En attendant l’autonomie, la Corse donne dans toujours plus de violence et d’omerta

Schvartz / Charlie Hebdo (14/07/2021)

Les assassinats continuent à pleuvoir sur la Corse comme à Gravelotte. Le dernier en date a eu lieu fin juin à Propriano où un entrepreneur local dans la construction (Jean-Christophe Mocchi) a été abattu alors qu’il prenait un verre avec des amis dans un bistrot. Le garçon avait déjà fait l’objet de tentatives d’assassinat et vivait dans la crainte d’être tué. Il avait révélé au journal Le Monde qu’une sombre histoire foncière l’opposait à une partie de sa famille mais avait toujours refusé de donner le nom de ceux qui avaient déjà tenté de l’assassiner, les protégeant ainsi de poursuites judiciaires.

Lire aussi : Omerta corse ou association de malfaiteurs
~~~~~~~~

La plupart de ces crimes restent impunis du fait de l’omerta qui règne dans cette région laissant des bandes mafieuses mettre l’ile à feu et à sang dans trop craindre la justice française. Des avocats de ces clans sont parfois impliqués dans les « affaires » de certains de leurs clients… Le monde politique local se fait une raison et cohabite avec la mafia qui tient une partie de l’économie. Un tiers des quelques électeurs qui se sont déplacés pour aller voter se sont prononcés pour Marine Le Pen à la présidentielle et ont élu une majorité de députés « autonomistes » en juin qui vient ainsi consolider la Collectivité de Corse[1] déjà présidée par un autonomiste.

Devant la violence antifrançaise qui se manifeste et l’incompatibilité désormais avérée de la Corse dans la République, l’Etat a proposé aux élus de l’ile d’ouvrir des négociations d’autonomie qui doivent démarrer ces jours-ci à Paris. C’est une excellente initiative pour peu que l’on n’oublie pas que l’objectif à long terme est, bien entendu, la décolonisation totale de cette ile par une retour à son indépendance et une pleine souveraineté.

Lire aussi : La Corse enterre un « héros »
~~~~~~~~


[1] Entité spécifique de la Corse réunissant les anciennes institutions départementales, présidée par Gilles Simeoni et dont le site web est majoritairement rédigé en dialecte corse : https://www.isula.corsica/.