« Twist à Bamako » de Robert Guédiguian

On pensait Guédiguian plus concerné par Marseille que par l’Afrique, ce joli film montre le contraire. Il semble que l’idée lui en soit venu après avoir visionné les photos du malien Malik Sidibé. Les accointances politiques du réalisateur (il a adhéré au parti communiste français en 1968, à 14 ans, avant de rendre sa carte en 1979 après l’abandon du « programme commun ») ont sans doute fait le reste pour décrire les illusions perdues d’un pays qui s’est cru socialiste après avoir été indépendant en 1962.

Lire aussi : https://rehve.fr/2018/02/malik-sidibe-mali-twist-a-la-fondation-cartier/

Le film suit les pérégrinations de Samba, jeune militant parcourant le pays et ses traditions pour convaincre les citoyens des bienfaits du socialisme. Il a du mal à convaincre mais il rencontre Lara dans un village, dont il tombe amoureux. Comme le socialisme se heurte aux résistances des comportements, leur amour se frotte à des traditions paternalistes ancestrales. Les deux échoueront face à l’inertie et l’immobilisme. Les dernières minutes du film évoquent le pays 50 ans plus tard, en 2012, sous le joug terrible du pouvoir islamiste. Il est dur de changer les choses en Afrique !