Confusion autour d’un aéroport


On se souvient que la République a décidé de ne pas construire un nouvel aéroport dans la zone nantaise dite de « Notre-Dame-des-Landes », rebaptisée « Zone à Défendre – ZAD » et « occupée » par un micmac improbable d’écologistes, d’activistes, de libertaires et d’agriculteurs. Et cela dure depuis plusieurs décennies. Tout ce petit monde a pris possession de la zone, construit des habitations de bric et de broc, coupé les routes d’accès pour avoir la paix et vit dans une espèce de collectivité soixante-huitarde affichant de fermes convictions contre l’Etat, ses règles et son autorité. A ce titre ils bloquèrent des années durant le démarrage du chantier de construction d’un aéroport dont la nécessité était d’ailleurs contestée bien au-delà de la « ZAD ».

Lire aussi : Dépression au-dessus d’un aéroport (suite)

Après quarante années d’indécision, un gouvernement décide en janvier dernier de ne pas construire cette infrastructure. On pensait donc que les « zadistes » allaient du coup rendre les terres occupées à leurs légitimes propriétaires, nous les citoyens puisque ces terres ont été rachetées par l’Etat en préparation des travaux. Il n’en est rien et les occupants veulent rester pour y mener des « projets solidaires et communautaires » le tout accompagné d’une logorrhée anarcho-révolutionnaire disponible sur le site https://zad.nadir.org/.

Depuis huit jours la force publique essaye de déloger les occupants de la ZAD qui se défendent plutôt violement, refusant la légalité et la fin de leur combat qu’ils ont d’ailleurs plutôt gagné car cet aéroport contre la construction duquel ils luttaient ne sera pas réalisé, au moins pour le moment.

Dans un souci d’apaisement les autorités publiques ont proposé aux « zadistes » voulant poursuivre un projet agricole mené sur place pouvait déposer un dossier nominatif pour ce faire. Las, nombre de « zadistes » refusent l’aspect individuel dudit dossier, leur préférant un dossier collectif, ce que ne prévoient pas les règles établies. Alors ils continuent à se battre, au sens littéral du terme, contre les forces de gendarmerie chargées de les déloger. Ces dernières craignant sans doute plus que tout de laisser un ou des morts dans les combats agissent avec une relative modération contre des activistes au fait des techniques de guérilla urbaine. A peine sont-ils chassés d’une place qu’ils y reviennent aussitôt la nuit tombée pour réinvestir le lieu avec des constructions hétéroclites que les gendarmes reviendront détruire le lendemain.

C’est un jeu dangereux et c’est surtout le syndrome français de perte de la notion de l’intérêt général en faveur d’intérêts particuliers. Une communauté minoritaire refuse les règles de la majorité et exerce sa capacité de nuisance à l’encontre de ses concitoyens. Les démocraties sont faibles face à ce genre de comportements quand ils sont à la limite de la légalité et la violence. Cela se passe dans la ZAD et dans bien d’autres domaines.

Lorsque le groupe d’extrême gauche Action Directe assassine des patrons dans les années 70, l’Etat n’hésite pas à employer la manière forte pour réduire la rébellion. Lorsque des libertaires chevelus balancent quelques boulons contre des gendarmes dans un marécage de province, le principe de proportionnalité de la réponse s’impose et l’opération de retour à la légalité s’embourbe comme actuellement.

Le comportement des « zadistes » est égoïste et illégal. Ils ont la chance de vivre dans une démocratie qui respecte leurs droits et supporte leurs caprices. Il serait élégant qu’ils encaissent l’atteinte de leur objectif de l’abandon d’un nouvel aéroport à Nantes et rendent les terrains aux contribuables qui les possèdent, ou alors qu’ils les achètent et y résident et y travaillent de façon apaisée.

Publié le
Catégorisé comme France