L’indiscipline française

Depuis le déconfinement décidé en France à la mi-mai par suite de la pandémie de coronavirus, celle-ci remontre le bout de son nez et illustre à cette occasion le non-respect, par une minorité de citoyens, des consignes de sécurité données par les autorités sanitaires pour tenter d’éviter la reprise de l’épidémie parallèlement au retour de la liberté de se mouvoir.

Une application a été développée par le gouvernement, à télécharger sur son smartphone, afin de prévenir les gens qui ont croisé une personne qui apprendrait plus tard qu’elle est malade du Covid 19. Moins de deux millions de français ont téléchargé cette application la rendant ainsi peu efficace.

Les réunions de plus de dix personnes sont déconseillées s’il n’est pas possible de respecter la « distanciation sociale » d’un mètre entre chaque présent. A défaut, le port du masque est conseillé et il existe bien entendu une minorité qui ne respecte pas ces consignes, sans doute les mêmes qui se plaignaient de la pénurie de masques en mars-avril…

Sur les plateaux télévisés, quelques intellectuels mondains s’émeuvent de « l’atteinte à nos libertés fondamentales » que représentent confinement et port du masque. Henri Guano, député conservateur et colérique de 59 ans, prône la désobéissance civile en cas de retour de mesures de confinement… Bernard-Henri Lévy en profite pour sortir un livre, « Ce virus qui rend fou », et endosse le concept de « pétainisme transcendantal » pour caractériser la fermeture des frontières et le repli sur soi…

Entre les jeunes qui veulent « faire la fête » (c’est-à-dire boire des bières en restant collés-collés à leurs congénères dans des lieux clos) et les intellos qui théorisent l’absurde, pas sûr que la France ne l’emporte rapidement dans sa lutte contre le coronavirus. Heureusement, la majorité fait toujours preuve de bon sens face à une minorité de trublions.

Publié le
Catégorisé comme France