Les égos insatiables des politiques

Sarko l’agité va faire le fanfaron en Lybie avec Bernard-Henri Lévy. Bon, c’était inévitable, l’hommo politicus a besoin de bains de foule pour survivre et ce n’est pas en France qu’il en reçoit beaucoup. Un peu de discrétion aurait semblé plus adaptée quand la France était prête à vendre des centrales nucléaires à la Libye de Kadhafi il y a encore quelques mois, mais la discrétion est antinomique de la politique médiatique de nos jours.

On n’est pas encore bien persuadé que l’Occident a eu raison d’intervenir dans la révolution libyenne. Bien sûr les massacres annoncés de Benghazi ont pu être évités mais Kadhafi et ses soutiens sont toujours là, il sera évidemment reproché un jour ou l’autre à l’actuel Comité de transition d’être à la solde de l’Occident.

Publié le
Catégorisé comme France