Le képi en chef du Mali

Colonel Goïta chef de la junte du Mali

Voici la tête du nouveau pouvoir militaire malien : jeune, galonnée et en tenue de combat ! Le coup d’Etat militaire est une tradition dans ce pays pour changer le pouvoir, les élections et l’organisation démocratique n’ayant jamais fonctionné correctement, du moins tel qu’on l’entend en Occident. Parlement, partis politiques, commissions électorales et tous les attributs des régimes démocratiques des pays du Nord ont été vainement répliqués, et à plusieurs reprises, dans ce pays sahélien qui va de mal en pis depuis des décennies. Il est probable que ce nouveau régime suivra la voie de ses prédécesseurs et sera bientôt rejeté par ceux qui l’acclament aujourd’hui. Et quand bien même rendrait-il un jour le pouvoir aux civils, ceux-ci se retrouveraient de nouveau à la tête de ce pays immense, partiellement désertique, incapable de recouvrer l’impôt pour construire un Etat toujours inexistant depuis l’indépendance en 1960, tiraillé entre les clans et les ethnies, entre les religieux et les libéraux, occupé par des armées étrangères « amies » venues aider à lutter contre le terrorisme islamique… on ne voit pas beaucoup de lumière au bout d’un tunnel qui risque d’être long !

Lire aussi : Les képis reprennent le pouvoir au Mali

Publié le
Catégorisé comme Afrique