Des origines de l’égorgement

La pratique de l’égorgement remise à l’ordre du jour ces derniers temps par les terroristes religieux du groupe Etat islamique déclenche au Café du commerce nombre de rapprochements erronés entre cette pratique et la religion musulmane. Rappelons que le premier « égorgeur » qui a inspiré et oriente toujours tant de croyants n’est pas Mahomet (7ème siècle après Jésus-Christ) mais Abraham, 20ème siècle avant Jésus-Christ, à qui « Dieu » a demandé de sacrifier son fils « en holocauste » et alors que le couteau en main il s’apprêtait à immoler Isaac, Yahvé a arrêté son geste et a dit :

« Je jure par moi-même, parole de Yahvé : parce que tu as fait cela, que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable qui est sur le bord de la mer, et ta postérité conquerra la porte de ses ennemis… ».

Comme un malheureux bélier passait par là, il a payé pour Isaac !

Toutes ces joyeusetés sont dans la Bible La Genèse #23. Ainsi est née la tradition de l’égorgement il y a 4 000 ans, reprise depuis notamment dans la fête musulmane de l’Aïd-el-Kébir (du sacrifice) où chaque année les familles doivent égorger un mouton en hommage à la foi d’Abraham. Une relecture de la Bible de temps à autres est recommandée, elle déclenche toujours un intérêt sociologique qui n’a d’égal que la consternation devant de telles billevesées. On trouve également dans la cette même Genèse #17 la nécessité de la « circoncision du prépuce qui sera le signe de l’alliance entre moi [Yahvé] et vous. »

Voici pourquoi chez les croyants, juifs, musulmans et chrétiens (du moins dans des temps plus anciens pour ces derniers), on coupe beaucoup les prépuces, les animaux et, parfois la tête des hommes pour ceux qui appliquent à la lettre l’exemple de Yahvé. Sans doute les garçons qui ont écrit la Bible n’imaginaient pas une seconde que toutes ces sornettes déclencheraient de tels flots de sang sur un même océan de barbarie. Quelle que soit la religion, l’application sans réflexion de textes millénaires reste dévastatrice, c’est d’ailleurs la définition même du fondamentalisme. Le mieux serait sans doute de les lire comme des légendes et non comme des manuels de savoir-vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.