Alep revient, Palmyre repart

Reprise il y a quelques mois par le pouvoir syrien et ses alliés étrangers la ville de Palmyre en Syrie vient d’être reconquise par le groupe Etat islamique et ses quelques centaines de miliciens extrémistes. Lorsqu’ils occupaient cette ville, les islamistes avaient consciencieusement détruit nombre de monuments antiques qui contredisent leur projet fou de purification religieuse. Ils en avaient profité pour décapiter le vieux conservateur des antiquités de la ville qui avait 82 ans.

Ces religieux qualifient tous ceux qui ne croient pas à leur sunnisme radical et régressif de mécréants lorsqu’ils sont chrétiens ou juifs, ou d’apostats lorsqu’ils sont musulmans non sunnites. Ils méritent donc selon les djihadistes au mieux la relégation, au pire la mort. Et le groupe Etat islamique continue à massacrer et détruire au nom de Dieu !

Attentat religieux en Allemagne

Un terroriste islamique lance un camion dans un marché de Noël à Berlin faisant 18 morts et de nombreux blessés. Le groupe Etat islamique revendique l’attentat. Le mode opératoire est désormais relativement classique : infiltré en Europe dans le flot de réfugiés, en provenance de Tunisie dont il est citoyen, petit délinquant ayant plus fréquenté les prisons que les mosquées, il se laisse embrigader pour tuer au nom de Dieu, vole un camion, assassine son chauffeur et fonce dans la foule des mécréants.

Attentat religieux en Turquie

L’ambassadeur de Russie en Turquie est assassiné par un de ses gardes du corps turc en direct devant les télévisions réunies pour l’inauguration d’une exposition artistique. Le meurtre a lieu alors que l’ambassadeur y prononçait un discours. Avant d’être abattu le tireur a le temps de crier :

N’oubliez pas Alep. Tant que les habitants n’y seront pas en sécurité vous n’y serez pas non plus.

Les commentaires de Valeurs Actuelles sur la lettre de la Conférence des évêques de France

Les évêques français s’insinuent dans l’année électorale qui va bientôt s’ouvrir en 2017. Ils ont publié en octobre 2016 une lettre intitulée « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». Le texte semble généreux et humain comme on peut l’attendre de ses auteurs, ce qui ne semble pas satisfaire la presse conservatrice dont Yves de Kerdrel, chefaillon à l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, écrit les lignes suivantes :

L’un des sept chapitres de cette lettre que Mgr Gaillot aurait pu signer est consacré aux migrants. Un sujet que l’on sait cher au souverain pontife et sur lequel il n’est pas suivi par l’ensemble de son troupeau. Le problème, c’est que là où l’Évangile nous dit de faire notre devoir de chrétien, les évêques de France font de la surenchère stupide. D’une part, ils demandent que ces réfugiés soient reçus en France dans des conditions économiques humaines. Comme si nous avions les moyens d’accueillir toute la misère du monde alors que nous ne savons même pas gérer notre quart-monde, nos déclassés et tous nos exclus. D’autre part, ils nous expliquent, sûrement en “experts”, que « la seule recherche de solutions économiques est vouée à l’échec si rien n’est entrepris pour la promotion culturelle, promotion d’une culture enracinée, qui donne ou redonne le sens d’une vie collective nationale ». Comment ne pas lire là la promotion d’un multiculturalisme qui a échoué partout, la négation de notre identité et l’abandon de nos traditions pour un melting-pot au goût de soupe culturelle. D’ailleurs, dans un autre paragraphe, nos chers évêques passent par pertes et profits les racines chrétiennes de la France « fille aînée de l’Église », préférant évoquer le « fait religieux » comme on dit dans les think tanks à la mode.

Mais le “clou” de ce tract hors-sol est le passage sur la solidarité. Après avoir fait un constat digne de Piketty sur la montée des inégalités, les successeurs des apôtres font part de leur inquiétude face au retour d’un « libéralisme sans contrôle » et sur la sauvegarde de notre modèle social. Une manière d’attaquer — en creux — les programmes des différents candidats de droite. Une manière aussi de donner raison à tous ceux qui souhaitent le statu quo, oubliant que l’assurance chômage fait face à un déficit record et que la dette de la Sécurité sociale sera encore payée, dans vingt ans, par nos enfants ou petits-enfants. C’est une fâcheuse habitude de la part de nos évêques que de parler pour ne rien dire d’intelligent qui concerne le débat public. Déjà, en 1973, ils avaient cru bon de s’indigner de la dissuasion nucléaire mise en place pour assurer notre défense et notre sécurité. À l’époque, l’amiral de Joybert leur avait rétorqué un fameux : « Messieurs de la prêtrise, occupez-vous de vos oignons. » Tout change donc, mais tout reste, hélas, pareil.

Evidemment, l’empathie naturelle des religieux pour leurs prochains se heurte à l’individualisme forcené de l’économie de marché que défend Valeurs Actuelles. Monsieur de Kerdrel, comme bien d’autres, doit gérer ses penchants pour les « racines chrétiennes » tout en vantant les bienfaits du marché dont, le moins que l’on puisse dire, est qu’il est plus sensible au profit qu’à l’âme humaine.

Les racines de l’Occident

Alors que le vice-président élu américain Mike Pence affiche ses idées créationnistes et son rejet de Darwin, le débat sur les racines chrétiennes de l’Occident est un must dans les différentes campagnes électorales en cours. Evidemment on ne peut pas reprocher à un catholique pratiquant de croire en ce qui est écrit dans la Bible, ni à un marxiste fervent de croire les analyses et recettes qui sont rassemblées dans le Capital. Mike Pense croit que Dieu a créé le monde en 6 jours, dont l’homme, puis la femme à partir de la côte de l’homme, puis s’est reposé le 7ème jour. C’est littéralement ce qui est écrit dans la Genèse, et Mike Pence y croit dur comme fer, comme nombre de pratiquants. C’est consubstantiel de la foi religieuse. On ne peut pas d’ailleurs leur prouver formellement que c’est faux, juste faire appel à leur intelligence, mais trop souvent, le dogme consume la raison, hélas !

Le problème n’est pas tant que des gens, mêmes bien éduqués, croient au dogme, mais il réside plutôt dans les gens qui ont écrit toutes ces sornettes et les militants qui continuent à les vendre. Le pape François 1er n’est finalement pas si révolutionnaire que l’on veut bien le croire et son institution continue à répertorier les miracles de Mère Theresa et consorts pour sanctifier leurs auteurs. Derrière un discours humaniste qui est finalement de bon sens (comme celui qui le tient), il croit et fait croire que Noé est mort à 950 ans, que Moïse a partagé la mer rouge en deux et que Jésus a marché sur l’eau, faits sur le déroulement desquels on peut raisonnablement avoir des doutes. La vraie modernité serait que l’Eglise chrétienne, ou au moins catholique, admette que tout ce fatras idéologique n’est que balivernes et billevesées, ce qui n’empêcherait pas de continuer à prêcher l’amour du prochain.

Ce concept de « racines chrétiennes » de notre civilisation européenne est par trop militant. Nos racines ce sont celles de l’Humanité de notre continent où la violence, l’esprit de conquête, la rouerie et l’intelligence de ses habitants ont permis à ceux-ci justement de survivre, de tuer, de conquérir et de s’extraire de l’aspect régressif de la religion pour faire émerger la science et la pensée libres, pour faire que Darwin l’emporte sur Jésus. Et toute cette évolution a commencé avec l’Homme de Cro-Magnon, soit bien avant que la première ligne de la Bible n’ait été écrite. Si l’Europe n’avait pas eu cette puissance et cette liberté de pensée peut-être serions-nous toujours un peuple de bigots continuant à immoler ses incroyants. Lorsque l’Eglise catholique a évolué vers la modernité, c’est le plus souvent contrainte et forcée par la société. Elle l’a rarement fait d’elle-même.

La religion est une des idéologies des temps. Athènes et Rome ont au moins autant marqué et influencé notre vieille Europe que la Bible, ancien et nouveau testaments réunis. Pourquoi favoriser l’influence de Moïse plutôt que celle de Périclès ou de Platon dans les références à ce que nous sommes ? Les grecs dans leur philosophie ont privilégié l’Homme sur le dogme et leurs dieux. En cela ils ont fait bien plus progresser l’Humanité que les religions. Celles-ci ont bien sûr influencé nos civilisations, mais il n’est pas sûr que le bilan soit positif. Elles viennent en tout cas d’accoucher d’un vice-président américain créationniste. On eut préféré qu’il s’inspire de Périclès plutôt que d’Abraham.

Recherche théorie du genre désespérément

Le pape François 1er parle de la France à des journalistes dans un avion et se plaint du « sournois endoctrinement de la théorie du genre » que diffuserait les manuels scolaires français, une « colonisation idéologique » accuse-t-il. C’est le retour de la rumeur sur cette théorie qu’à ce jour personne n’a pu trouver dans lesdits manuels ni plus dans les programmes de nos charmantes petites têtes blondes. Peut-être le Vatican pourra relancer les recherches pour essayer de retrouver cette théorie qui pour le moment n’a été localisée que dans les méninges de Christine Boutin et les livres d’Eric Zemmour !

Tentative d’attentat religieux contre Notre Dame

Trois femmes ont été arrêtées le mois dernier dans la région parisienne pour être soupçonnées d’avoir déposé des bonbonnes de gaz dans une voiture garée à proximité de la cathédrale Notre-Dame de Paris pour commettre un attentat religieux qui, a priori, a échoué après l’échec de la mise à feu du véhicule. Lors de leur arrestation elles ont blessé les policiers avec des couteaux. Elles projetaient d’autres attentats contre des lieux publics.

Elles présentent le profil habituel : jeunes, musulmanes ou converties, ayant séjourné en Turquie ou en ayant été empêchées au dernier moment, embrigadées par des inspirateurs religieux lointains, elles viennent rejoindre la cohorte de ceux qui veulent tuer au nom d’un Dieu.

Des origines de l’égorgement

La pratique de l’égorgement remise à l’ordre du jour ces derniers temps par les terroristes religieux du groupe Etat islamique déclenche au Café du commerce nombre de rapprochements erronés entre cette pratique et la religion musulmane. Rappelons que le premier « égorgeur » qui a inspiré et oriente toujours tant de croyants n’est pas Mahomet (7ème siècle après Jésus-Christ) mais Abraham, 20ème siècle avant Jésus-Christ, à qui « Dieu » a demandé de sacrifier son fils « en holocauste » et alors que le couteau en main il s’apprêtait à immoler Isaac, Yahvé a arrêté son geste et a dit :

« Je jure par moi-même, parole de Yahvé : parce que tu as fait cela, que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable qui est sur le bord de la mer, et ta postérité conquerra la porte de ses ennemis… ».

Comme un malheureux bélier passait par là, il a payé pour Isaac !

Toutes ces joyeusetés sont dans la Bible La Genèse #23. Ainsi est née la tradition de l’égorgement il y a 4 000 ans, reprise depuis notamment dans la fête musulmane de l’Aïd-el-Kébir (du sacrifice) où chaque année les familles doivent égorger un mouton en hommage à la foi d’Abraham. Une relecture de la Bible de temps à autres est recommandée, elle déclenche toujours un intérêt sociologique qui n’a d’égal que la consternation devant de telles billevesées. On trouve également dans la cette même Genèse #17 la nécessité de la « circoncision du prépuce qui sera le signe de l’alliance entre moi [Yahvé] et vous. »

Voici pourquoi chez les croyants, juifs, musulmans et chrétiens (du moins dans des temps plus anciens pour ces derniers), on coupe beaucoup les prépuces, les animaux et, parfois la tête des hommes pour ceux qui appliquent à la lettre l’exemple de Yahvé. Sans doute les garçons qui ont écrit la Bible n’imaginaient pas une seconde que toutes ces sornettes déclencheraient de tels flots de sang sur un même océan de barbarie. Quelle que soit la religion, l’application sans réflexion de textes millénaires reste dévastatrice, c’est d’ailleurs la définition même du fondamentalisme. Le mieux serait sans doute de les lire comme des légendes et non comme des manuels de savoir-vivre.

Maillot de bain islamique

Un nouveau sujet religieux vient à l’ordre du jour qui anime la chronique médiatico-politique, celui du maillot de bain islamique qui permet aux femmes voilées et pudiques d’aller à la plage sans montrer leur corps. En fait, elles se baignent habillées. Du coup, les communautés s’invectivent en tous sens et ce qui devrait être un non-sujet tourne au ridicule et à la violence, pour le moment verbale. Chacune appelle au respect de sa culture et à la laïcité, et bla-bla-bla, et bla-bla-bla.

Tout ceci est très très fatiguant, et surtout un peu démoralisant. Nous pensions dans notre Occident cartésien être débarrassés de la religion et de ses effets régressifs et déraisonnés, mais nous étions dans l’erreur. Nous croyions le fait religieux définitivement sorti de la Cité, il ne faisait que sommeiller dans l’âme des dévots.

Les excès islamiques provoquent des réactions catholiques et tout ce petit monde bataille sur des concepts d’un autre âge pour une question de maillot de bain… Tout ceci serait même hilarant si par ailleurs des terroristes islamistes n’utilisaient à leur tour ces mêmes concepts pour massacrer leurs prochains dans les conditions que l’on sait !

Attentat religieux islamiste en Normandie

CH_20160720_Attentat-NiceDeux gamins français de moins de 20 ans sont entrés dans une église ce mardi 26 juillet matin en pleine messe. Armés de couteaux ils égorgent le prêtre officiant, âgé de 84 ans, et blessent gravement l’une des fidèles. Ils sont abattus par la police sur le perron de l’église à leur sortie. Le groupe Etat Islamique revendique aussitôt les meurtres.

Cette idéologie religieuse extrémiste est en train de battre tous les records d’inhumanité et laisse sans voix. Elle illustre aussi notre vulnérabilité face à des comportements tellement aberrants et hors normes qu’il est difficile d’y faire face.

Les dirigeants politiques eux ne restent pas sans voix et continuent à s’invectiver sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire sans qu’une solution bien évidente n’émerge de ces débats de bas étage. Les religions font semblant d’êtres unies face à ce drame et, de messes en prêches, prônent l’amour du prochain et l’union des hommes ; pas sûr que cela ne suffise… Ces actions criminelles sont tellement anormales au sens où elles dépassent tellement l’entendement et la raison qu’on ne sait pas les traiter pour le moment, mais seulement les subir !

Stupeur et tremblement dans la République

CH_20160720_Guaino-Attentat-Nice

Le niveau du débat politique français suite à l’attentat terroriste islamiste de Nice le 14 juillet est en train d’amener doucement la République au fond du gouffre du néant de la pensée. Christian Estrosi, ancien coureur à motocyclette, recyclé chez Les Républicains a pris la tête du mouvement (pour respecter les différents textes sur le non-cumul des mandats M. Estrosi avait démissionné de son mandat de maire de Nice pour rester uniquement premier adjoint du maire, il s’exprime néanmoins à la place du maire qui brille par son absence, montrant ainsi la faux-jettonerie de cette réglementation).

Les 84 cadavres n’étaient pas mêmes encore transportés à la morgue de Nice que l’ex-coureur à motocyclette accusait le gouvernement d’incompétence, aussitôt relayé par toute une série d’élus qui semblent n’avoir rien d’autre à faire que de rédiger des tweets vengeurs plutôt que de faire le travail pour lequel ils sont rémunérés par les contribuables. La grande majorité des spécialistes en analyse plutôt qu’en polémique-de-plateaux-télévisés semble conclure que ce type d’attentat religieux est quasiment imparable.

Lire aussi Attentat religieux islamiste de Nice

Des accusations sont maintenant portées par la police municipale de Nice qui affirme que le cabinet du ministre de l’Intérieur aurait fait pression sur elle pour modifier le rapport de vidéo-surveillance concernant la présence ou l’absence de la police nationale sur la promenade des Anglais. Ledit ministre a annoncé vouloir porter plainte pour diffamation. Le pire dans cette histoire est que l’on pense les uns comme les autres capables d’être coupables des accusations portées par les autres sur les uns… La Justice passera sur ce débat nauséabond.

La réaction des autorités allemandes lors de l’attentat non religieux de Munich montre une nouvelle fois le chemin de l’intelligence, de la raison et de la mesure. Puissent les élus français s’inspirer de ces comportements ô combien plus responsables. Alors que la fusillade était en cours, les autorités de police  ont, via les réseaux sociaux, informé la population sur ce qu’elles savaient et ce qu’elles ignoraient. Des messages successifs diffusés en plusieurs langues ont donné les conseils de sécurité à suivre en attendant le règlement de l’affaire. Ils ont également démenti les rumeurs diverses qui circulaient et demandé aux internautes de ne pas publier de photos et de vidéos, mais au contraire de les télécharger sur un site de la police.

La chancelière ne s’est pas exprimée tant que l’on n’en savait pas plus, laissant agir la police pour arrêter la tuerie ce qui était l’objectif numéro 1 : la protection des citoyens avant les petites phrases. Ce n’est que le lendemain matin qu’Angela Merkel est apparue sur les écrans. La nuit durant le porte-parole de la police de Munich a fait des points réguliers sur la chasse en cours déclinant un discours calme et efficace.

Décidément, on a vraiment les dirigeants que l’on mérite…

Attentat religieux islamiste à Nice

Un cinglé de nationalité tunisienne fonce au volant d’un camion sur la promenade des Anglais à Nice, pleine de citoyens et touristes venus regarder le feu d’artifice tiré en l’honneur de la fête nationale française hier 14 juillet. Il y a à ce stade 84 morts, dont dix enfants, et une cinquantaine de blessés très gravement atteints. Le terroriste a été abattu par la police au volant de son véhicule après avoir, en plus, tiraillé au pistolet depuis sa cabine.

Le groupe Etat Islamique a revendiqué cet acte dément. On ne sait pas bien si le conducteur a suivi le parcours habituel des djihadistes ayant été formés en Irak ou en Syrie ou s’il a juste a été inspiré par l’idéologie mortifère qui sévit au Moyen-Orient, mais à la limite cela n’a guère d’importance, dans un cas comme dans l’autre, des citoyens ou résidents français tuent d’autres citoyens et résidents français au nom de Dieu et à l’aveugle. Dans un cas comme dans l’autre le groupe Etat Islamique s’en réjouis, exploite l’évènement qui à son tour va guider d’autres actes similaires. Au moins cette fois-ci le tueur n’a pas la nationalité française, maigre satisfaction.

Terrorisme religieux islamiste en Irak

Environ 140 morts dans un attentat suicide revendiqué par le groupe Etat Islamique à Bagdad. C’est la communauté religieuse chiite qui est visée par ce groupe défendant l’idéologie sunnite. Un terroriste se fait exploser dans un camion chargé d’explosif dans un quartier commercial de la ville où se pressaient des habitats faisant des courses pour le repas du soir du Ramadan.

Terrorisme religieux islamiste au Bangladesh

20 morts dans un restaurant de Dacca fréquenté par des expatriés suite à une attaque d’une dizaine de terroristes religieux. Les étrangers auraient été assassinés à l’arme blanche par les assaillants. Le groupe Etat Islamique a cette fois-ci revendiqué assez rapidement cette attaque « contre les citoyens d’Etats croisés ».

Terrorisme, sans doute religieux, à Istanbul

Drapeau_TurquiePrès de 45 morts et 250 blessés à l’aéroport d’Istanbul suite à une attaque suicide de trois terroristes ce 28 juin 2016 qui tirent sur la foule puis se font exploser avec leurs ceintures d’explosifs dans le hall des départs. L’attentat n’a pas encore été revendiqué mais il est probable qu’il soit la suite de ceux de Paris et de Bruxelles commis dans des conditions similaires. La Turquie étant confrontée également à des vagues terroristes de mouvements extrémistes kurdes il peut y avoir encore quelques doutes sur l’origine de celui d’aujourd’hui.

Attentat religieux islamique près de Paris

Un couple de policiers a été tué à coups de couteaux à son domicile lundi 13 juin par un terroriste islamique, citoyen français de naissance, qui est ensuite abattu par les forces de sécurité. Un enfant de trois ans est retrouvé vivant dans la maison une fois que celle-ci fut  investie par la police.

L’assassin une fois commis son méfait et avant l’attaque par la police de la maison où il était retranché a posté en direct une vidéo dans laquelle il revendique son crime au nom du groupe Etat Islamique, il aurait également publié des photos des cadavres. Le père a été tué à l’extérieur de la maison, la mère égorgée à l’intérieur, on ne sait pas si l’enfant a assisté au crime, en tout cas il n’en n’était pas très éloigné.

La sauvagerie de ces actes inspirés par Dieu laisse sans voix. Restons optimistes, la civilisation vaincra cette bestialité criminelle d’un autre âge !

Attentat religieux islamique aux Etats-Unis d’Amérique

Drapeau_Etats-UnisUn terroriste islamique, citoyen américain de naissance, tue une cinquantaine de personnes en tirant au hasard à l’intérieur d’une boîte de nuit d’Orlando en Floride fréquentée par la communauté homosexuelle. Il a ensuite été abattu par les forces de sécurité. C’est la redite de l’attentat du Bataclan en novembre dernier à Paris avec de plus une note homophobe. Le mélange fermenté dans des esprits dérangés de haines recuites contre la musique, les loisirs, les occidentaux, qui plus est lorsqu’ils sont homosexuels, la laïcité, déclenche ces comportements homicides à travers la planète. Pour le moment il n’y a pas de solution miracle contre les menées terroristes religieuses de citoyens dans leur propre pays.

Un drôle de coco !

Salam Abdelsam, terroriste islamique ayant participé aux attentats de novembre 2015 à Paris (130 morts et des dizaines de blessés) a été arrêté en Belgique quelques jours avant les attentats religieux de Bruxelles de mars 2016 (31 morts et des dizaines de blessés). Il a commencé par faire annoncer par son avocat qu’il collaborerait avec la justice belge et refuserait son extradition vers la France. Une fois les attentats de Bruxelles exécutés il a tourné casaque et fait annoncer qu’il refusait désormais de parler et souhaitait son transfèrement à Paris le plus vite possible.

Dans le même temps son frère qui n’est a priori pas impliqué dans les attentats affirme que Salam a épargné des vies en renonçant à se faire exploser comme cela était prévu en novembre et comme l’a fait un troisième frère.

On ne sait pas bien à ce stade si effectivement ce terroriste est un traitre à la cause qui n’a pas osé mourir comme ses comparses ou si sa survie était planifiée. Il doit arriver en France dans les prochaines semaines où l’instruction de son cas va sans doute durer des années. Un jugement va ensuite être prononcé, un ou des avocats vont devoir assurer la défense. Ce personnage intriguant et criminel n’a sans doute pas fini de nous surprendre.

Religion au Vatican

Fin de partie entre le ministère français des affaires étrangères et la Vatican : Paris voulait y nommer un ambassadeur affichant officiellement son homosexualité, la papauté n’avait jamais accepté les lettres de créances présentées par l’impie. La France l’a finalement nommé dans une autre ambassade ce qui laisse supposer qu’un nouveau candidat français sera présenté au Vatican.

On pourrait d’ailleurs se demander si un simple secrétaire d’ambassade ne serait pas suffisant pour représenter les intérêts français car la véritable question à se poser au-delà des tendances sexuelles de son détenteur, c’est à quoi peut donc bien servir un poste d’ambassadeur auprès du Vatican ? Quelques clics sur le site web de l’ambassade donnent la réponse à la question : cela ne sert à rien sinon à dépenser inutilement les sous du contribuable. D’ailleurs cette représentation fonctionne très bien depuis plusieurs mois sans ambassadeur et, de ce fait, avec un budget de frais de personnel à la baisse.