Religion à Paris – Attaque sur Charlie-Hebdo

CH_20150107_Je-suis-CharlieLa police cherche les extrémistes religieux qui ont décimés la rédaction de Charlie-Hebdo hier. Les photos des suspects ont été publiées : deux frères dont l’un d’eux a déjà eu affaire avec la justice après avoir été arrêté en 2005 juste avant de décoller pour la Syrie. Gageons que leur arrestation risque d’être mouvementée vue leur détermination.

Que ces deux-là soient coupables ou que les assassins soient autres, ils paraissent en tout cas animés de motifs religieux et leur présentation devant les systèmes judiciaires de nos démocraties vieillissantes est toujours une épreuve : on leur parle code pénal et ils répondent loi de Dieu ! Ils espèrent le martyr et on les menace de prison ! C’est juste un dialogue de sourds.

Il faudrait encore plusieurs générations de croissance économique et d’éducation afin d’extirper ces gamins de l’influence de Dieu et de ceux qui les manipulent en leur vendant les bénéfices de la martyrologie religieuse. Nous n’aurons peut-être pas le temps.


Quelqu’un avait dit après la deuxième guerre mondiale, à l’ouverture des camps d’extermination, quelque chose du genre : « il faut juger les crimes les plus extraordinaires avec la justice la plus ordinaire ». C’est sur cette base que les juridictions d’exception en France (Cour de sûreté de l’Etat notamment) ont été progressivement abolies. Mais face au terrorisme religieux on ne sait trop quelle justice serait adaptée.


Impayable : une manifestation est prévue dimanche à Paris en hommage aux morts de l’attaque de Charlie-Hebdo et les partis politiques français s’écharpent déjà pour savoir quels partis doivent y participer et quels autres doivent être exclus. Les cadavres de ces victimes de l’extrémisme religieux sont encore chauds que déjà le monde politique franchouillard se montre à la hauteur de ses habitudes c’est-à-dire très loin de celle des évènements. On a les dirigeants que l’on mérite, c’est d’ailleurs une partie du problème…

Charb et Cabu doivent se bidonner là où ils sont.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.