Le Front national se rapproche du pouvoir en France

Il s’en est fallu de peu que le parlement français ne compte un troisième député d’extrême-droite. La candidate du Front national a remporté 48,70% des suffrages exprimés dans le Doubs contre 51,43% à son adversaire socialiste qui garde ainsi le siège que le calamiteux Moscovici avait abandonné au milieu de son mandat, oubliant son engagement pris devant les électeurs, pour aller faire le beau dans les allées du pouvoir européen à Bruxelles, allées où la France aurait pu envoyer 20 candidats autres, tous aussi compétents que feu l’ex-ministre des finances, et, en tout cas, moins contestés par les autres pays membres.

Consigne de vote ou pas de la part des partis éliminés au premier tour, dont l’UMP, les électeurs n’en ont fait qu’à leur tête, et, très logiquement, fait  encore progresser l’extrême droite en France.

L’UMP avait donné comme instruction de ne voter ni pour le socialiste, ni pour la frontiste, mais, las, ses supporters ont globalement suivi les messages subliminaux de la majorité des dirigeants de ce parti, menée par Brutus-Wauquiez qui avant de tuer le père, va réussir à renforcer le Front national en France. C’est probablement notre destin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.