De la baballe à la bicyclette

Il semble que les fouteux français se soient inclinés devant plus fort qu’eux au championnat du monde se déroulant actuellement au Brésil, comme il est actuellement difficile de l’ignorer. C’est bien, on va pouvoir maintenant passer au tour de France de bicyclette et les gamins auront juste à échanger leur maillot bleu contre une casquette Ricard, et laisser leurs neurones au congélateur jusqu’à la fin de l’été !

Les mal-coiffés du fouteballe français

 

Les joueurs de fouteballe français ont fait de grand progrès en coupe de cheveux. La coupe majoritaire est l’undercut qui consiste à avoir les tempes rasées et les cheveux longs sur le crâne. Pour être labélisée undercut la coupe doit présenter un différentiel de 8 cm entre les tempes et le dessus.

Un personnage célèbre a « popularisé » cette mode au XXème siècle, c’est Adolphe Hitler ! On peut imaginer que les fouteux ne savent pas même qui est Hitler on ne leur reprochera donc pas d’avoir copié un dictateur allemand. Plus proche de nous, la génération punk a également adopté cette coiffure. On se souvient aussi du mouvement punk, plus près de nous, et de Joe Strummer du Clash qui paradaient ainsi !

Evidemment, les gamins suivent et notre environnement est peuplé de ces clones aux coiffures étranges aux références douteuses.

Quant à Benzéma il a adopté la coupe taliban : crâne rasé et barbe développée. On peut imaginer qu’il connaît le terme taliban et ce qu’il inspire. Un vrai bonheur la créativité des fouteux franchouillards !

 

Que d’argent perdu pour des jeux olympiques

Des jeux olympiques d’hiver organisés en Russie, devant démarrer dans quelques jours, auraient fait exploser le compteur des coûts de préparation : on parle de 50 milliards de dollars dont un tiers parti en coulages divers et variés. Il est vrai qu’il s’agissait de transformer une station balnéaire du bord de la Mer Noire en station de ski, ce qui a nécessité quelques investissements… Les montagnes du Caucase toutes proches sont arrosées de neige artificielle depuis des semaines pour leur donner un semblant d’allure alpine et permettre aux skieurs de glisser sur autre chose que des cailloux.

50 milliards de dollars, ou même si c’était seulement 40, cela représente beaucoup, voire beaucoup-beaucoup, d’argent pour une simple compétition de sport où des musculeux vont s’agiter sous leurs bannières nationales, déclenchant les habituels relents nationalistes de supporters aigris et de politicards à la recherche de. Les dispositifs de sécurité sont impressionnants : missiles, drones, forces de sécurité et tout le tra-la-la habituel digne d’un sommet de chefs d’Etats.

Tout ceci laisse un peu pantois devant une telle débauche de moyens pour… du sport. Mais ainsi va le monde d’aujourd’hui.

Le duo gagnant : Dieudonné-Anelka

Dieudonné et Anelka, un crétin soutenu par un abruti : le premier, humoriste, repris de justice, se rend intéressant en diffusant des allusions antisémites marquées à tout bout de champ et en ayant inventé une espèce de signe baptisé « la quenelle » consistant à tendre le bras vers le bas, plutôt que vers le haut comme le faisaient les nazis. Il a fédéré un public fidèle qui se retrouve sur son nom pour des motifs plus ou moins nauséabonds. Le second, fouteballeur grossier, célèbre pour ses injures publiques avec notamment son inoubliable, et à ce jour inégalé : « va-te-faire enculer sale fils de pute », asséné à son chef de bande un jour de défaite, fait des « quenelles » sur les terrains de jeux où il court après ses baballes. Un drame de l’ignorance, un sommet de la bêtise humaine !

On touche le fond

Le problème avec la qualification des footeux français pour le championnat du monde de fouteballe au Brésil c’est que non seulement la courbe de l’abrutissement des masses ne va pas s’inverser de sitôt, mais c’est aussi que Pierre Ménès, expert fouteballistique exerce désormais sur I>Télé. Il reportait auparavant sur Canal + ce qui préservait les non-abonnés à cette chaîne payante du spectacle consternant de ses prestations, mais il est maintenant passé sur le gratuit ce qui accroît mécaniquement son audience, hélas… !!!

Le garçon est aussi vulgaire que content de lui. Sa simple apparition à l’écran transforme l’antenne en grand circus bordéliforme où plus personne n’y retrouve ses petits. On voit mal comment il pourrait être compétent dans la matière qu’il commente, mais laissons ça aux experts. On se demande par contre par quel miracle il peut être titulaire d’une carte de presse et bénéficiaire de la niche fiscale qui y est attachée ?