiliser les citoyens contre le projet de réforme des retraites : grèves et manifestations au programme dans le pays. Les partis extrêmes de droite comme de gauche réclament l’abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans, les partis républicains non majoritaires ne veulent rien changer et le parti au pouvoir veut remplacer l’organisation multi-systèmes de retraire par un environnement d’une retraire universelle unique.

La Confédération Générale du Travail (CGT) reprend du poil de la bête et son moustachu de secrétaire général frétille dans les rues et sur les plateaux télévisés. Son programme est simple :

  • Rejet total du projet actuel de réforme proposée par le pouvoir.
  • Elargissement des domaines d’application des « régimes spéciaux » plus favorables que le régime général.
  • Retour à la retraite à 60 ans pour tous, sauf ceux qui bénéficient déjà d’un âge de départ inférieur à 60 ans et qui doivent le conserver.
  • Pour le financement : instauration d’une taxe de 50% sur les dividendes versés aux capitalistes du CAC40 et l’on pourra même financer au-delà des régimes de retraite.

Une discussion raisonnée est délicate sur un tel argumentaire, on se croirait revenu aux temps de l’avenir radieux du socialisme. Après tout, une telle politique peut être de nouveau mise en œuvre si elle était votée par le parlement. Mais nous sommes en France, alors à défaut de l’emporter dans les urnes on met le débat dans la rue. Le plus malin gagnera !

Il faut faire payer le voisin…

Eternelle antienne de la politique française : on est d’accord pour réformer du moment que c’est le voisin qui paye ! Le projet de réforme systémique des retraites françaises percute de plein fouet ce refrain : « il faut augmenter les prestations dont je bénéficie mais diminuer les cotisations que je paye ».

Le débat actuel entre les parties est probablement sans issue tant chacune campe sur ses positions partisanes. La mauvaise foi est de mise, les idéologies sont au programme. Et de toute façon personne ne peut vraiment anticiper ce que sera l’équilibre, ou le déséquilibre, financier des retraites au-delà des cinq à dix années à venir… Le système des retraites c’est de l’assurance, il y a donc des cotisations qui rentrent et des prestations qui sortent. Sur le long terme il faut que les unes et les autres soient grosso-modo du même montant. Ce n’est pas le cas en France et nos retraites sont également financées par l’impôt pour environ 30%), et donc les contribuables, car notre République ne sait pas équilibrer dépenses et recettes.

Ce que l’on peut prévoir avec une probabilité relativement élevée c’est que les prestations dépasseront les cotisations sur encore les dix prochaines années, que la retraite soit calculée en annuités ou en points, avec un régime universel ou un multi-systèmes. Il y aura donc des déficits à combler, et donc de l’argent nouveau à trouver ou des prestations à diminuer. L’une des façons « élégantes » de faire c’est d’augmenter progressivement la durée de cotisation, en gros, travailler plus longtemps ce qui évite de trop baisser les rentes en faisant augmenter les cotisations non pas sur les taux mais sur la durée. Financièrement cela revient au même, politiquement pas tout à fait. C’est ce qui se pratique depuis 1983, année au cours de laquelle l’âge de départ en retraite a été ramené de 65 à 60 ans suite à la première alternance de gauche de la Vème République. Depuis, la France revient progressivement vers cet âge de 65 ans mais il s’agit bien entendu d’une « provocation » pour tous les syndicats ouvriers. De leur côté, les syndicats patronaux approuvent.

Au-delà, les questions de méthodes des systèmes de calcul, la vérité vraie qui fait peur est que pour éviter une baisse trop visible des pensions il va falloir continuer à reporter la date de départ en retraite à taux plein. Et ce, au moins pour une génération. Au-delà, personne ne sait bien ce que sera la conjoncture de l’emploi (s’il y a moins de chômeurs, il y a plus de cotisants, si les rémunérations moyennes augmentent, les cotisations vont suivre la même direction, et vice-versa). Le nouveau système proposé, s’il était mis en œuvre, devrait permettre un ajustement permanent des pensions versées, à la hausse comme à la baisse. Cela aussi fait peur.

Réforme des retraites : la dérive de la presse !

Une journée de revendication est programmée pour le 5 décembre prochain en France. Différentes corporations veulent afficher leur opposition au projet de réforme du système des retraites. Des grèves lourdes sont annoncées dans les transports publics et vont sérieusement perturber le fonctionnement du pays. Elles sont renouvelables.

La presse qui adore faire peur à l’annonce de ce genre d’évènement et vendre cette angoisse à ses consommateurs, passe son temps et ses articles à deviser sur l’écume des choses. Les habituels « experts » de plateaux télévisés sont convoqués à longueur d’émissions pour échanger à l’infini sur le niveau de blocage du pays, et sa durée, que provoquera cette grève. Un sujet « clé » également répété ad nauseam est le résultat des sondages exprimant le niveau de soutien à cette grève des personnes sondées. Des débats sur le fond de la réforme proposée ? Nenni, on préfère ânonner que la réforme n’est pas claire et que les citoyens ne sont informés de rien ! Le contraire fut étonnant tant la majorité des médias se refusent à aborder le fond du projet.

Celui-ci est fort bien expliqué dans le rapport Delevoye « Pour un système universel de retraite » de 138 pages. Ensuite la loi définitive sera celle qui sera votée par le parlement mais en attendant, tous les grands principes et changements du projet sont sur la table. Il suffit de télécharger ce rapport, de le lire et d’en débattre. C’est en principe le rôle d’une presse intelligente.

De deux choses l’une : soit les journalistes n’ont pas même pris le temps de lire ce document, auquel cas nous leur indiquons bien volontiers le lien de téléchargement, soit ils l’ont lu mais préfèrent débattre de l’accessoire pour vendre de l’émotion plutôt que de la réflexion. Dans un cas comme dans l’autre ils participent avec enthousiasme à l’abrutissement des masses au lieu d’en élever le niveau de compréhension sur ce sujet complexe.

L’un des sujets favoris des journaux télévisés est le reportage sur Mme. Michu retraitée qui explique que « après avoir payé toutes ses factures » il ne lui reste que 300 euros pour vivre. On ne sait pas bien ce qu’il y a dans « toutes ses factures » mais qu’importe le gogo est accroché et sort ses mouchoirs. Ce que l’on attend d’une presse intelligente est d’expliquer les différentes solutions et alternatives possibles pour améliorer le sort de Mme. Michu et non pas simplement faire sangloter dans les chaumières. Elles sont de plusieurs ordres :

  1. On baisse les factures à payer par Mme. Michu, ce sont alors ses fournisseurs* qui doivent rogner sur leurs revenus,
  2. On fait payer tout ou partie de ces factures « par l’Etat », ce sont alors les contribuables qui verront augmenter leurs impôts ou d’autres citoyens qui verront baisser leurs prestations
  3. On augmente la retraite de Mme. Michu, ce seront alors les cotisants (employés et/ou employeurs) qui verront augmenter leurs prélèvements ou d’autres retraités qui verront baisser leurs prestations
  4. Ou un mix de toutes ces mesures

* Certains d’entre eux proposent déjà des offres low cost comme les fournisseurs d’accès internet et de téléphone. Le chroniqueur s’en félicite d’ailleurs qui bénéficie d’un abonnement mobile à 10 EUR/mois 4G avec appels et SMS illimités en France et vers les départements d’outre-mer hors Mayotte, plus 40Go d’internet mobile par mois. La box internet haut-débit est facturée 20 EUR/mois sans accès à la télévision (qui n’est pas vraiment nécessaire puisque la télévision numérique publique offre une trentaine de chaînes financées par la redevance déjà payée par la grande majorité des citoyens). Le coût total de communications est donc de 30 EUR/mois. Ce fournisseur est REDbySFR.

Un « expert » normalement constitué devrait être en mesure de développer ce genre de raisonnement sur un mode pédagogique : tout est possible mais tout a des conséquences qu’il faut gérer et arbitrer. Hélas, trois fois hélas, nos « experts » préfèrent le mode Café du commerce à celui de la raison.

Rappelons tout de même que la corporation des titulaires de cartes de presse (c’est-à-dire sans doute aussi un Morandini ou une Chazalle…) bénéficie d’une niche fiscale sous forme d’un abattement forfaitaire sur leurs revenus taxables pour « frais d’emploi », d’autres avantages existaient mais ont été supprimés au fur et à mesure du temps. Le secteur de la presse est également subventionné par les contribuables via le reversement d’aides aux journaux et réseaux de distribution pour les aider à combler leurs déficits d’exploitation car ces journaux sont vendus en dessous de leurs coûts de production et, malgré tout, de moins en moins de lecteurs les achètent. Elles sont publiées par le ministère de la Culture avec un peu de délai. Les derniers chiffres concernent 2015, année où 53 millions d’euros ont été distribués à 326 journaux, le premier bénéficiaire étant le Parisien – aujourd’hui en France avec 7,8 millions d’euros en 2015. Viennent ensuite Libération, Le Monde, Le Figaro, La Croix, Ouest-France… mais on trouve aussi à des niveaux bien plus modestes des journaux comme La Dépêche du Pays de Bray, La Gazette du Val d’Oise, L’Hebdo de l’Ardèche, etc.

Voir aussi : tableau des aides 2015

Ces subventions payées par les contribuables pourraient aussi servir à régler les factures de Mme. Michu, ou rester dans les poches des contribuables… Malgré tout, elles ne sont pas complètement illégitimes, sont votées par le parlement sur un mode démocratique et permettent de maintenir en vie une presse qui est de moins en moins viable au niveau financier. Elles pourraient en revanche générer un comportement responsable des journaux et journalistes qui en sont les bénéficiaires et sont ainsi un peu reconnus comme service public, qualification qui devrait être un gage de qualité et non de populisme.