La pétaudière encore et toujours

Un nouveau gouvernement français est en gestation, les médias ne s’intéressent qu’aux questions de personnes, au casting, plutôt qu’à la politique sujet fort peu vendeur sur les journaux télévisés. Regardons un peu les chiffres de résultats de ces élections tels que publiés par le ministère de l’intérieur.

Lire les résultats sur : Municipales 2014

Certes, 155 municipalités ont changé de couleur mais que l’un dans l’autre la France est toujours divisée en deux, à part à peu près égales entre les partis « républicains ».

Si l’on additionne d’une part « PS+Union Gauche » et « UMP+Union Droite » on obtient respectivement 2 761 505 voix (27,6% des suffrages exprimés) pour les roses et 2 697 963 voix (27,0% des suffrages exprimés) pour les bleus.

Si on fait le même calcul en ajoutant les divers gauche aux roses et les divers droite aux bleus tu obtiens respectivement : 3 926 162 voix (39,2% des suffrages exprimés) pour les roses et 4 366 298 voix (43,6% des suffrages exprimés) pour les bleus.

Le Front national a emporté 3,99% des suffrages exprimés, ce n’est pas à la hauteur de la couverture médiatique qui en est faite par des journalistes racoleurs.

Après-ça les jeux habituels d’alliances et le scrutin proportionnel de listes font que des majorités ont changé dans des conseils municipaux mais au total les écarts de voix, et donc de nombre de conseillers municipaux de chaque couleur, ne sont pas gigantesques. Simplement si on a 50%+1 conseiller municipal c’est la majorité au conseil municipal et tout le pouvoir, si on a 50%-1 il y a des élus mais plus de pouvoir.

Tout ça pour dire que, hélas, la France n’a pas résolu son problème fondamental de « lutte des classes » : quand on est au Café du commerce, sur dix pochtrons accoudés au zinc il y en a :

  • 3,9 qui sont restés au bistrot plutôt que d’aller au bureau de vote
  • 2,7 qui ont voté « bleu »
  • 2,4 qui ont voté « rose »
  • 1,0 qui a voté « extrême » droite ou gauche

En termes de voix exprimées ce n’est ni un raz-de-marée, ni un Trafalgar, c’est juste une France-pétaudière et ingouvernable, comme toujours.

Sortons les vieux cumulards

Jean-Claude Gaudin, 75 ans, cumulard multi-casquettes, maire de Marseille depuis presque 20 ans va rempiler pour un nouveau mandat de maire de six années. Quelle que soit la couleur politique de son édile, il est symbolique de voir que cette grande ville engluée dans des politicailleries franchouillardes n’ait pas été capable de se renouveler et que la droite locale, puisqu’il s’agit d’elle, n’ait pu que se mettre d’accord que sur la reconduction d’un homme âgé et fatigué, manifestement plus en état de mener à bien l’ensemble de ses fonctions exercées entre Paris et Marseille !