Remboursement homéopathique

Une nouvelle polémique est déclenchée à la suite de l’annonce du déremboursement progressif de l’homéopathie par l’assurance santé pour manque d’efficacité de ces produits et, surtout, parce que la sécurité sociale a des dépenses supérieures aux cotisations qu’elle perçoit et qu’il est nécessaire d’essayer de réduire le déficit conséquent. Comme il faut bien commencer par quelque chose et que l’hypothèse d’une augmentation des cotisations ne serait pas vraiment très populaire, le parlement a voté en faveur d’une proposition de l’administration pour cesser de rembourser ces produits dont le service rendu est jugé peu significatif, voire inexistant, par la majorité du corps médical.

Bien entendu cela déclenche un hourvari de plaintes et lamentations en tous genres comme l’extrait de cette pétition (www.change.org) permet de le mesurer :

Les professionnels d’arrière gardent défendent surtout leur pré-carré. Ils estiment que ces nouvelles méthodes de soins, détournent les patients de la médecine conventionnelle au risque de retarder des diagnostics et des traitements nécessaires avec parfois des conséquences dramatiques « dans la prise en charge de pathologies lourdes. C’est oublier un peu vite que l’homéopathie est délivrée par leurs confrères. Quelques 5000 médecins homéopathes exercent en France.

www.change.org

Chacun y va de son cas particulier pour contester une décision prise, en principe, en faveur de l’intérêt général. On peut penser que quitte à dérembourser, peut-être vaut-il mieux commencer par l’homéopathie que par l’oncologie. L’avenir dira si le niveau de santé de la population française s’est dégradé à la suite de cette mesure. Si tel était le cas il serait toujours temps de rétablir ce remboursement et de le financer en augmentant les cotisations ou par déremboursement d’autres.

Les industriels qui fabriquent ces produits annoncent des « menaces sur l’emploi » et des fermetures d’usine. Mme. Michu se plaint de ne plus pouvoir faire financer son homéopathie par la communauté des cotisants et tout le monde se lamente sur le déficit de la sécurité sociale. Bref, comme d’habitude personne n’est content et tous auraient aimé, bien sûr, que rien ne change ou qu’en tout cas les « avantages acquis » ne puissent évoluer que dans le sens de l’augmentation et non point celui de la baisse.

Les produits d’homéopathie seront toujours disponibles en pharmacie, au besoin importés, simplement ils ne seront plus remboursés à leurs consommateurs par les cotisants. Sans doute le déremboursement marquera un petit trou d’air dans la consommation puis celle-ci repartira s’il y a véritablement un besoin. L’accès aux médicaments remboursés non-homéopathique restera inchangé.

Publié le
Catégorisé comme France