Le Mali à la dérive

Pauvre Mali ! Alors qu’un groupe de militaires dépenaillés a pris le pouvoir à la suite d’un coup d’Etat, leurs frères ennemis enturbannés-touaregs (et ex-mercenaires de Kadhafi) ont quasiment fait sécession en annexant toute la moitié nord (et désertique) du pays avec l’aide de leurs frères ennemis barbus-islamistes.

Six mois plus tard, les dépenaillés sont toujours vaguement au pouvoir à Bamako où un semblant de restauration constitutionnelle a essayé de voir le jour sous l’égide de la communauté africaine, mais, dans un mouvement d’humeur, ils ont tabassé si fort le président de transition que celui-ci est à l’hôpital à Paris depuis plusieurs semaines.

Les enturbannés ont déclaré l’indépendance de l’Azawad (territoire du nord) mais s’affrontent maintenant aux barbus qui ne veulent pas entendre parler d’Azawad mais au contraire veulent conquérir tout le Mali pour y établir la charia.

Les enturbannés (ex-mercenaires de Kadhafi) sont en train de revendre aux barbus les armes qu’ils ont piquées en Lybie lors de la déroute du guide, et bien sûr les barbus ont maintenant retourné ces armes contre ceux qui les leur ont vendues… Une application sahélienne du principe de Lénine : « les capitalistes nous vendront la corde pour les pendre. »

En attendant de descendre jusqu’à Bamako, les barbus détruisent des sites de saints musulmans à Tombouctou pour se venger du fait que la ville ait été inscrite au patrimoine de l’Humanité par l’Unesco. On avait déjà vu les talibans afghans détruire des statuts bouddhiques millénaires, au moins il s’agissait des symboles d’une autre religion, on peut à la limite suivre le raisonnement, mais à Tombouctou c’est plus difficile à comprendre quand des barbus cassent des sites musulmans.

Tout ceci est bien compliqué et le Mali ne mérite vraiment pas ça. Pauvre Mali !

Publié le
Catégorisé comme Afrique