Le Kremlin malin

Foltz/Charlie Hebdo (02/03/2022)

Alors que la guerre russe contre l’Ukraine est appelée à durer plus que prévu lorsqu’elle a été déclenchée le 28/02/2022, les conséquences économiques du conflit sont planétaires et avaient elles-aussi été largement sous-estimées par les commentateurs. On s’aperçoit notamment que la Russie et l’Ukraine sont parmi les plus gros exportateurs de céréales. Les sanctions économiques occidentales prises contre la Russie excluent les produits agricoles mais, néanmoins, leurs effets collatéraux pénalisent les flux commerciaux de ces produits. L’Ukraine quant à elle exporte la grande majorité de ses céréales destinées aux pays tiers à partir de la mer Noire qui est sous blocus de la marine russe et en partie minée par les deux belligérants.

L’armée russe détruit consciencieusement les infrastructures ukrainiennes pour pénaliser le transport des grains et même des dépôts où est stockée une partie de la récolte ukrainienne de l’an passé. On ignore ce que sera la récolte de cette année compte tenu des conditions actuelles. Et même si celle-ci pouvait être récoltée, on ne saurait pas où la stocker puisque les entrepôts sont soit pleins, soit détruits.

De ce fait, les cours des céréales explosent. A court terme, les pays importateurs s’émeuvent et les pays exportateurs se réjouissent ; à plus long terme l’inquiétude est grande que cette situation ne déclenche des famines et des troubles politiques dans nombre de pays en développement. L’Afrique est l’un des continents qui dépend le plus de ces importations en provenance de Russie et d’Ukraine, le président de l’Union africaine s’est donc déplacé à Moscou pour y rencontrer le président Poutine qui lui a affirmé que la Russie ferait tout pour assurer les exportations fluides vers l’Afrique si… l’Occident levait une partie des sanctions prises contre ce pays, le message subliminal étant que c’est l’Occident qui est responsable des troubles actuels sur le marché des céréales, en aucun cas la Russie qui a déclenché cette « opération militaire spéciale pour préserver les intérêts populations russophiles de l’Ukraine victimes d’un génocide »… Ce retournement de responsabilités au profit du pays envahisseur ne manque pas de sel

Les dirigeants russes mentent comme ils respirent, c’est de bonne guerre, si l’on ose dire, et ce n’est pas nouveau. Les contre-vérités sont assénées sans vergogne dans un pays où la presse est muselée, donc plus c’est gros plus cela passe d’autant plus que la moitié de la planète est toute prête à entendre ce discours antioccidental.

L’Occident n’est pas en reste non plus en termes de propagande même si exercée avec un peu plus de subtilité. Les services secrets de plateaux télévisés annoncent sans relâche que le président russe est en phase finale d’un cancer ou que des coups d’Etat ont été fomentés contre lui. A ce jour, il est toujours au Kremlin, ne semble pas vraiment handicapé par la maladie et continue à diriger d’une main de fer une guerre dévastatrice en Ukraine où des villes entières sont détruites.

Si les exportations et la production de céréales continuent à être freinées depuis les deux pays en conflit et que la famine rode dans les pays pauvres cela va être un jeu du « je te tiens par la barbichette » entre la Russie et l’Occident sur qui lâchera le premier. Compte tenu du peu de cas que fait Moscou des peuples tiers et du sentiment de culpabilité qui ronge l’Europe occidentale, si elle y est acculée il est probable que celle-ci n’opte pour un allègement des sanctions plutôt que de voir la famine se développer au Sud.

Dans tous les cas, la meilleure façon d’avancer est de mettre un terme à cette guerre dévastatrice sur la base d’une négociation et d’un traité qui devra forcément entériner des concessions des deux parties. La seule alternative serait que l’Ukraine écrase la Russie jusqu’à obtenir une reddition sans condition, ou vice-versa. Cette hypothèse nécessiterait une guerre mondiale et, probablement, l’apocalypse nucléaire. Elle n’est donc pas souhaitable, même si l’Ukraine doit céder quelques régions à la Russie qui les aura conquises par la force.