L’OTAN à livres ouverts

A l’occasion du détournement d’un avion civil organisé par le satrape biélorusse dans l’espace aérien de son pays, on apprend que l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) va réduire les habilitations de l’ambassadeur biélorusse auprès de cette organisation. Pardon ? Il y a une « ambassade biélorusse » auprès de l’OTAN, une alliance militaire occidentale crée au temps de la guerre froide pour endiguer le communisme ?

Une visite sur le site web institutionnel de l’OTAN permet de le confirmer. La Biélorussie fait partie de la quarantaine de pays « partenaires » de l’organisation comme la Russie, l’Irak, l’Afghanistan, le Pakistan ou la Mongolie. La définition du pays « partenaire » est donnée comme :

L’OTAN s’attache à promouvoir la sécurité et à projeter la stabilité au moyen d’un vaste réseau de partenaires, qui compte plus de quarante pays non-membres de l’Organisation et qui s’étend de l’Europe centrale et orientale à des régions aussi éloignées que la région Asie-Pacifique.

Les pays partenaires établissent individuellement des relations avec l’OTAN, qui couvrent différents aspects de la coopération pratique et du dialogue. De nombreux partenaires participent activement aux opérations et aux missions dirigées par l’OTAN. Certains d’entre eux aspirent à devenir membres de l’Alliance.

L’Alliance travaille aussi avec les autres organisations internationales, telles que l’Union européenne (UE) et l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Certes ces objectifs sont sympathiques et on se dit que discuter est toujours mieux que de s’envoyer des missiles mais quand on voit la volonté affichée de nuire à l’occident déclinée par la Russie et ses affidés on peut raisonnablement se demander si le partenariat de ces deux pays, entre autres, avec l’alliance militaire occidentale sert à quelque chose d’autre qu’à affaiblir l’Ouest ? Il est peu probable que les pays de l’Est ouvrent de tels partenariats. Réduire les accès de l’ambassadeur biélorusse à l’OTAN semble bien être une réaction a minima. N’était-ce pas Lénine qui dit « Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons » ? On en est toujours là !

Lire aussi : La mauvaise foi comme stratégie – Keep on rockin’ in the free world (rehve.fr)

Publié le
Catégorisé comme Europe