Un petit sourire dans une actualité tendue

A l’occasion de la diffusion d’un documentaire on apprend que le pape François 1er se serait prononcé en faveur du principe d’une union civile pour les couples homosexuels. On ne sait pas bien s’il s’agit d’une position officielle du Vatican ou celle, personnelle, de son chef ? Il n’en demeure pas moins que toute la réacto-sphère se lève comme un seul homme (si l’on ose dire) pour contester ce laxisme de l’Eglise. Christine Boutin, la twittos compulsive, s’est déjà exprimée contre à travers de très nombreux messages écrits ou rediffusé sur le média dit « social » Tweeter. Un vrai plaisir de lecture :

  • Influence de la parole pontificale sur la croissance économique : nulle
  • Influence de la parole pontificale sur le statut des homosexuels : nulle
  • Influence de la parole pontificale sur la circulation du coronavirus : nulle
  • Influence de la parole pontificale sur la tension artérielle de Christine Boutin : élevée

Si ce pape « révolutionnaire » veut faire endosser sa position progressiste par son armée de cardinaux pour le moins réactionnaires il va sans doute falloir qu’il déploie beaucoup d’énergie et de temps, mais cet homme a la foi, et avec la foi on peut sans doute déplacer des montagnes comme le dicton le rappelle.

Des journalistes désinformateurs

Les polémistes de journaux télévisés, journalistes ou juste pleureuses non-titulaires de carte de presse, continuent à se lamenter sur « l’échec dramatique de la politique de tests du coronavirus », tests pour lesquels il faudrait attendre des heures pour les pratiquer et dont le résultat prendrait sept jours à parvenir aux testés ce qui « ne servirait à rien ».

Le témoin objectif avec un minimum de sens de l’observation voit que les files d’attente devant les laboratoires, quand il y en a, ne durent pas « des heures ». Un simple questionnement autour de soi permet de confirmer que la plupart des résultats arrivent chez les testés en moins de 48 heures. Certes il doit encore arriver que certaines analyses durent plus longtemps mais on dirait que la durée moyenne se situe dans les 48 heures et non 7 jours.

A quoi sert ce permanent bal des pleureuses qui pollue le paysage médiatique ? Après le psychodrame des masques, des lits de réanimation et de l’hydroxychloroquine, ce sont maintenant les tests qui tiennent la corde. La corporation des plateaux télévisés s’ingénue à tout critiquer, à tout contester, à tout réduire, à ne jamais rien reconnaître de positif. Le « y-a qu’à… / faut qu’on… » est érigé en mode de pensée sur les plateaux médiatiques.

Rappelons une nouvelle fois que la corporation des titulaires de cartes de presse donneurs de leçons bénéficie d’une niche fiscale sous forme d’un abattement forfaitaire sur leurs revenus imposables pour « frais d’emploi ». Ces subventions financées par les contribuables devraient, à tout le moins, générer un comportement responsable des journaux et journalistes qui en sont les bénéficiaires. Ils sont ainsi reconnus un peu comme service public, qualification qui devrait être un gage de qualité et non de beaufitude.

Une solution serait peut-être de résilier cette niche fiscale imméritée et d’en allouer le produit à l’amélioration des laboratoires biologiques. Ce serait sans doute ainsi une bien meilleure utilisation des fonds publics.