Les frères siamois du Sahel

Capitaine Traoré (à gauche) et Colonel Goïta

Le galonné qui a pris le pouvoir par un coup d’Etat au Burkina Faso en octobre est allé rencontrer le galonné qui a pris le pouvoir par un coup d’Etat au Mali en 2020. Ils essayent sans doute de recréer le duo des années 1980 entre le président burkinabé Thomas Sankara et son homologue ghanéen Jerry Rawlings. Les africains les appelaient « Tom et Jerry ». Tous deux militaires, ne s’habillant qu’en tenue de combat, avaient déjà essayé de mettre un coup de pied dans la fourmilière du développement de l’Afrique de l’Ouest. Le premier a fini assassiné lors du coup d’Etat mené par son successeur en 1987, le second était aussi arrivé au pouvoir lors d’un coup d’Etat mais a été plus malin en démissionnant ensuite de l’armée et en se faisant réélire président en costume civil. Accessoirement, le développement politico-économique du Ghana a été bien plus probant que celui du Burkina.

Lieutenants Rawlings (à gauche) et Sankara

Ces deux trublions en tenue camouflée surfaient à l’époque sur la vague de l’anti-impérialisme, du tiers-mondisme et de la révolution communiste panafricaine, avec des résultats mitigés… C’était il y a quarante ans.

Leurs successeurs malien et burkinabé sont aujourd’hui engagés dans la guerre contre le djihadisme et le rejet commun de la France, l’ancienne puissance coloniale et, toujours, un vain espoir de développer leurs pays. Mis à part l’arrivée du combat religieux, on ne note pas d’évolution très significative entre les deux époques sinon le creusement du fossé entre le continent africain et le reste du monde.

L’un et l’autre manifestent un intérêt certain pour la coopération avec la Fédération de Russie, leurs populations déploient des drapeaux russes dans les manifestations anti-françaises régulièrement organisées dans les rues de Bamako et de Ouagadougou. Pour le Mali c’est un retour aux sources tant ce pays fut considéré comme « frère » par l’Union soviétique après son indépendance. Pour le Burkina, eh bien laissons ce pays rejoindre la communauté des pays amis de la Russie et faire sa propre expérience. La fin de la coopération militaire et civile avec le Sahel permettra à la France de redéployer ses ressources de façon plus conforme à ses intérêts. Et si par malheur la coopération russe décevait le Mali et le Burkina (qui n’a pas encore complètement cédé aux sirènes de Moscou) ils pourront toujours revenir vers la coopération internationale (Banque Mondiale, Fonds Monétaire International [FMI], Banque Africaine de Développement [BAD], etc.) mais il importe que la France sorte définitivement du puits sans fond de la « Françafrique » dont tous ses présidents depuis François Mitterrand ont annoncé la fin sans jamais la réaliser. Il suffit désormais de faire ce que l’on dit et de profiter de la bonne conjoncture pour enfin y parvenir. Le rejet de la France (largement instrumentalisé) par la majorité de ces pays colonisés, l’arrivée en fanfare de la Russie sur le continent qui suit celle de la Chine déjà effective depuis des décennies, le rejet parallèle de la notion de démocratie telle que l’Occident a essayé de l’insuffler localement et, enfin, les déficits abyssaux des finances publiques françaises, tout converge pour que la France se retire calmement du continent africain comme elle l’a déjà fait du Mali.

Lire aussi : Evacuation de l’armée française du Mali : une première étape !

Publié le
Catégorisé comme Afrique