Le Front National et Moscou

Le rapprochement politique et financier du Front National français (FN) avec la Russie est un renversement politique étonnant. C’est l’alliance de la carpe et du lapin avec un objectif commun, mettre le boxon dans la démocratie française et se démarquer des Etats-Unis d’Amérique.

Du temps de la guerre froide on se souvient de la haine féroce qui animait le Front et ses ancêtres à l’encontre de l’Union soviétique et du communisme en général. On voit aujourd’hui une banque russe financer le parti d’extrême droite français, on entend Marine Le Pen chanter les mérites de l’Europe jusqu’à l’Oural et non plus « de Bruxelles à Washington », on constate le déplacement de personnages haut-placés dans la hiérarchie russe au congrès du FN, etc.

Ce qui réunit sans doute ces lascars, au-delà de leur volonté de nuire à l’Occident, c’est un nationalisme exacerbé et une paranoïa commune qui tend à rendre responsable de leurs malheurs tout ce qui vient de l’extérieur. Une espèce de renouvellement du pacte Molotov-Ribbentrop, une nouvelle version de la realpolitik qui veut que la fin justifie les moyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.