Twitter : l’escroquerie intellectuelle et… financière

Le Tweet comme nous le savons est, hélas, devenu l’outil de propagande numéro 1 du monde politique français et de la presse parisiano-bobo-geek. Le Tweet est limité à 140 signes. Pour donner un ordre de grandeur, les deux phrases précédentes en comportent déjà environ 180.

Il y a en France à ce jour 2,3 millions de français actifs sur Twitter et donc, par déduction, 62,7 millions de français non actifs sur Twitter. La moitié des actifs sont des adolescents qui n’ont pas le droit de vote ni ne payent d’impôts.

Ces statistiques sont intéressantes et confirment que l’homme politique qui twitte au lieu de faire son boulot, non seulement abuse le contribuable qui le paye pour bosser, mais de plus manque sa cible puisqu’il ne touche qu’environ 1,2 millions d’électeurs. Si l’on considère que la répartition droite-gauche est de 50-50%, il atteint 600 mille de ses supporters. Comme ce n’est pas avec des slogans de 140 signes qu’il convaincra les électeurs adverses on peut vraiment en conclure que l’homme politique twittos ferait mieux de plonger dans ses dossiers et de méditer sur l’avenir de la République plutôt que suivre les conseils de communicants mondains incompétents qui progressivement prennent le pouvoir en surfant sur le vide de la pensée politique.

L’homme politique malin ferait mieux de communiquer dans Ouest France ou L’Equipe, il serait juste plus efficace pour diffuser ses messages.

Accessoirement on note que l’entreprise Twitter n’a jamais fait de bénéfice depuis sa création. Elle a perdu 645 millions de dollars en 2013 pour un chiffre d’affaires de 665. Elle perd 1 USD pour 1 USD de vente. Pas si sûr que cela un moyen de « communication » d’avenir…

Publié le
Catégorisé comme France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.