Comment un ministre peut-il se présenter aux élections législatives ?

Nous sommes en France et rien ne semble impossible à une classe politique ambitieuse. Un nouveau gouvernement est en place depuis peu sous l’autorité du président Emmanuel Macron et sous l’aura du renouvellement et de la probité. Des élections législatives sont organisées pour mi-juin et un certain nombre de ces ministres sont candidats.

Comment peut-on être en même temps ministre tout juste nommé et mener une campagne électorale ? Il est juste temporellement impossible de mener les deux tâches correctement. En cas de succès à l’élection comment l’impétrant va-t-il choisir entre son poste de député ou son poste de ministre ?

Quelle que soit sa décision il sera coupable d’arrogance et de foutage de gueule ! S’il choisit de rester ministre pourquoi avoir fait croire aux électeurs législatifs qu’ils pouvaient voter pour lui pour assurer un mandat parlementaire ? S’il opte pour le parlement et démissionne de son ministère, pourquoi avoir accepté ce poste pour seulement quelques semaines, durée où il n’aura clairement rien pu faire de notable, d’autant plus qu’il était en campagne ?

Le président a énoncé une règle voulant que si un ministre candidat aux législatives n’était pas élu il doive démissionner de son poste de ministre pour avoir été désavoué par les électeurs législatifs. C’est plutôt l’inverse qu’il aurait fallu édicter. Le gouvernement travaille sur une loi de moralisation de la vie publique et il conviendrait d’y inclure un article rendant impossible pour un ministre de se présenter à une élection sans avoir démissionné préalablement.

Publié le
Catégorisé comme France