Le président français et la géographie

Foolz – Charlie Hebdo

A l’occasion d’une rencontre entre les présidents russe et français, M. Macron a déclaré, entre autres, que la Russie serait européenne jusqu’à Vladivostok. On verra sur la carte ci-dessous que cette ville portuaire d’Extrême Orient est située en face de Saporo sur la Mer du Japon et est frontalière avec la Chine et la Corée du Nord :

Pourquoi donc vouloir qualifier cette ville d’européenne alors qu’elle est manifestement asiatique, par la géographie comme par la politique ? Un tel raccourci ne peut qu’effrayer les citoyens de l’Union européenne et consterner les géographes de toutes origines. De plus, cela semble a priori intéresser fort peu le président russe de voir l’Extrême Orient de son pays « rattaché » symboliquement à une Europe qu’il méprise souverainement. Cette saillie ne fait plaisir à personne sinon à son locuteur qui s’écoute parler et s’imagine passer un coup de brosse à reluire sur les rangers de son alter-ego russe, avachi dans son fauteuil sur le perron du fort de Brégançon, et qui ne lui en sera certainement pas gré, bien au contraire.

Une bonne occasion perdue de se taire !

Je sais une autre chose : c’est que la Russie est européenne, très profondément, et nous croyons dans cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok. Un grand auteur russe, DOSTOÏEVSKI, dans L’adolescent disait, et je le cite imparfaitement, de mémoire, que le Russe avait cela de particulier par rapport à l’Allemand, au Français ou autre, c’est qu’il était le plus russe quand il était le plus européen, et en quelque sorte son nationalisme était toujours plus grand que lui-même et devait embrasser le fait européen, et je crois très profondément à cela.

Déclaration de presse à l’occasion de l’entretien du Président de la République avec M. Vladimir POUTINE, Président de la Fédération de Russie
Publié le
Catégorisé comme Russie