Désopilant !

Je trouve dans TGV magazine une double-interview désopilante sur le coaching bourrage de crâne et intrusif, tel que les entreprises aiment le pratiquer, sujet de deux livres ainsi chroniqués, à acheter d’urgence : Michela Marzano « Extension du domaine de la manipulation, de l’entreprise à la vie privée » et Robert Ebguy « Je hais le développement personnel ! » Rien que les titres des ouvrages me font frétiller d’aise.

Un investisseur imprudent met fin à ses jours

Adolphe Merkle dont nous avons narré les exploits boursiers qui se seraient terminés en 1 milliard de pertes, s’est suicidé. 100ème fortune mondiale il avait spéculé à la baisse contre le titre Volkswagen (VW). Du coup la survie de son groupe familial aux multiples activités (construction, pharmacie) était en jeu et il avait dû s’abaisser à négocier avec les banques des crédits de sauvetage, ce qu’il n’a pas supporté. Quelle absurdité ! Bêtise d’avoir été attiré par le mirage des jeux boursiers alors que la crise financière déjà battait son plein, surestimation de sa compétence dans un domaine où les meilleurs s’étaient déjà cassé les dents, égo démesuré qui n’a pas supporté l’échec alors que ses actifs auraient pu compenser ses pertes, mais bien entendu au prix de la diminution de son pouvoir. Il est allé au bout de l’absurdité et a préféré mourir plutôt que d’affronter le déshonneur de sa chute. Comme tout ceci est affligeant !

Les numéros de téléphone spéciaux et… payants

L’une des grandes escroqueries de notre monde de communication : la taxation des numéros de téléphone spéciaux. J’appelle Air France au 36 54 pour annuler un billet d’avion, non seulement j’attends cinq minutes car ce fournisseur n’a pas les effectifs suffisants pour répondre immédiatement à mon appel, deuxio je subis une musique horripilante assortie d’une voix gnangnan répétant sans fin le même message lavage de cervelle, mais surtout je paye 0,34 EUR la minute d’attente. Que l’on fasse payer le service téléphonique soit, mais que son coût soit lié à l’attente cela revient vraiment à baser sa rentabilité sur le niveau d’insatisfaction du client.

Moins de pub : une avancée pour l’intelligence

L’un des graves problèmes de la rentrée : la suppression de la pub sur la télé publique et la façon dont les Français vont désormais organiser leurs soirées. Les journaux papier, télévisés, web titrent sur ce fait majeur à grands coups d’enquêtes chez la ménagère de moins de 50 ans pour évaluer comment elle va vivre cette révolution. Mon Dieu quel dilemme !